Free our last 6 dolphins in Belgium.

Les spectacles du delphinarium de Bruges sont-ils éducatifs?

Les spectacles du delphinarium de Bruges sont-ils éducatifs?

Lors des shows lourdement mis en musique, les dauphins se livrent à des activités jamais observées en milieu naturel : sauter à travers des anneaux, envoyer des ballons aux enfants, attraper des balles au vol, jouer au football, se faire chevaucher par un humain, s’échouer sur le bord pour avoir des caresses, etc. Il s’agit là de numéros de cirque qui n’apprennent rien sur la vraie vie des dauphins Tursiops.
Des enquêtes ont pu démontrer que ces spectacles payants et récréatifs ne contribuaient ni àl’éducation ni à la sensibilisation du public vis-à-vis de la personnalité du dauphin, des coutumes et dialectes de sa communauté d’origine, de laconscience qu’il a de lui-même, de sa mémoire ou de sa capacité à se projeter dans le futur.

Ces shows n’évoquent pas d’avantage au spectateur enfantin les menaces pesant sur la survie des petits cétacés :massacres à Taiji ou aux Iles Salomon, filets dérivants, ultra-sonar, pollution chimique, captures massives pour les delphinariums, etc.

Les conditions de détention des dauphins vont à l’encontre même de leur physiologie et de leur psychisme. Ce sont des animaux très sociaux qui vivent au sein de larges espaces marins, qui voyagent sans cesse et multiplient les contacts avec des centaines d’autres dauphins issus d’autres tribus.

Du fait de leur état de stress constant, de leur isolement social (le minimum légal d’individus est de 3 à 6 en Belgique, selon la taille des bassins), de la taille réduite de leurs piscines, de l’absence de lumière directe, de la présence de chlore, desel et d’autres produits ajoutés à l’eau dans laquelle ils nagent, des traitements médicaux dont ils font l’objet depuis la naissance et de leur alimentation à base de poissons morts additionnés de vitamines, de calmants et d’antibiotiques, ces dauphins ne peuvent en aucun cas constituer des sujets de recherche valable.

Les prétendues études scientifiques menées en delphinarium portent sur une éventuelle amélioration des conditions de captivité, la diffusion de nouvelles techniques de dressage et l’optimisation de la reproduction en captivité, voire sur l’insémination artificielle. Le BoudewijnSeapark de Bruges est d’ailleurs connu pour ses recherches sur le suivi de la grossesse des captives et sur les effets supposés de la delphinothérapie.

Pour plus d’infos: http://www.dauphinlibre.be/recherch.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s