Free our last 6 dolphins in Belgium.

Fondation Helga Heidrich : aider les animaux !

Photo YG 2015

Ali Baba le gentil dromadaire est le symbole du refuge. Deux fois, on est venu l’atraquer la nuit par pure méchanceté. Il a besoin d’un enclos plus ombragé et plus sûr. Il aime bien les melons, aussi.


Depuis des décennies, Helga Heidrich mène un combat sans relâche pour le bien-être des animaux de Marrakech. Elle les sauve, les transporte, les fait soigner et les recueille. Elle abrite aujourd’hui dans son refuge d’Agafay près de 500 pensionnaires. Chiens, chats, singes, dromadaire, ânes, chevaux, rapace, paons et tortue s’y partagent des enclos séparés sur un vaste terrain grillé par le soleil, à plus de 20 km de la ville.
Lire notre reportage en juin 2014

Cheval et chien au refuge d'Agafay

Cheval et chien au refuge d’Agafay

 


Mais depuis l’an dernier, les choses ne s’arrangent pas.
Des pluies torrentielles ont ravagé nombre d’installations cet hiver.
Après le départ de son plus proche collaborateur, Helga travaille désormais seule, à l’exception de quelques ouvriers locaux et d’une bonne qui l’aident pour les gros travaux. Des gens qu’il faut payer.

Or, l’argent manque, car il ne rentre pas. Le fourrage est cher, autant que l’eau qu’on livre en cubitainers et les croquettes, parfois, ne peuvent être payées au commerçant furieux.
Le puits n’a toujours pas de pompe, les capteurs solaires ne sont toujours pas installés, l’îlot des macaques est toujours en projet et le site web de la Fondation n’a toujours pas à été remis à jour, ni sa page Facebook et ne peuvent donc toucher un plus large public.

helga1

Helga Heidrich, un concentré de courage et de persévérance. Ses animaux sont sa vie.

Dans le même temps, bien sûr, les animaux du refuge vivent en paix, loin de la violence, des cris, du danger. Les chiens reçoivent de l’amour et des croquettes, plutôt que des cailloux et les ânes n’ont plus à craindre d’être battu à sang.
Helga Heidrich court en tous sens, de l’aube au crépuscule, pour les nourrir, les soigner, leur parler et les caresser.
Et même pour en sauver d’autres, encore et encore, car la misère animale ne cesse jamais à Marrakech.
Ce travail de titan repose désormais sur les épaules d’une seule personne. Ce n’est pas normal.
Ce n’est plus possible.

chien-agafay1

Un chien heureux au coucher de soleil. Nourri, aimé, entouré d’autres chiens.

 


 

Il est temps d’aider les animaux du refuge d’Agafay de manière rapide, concrète et définitive.
Il faut soutenir Helga pour qu’elle poursuive sa mission si spécifique d’un refuge où jamais les animaux ne seront euthanasiés, celle d’un havre où afflue des êtres en souffrance qu’elle sauve d’une mort certaine.
Toute forme d’aide est la bienvenue, financière, technique, médiatique, logistique ou autre.
Les points les plus urgents à résoudre sont (notamment) les suivants :

Mise en place des panneaux solaires de grande taille, de batteries solaires et de régulateurs solaires pour disposer d’une alimentation électrique en toutes circonstances.

Mise en fonction d’une pompe pour assurer l’extraction de l’eau du puits et installation de canalisations pour assurer sa distribution à travers tout le domaine.

Plantation d’arbres adaptés aux réalités du terrain. Au Maghreb, « les ouvrages de conservation du sol et de l’eau sur les terrains en pente dans les zones agricoles comportent souvent l’implantation d’espèces horticoles et polyvalentes (figuiers, pistachiers, abricotiers, amandiers, oliviers, caroubiers, Acacia cyanophylla). La présence de ces espèces contribue sensiblement à la production et à la protection de l’environnement. D’autre part, les brise-vent d’espèces polyvalentes telles que peupliers, eucalyptus, noyers, pins et cyprès fournissent le bois d’oeuvre, le bois de feu et le fourrage nécessaires aux habitants des pays du Proche-Orient ». (FAO)
Dans un second temps, des prairies, pelouses et massifs floraux pourront être implantés sur l’ensemble du domaine, dûment irrigué et ombragé.

Construction d’une « île aux singes » de grande dimension dans les délais les plus rapides, entourée d’eau et d’une clôture électrifiée, équipé d’un enrichissement environemental susceptible de satisfaire les besoins physiologiques, psychiques et sociaux des 5 macaques berbères actuellement maintenus dans une structure provisoire.

