Free our last 6 dolphins in Belgium.

Cétacés captifs : l’empire des holdings

aspro-ocio-palmitos

Palmitos en Espagne (Aspro Ocio)

34 delphinariums se partagent aujourd’hui l’espace européen.
Comme nombre d’entreprises initialement indépendantes, ils ont été peu à peu avalés par de vastes holdings cotés en bourse. Ces empires financiers investissent dans bien d’autres domaines que l’exhibition de dauphins captifs.

La Compagnie des Alpes, par exemple, qui détient le Parc Astérix, celui de Planète Sauvage et le Dolfinarium de Harderwijk, est également propriétaire des parcs d’attractions Walibi, Aqualibi et Bellewaerde en Belgique.
Elle détient les domaines skiables de la Plagne, des Arcs, de Chamonix, d’Avoriaz et bien d’autres encore. Les chiffres d’affaires fièrement affichés sur Internet attestent de l’excellente santé financière de ce groupe.

Parques Reunidos est également un poids lourds. Son empire s’étend au-delà de l’Atlantique, jusqu’à Hawai et son SeaLife Park. A côté du Marineland d’Antibes et de l’Oceanografico de Valences, le holding possède une multitude d’autres delphinariums et de parcs d’attractions en tous genres, en ce compris Bobbejaanland en Belgique. Ses bénéfices continuent de croître de manière exponentielle.

Antibes-Marineland

Le Marineland d’Antibes

Enfin, en concurrence directe avec les deux holdings précités, il existe un troisième géant de l’industrie de la captivité en Europe : le groupe espagnol Aspro Ocio.

Aspro Ocio dispose de 41 parcs (delphinariums, parcs d’attractions, aquariums, zoos et jardins botaniques), dont 12 en Espagne et le reste en France, au Royaume-Uni, en Finlande, en Suisse, aux Pays-Bas, en Belgique et au Portugal. Les quatre parcs qui gagnent le plus d’argent sont ceux des Iles Canaries, car ils restent ouverts 365 jours par an.  Le moins rentable est sans doute le petit Boudewijn Seapark de Bruges, qui peine à rentabiliser ses dauphins sous dôme.

bruges-dolphinarium-google-earth

Le delphinarium de Bruges

Mais ce n’est pas assez pour cet empire financier.
En 2013, Aspro Ocio prévoyait de doubler son chiffre d’affaires au cours des cinq prochaines années. C’est ce que déclarait son président, Juan Carlos Smith, dans un communiqué du 7 juillet 2013.
Pour ce faire, selon M. Smith, la société espagnole, déjà présente dans plusieurs pays européens, devrait atteindre le marché asiatique, celui qui a « le plus fort potentiel de croissance. »

La société engrangeait déjà 179 000 000 euros de chiffres d’affaires, et plus de 30 millions de bénéfices en 2012. Aspro Ocio n’envisage pas l’entrée de nouveaux capitaux, puisqu’il est le groupe européen du secteur avec une plus grande capacité financière.
Aspro Ocio désire donc acquérir de nouveaux parcs en Espagne, dans d’autres pays européens mais surtout sur le marché asiatique. «Il faut être là, car il s’agit d’un « marché avec une croissance très rapide » conclut le responsable d’Aspro Ocio, lorgnant sans doute sur le marché chinois, où TVA et charges salariales sont moins pesantes qu’en Europe.

En 2003, le groupe Aspro Ocio était responsable de la vie de 22.500 animaux, parmi lesquels des tigres de Sibérie. Il va donc s’occuper aujourd’hui des dauphins de Taiji et des orques et bélugas fraîchement capturés en Russie.

Sous la houlette de son propriétaire, le delphinarium de Bruges se verra donc associé au sein d’une seule et grande famille, aux cruels delphinariums chinois, japonais ou thaïlandais.

Il en sera de même pour le Marineland d’Antibes, dont le grand patron, Parques Reunidos, ne fait pas mystère de son envie d’investir à Dubaï – où croupissent les survivants d’un groupe de 28 dauphins capturés aux Iles Salomon – ou ailleurs en Asie, voire en Russie, qui sait ?
En attendant, il s’est déjà emparé du Miami Seaquarium, qui possède l’une des orques les plus solitaires au monde, Lolita-Tolitae.

lolita-tank2

Lolita à Miami

Que faut-il penser de ce glissement vers l’Est ?
« C’est là que ça se passe», bien sûr. Le marché du dauphin captif est en plein boom en Asie, comme il le fut en Europe au début des années 70, et plus tôt encore aux USA, avec le succès du feuilleton Flipper.
Mais c’est faire acte de prudence aussi. L’effet Blackfish a mis à mal la maison-mère de tous les delphinariums, la gigantesque entreprise SeaWorld. Elle aussi a déclaré récemment qu’elle allait investir davantage en Asie.

Cet effet gagne peu à peu l’Europe. Sans doute, nous n’en sommes pas encore à interdire les spectacles d’orques en France ou en Espagne, mais les réseaux sociaux informent et les masques tombent. Les mensonges éhontés que les delphinariums ont pu servir à leur public durant des décennies apparaissent pour ce qu’ils sont : de l’escroquerie. Les parents hésitent aujourdhui à montrer à leur bambin le spectacle d’un esclave affamé faisant des cabrioles pour gagner son poisson. Est-ce bientôt la fin des grands empires esclavagistes en Europe ?
Nous en sommes loin.

 

Seaworld_logo.svg
Aux USA :
SeaWorld Entertainement possède 3 parcs aux USA. Il développe également ses activités vers Dubaï
http://d1lge852tjjqow.cloudfront.net/NYSE-SEAS/bd8f0a36-c992-4c6f-bfea-4700b64a9411.pdf

En Russie : 
3 compagnies se partagent le marché du cétacé captif : White Sphere, White Whale et Aquatoriya. La première construit les delphinariums, la seconde capture les orques, dauphins et bélugas et la troisième gère les établissements.
http://timzimmermann.com/2014/02/10/who-is-white-sphere-the-barely-disguised-conglomerate-behind-russias-wild-orca-captures/

white-sphere

White Sphere, Russie.

 La Compagnie des Alpes
http://www.compagniedesalpes.com/fr/bourse
http://www.compagniedesalpes.com/amf_en/2010%20Reference%20Document.pdf
http://www.compagniedesalpes.com/fr/parcs
http://www.compagniedesalpes.com/fr/dom_ski
http://fr.wikipedia.org/wiki/Compagnie_des_Alpes

Aspro Ocio
http://www.parqueplaza.net/2013/07/el-grupo-aspro-ocio-espera-doblar-su.html
http://www.asproparks.com/portfolio-de-parques/zoologicos-botanicos-delfinarios/
http://www.dauphinlibre.be/aspro.htm

Parque Reunidos.
http://www.parquesreunidos.com/parques-zoologicos-naturaleza.php

palmitos-park-NN-picture

Palmitos Park (Aspro Ocio)

 

 

2 Réponses

  1. bergonier

    ecoeurant

    30/03/2015 à 09:50

  2. durand sandra

    c’est inadmissible et barbare de Traité des animaux aussi beau et magnifique que ces orques. quand l’humain va-t-il réagir ? nous ne pouvons traiter ses animaux de la sorte.il faut tout faire pour pouvoir aider ses animaux à retrouver la liberté. éviter que d’autres centres ouvre leurs portes. enfermé des baleines dans des bassins beaucoup trop petit. C’est lamentable !!!!!

    12/04/2015 à 00:55

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s