Free our last 6 dolphins in Belgium.

Archives d’Auteur

#TaijiTuesday – Another Drive Hunt & Slaughter Season About to Begin

Voice For The Blue

13988097_276079119441372_1982237210133871197_o

Just a week away, on September 1, 2017 another season of the Taiji Dolphin Drive Hunt & Slaughter will begin. Each year, from September until March, pods of dolphins make their way across Hatagiri Bay which is located near the town of Taiji in Wakayama Prefecture in Japan. While this is a scenic and even serene area at times, death haunts the infamous Cove which is located directly adjacent to Taiji’s Whale Museum.

Every year during the annual government sanctioned dolphin & whale hunt, thousands of dolphins are brutally and inhumanely slaughtered. Below is the 2017/2018 Drive Hunt Quote – Taiji Fisherman’s Union is allowed to take 1,940 dolphins from nine different species over the course of six months. Over the coming weeks Voice for the Blue will do a #TaijiTuesday blog post and introduce you the nine species of Taiji Drive Hunt Quote.

wp-image-1104149241

Not all dolphins driven into the…

View original post 352 mots de plus

Publicités

Dauphins Libres : le retour !

illu_captivite2

Après quelques années de sommeil dues à sa mise en page obsolète, le site Dauphins Libres, créé en 1997, revient sur la ligne de front des combats.
Entièrement rénové tant dans la forme que dans le contenu, Dauphins Libres et Dauphins Captifs est désormais consultable sur n’importe quel support (PC, smartphone, tablette) et via Twitter et Facebook.
C’est là que vous trouverez désormais l’actualité des cétacés captifs en ligne, mais aussi bien d’autres sujets relatifs aux animaux non-humains.
Free Dolphins Belgium continue de son côté à vous offrir un grand nombre d’articles d’archive rares et précieux.
Merci de votre fidélité.

Yvon Godefroid
Michaël Godefroid

 

energy-dolphins-free


Massacre à Taiji : saison 2015-2016

taiji-globi-suicide

Taiji, le 5 mai 2011.
Toute une tribu de globicéphales s’est fait piéger dans la crique. Deux jours et deux nuits durant, ils n’ont pas dormi, entassés derrière ce filet. La terreur leur ronge le ventre, ils tentent en vain de se réconforter l’un l’autre, ils scrutent les mouvements de leurs bourreaux. Aujourd’hui, c’est l’heure du massacre.
Tous périront mais l’un d’eux se retrouve par hasard isolé du groupe, entre le filet et le rivage. Il ne pourra jamais mourir parmi les siens.

Alors il se tourne et se jette contre la paroi rocheuse. Et encore, et encore, il cogne son crâne contre la pierre.
Il n’essaye pas de s’échouer. Il n’est poursuivi par personne. Il se suicide.
Les tueurs n’ont même rien remarqué. Ils discutent entre eux, sans même un regard pour ces mères et ces enfants paniqués.

Mais deux puis trois de ses compagnons l’ont vu. Ils se collent au bord du filet pour regarder leur ami mourir.
Et encore et encore. Une fleur de sang s’épanouit autour de sa tête qui se perd dans l’eau rose. Le globicéphale finit par rouler sur le dos. Il meurt. Il coule. Le massacre commence…

Le 1er septembre 2015, les massacres vont reprendre à Taiji.
Leur seule raison d’être est la capture et la revente de dauphins vivants pour les aquariums. C’est la même industrie transnationale de la captivité qui tue Eclair à Antibes, le dauphin Origi à Bruges et les dauphins de la Baie de la Honte.

« Selon l’ouvrage «Histoire de Taiji», édité et publié par la ville de Taiji en 1979, la première chasse au dauphin est enregistré en 1933, suivie par des rabattages ultérieurs en 1936 et 1944.
Il a fallu attendre 1969 pour que le massacre soit mené sur une grande échelle, assorti de captures pour les delphinariums. La chasse aux dauphins à Taiji ne remonte donc pas à 400 ans mais bien à 45.
En outre, l’objectif principal de la chasse au rabattage de 1969 était de capturer des globicéphales comme attractions nouvelles au Taiji Whale Museum à Taiji. Ces chasses n’ont pour fondement que la recherche de profit et n’ont rien à voir avec notre histoire culturelle».