Engagement d’un superviseur chargé de l’organisation du travail des ouvriers employés au sein du refuge. Cette personne pourrait également prendre en charge une partie des tâches que Helga assume seule aujourd’hui et la seconder utilement.

Remise à neuf du site web de la Fondation et de sa page Facebook. Outre les versions française, anglaise et allemande, une page de présentation et de contact en langue arabe serait souhaitable. Le simple récit de la vie de chacun des résidents suffirait à alimenter un site pendant des années et à tenir ses lecteurs en haleine.

Envoi régulier d’une newsletter aux membres cotisants, donnant des nouvelles de leurs animaux « adoptés » à distance.

Développement d’un espace d’accueil des visiteurs (rafraîchissements, snacks, boutique cadeaux, etc.), pour faire du refuge un lieu de visite.

Création de goodies et autres porte-clés souvenirs à l’image des animaux résidents, également disponibles sur Internet.

arbre-neuf-metres-en-un-an from Caro

Voilà le genre d’arbre à ombre large et pousse ultra-rapide qui conviendrait au refuge de la Fondation. On dit qu’il pousse de 9 mètres en un an.

 


Enfin, le travail en réseau est toujours plus efficace.  

La collaboration avec la SPANA pourrait devrait d’être intensifiée et programmée en toute confiance sur le long terme. Le travail de cette association en faveur des chevaux de calèche est remarquable et ses actions de sensibilisation des enfants au respect de la vie naturelle force le respect. La SPANA confie également chats et chiens en adoption, avec toutes les garanties de sérieux.

Mais parfois, le refuge de la SAPNA accueille un âne battu presque à mort par son maître. On le soigne, on le nourrit, on lui redonne des forces… et puis on le rend à son propriétaire. Celui-ci n’est inquiété, semble-t-il, par aucune loi sur la protection animale.

C’est évidement là que la Fondation Helga Heidrich pourrait intervenir, en rachetant le petit âne et en lui offrant les vastes espaces du domaine d’Agafay et la compagnie d’autres rescapés, désormais à l’abri.
Il en va de même pour les chiens irrécupérables, trop vieux ou trop « abîmés » dont la SPANA sait d’avance qu’ils ne seront jamais adoptés.
En retour, cette association pourrait aider la Fondation Helga Heidrich à procéder à des mises en adoption dûment contrôlées, ce qui permettrait à certains chiens du refuge d’Agafay de trouver un foyer.  Même si nombre d’entre eux sont heureux là où ils sont, en pensionnaires à vie de ce home, et se doivent d’y rester, des adoptions régulières permettrait d’accueillir davantage de nouveaux chiens maltraités sans alourdir les charges de nourriture et d’entretien. Il va de soi que cette approche vaut aussi pour les chats.

ane-spana-caroline2

Ce petit âne battu, une fois soigné, va être rendu à son maître. (SPANA 2015. Photo Caroline)

 


 

Une collaboration pourrait également être mise en place avec l’association Barbary Macaques qui sauve et protège les macaques au nord du Maroc, dans la région du Rif.
La situation des magots de la Fondation ne peut pas durer plus longtemps. Il avait été prévu de leur construire une «île aux singes» cernée d’eau et plantée de verdure, entouré d’une clôture électrique où les primates auraient pu reprendre une vie sociale, si essentielle dans leur espèce. Mais rien n’a été fait depuis l’an dernier, rien n’a pu être dans les conditions actuelles.
Il est pourtant impératif que ces 5 macaques disposent au plus vite d’un espace de retraite conforme à leurs besoins, car leur équilibre psychologique s’altére progressivement. Désormais isolés chacun dans leur cage, leur retour à une vie commune se fait problématique. Leur dangerosité augmente et si rien n’est fait, la situation deviendra irréversible.
Les connaissances de Sian S. Waters, primatologue de la Durham University et spécialiste des macaques berbères au sein de l’association Barbary Macaques, seraient d’une grande utilité pour conseiller la Fondation à propos de ces singes. Il est hélas hors de question de les relâcher dans une nature qu’ils n’ont presque pas connue. Et moins encore de les envoyer au zoo, où les macaques sont déjà en surnombre et où l’euthanasie se pratique comme en Europe.
Le grand centre de sauvetage et de réhabilitation de Barbary Macaques est malheureusement, lui aussi, en peine de financement, alors même que ces singes appartiennent à une espèce gravement menacée.

YG avec un singe à la Fondation. Photo Caroline

Carottes pour le singe. Quand je lui donnerai un petit Gervais, il soulèvera délicatement la languette avant d’ôter le couvercle et de se régaler.

