Free our last 6 dolphins in Belgium.

Le dressage du dauphin : la faim ! (2)

training-dolphin-is-waiting-for-fish

D’après un article de Helene O’Barry

L’obéissance des dauphins captifs lors des shows est obtenue grâce à une méthode de formation strictement contrôlée qui tire parti de la faim et de la dépendance totale des cétacés vis-à-vis de leurs dresseurs en ce qui concerne la nourriture.

L’industrie de la captivité déclare pourtant de façon répétée que les dauphins adorent sauter au travers de cerceaux ou jouer au basket, et qu’ils le font parce qu’ils aiment ça.

Par exemple, le delphinarium de Kolmarden en Suède décrit son spectacle comme «une brillante performance qui ne laisse douter personne de la bonne forme et du plaisir des dauphins pendant les shows. Ils sautent avec bonheur au travers des cerceaux et jouent au ballon avec enthousiasme. Les dauphins vont même jusqu’à chanter et à danser! »

La dresseuse Susanne Adolfsson en rajoute encore à cette image d’Épinal, en déclarant que les dauphins «aiment chaque minute de leur spectacle ».

kolmarden_dolphins3

L’illusion qui fait croire qu’un dauphin en plein show est un dauphin heureux est rendue possible en grande partie par les brillants décors de théâtre du spectacle. L’eau du bassin est d’un bleu magnifique, la musique joue gaiement , et les dauphins sourient toujours lorsqu’ils sautent, jouent au ballon et tirent derrière eux leurs dresseurs – toujours souriants, eux aussi – pour un tour de bassin à grande vitesse.

Quand le spectacle s’achève et que la musique s’arrête, les spectateurs rentrent chez eux le cœur léger. Ils se sont bien amusés, car ils ignorent fort heureusement la véritable nature de ce spectacle dont ils viennent d’être les témoins.

kolmarden_dolphins2

Le fait est que les dauphins sont d’abord et avant tout des animaux sauvages.
Leur répertoire comportemental n’inclut pas le fait de jouer au basket, de marcher sur l’eau avec sa caudale, de faire des bruits comiques ou de danser du rock. Afin d’apprendre aux dauphins à effectuer des tours de cirque aussi insensés, l’entraîneur doit s’assurer d’un contrôle total sur ses animaux. L’obéissance s’obtient aisément en profitant de la situation d’impuissance des captifs: ceux-ci dépendent en effet totalement de leurs gardiens pour s’alimenter.

Une fois que les dauphins affamés ont accepté de manger du poisson mort, le dresseur leur fait comprendre qu’ils n’en recevront que s’ils effectuent exactement le comportement souhaité. Eclabousser la foule, se déplacer sur la queue en marche arrière, lancer des ballons aux enfants, tout cela mérite une récompense. C’est-à-dire, un poisson. C’est ainsi que des comportements anormaux sont renforcés chez le dauphin.

splash-bruges

Sea World décrit l’utilisation du contrôle alimentaire en ces termes :
« Nos entraîneurs font usage de la nourriture comme renforçateur primaire au cours du processus de dressage. Ce renforcement positif permet à l’animal de savoir s’il a bien exécuté le tour souhaité».
Enoncé plus froidement, cela signifie que les dauphins sont formatés pour obéir grâce à la nourriture.

Dolphin-Eating-Fish

Sea World poursuit: «Il est important que l’animal sache immédiatement qu’il vient d’exécuter le comportement attendu. Un délai de quelques secondes, même accidentellement, peut renforcer un comportement indésirable».

Lors d’un show, vous avez certainement remarqué que le dresseur souffle à intervalles dans son sifflet. C’est le signal immédiat adressé au dauphin pour lui faire savoir que le tour a été fait correctement. Quelques minutes plus tard, celui-ci recevra un poisson de la main de son maître, parfois accompagné d’une caresse sur le rostre.
Lorsque le dauphin n’effectue pas – ou effectue mal – le tour réclamé, vous n’entendrez aucun coup de sifflet.
Et le dauphin restera sur sa faim…

medicaments dauphins
Le poisson est enrichi de vitamines et de médicaments

L’industrie de la captivité qualifie cette méthode d’entraînement positif.
Du point de vue du dauphin, cependant, il s’agit simplement de privation de nourriture. Sans cesse, les dresseurs affirment au public que leur relation avec les dauphins est fondée sur la coopération et la compréhension mutuelle, comme s’ils formaient avec leurs captifs une grande famille heureuse. Le delphinarium suédois ne dit pas autre chose : « La communication fonctionne dans les deux sens ! Nous nous comprenons si bien les uns les autres !» »

