Free our last 6 dolphins in Belgium.

Une orque entraîne 8 chasseurs par le fond en Indonésie

Le 18 août 2013, 8 membres d’une tribu de Lamarela ont disparu sans laisser de traces après qu’une orque harponnée ait entraînée leur pirogue par le fond. 4 des 12 chasseurs présents sont parvenus à nager jusqu’à la rive, mais leurs compagnons ont coulé avec la fragile embarcation, que l’orque harponnée traînait derrière elle avant de plonger.
Pour les villageois, le fait que 8 d’entre eux aient disparu sans laisser de traces reste un mystère. Des recherches ont pourtant été menées par des membres de la tribu et la police locale, en vain.

lamalera1

Aucun corps n’a été retrouvé.
«Nous avons cherché ces hommes partout » a déclaré Yoseph Daison, chef du village de Lamalera. «Nous ne chassons ces baleines que pour nourrir nos familles. Il est triste que nous ayons perdu ces gens qui ne faisaient que leur travail».
Le chef de district de Lembata, Eliaser Sunur, a demandé à la base navale de la capitale régionale, Kupang, d’envoyer des navires pour aider à rechercher les corps de ces pêcheurs.

.

TRADITIONAL WHALE HUNTING STILL GOING ON

Lamalera est un petit village perché sur les flancs d’un volcan en activité, sur la côte sud de l’île de Lembata, à l’est de l’Indonesie. Il abrite l’une des 2 seules communautés baleinières traditionnelles de l’île.
Ensemble, ces pêcheurs tuent en moyenne une douzaine de cachalots par an. Cette chasse hautement artisanale est à la fois très dangereuse et cruelle, tant pour les hommes que pour les cétacés. Dans ce combat, leurs chances sont égales.

lamarela-whale_hunter_ardilesrante04

Côté pêcheurs, les victimes sont souvent nombreuses. La queue puissante d’un cachalot peut facilement pulvériser les frêles canots des villageois. Côté baleine, la mort est atroce, infligée par hémorragie après que la victime eut été percée de mille coups de couteaux et percée de lances. Mais aussi de cette manière que les orques parviennent à venir à bout des énormes cachalots, en leur arrachant des morceaux de chair et en les harassant pendant des heures.

lamalera-whale_hunter_ardilesrante02

La Commission baleinière internationale, dont l’Indonésie n’est cependant pas membre, autorise de telles chasses, car elles sont supposées répondre aux besoins alimentaires de certaines populations. C’est sans doute vrai à Lembata. Ce l’est beaucoup moins en d’autres endroits du monde, chez les Indiens Makah (qui massacrent les très rares baleines grises après un siècle d’interruption !) ou les Inuits, par exemple. Tous peuvent aller faire leurs courses au supermarché local mais ne maintiennent ce genre de « sport » que par goût de la tradition (avec les encouragements empressés des pêcheries japonaises).

Mais ici comme ailleurs, les traditions se perdent. Autrefois, le fait de tuer un grand cétacé s’accompagnait de rites et de toutes sortes de tabous. Il était interdit de tuer les baleines bleues, car l’une de celle-ci aurait sauvé jadis un ancêtre des villageois. Seuls le cachalot et le globicéphale pouvaient être consommés. Aujourd’hui , les cachalots se font rares. Des dauphins sont donc pourchassés. Et des orques.
Ce qui est une grosse erreur. Car les orques chassent, elles aussi. Ce sont même d’excellents tueurs.

orque-tueChasse au dauphin en Nouvelle Zélande

Il est curieux qu’aucune article consacré à ce drame n’ait pris la peine d’adopter le point de vue des épaulards. Ceux-ci sont pourtant dotés d’une prodigieuse intelligence et de cultures sophistiquées. Elles vivent en groupes bien structurées et voyagent rarement seules.

Il y a tout lieu de croire que si les corps de ces hommes ont disparu à  jamais, c’est qu’ils ont été démembrés, voire mangés,  comme celui de Dawn Brancheau, la dresseuse de Sea World. Il ne s’agit pas ici du fait d’un seul individu, Tilikum, rendu fou par la captivité mais sans doute de l’action concertée d’une tribu toute entière, celle de l’orque attaquée.