Sakae Hemmi of the Elsa Nature Conservancy of Japan

taiji-pilot-whales-killed-in-Taiji

Mourir parmi les siens…

Malgré l’injonction de la WAZA, le Japon persiste à capturer des dauphins pour l’Industrie et à en tuer d’autres pour le folklore. La viande s’entasse dans des chambres froides mais l’on continue à pousser au suicide le peuple innocent des globicéphales, juste pour faire croire qu’il s’agit d’une « tradition ».
Il faut que ces horreurs s’arrêtent ! Il faut que la Wallonie s’exprime par la voix de ses gouvernants pour condamner ces pratiques ! Il faut que les delphinariums se ferment !

Ce dimanche 30 août, à l’appel de Ric O’Barry, le Japan Dolphins Day se tiendra une fois encore à Liège, comme dans bien d’autres régions du monde. Nous vous invitons à nous y rejoindre en nombre ! Pour les dauphins, merci !

Tous les détails pratiques sur la page Face Book de l’évènement.

Liège-Japân-Dolphins-Day

Le Japan Dolphins Day à Liège en 2014

 

JDD15


Massacre à Taiji : saison 2014-2015

Voir aussi :

http://blog.seattlepi.com/candacewhiting/2014/01/20/taiji-dolphin-drives-started-in-1969-and-are-not-a-part-of-japanese-tradition/

http://www.naturalnews.com/043591_dolphin_hunts_Japan_tradition.html#ixzz3iETtlpMJ


taiji-pacific-white-side-dolphin

L’un de ces dauphins vient de mourir au Georgia Aquarium (USA) en n’en laissant qu’un seul. Tous deux venaient du Japon…


Danse de la pluie : Dieu est un chimpanzé

chimp-call_rain

Pour l’être humain, Dieu est un humain.
C’est un père omnipotent et jaloux qui trône dans les nuages. Il se fâche sur propres enfants s’ils ne se soumettent pas à lui. Nemrod est l’un des seuls à s’être rebellé, qui tira des flèches vers le ciel et son Créateur.

dieu-le-père2

Dieu le Père

Pour les chimpanzés, Dieu est un chimpanzé.
Un mâle dominant géant qui trône dans les nuages et casse des branches en jetant des éclairs. C’est l’Orage.
Lorsqu’Il arrive sur la forêt , les mâles défient le Grand Mâle Céleste ou lui rendent hommage en l’imitant.


 


Le Témoignage de Jane Goodall

La pluie suscite un rituel violent
De manière générale, les chimpanzés deviennent plus actifs pendant les pluies et souvent, sans raison apparente, un mâle se lance dans une course, frappant le sol ou une branche basse au passage. Ce comportement, lorsque des groupes sont rassemblés, peut prendre les proportions d’un spectacle fascinant que je l’ai appelé la « danse de la pluie. »

Je l’ai vu à quatre reprises, toujours vers midi et toujours en terrain similaire. Dans tous les cas, il a suivi le même schéma, mais la durée a varié de 15 à 30 minutes. Il n’a pas toujours lieu sous la pluie, mais la pluie tombait dru quand je l’ai observé pour la première fois.

Je regardais un vaste groupe de chimpanzés, 16 en tout, qui se nourrissaient et jouaient dans un arbre à mi-hauteur de la pente opposée d’un ravin étroit. La pluie avait menacé toute la matinée et enfin elle se mit à tomber, d’abord doucement puis de plus en plus fort.

Lorsque la pluie a commencé, les chimpanzés sont descendus un par un de l’arbre où ils se tenaient et se sont assis pendant un certain temps avant de commencer à débouler sur la pente herbeuse.

Ils s’étaient divisés en deux groupes, avec quatre grands mâles dans un groupe et trois dans l’autre. Comme ils approchaient de la crête au sommet, l’un des mâles s’est brusquement tourné et a foncé en diagonale vers le bas de la vallée, frappant le sol, appelant haut et fort, et cognant un arbre comme il passait. Un mâle du second groupe se retourna à son tour et se mit à courir en bas de la pente.

Debout, il arracha une branche basse d’un arbre, l’agita un instant, puis la traîna derrière lui pendant qu’il courait.

Pendant ce temps, les femelles et les jeunes avaient grimés dans les arbres près de la ligne d’horizon et regardaient.

