Free our last 6 dolphins in Belgium.

La guerre : une tradition commune aux humains et aux chimpanzés

chimp-war-0

Les meurtres sont souvent rapides et brutaux : les chimpanzés attaquent en nombre et en force pour s’emparer de leur ennemi et le clouer au sol avant que ces dizaines d’assaillants commencent à le mordre, à le rouer de coups de pieds et de poings et à déchirer le corps de leur victime.

« Ils arrachent des morceaux de son corps, le plus souvent les parties génitales, et parfois ils lui déchirent la gorge. Les dommages qu’ils lui font subir sont vraiment horribles à voir et d’une totale cruauté», a déclaré Michael Wilson, anthropologue de l’évolution à l’Université de Minnesota et spécialiste des chimpanzés qu’il a étudié les chimpanzés à l’état sauvage.

Les chercheurs se sont longtemps interrogé sur les raisons pour lesquelles nos plus proches cousins animaux – des Hominiens, comme nous – exerceraient une telle violence meurtrière contre leur propre espèce, en ce compris le meurtre de nombreux enfants sans défense.

VIETNAM_napalm_attack_08

Une école de pensée soutient que la violence chez Pan troglodytes serait le résultat de l’empiétement humain sur l’habitat des chimpanzés. L’alimentation de certains groupes par des chercheurs pour mieux les observer – une pratique désormais révolue – le braconnage, la déforestation et d’autres activités humaines auraient ainsi incité ces comportements désespérés et cette cruauté sans limites.

Mais il existe un point de vue contraire : tout ce sang versé ne serait qu’une stratégie de survie adaptative qui a précédé l’arrivée de l’Homo sapiens… et dont nous aurions développé l’usage à un degré supérieur.

chimps-warriors

Soldiers

En se faisant la guerre, en tuant les chimpanzés de groupes concurrents, les chimpanzés guerriers peuvent étendre leur territoire et dans la foulée, leurs sources de nourriture et leurs accouplements.

Dans un article publié récemment dans la revue Nature, Wilson et ses collègues ont étudié 152 cas d’agression mortelle chez les chimpanzés libres. Ils en ont conclu que la présence humaine n’avait que peu à voir avec ces traditions sanguinaires.

Les auteurs ont noté, entre autres conclusions, que la violence la plus extrême observée entre groupes de chimpanzés a eu lieu sur un site relativement peu perturbé par l’homme, le Parc national de Kibale en Ouganda. En revanche, il y avait moins de violence interethnique dans un site en Guinée pourtant largement envahi par l’Homme. « Nous en déduisons que les motifs d’agression mortelle chez les chimpanzés n’indiquent que peu de corrélations avec la par la présence d’Humains sur leur territoire mais relève au contraire d’une stratégie d’adaptation. Tuer est un moyen de neutraliser ses rivaux lorsque les coûts de mise à mort sont faibles et la victoire assurée d’avance », écrivent les auteurs.

chimp-war-1

Les humains et les chimpanzés sont issus d’un ancêtre commun qui vivait en Afrique il y a environ 7 millions d’années. Pour cette raison, les chercheurs ont examiné le comportement des chimpanzés dans l’espoir de comprendre pourquoi l’homme aimait tant la violence et pourquoi nous ne cessons de nous faire la guerre. «Le fait que les chimpanzés soient si proches de nous, génétiquement et culturellement, nous permet de croire que ce goût du massacre provient précisément de notre ancêtre commun, et que nous le partageons avec les chimpanzés », a déclaré Wilson.

«On a souvent prétendu, continue le chercheur, que la guerre chez les humains résulte d’un certain nombre de facteurs qui se sont produits dans un passé relativement récent : l’avènement de l’agriculture, le développement des armes et l’éclosion de diverses idéologies. En fait, nos études sur les chimpanzés suggèrent plutôt que la guerre est chevillée en nous et qu’elle est le fruit d’une longue histoire évolutive ». Pendant des décennies, une multitude d’observations menées sur plus d’une douzaine de sites où vivent les chimpanzés en Afrique, associés la collecte de rapports de témoins oculaires confirment ces meurtres organisés.

« En parcourant toutes ces études et ces témoignages, j’ai été surpris de voir à quel point ces meurtres étaient fréquents», continue Wilson. Il n’a pas fallu longtemps aux chercheurs pour identifier certaines tendances spécifiques.