Lorsque la barque s’est enfoncée sous l’eau, des compagnons du cétacé blessé se sont-ils approché sans se faire voir ? Ont-ils achevé les hommes ? Le fait qu’aucun cadavre ne remonte à la surface est tout de même bien étrange.

TRADITIONAL WHALE HUNTING STILL GOING ON

Aucune agression directe d’êtres humains par des épaulards libres n’a jamais été observée. Mais elle reste possible.
Eric Hoyt, dans son ouvrage Orca: the Whale called Killer, rapporte à ce propos une étonnante anecdote. Un jour, raconte-t-il, des bûcherons chevauchant des troncs flottants s’étaient amusés à blesser une vieille matriarche.
Rien ne se passa durant plusieurs jours. Un beau matin, les deux hommes repartirent travailler en mer. Et plus jamais, on ne les revit. Leurs corps ne furent jamais retrouvés…

En savoir plus :
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2396782/Eight-feared-drowned-Indonesian-coast-killer-whale-harpooned-drags-boat-water.html

14 Réponses

  1. Françoise

    Quelle tristesse !!!

    20/08/2013 à 19:47

  2. Chantal Hourdeau

    Je viens justement de voir un magnifique documentaire au jardin extraordinaire sur les orques de Nouvelle Zélande et la scientifique qui les étudie, qui apparemment est la seule à oser plonger avec eux. Il apparaît sur des photos que les orques tuent les requins aussi. Mais le plus important, c’est que tous ces mammifères ont des doses super élevées dans le sang de pcb et autres saloperies comme un inhibiteur de feu (je ne sais plus son nom scientifique). Pareil pour les orques d’ailleurs. Apparemment, le pcb est interdit en Nouvelle Zélande mais j’ai appris qu’il fallait 100 ans pour qu’il disparaisse du corps donc les mamans orques vont encore contaminer longtemps leurs bébés malheureusement. Il y a une population d’environ 200 orques qui restent là bas mais la dame s’inquiètait car le groupe ne grossit pas et en peu de temps, une orque mâle de 5 ans est venue mourir sur le rivage et un plus jeune également. Et comme apparemment, elles mangent des requins qui lui aussi est malheureusement rempli de saloperies, ça n’arrange rien. Elle connaît toutes les orques de Nouvelle Zélande, elle les reconnaît toutes et je me demande si certaines orques ne la reconnaissent pas aussi comme inoffensive. Je parie que vous connaissez le nom de cette scientifique?😉
    Ici, si le groupe d’orques a tué et mangé les autres pêcheurs, ce n’est que de la légitime défense après tout!
    A force de manger ces animaux, s’ils ont des problèmes de santé plus tard, tant pis pour eux! Ils tuent de façon cruelle comme partout et bien qu’ils meurent aussi de façon cruelle!

    20/08/2013 à 22:41

    • Oui, il s’agit du Dr Ingrid Visser, que j’ai d’ailleurs eu l’honneur de rencontrer à Amsterdam lors du procès de la petite orque Morgan. J’imagine que de ça, le « Jardin Extraordinaire » n’a pas parlé, puisqu’il semble interdit de mettre en cause la captivité des orques ou des dauphins sur une chaîne télévisée…

      Le Dr Visser n’est pas certainement pas la seule à nager avec les orques : des expéditions sont organisées en Norvège par un français. Vous pouvez donc nager vous-mêmes avec des orques ! Il n’y a aucun danger, du moment qu’on ne les embête pas. Ces expéditions les protègent au contraire d’un peuple baleinier (on tue encore des baleines en Norvège) : http://www.orquessansfrontieres.com/

      La pollution que vous dénoncez est en effet le pire ennmei des cétacés, car s’ils peuvents’adapter à toutes les situations nouvelles, changer de régime alimentaire ou inventer de nouvelles techniques de chasse, ils ne se rendent hélas pas compte de la présence de DDT ou de mercure dans les proies qu’ils mangent. De très nombreux décès de dauphins sont en train de survenir sur la côte atlantique des USA à cause de ce « tueur silencieux ». Ce n’est que justice si les hommes s’empoissonnent en mangeant des cétacés et je n’ai aucune pitié pour eux.

