Free our last 6 dolphins in Belgium.

SeaWorld tente de faire taire un scientifique « radical »

Thomas-White-orca

Thomas White

Ceux qui exploitent les animaux à des fins lucratives- ainsi que leurs publicitaires – décrivent régulièrement les militants des droits des animaux comme des extrémistes, des radicaux et des terroristes, afin de discréditer, de les marginaliser et de les affaiblir.

Grâce à des contributions de campagne, ils recrutent également des élus, qui ont l’oreille du public, pour tenir le même genre de langage incendiaire. Malheureusement, c’est une approche qui fonctionne bien, car le grand public voit le plus souvent les militants sous cet angle.

Mais que se passe-t-il quand une entreprise exploitant des cétacés utilise cette tactique pour discréditer et faire taire une autorité reconnue, qui n’est certainement pas considéré comme un «extrémiste radical » ?

 

animal-rights-extremists

Les défenseurs des cétacés : des terroristes !


En novembre dernier, l’American Cetacean Society a invité le Dr Thomas White – un professeur d’université réputé, auteur de l’ouvrage « In Defense of Dolphins » et qui dénonce la captivité des cétacés – à participer à un panel de discussion sur la détention des orques lors de sa conférence annuelle. Avant la session, SeaWorld, qui était également annoncé au programme – a demandé et obtenu qu’il ne soit pas enregistré. Un acte très inhabituel et contraire à l’éthique d’une conférence scientifique dont les exposés sont publiquement disponibles.

Dans une vidéo qui fait le tour du web, le Dr White déclare que la requête de SeaWorld était fondée sur la volonté de l’entreprise de réduire au silence un orateur, qu’ils n’auraient pas pu présenter comme un « radical » une fois que ses propos auraient été diffusés.
«Ils nous qualifient de radicaux et comme des chercheurs qui ne sont pas sérieux. Il est plus facile maintenir cette illusion que de prouver la valeur de la captivité « .

Outre cette déclaration publique, le Dr White a publié les images de sa conférence sur Youtube, une vidéo qui atteindra probablement bien plus de gens que si la société SeaWorld n’avait pas tenté de museler l’orateur.

Ce n’est pas la première tentative de SeaWorld d’altérer la science. En 2014, une analyse menée par Orca Research Trust des 52 articles scientifiques publiés par SeaWorld a démontré, entre autres choses, que la société justifiait la captivité par ses études sur les compléments vitaminés ou les inséminations artificielles, même si ces études sont « peu susceptibles d’être utiles aux populations sauvages. »

orque-seaworld

Orque à SeaWorld. Pour la science ?

Les tentatives de SeaWorld de faire taire les scientifiques dénaturent la recherche, font passer de la cruauté pour de la conservation, et motivent plus encore les «radicaux» et «non radicaux » à continuer à mener une guerre contre cette entreprise jusqu’à ce qu’elle vide ses bassins. Elles laisseront voir au public que les vrais extrémistes sont ceux qui ceux qui terrorisent des animaux dans un but lucratif.


March 12, 2015
SeaWorld’s Attempt to Silence “Radical” Professor Backfires

http://theirturn.net/2015/03/12/seaworlds-attempt-to-silence-extremist-researcher-backfires/

http://indefenseofdolphins.com/the-book/

seaworld-orque-poisson-mort

Orque à SeaWorld (2)

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s