« Les chimpanzés mâles tuent plus souvent que les femelles et leurs victimes sont essentiellement de sexe masculin. Mais les agresseurs tuent aussi les  nourrissons non sevrés. Toutes leurs victimes étaient principalement des membres d’autres communautés et donc peu susceptibles d’être parents proches. Enfin, ces attaques n’étaient menées que lorsqu’un groupe disposait d’une supériorité numérique écrasante par rapport à leurs victimes ». 

chimps-patrol

Mais de quel type d’avantage numérique parlons-nous ? La moyenne était de cinq assaillants pour une victime, mais dans certains cas, jusqu’à 32 chimpanzés se sont acharnés sur un seul malheureux individu qui avait fait l’erreur de franchir leur frontière. «Ces recherches devraient donc enfin mettre un terme à l’idée que l’agression mortelle chez les chimpanzés est le fruit d’une influence anthropique – mais ils ne seront probablement pas suffisants assez pour convaincre tout le monde, » a commenté Joan Silk, anthropologue évolutionniste à l’Arizona Université d’Etat.
Cependant, Joan Silk  met en garde l’opinion publique contre des conclusions hâtives qui pourraient être tirées à propos de l’Homme. « Les êtres humains ne sont pas destinés à être des tueurs guerriers parce les chimpanzés tuent parfois leurs voisins», écrit-elle. Fait intéressant, les chercheurs ont constaté que même si les chimpanzés pouvaient être très violents, les bonobos sont particulièrement pacifiques. Un seul assassinat a pu être documenté parmi eux.

En outre, Wilson lui-même a précisé que si les meurtres commis par les chimpanzés pouvaient être d’une rare brutalité, ils étaient relativement rares. La plupart des conflits entre tribus rivales se résument à des cris de menace lancés à grande distance, de sorte que l’un des groupes se contente alors de s’éloigner. La féroce violence déployée par des groupes de mâles chimpanzés  rivaux est relativement rare, et ne survient jamais à l’intérieur d’un groupe apparenté.

chimp-war-mise-a-mort-et-torture

 

Cependant, il y a des exceptions curieuses.
Au cours de ses observations de chimpanzés dans le parc national de Gombe, en Tanzanie, Wilson a écrit dans son blog qu’il a été renversé deux fois et intimidé par Frodo, un chimpanzé mâle alpha célèbre pour son agressivité.
Frodo peut se prévaloir d’une longue liste d’actes violents, y compris l’agression de la primatologue Jane Goodall, le meurtre d’un nourrisson humain, l’attaque frontale de cinéastes, et même du dessinateur. Il a également massacré un grand nombre d’autres singes.  Sa mort fut à l’image de sa vie : il fut retrouvé mort en novembre 2013. Une autopsie a conclu qu’il était mort d’une morsure apparente à ses organes génitaux qui avaient été infectées. Chez les grands singes aussi, il y a des Kubilaï Khan, des Staline et des Hitler… Et tous finissent par en payer le prix.

Frodo-the-Chimpanzee-chimpanzees-and-bonobos-773057_470_324

http://www.latimes.com/science/sciencenow/la-sci-sn-chimpanzee-violence-20140916-story.html

http://www.latimes.com/science/sciencenow/la-sci-sn-is-warfare-part-of-human-nature-20130718-story.html

http://altereddimensions.net/2014/gombe-chimpanzee-war-four-year-war-for-territory-kidnapping-rape-murder-1974-1978

http://news.nationalgeographic.com/news/2010/06/100621-science-chimpanzees-chimp-gangs-kill-mitani/

http://www.sciencedaily.com/releases/2014/09/140917131810.htm

http://www.inexplique-endebat.com/article-le-chimpanze-est-un-homme-comme-les-autres-122794402.html

chimp-war-3

4 Réponses

  1. Chantal (Belgique)

    Et après tout, si c’était l’homme, il y a très longtemps qui leur aurait donné le mauvais exemple???

    26/12/2014 à 09:41

    • Non, je souscris vraiment à l’idée évidente que nous avions un ancêtre commun, il n’y pas longtemps, qui avait le goût de la bagarre. Maintenant, comme le souligne Franz Dewaal, nous avons aussi du bonobo en nous…et du gorille. Personnellement, je n’ai jamais tué personne durant toute ma vie déjà longue, ni animal, ni humain, ce qui prouve donc que tous les hommes ne sont pas des singes tueurs !

      26/12/2014 à 15:08

      • Chantal (Belgique)

        Moi non plus, je n’ai encore jamais tué et parfois, je me demande si j’en serais capable. Je sais que je suis capable de violence mais dans certaines circonstances et je sais qu’il ne faudrait surtout pas que quelqu’un touche à Angel. Mais je ne pense pas que je tuerais. Pourtant, je dois avouer qu’habitant Bruxelles, parfois, j’aimerais bien avoir une de ces petites armes de femme mais ça, c’est depuis que j’ai été agressée deux fois en 6 mois.
        Bien sûr qu’on a du singe en nous et un autre ancêtre commun, en réalité, on vient du poisson.

        26/12/2014 à 16:55

  2. la planete des singes!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    26/12/2014 à 13:15

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s