Au sommet de la pente un autre mâle encore se tenait debout, basculant doucement d’un pied sur l’autre, balançant les bras, préparant son élan.
Puis il se lança à son tour au pas de charge, rompant une grande branche au passage. Deux autres le suivirent, toujours en hurlant. L’un après l’autre, ils montèrent dans un arbre et, sans une pause, à quelque 25 pieds au sol, ils se mirent à arracher des branches et à les jeter en bas de l’arbre. Puis chaque chimpanzé est monté au sommet de l’arbre où il est resté un moment, avant de redescendre, de remonter la pente et de recommencer ce violent rituel.

 


 

La Danse de la Pluie

Do animals have spiritual experiences? Yes they do
(avec une description du Rituel de la Chute d’Eau chez les chimpanzés)

Jane Goodall Institute

A chimpanzee in the forest screams to mark the territorial boundary of its group. Shot in Kibale forest National Park (Uganda).

Kibale forest National Park (Uganda).


Chester la fausse orque se mutile à Vancouver

CHESTER-FALSE-KILLER-WHALE-facebook

Chester à l’Aquarium de Vancouver. Sur cette photo, on distingue déjà la blessure au menton.

Août 2015

Chester est une pseudorque mâle (Pseudorca crassidens) qui fut secouru en juillet 2014 près de Tofino, en Colombie-Britannique, alors qu’il n’était encore qu’un bébé de quelques semaines.
L’équipe du Vancouver Rescue Center est parvenue à le maintenir en vie avec acharnement. On a nourri l’enfant au au biberon, il a été baigné dans un environnement humain depuis un an et il a été déclaré de ce fait « non réhabilitable ».
Une aubaine pour le Vancouver Aquarium, qui a déjà renoncé à ses orques et ne possède plus que deux bélugas et deux dauphins japonais.  Chester est donc destiné au spectacle. Mais la captivité lui pèse.

chester1

Chester nourri au « biberon ».

Ingrid Visser, une biologiste marine de Nouvelle-Zélande, lui  a rendu visite cette semaine.
Selon elle, l’animal présente des signes d’automutilation.
« Chester s’automutile », a-t-elle déclaré. « On distingue bien des plaies ouvertes sur sa mâchoire. On dirait qu’il fait cela depuis un certain temps », ajoutant :  » C’est le genre de chose que vous voyez souvent chez les cétacés captifs.
Ils ne supportent tout simplement pas d’être gardés dans des piscines en béton. »

 


 

Ce n’est pas l’avis du spécialiste des cétacés Robin Baird, co-fondateur de la liste Marmam peu susceptible d’être un opposant à la captivité. Selon lui, il n’y a évidemment aucune raison de se faire du souci.
« Je ne vois rien sur ces photos qui laisse penser que Chester se fasse du mal à lui-même» a déclaré Baird. « Les assertions d’Ingrid Visser me semblent un peu exagérées. »
Baird a expliqué que la pseudorque était encore jeune et un peu maladroite, ce qui est normal. Elle explore son environnement, en se cognant sans doute aux parois, et fait connaissance avec sa nouvelle colocataire, Helen le dauphin à flancs blancs.
Troy Neale, coordinateur des mammifères marins à l’Aquarium de Vancouver, renchérit en disant que Chester va beaucoup mieux depuis qu’il a rejoint le delphinarium. « On le surveille du rostre à la caudale chaque jour et on continuera à le faire !».

En revanche, d’autres témoignages vont dans le sens de celui d’Ingrid Viser, que l’on sait digne de confiance. Chester se frapperait régulièrement la tête contre les parois et sa « colocataire » Helen se montrerait agressive à son égard. Il faut savoir qu’en mer, les fausses orques sont de redoutables prédateurs qui chassent le marsouin et le dauphin. On peut comprendre que la delphine n’apprécie guère ce voisinage.
Le fait qu’elle soit âgée d’une vingtaine d’années et que Chester soit encore un enfant rend également les relations difficiles.

hanadolphin2_150525

La delphine Hana en soins intensifs. Elle ne survivra pas.

Enfin, Helen vient de perdre sa seule amie Hana en mai dernier. Son moral est donc au plus bas.
Toutes deux étaient détenues à l’Enoshima Aquarium, au Japon. Des pêcheurs les auraient sauvées en même temps en 2003, alors qu’elles s’étaient malencontreusement empêtrées dans un filet de pêche.
Voilà un acte de compassion assez remarquable de la part de pêcheurs japonais. Mais puisque l’Aquarium de Vancouver nous demandent de croire cela…

Quoiqu’il en soit, le destin de Chester semble tout tracé : il « performera » jusqu’à sa mort, auto-mutilation ou pas !

chester.2

Chester. Le sauvetage de cétacés est désormais le meilleur moyen pour les delphinariums de renouveler leurs stocks d’animaux de spectacle.


