Free our last 6 dolphins in Belgium.

L’enfant de Keiko…

keikolibreKeiko libre !

 

2013

L’enfant de Keiko

Lorsque je l’ai rencontré ce mercredi au Seafood Expo, Mark Berman m’a raconté plein de choses.
Petit homme attachant, très sec, mais plein de verve, de conviction et de gentillesse, c’est aussi un très vieil ami de Ric O’Barry, qu’il soutient par le biais de sa fondation Earth Island Institute (USA) et dont il s’inquiète de la santé, ne cessant de dire à Ric : «Hé ! Repose-toi un peu ! Tu en fais trop pour ton âge !».

seafood-mark-berman
Mark est aussi l’un des promoteurs du label Dolphin Safe,  supposé garantir que des dauphins n’ont pas été pêchés en même temps que les thons. Il en meurt plusieurs milliers par an de cette manière. Et bien plus de thons encore…

Enfin, Mark Berman a participé à la libération de Keiko, aux côtés de Jean-Michel Cousteau et de Jeff Foster.  Et manifestement, cela reste un sujet brûlant pour lui, à l’heure où l’on réclame la libération de tant d’orques !

keiko2Keiko fut maintenu en prison l’essentiel de sa vie

Je lui pose la question :
– » Mais tout de même… Keiko, son décès en une nuit, ce ne serait pas un assassinat ?
L’échec de cette opération était tant attendue par l’Industrie ! Et les pêcheurs le menaçait de mort, parce qu’il mangeait « leurs » saumons ».

« Non, vraiment. Il semble plutôt que le changement de climat lui ait été fatal. Keiko a vécu des années dans de minuscules bassins surchauffés. Le fait de nager de nouveau dans l’eau glacé des fjords a sans doute déclenché la pneumonie fulgurante dont il est décédé ».

keiko-mort
Keiko mort

En fait, à ce moment-là, notre orque allait très bien.
On venait de l’éloigner des enfants de la première baie où il avait choisi de rester, après qu’il eut traversé l’Atlantique de l’Islande à la Norvège, entouré d’autres cétacés et se nourrissant lui-même.

keiko-free

Keiko traverse l’Atlantique


La solitude l’a poussé à reprendre contact avec des orques libres.   

Une situation difficile pour lui, qui n’avait aucune mère matriarche localement connue, aucune sœur, aucun frère, aucun ami, aucun langage. Pour les orques du coin, c’était un vagabond presque muet aux manières bizarres qui débarquait chez eux ! Une femelle se serait sans doute intégrée plus facilement à la société locale, car on a toujours besoin de reproductrices pour qu’un clan prospére.
Pourtant, Keiko commençait à bien s’en sortir. Il devenait sociable, se faisait des connaissances et même…

 « – Et même ? »

keikoNorway

 – Eh bien, cela n’a jamais été dit officiellement, mais d’après notre équipe, il semble que Keiko se soit fait une petite copine. Et qu’il l’ait engrossée ! »
En me disant cela, Mark affiche un sourire radieux :

– « Vous imaginez ? A l’instant où je vous parle, l’enfant de Keiko est en train de nager dans l’océan ! L’histoire continue. N’est-ce pas merveilleux ?  »    

orque-et-enfant

Keiko est mort libre !

 L’histoire de Keiko

 

keikomemorial
Une fillette norvégienne sur la tombe de Keiko

2 Réponses

  1. j’adore l’orque

    25/04/2013 à 19:23

  2. Pingback: Cinéma & Animaux captifs : de l’ombre à la lumière. | Eucalyptus Eater

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s