Free our last 6 dolphins in Belgium.

Eléphants, dauphins : même combat !

SAM_1110smallNdume à Sigean (photo Alison)

Une curiosité évolutive a voulu que parmi les stratégies de survies, quelques  espèces aient choisi l’intelligence.
Cette capacité d’être efficace en vivant ensemble, en organisant des règles de vie morales, en prenant soin des malades, des bébés, des jeunes mères, des vieillards et des vieux, cette capacité d’ECOUTER les anciens et de se nourrir de leur sagesse pour anticiper le futur, trois espèces au moins la possèdent.

Elles l’ont porté à son plus haut degré concevable. Elles ont développé des sociétés complexes et variées, donné naissance à des cultures, fait naître des langages. Mais plus encore que nous autres Grands Singes, les éléphants comme les cétacés ont tissé entre eux des liens sociaux d’une intensité que nous ne pouvons même pas imaginer.

Dolphin_Love


Leur détention est dès lors d’autant plus cruelle.
Car elle implique séparations, fausses couches et morts des proches. La plupart des animaux de zoos en souffrent mais sans doute pas à ce degré.
Si les cétacés endurent en outre le fait de baigner dans un eau chimiquement modifiée, artificiellement salée, purifiée au chlore ou à l’ozone, dans un milieu de vie qui ne reproduit en rien la spécificité du monde océanique, les éléphants, eux, souffrent du manque de l’espace, d’un ennui insondable et de la petitesse de leurs «hardes captives».

En liberté, une harde normale comporte plus d’une douzaine d’individus (essentiellement la matriarche, ses amies et cousines, ses filles, les jeunes et les bébés, les grands mâles restant en périphérie) entretenant des relations toujours amicales avec des douzaines de hardes similaires. Il n’en est rien en captivité.

elephants-libres


Prenons la Réserve Africaine de Sigean.
La propagande nous dit :  » une famille d’éléphants d’Afrique vit à Sigean, dans le parc à pied, ils disposent d’un vaste enclos de 1 hectare, agrémenté de leur maison et d’un bassin profond de 3 mètres en son centre ainsi d’une cascade. Sigean est un des rares parcs en Europe, à avoir eu des petits chez cette espèce, particulièrement difficile à reproduire en captivité ».

En fait, comme dans bien d’autres zoos, les éléphants de Sigean sont réduits à un groupe ridicule de 3 individus (2 femelles et un mâle) et se foutent de l’espace qu’on leur donne.

Cette famille d’exception se compose de Ndume, 29 ans, un éléphant capturé en savane africaine vers 1984 et dont la défense est brisée. Ndume est enfermé avec ses deux filles, Akili et Chupa.
Leur mère, Simba, est morte à Sigean en juillet 2009
« pour raisons inconnues ».

La vie sexuelle et familiale de ces trois malheureux n’a donc rien de réjouissant.
L’inceste est évidemment tabou chez tous les grands mammifères, mais ici ? Leur donne-t-on des calmants ? Des inhibiteurs de la libido ?Comment font-ils pour assouvir leurs besoins en ce domaine ? Voilà une bonne question à poser.

La photo ci-dessous nous montre Ndume en musth, ce moment de l’année où des tempes des grands mâles, coule une substance noirâtre et huileuse. Alors, l’éléphant devient colérique, agité et donc extrêmement dangereux. Même pour les siens, parfois.

SAM_1108small


Ces éléphants ne sont pas dans une situation tolérable.

Aucun ne l’est aujourd’hui. On pourrait protester pour  tous ceux qui sont détenus en France, en Belgique, partout dans le monde, dans des contextes plus ou moins dramatiques, plus ou moins confortables, mais toujours d’une pauvreté sociale absolue et d’un manque de stimulations à rendre fou n’importe qui.

Car les pachydermes sont capables d’exercices intellectuels inouïs  mais ils ne reçoivent au mieux qu’un soi-disant « enrichissement environnemental » digne d’un enfant de trois ans et uniquement centré sur la nourriture.
Pour un dauphin comme pour un éléphant, se retrouver à 2, 3, voire 12 seuls dans un espace clos, quelque soit sa taille, équivaut pour un humain à être enfermé avec sa femme et son enfant sa vie entière dans un cachot.

SAM_1094smallLes filles de Ndume


Pour en savoir plus :
Intelligence et compassion
Captivité, la souffrance
Le Monde d’Aywaille
Pairi Daiza
Ile Maurice etc.
Les zoos en question (Code Animal)

SAM_1028small

En captivité certains non-humains sont un peu mieux lotis que d’autres
Ici, toujours Sigean.

Un grand merci à Alison pour avoir attiré votre attention sur la Réserve Africaine de Sigean et fourni ces photos.
Il faut exiger que ces 3 éléphants solitaires soient intégrés d’urgence dans un groupe social digne de ce nom.
Il s’agit là d’un cas de maltraitance avéré.

Une Réponse

  1. Chantal (Belgique)

    On appelle ça une réserve africaine? 3 seuls éléphants? Oh mais elle n’est même pas en Afrique cette soi disant réserve!

    09/09/2013 à 22:39

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s