Sources :
https://instagram.com/p/55pccDwKOj/?taken-by=wildforwhales
http://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/chester-the-false-killer-whale-at-vancouver-aquarium-is-self-harming-says-marine-biologist-1.3177371
http://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/false-killer-whale-calf-recovering-at-vancouver-rescue-centre-1.2703713
http://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/rescued-false-killer-whale-chester-moves-to-bigger-pool-1.2751516
http://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/false-killer-whale-calf-recovering-at-vancouver-rescue-centre-1.2703713
https://instagram.com/p/58KM14QKPj/
http://www.ottawacitizen.com/technology/Chester+false+killer+whale+thrives+Vancouver+Aquarium+rescue/10383035/story.html

Vancouver-Aquarium-Helen-Hana-23122013-00

Helen et Hana au Vancouver Aquarium. Depuis le mois de mai 2015, Helen est seule.

 

 


Taiji 2015 : l’horreur va continuer !

angel-new

Angel

Juillet 2015

L’Association Japonaise des Zoos et Aquariums (JAZA) est donc restée au sein de la WAZA, l’association internationale qui avait ordonné à ses membres de ne plus acquérir de dauphins issus d’une chasse au rabattage à Taiji dans la préfecture de Wakayama. Chaque année, les pêcheurs y rabattent des dauphins  par centaines et les massacrent. Le plus beaux sont gardés pour les delphinariums.

La World Association of Zoos and Aquaria regroupe plus de 50 associations internationales d’aquarium et de zoos dans le monde entier. Elle exige de ses membres qu’ils adhèrent à certaines normes de protection des animaux.

Le 21 avril 2015, la WAZA a suspendu son antenne japonaise, dont les delphinariums se fournissent à Taiji , sous réserve qu’elle se plie à ses exigences.

Le 12 juin 2015, la JAZA a accepté les conditions de la WAZA qui la menaçait d’expulsion.
« Nous nous sommes conformés à toutes les exigences de la WAZA et nous avons modifié notre code d’éthique en fonction de celles-ci» a déclaré M. Okada, porte-parole de la JAZA.

Il a invité son association à chercher des sources alternatives de dauphins vivants et à consacrer davantage d’efforts aux programmes d’élevage en captivité.

Le groupe a également introduit un système de traçage (photos d’aileron, registre), que la WAZA exige de ses membres, afin de fournir des données fiables concernant leurs mammifères marins.
La JAZA ne pouvait pas se permettre de quitter la maison mère. Pour d’autres espèces que les dauphins, les zoos japonais sont dépendants des importations ou de l’aide que leur apportent leurs homologues internationaux.
Ils pâtissent en outre de la mauvaise image des massacres à Taiji.

abino-baby-and-mother

Angel, sa maman et sa famille juste avant la capture. Sa mère s’est suicidée, tous les autres ont été tués. Photo Ric O’Barry Dolphin Project.

Le 10 juillet 2015, les représentants des delphinariums sous tutelle de la JAZA se sont réunis pendant deux jours dans la ville de Miura, Préfecture de Kanagawa. Aucun des représentants d’aquariums ayant participé à cette réunion n’a démissionné de la JAZA. Tous ont promis au contraire d’investir dans l’élevage et d’améliorer la qualité de vie de leurs dauphins.

Kazutaka Sangen, le maire de Taiji, a déclaré en revanche qu’il poursuivrait les tueries dans sa baie sanglante quoi qu’il arrive et qu’il allait fonder d’ici 4 ou 5 ans une nouvelle association composée de delphinariums japonais qui s’approvisionnent à Taiji.
« Cette chasse est légale et nous continuerons” a-t-il ajouté.

Il faut savoir que de nombreux delphinariums japonais sont incapables de se livrer à la reproduction en bassin. Ils n’en possèdent de toutes façons pas les compétences vétérinaires.
Les 34 delphinariums au Japon possédaient un total de 287 dauphins à la fin 2012, dont la plupart venait de la baie sanglante. Pour pouvoir élever du dauphin en aquariums, un bassin séparé est indispensable.
La future mère doit être étroitement surveillée pendant environ un an et ralentir ses performances.
Le taux de survie des bébés dauphins est faible. Sur 31 enfants nés captifs au Japon, 11 seulement survivaient encore fin 2012. Une autre option aurait pu être d’importer des dauphins depuis les Etats-Unis, avec la technologie de pointe pour la reproduction, mais cela supposait d’énormes coûts d’achat et de transport.