Faire passer le contrôle alimentaire pour de la « communication » constitue, on s’en doute, un élément essentiel du spectacle de dauphins en captivité. Les tours qu’on apprend aux dauphins sous la contrainte sont d’ailleurs conçus pour rendre encore plus convaincante cette illusion de camaraderie.

trainer-dolphin-family

En voici quelques exemples. 
Quand les dauphins « marchent » sur leur caudale et « jouent » au basket-ball, les spectateurs interprètent forcément ces comportements comme l’expression d’une bonne humeur joyeuse et ludique.
Quand les dauphins « font un bisou » à leurs dresseurs, lorsqu’ils applaudissent à leurs propres performances en battant des nageoires, lorsqu’ils hochent la tête avec empressement quand le dresseur lance dans le micro «Alors, les amis, est-ce qu’on s’amuse ? », tout cela ajoute évidemment des caractéristiques très humaines aux dauphins. Cela fait croire au public de manière fallacieuse qu’il existe bel et bien un langage commun entre les dauphins et leurs soigneurs.
Pour les dauphins mis en scène, bien sûr, ces comportements appris n’ont pas d’autre finalité que celle de recevoir un poisson.
Dès lors, maintenir les captifs dans un état de faim lancinante ne peut que les amener à exécuter plus et mieux les tours exigés d’eux !

trainer-dolphin2

Souvent, les dresseurs déclarent avec fierté que « leurs dauphins apprennent très vite ».
Ce qu’ils veulent dire vraiment, c’est que celui qui tient le seau de poissons détient un pouvoir énorme sur ses captifs. Un dauphin affamé fera presque n’importe quoi pour se nourrir.
Et comme un dresseur cubain l’a carrément admis lors d’une entrevue secrète:
« Si les dauphins n’ont pas faim, vous pouvez abandonner tout espoir qu’ils sautent jamais pour vous ! »

varadero
Dauphins cubains à Varadero

Note : L’obéissance par la faim est une méthode qui s’applique également aux humains. Il s’agit même du principal moyen de pression utilisé dans les camps de prisonniers, tout particulièrement dans les «laogai» chinois.
Par ailleurs, Helene O’Barry ne s’intéresse ici qu’à une seule méthode, celle du « renforcement positif par la faim ». Pour remettre un dauphin dans le droit chemin et le forcer à obéir, il existe des approches plus coercitives. L’isolement figure au premier rang (Tilikum a été laissé au cachot pendant 13 mois après avoir commis son « crime ») et constitue une véritable torture pour un être aussi profondément social que le cétacé.

Les coups sont même parfois utilisés. En 2000, Simon Ede, dresseur du Gardaland en Italie, a fait l’objet d’une enquête judiciaire pour maltraitance. La delphine Violetta est morte l’échine brisée et le dauphin mâle Roméo n’a pas supporté l’isolement total auquel il avait été soumis plus d’un mois par Simon Ede. L’histoire ne dit pas s’il exerce toujours…

captive_orca
Tilikum en isolation

10 Réponses

  1. moi

    Je suis tombée par hasard sur ce site et je trouve cet article apsurde.
    Ou comment faire croire aux gens qu’on affame les dauphins.
    Les annimaux sont nourri en dehors des show, les poissons donnés après les performances ne sont qu’un plus, une friandise apprécié des dauphins. Il s’aggit du même principe que ce qu’on fait pour les chiens. Et faire de l’anthropomorphisme à ce sujet est tout à fait déplacé.
    La seule chose avec laquelle je pourrais être d’accord c’est qu’ils seraient bien mieux dans la nature, et encore, avec la pollution actuelle même pas sûr…
    Sur ce, bonne journée.