 


Voilà trop d’années que la Fondation Helga Heidrich rame contre des courants contraires. Trop d’années que le sort de ses résidents reste suspendu à un fil.
Il est temps aujourd’hui que le refuge d’Agafay devienne enfin un petit paradis de verdure et de fleurs perché sur la colline, que les touristes et les locaux viendront visiter avec leurs enfants pour leur montrer que les miracles existent, et que Helga Heidrich en fait tous les jours.

Au nom d’Alibaba le dromadaire et de son ami coq, du petit chien à 3 pattes, de la grosse tortue sage et de tous nos amis à plumes, à poils ou à écailles du refuge d’Agafay, merci de votre soutien.

YG


cropped-hintergrund

Fondation Helga Heidrich SOS Animaux

Fondation Helga Heidrich SOS Animaux
BP: 7066 Sidi Abbad
40 000 Marrakech Maroc

Commerzbank
BLZ: 250 80020
Kontonummer: 0561400400
IBAN: DE39 250800200561400400
SWIFT: DRESDEFF250

Des nouvelles du refuge sont régulièrement données sur le site d’une grande amie de Helga et des animaux, Caroline Vasik.
https://fr-fr.facebook.com/caroline.vasik


Photos mai 2015

 

ali-baba-2

Ali Baba

 

ali-baba2

Ali Baba au soir couchant. Photo Caroline

 

 

YG à la Fondation Photo Caroline

YG à la Fondation. L’accueil enthousiaste des chiens vous met les larmes aux yeux. Photo Caroline

 

macaque berbère

L’un des 5 macaques de la Fondation

 

 

macaque marrakech

Un contact fragile à maintenir et à renforcer

 

Chien du refuge Helga Heidrich

Chiens paisibles et croquettes

 

 

tortue géante à Marrakech

La tortue arrive en soufflant. Un être d’une grande douceur.

 

 

ânes à Agafay

Les ânes n’ont plus rien à porter, plus rien à tirer et plus personne ne les fouette ou ne les assoiffe. Ils vivent en troupeaux, ils sont calmes et tranquilles.

 

cheval à Agafay

Le cheval se promène jusqu’à la porte de la maison, curieux.

 


Lire aussi :

Helga Heidrich à Marrakech : l’espoir des animaux (reportage 2014)

Macaques berbères à Marrakech

âne Helga Heidrich

Un petit âne qui revient de loin…

 


 

7 Réponses

  1. Magnifique reportage criant de vérité Merci ,au nom des animaux de Marrakech ,ils en ont tellement besoin😦

    02/06/2015 à 07:47

  2. Je suis très touché par ce reportage et le dévouement de cette personne envers les animaux. Enfin, des animaux bien traités. Lors de nos passages à Marrakech nous essayons de soulager les chiens et chats que nous rencontrons en leur donnant de la nourriture et soins. Dès notre retour, nous pensons venir en visite au refuge. Encore beaucoup de courage pour cette personne et que beaucoup d’aide lui parviennent.

    02/06/2015 à 16:01

  3. Roselyne Boué

    Bonjour, j’habite en France et je suis touchée par l’histoire du petit âne battu qui est actuellement en soins à la Spana. Comment puis-je vous aider pour l’acheter à son propriétaire ? A quel prix sera-t’il vendu ? Je suis sur facebook : Roselyne Boué, où vous pouvez me laisser un message en mp ou sur mon adresse mail : radiest@orange.fr. A très bientôt Roselyne Boué

    02/06/2015 à 18:09

    • Merci ! Le mieux serait que vous preiez contact avec Caroline, que j’indique à la fin de l’article. Elle retourne au Maroc la semaine prochaine et pourra voir avec vous ce qu’il convient de faire.

      02/06/2015 à 19:06

  4. Massart Sylvianne

    Quel endroit merveilleux vous tenez là ma chère Helga, on voit et on sent que vos protégés sont aimés et respectés et qu’ils vivent une retraite paisible…Mais quel dommage de n’avoir aucune aide, vous êtes une femme d’exception et vous méritez un prix Nobel je vous respecte plus encore que Brigitte Bardot car vous vous donnez corps et âme pour tout ces petits dans la plus totale indifférence du monde extérieur et j’en suis très très triste…Je ne saurais pas vous donner bcp d’argent mais je vous promets de vous envoyer quelques euros qui pourront vous aider dans vos sauvetages et je vais partager et repartager pour vous et votre Fondation pour que l’on ne vous oublie pas ….Que Dieu vous garde vous et vos petits animaux ma chère Helga.

    22/06/2015 à 19:28

  5. quelle belle leçon vous donnez la merci madame de ce que vous faites pour soulager la misère animale dans ce pays

    18/07/2015 à 08:16

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s