Acheter régulièrement des dauphins neufs pour remplacer les morts est bien meilleur marché.
L’horreur à Taiji n’est pas prête de finir.

Taiji Tank Barnes SMALL 5-11

Les bassins à Taiji. Photo Ric O’Barry’s Dolphin Project

Saison 2013-2014

Ric O’Barry’s Dolphin Project

Sea Shepherd Cove Guardians

taiji-tursiops-noyade-17-12-2012

Photo Cove Guardians Sea Shepherd


Les 3 bélugas de Shanghai

changfeng-ocean-world

Jun Jun, Little White et Little Grey.

Le 19 Septembre, l’association Captive Animals’ Protection Society (CAPS) organise une Journée d’action internationale pour les bélugas de Sea Life.
La société mère de Sea Life, Merlin Entertainment, possède le Changfeng Oceanworld Aquarium à Shanghai.
Ce delphinarium détient trois bélugas contraints d’effectuer tous les jours des spectacles humiliants et fort peu pédagogiques devant une foule d’enfants.

SEA LIFE affirme pourtant, dans ses sites comme dans ses centres, qu’il s’oppose à la captivité des cétacés. Merlin Entertainment a également promis que les 3 baleines blanches seront envoyés dans un «sanctuaire» dès qu’il aura pu trouver l’endroit adéquat et y installer le refuge marin, avec l’aide de la Whale and Dolphin Conservation.

Cependant, plus d’un an après le début de la campagne pour libérer les bélugas de Shanghai baleines très peu de progrès semblent avoir été faits.
En revanche, les trois baleines Jun Jun, Petit Blanc et Petit Gris doivent continuer à effectuer des acrobaties, parmi lesquels «la danse» en cercle, le saut pour attraper le poisson ou le « chant » accompagné d’un xylophone. Ils poussent aussi de leur melon des hommes adultes à travers l’eau.

La Journée internationale d’action du 19 Septembre 2015 a donc pour but d’exiger de Merlin Entertainment qu’il doit sortir les bélugas de ce delphinarium tout de suite. Des manifestations se tiendront devant tous les Sea Life du monde, y compris celui de Blankenberge, sur la côte belge.

shanghai-beluga

La danse en cercle

On peut s’étonner en effet qu’une entreprise aussi puissante financièrement que Merlin soit incapable de construire ce fameux sanctuaire tant promis pour Jun Jun, Little White et Little Grey.

La WDC, qui collabore avec Merlin sur ce projet depuis 2009, répond sur son site que les recherches sont en cours mais que le sanctuaire envisagé en Russie ne convient finalement pas. Merlin Entertainment renchérit en disant qu’il faut que ce lieu de retraite soit parfaitement adapté aux besoins des 3 captifs, au risque de mettre leur santé en danger.

Sans doute. Mais leur santé ne l’est-elle pas déjà suffisamment là où ils sont, dans l’Aquarium ? N’est-ce pas là une situation d’urgence ?
Car ce discours rassurant en rappelle un autre. A plusieurs reprises depuis 2009, la WDC et Sea Life ont annoncé la création de sanctuaires marins pour les dauphins de Gardaland (qui croupissent aujourd’hui à l’Aquarium de Gènes) mais aussi pour tous les captifs d’Europe. Il a même parlé de baies fermées pour les orques, dans les eaux froides de l’Irlande.

Des plans ont été montrés, qui présentaient une sorte de «super delphinarium du futur », une crique dont le sol aurait été tapissé de caméras sous-marines permettant aux visiteurs de voir les orques sous tous les angles.

Mais rien n’est venu jusqu’à présent. Rien n’a été fait. Nulle part.
Pendant ce temps, les bélugas de Shanghai continuent à chanter sur un air de xylophone.
Et lorsque Ric O’Barry a tenté de s’informer sur leur situation lors de son passage en Chine, les gardes l’ont expulsé de l’Aquarium.

Vidéo du spectacle

shanghai-beluga2
Lire aussi :
Sea Life contre SeaWorld
Sea Life condamne la captivité des cétacés
La WDC travaille avec Sea Life (2009)

Les shows de dauphins à l’Aquarium de Gènes.
Certains d’entre eux appartiennent à Sea Life