    15/05/2013 à 13:01

    • L’anthropomorphisme ? Vous êtes amusant, « jenediffusepasmesinfospersonnelles », (ce qui n’est pas très courageux, franchement !). Vous nous sortez ce bon vieil argument bateau des esclavagistes d’un autre âge qui eux, font preuve d’un anthopocentrisme proprement criminel. Il est clair que si vous traitez les dauphins comme des chiens, ils se comporteront comme des chiens. Les Nazis faisaient la même chose avec des humains et ça marchait très bien aussi ! Les dauphins sont des personnes, voyez-vous, et ce n’est pas moi qui le dit, mais bien Thomas Wilhelmsson, Recteur de l’Université d’Helsinki, Matti Häyry, University of Manchester, Sudhir Chopra, Cambridge Central Asia Forum, Thomas White, Loyola Marymount University, USA, Hal Whitehead, Dalhousie University, Canada, Dr Lori Marino, Emory University, USA et bien d’autres scientifiques encore. Les criminels qui enferment, dressent et font se reproduire des cétacés dans des cuves en béton au nom d’une supposée suprématie de l’espèce humaine devraient à mon sens être traduits en justice et sévèrement condamnés. http://www.cetaceanrights.org/
      Au fait, si cet article est tellement absurde – bien que rédigé par l’épouse d’un ex-dresseur bien connu – pourquoi ne voit-on JAMAIS de show sans nourrissage et coups de sifflets ? Les dauphins aiment-ils les « friandises » au point qu’ils ne sauraient s’en passer, ne serait-ce qu’une seule fois ? Si vous êtes dresseur – ce que je soupçonne – vous connaissez la réponse mieux que moi.. Cessez de vous mentir à vous-mêmes et regardez donc ce que vous faites ! Certains l’ont fait et ce qu’ils disent aujourd’hui fait froid dans le dos ! https://sites.google.com/site/voiceoftheorcas/about-us
      Mon nom est Yvon Godefroid et je ne crains pas d’affirmer mes opinions publiquement. Bizarrement, les amis des prisons aquatiques semblent pour leur part être beaucoup plus timides…

      15/05/2013 à 17:29

  2. Dipre claire

    c’est la stricte vérité car, l’illusion de la beauté du spectacle étouffe la réalité.

    26/07/2013 à 09:17

  3. Nageur

    Comment expliquer que tous les jours je vois des dauphins en pleine mer (nouvelle caledonie) qui saute devant moi et font joujou avec moi ,je les caresses et je n ai jamais donner de poissons , sont ils affamés en pleines mer ?

    31/08/2013 à 04:47

    • Tout à fait ! J’ai moi-même nagé avec des dauphins libres pendant des années en Floride, entre 1990 et 2000, on rigolait comme des fous, on jouait ensemble, mais je ne me souviens pas de leur avoir jamais donné le moindre bout de poisson. Ni qu’ils m’en aient réclamé. En revanche, l’un d’eux m’a un jour offert un bon gros tas d’algues qu’il portait sur le rostre !
      Il faut se souvenir aussi que les dauphins ne sont pas des charognards, mais des chasseurs aguerris. Au départ, un poisson mort est aussi répugnant pour eux qu’une omelette grouillante d’asticots pour nous… Le rôle de la privation de nourriture en bassin est indispensable. Sans cela, on n’obtient rien du dauphin. Beaucoup se révoltent ou refusent d’obéir, surtout les mâles. Les delphinariums ne vous le diront jamais ! Pour les punir, mise à la diète et isolement font merveille !

      31/08/2013 à 07:42

  4. Zoé Lhomme

    En farfouillant sur le Net comme à mon habitude, je viens de tomber sur cet article tout à fait bouleversant… Étant une grande passionnée des animaux, je me doutais certes qu’ils ne pouvaient être aussi bien en captivité que dans leur élément ; mais je pensais que ce type de show n’étaient pas que de la poudre aux yeux, que les dresseurs avaient du respect pour leurs cétacés…
    Si ce scandale est bien vrai, alors je pense qu’on se doit d’agir : la solution n’est sans doute pas simple, mais d’après vous que pourrait-on faire pour avoir une chance de faire cesser cette pratique ? Je déteste être seulement spectatrice, m’apitoyer quelques instants, me dire « c’est horrible mais c’est comme ça » avant de passer à autre chose…

    26/08/2014 à 12:07

    • La meilleure arme que nous ayons, c’est l’information. Les gens doivent savoir et dès qu’ils savent (comme avec Blackfish), ils changent leurs comportements.
      Parler des dauphins captifs, s’informer, réagir aux articles de presse, écrire aux ministres et aux agences de toursites, créer un blog ou une page Facebook, dénoncer les delphinariums, sensibiliser les enfants… C’est le mieux que nous puissions faire pour nos amis dauphins.

      26/08/2014 à 16:37

  5. Pingback: Les orques du Seaworld de San Diego : le triomphe de l’instinct de chasse sur la captivité | Manipulation-Marineland

  6. Pingback: Le petit quizz du Marineland d’Antibes : amoureux de la mer ou de Marineland ? | Manipulation-Marineland

  7. Pingback: Marineland répond à ses détracteurs dans un dépliant | Manipulation-Marineland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s