      Dr Ingrid Visser (association) : http://www.orcaresearch.org/
      Free Morgan foundation (dont est membre le Dr Visser) : http://www.freemorgan.org/
      Morgan : http://www.dauphinlibre.be/morgane-a-loro-parques.htm
      + https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/03/17/lenfer-des-orques-a-loro-parque/

      21/08/2013 à 07:42

    • L.G

      entièrement d’accord avec le résultat final, j’ai juste pitié pour l’orque…

      26/08/2013 à 07:25

  3. Pingback: Le BloGuen » Une orque entraîne 8 chasseurs par le fond en Indonésie

  4. Chantal Hourdeau

    Je ne sais pas de quand date le documentaire. Je viens de voir qu’elle a commencé à défendre les orques en 1992. J’imagine qu’à ses débuts, elle était la seule à plonger. Je viens de lire aussi qu’en Nouvelle Zélande, depuis 2000, les orques avaient le statut d’espèce en danger de disparition. Au moment du documentaire, ce n’était pas le cas. Visiblement le documentaire du jardin extraordinaire doit dater. Et c’est bien ça le problème, que les chaînes de tv, les journaux et même les sites d’infos sur le net ne parlent pas de tous les problèmes des animaux, de la vraie réalité si je puis dire.

    21/08/2013 à 10:58

    • Si Ingrid a plongé avec les orques en 1992, elle est surement la première. Les expéditions ORCA en Norvège ont commencé en 1994 si mes sources sont bonnes. Je n’ai rejoint l’équipage qu’à la fin des 90’s.
      Je ne suis pas en mesure d’affirmer qu’il n’y a aucun risque à plonger avec les orques. Nous n’avons jamais constaté d’attitude hostile tout au long de ces années, en partie grâce à nos méthodes d’approches
      Un peu de pub: http://www.useadiving.com

      24/08/2013 à 16:12

    • Oui, sans doute fut-elle la première ou l’une des premières. Je sais qu’au début les gens avaient peur de descendre dans l’eau avec les orques. Mais comme tu dis, Chantal, aucune agression en mer avec des plongeurs pacifiques n’a jamais été notée. Je trouve que c’est déjà pas mal que la RTBF parle d’Ingrid Visser (sans évoquer son combat désespéré pour Morgan, j’imagine, ce qui nuirait à une industrie florrissante). Y.

      24/08/2013 à 18:02

      • Pardon, Pierre. Je me suis trompé d’interlocuteur. N’hésite pas à faire de la pub, j’apprécie ton travail et tu es le bienvenu !

        24/08/2013 à 18:04

  5. Chantal (Belgique)

    Oh non, la rtbf n’a pas parlé de Morgan. Ils ont juste montré ce documentaire qui donc a plus de 20 ans.
    Monsieur Pierre Robert de Latour, enchantée de faire votre connaissance.

    24/08/2013 à 20:17

  6. Jero

    Mais heu… on s’en branle, que quelques dizaines de connards qui tuent des baleines et ne pourront pas en bouffer la moitié, meme avec tout leur village, crèvent.
    C’est des gros tocards qui savent pas pecher ou plonger et sont obligés de prendre ce qu’il y a de plus facile et ce qui fait le plus confiance a l’homme surtout.
    Perso, les orques devraient finir le boulot et buter cqu’il reste de pecheurs, bouffer leurs gosses qui vont se baigner, et leurs femmes qui font la lessive au bord de l’eau.
    Hop probleme réglé😉

    14/04/2014 à 15:53

  7. On mange et on se fait manger !

    08/03/2015 à 13:44

  8. de toute manière à l’alure ou çà vat ces les hommes qui finirons par se bouffer entre eux je dit bien bouffer car l’hêtre humain est tellement con qu’il détruit tout sur son passage la seule chose que je souhaite ces que quelque chose arrive et face disparaitre tout hêtre humain , seulement les hêtres humains de la planète moi aussi , j’aime beaucoup les animaux mai je me sent aussi coupable que les autres même si je me sent innocent pour ces animaux mai que seul les animaux reste vivant à l’abri de la connerie humaine.

    12/07/2015 à 11:35

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s