Free our last 6 dolphins in Belgium.

Archives d’Auteur

Mensonges et dauphins roses à Singapour

singapore-pink-dolphin

singapour-DolphinDiscovery

November 1 2014

« Peu de choses sont aussi magiques que de contempler un double arc en ciel. Nager avec les dauphins fait partie de ces merveilles. Malheureusement, contrairement à des pays comme Hawaii ou l’Australie, il n’y  pas de dauphins dans les eaux de Singapour, et tout le monde ne peut pas se permettre de voyager à l’étranger pour les voir.
La meilleure alternative ? Participez aux Programmes d’interaction Dolphin Island organisés par le Resorts World Sentosa Life Marine Park« .

 

singapour-dauphin-rose-show

Aussi magique qu’elle puisse paraître, la réalité est bien différente.
Cette publicité publiée sur le blog du Marine Life Park est même carrément mensongère. Il y a bel et bien des dauphins dans les eaux de Singapour.
Les amoureux de la nature qui fréquentent ses îles méridionales rapportent régulièrement la présence de dauphins libres. L’observation la plus récente de dauphins à Singapour a été faite par René Ong,  le mois dernier près de l’île Kusu.

D’autres indices prouvent leur présence. Ainsi, des carcasses de dauphins morts ont été rejetés sur le rivage, le plus récent échouage ayant eu lieu en juillet dernier.

singapour-dead-dolphin-East-Coast-AsiaOne-sc

L’espèce la plus fréquemment observée dans les eaux de Singapour est le dauphin à bosse de l’Indo-Pacifique, mieux connu sous le nom de « dauphin rose ».  On en exhibe d’ailleurs au Parc Marin de l’Underwater World Singapore (UWS), le second pôle de l’entreprise.  

Au début de la semaine, un rapport de la Wildlife Watcher Singapore, en collaboration avec la Sea Shepherd Conservation Society, avait alerté l’opinion sur le fait que ces dauphins  y vivaient dans de très mauvaises conditions.
L’UWS a répondu que Han, l’un de ses dauphins roses du Dolphin Lagoon, souffrait en effet d’une forme non-transmissible de cancer de la peau. Mais rien à craindre pour les visiteurs, donc. Et les organismes de contrôle officiels ont d’ailleurs jugé que tout allait bien !

pink-dolphin-cancer

Ce n’est sans doute pas avec ce malheureux dauphin rose que les citoyens désargentés de Singapour (qui ne peuvent aller jusqu’à Hawaï), iront s’offrir une expérience digne du « spectacle d’un double arc-en-ciel. »

Et l’on ne s’étonnera pas des mensonges du Resorts World Sentosa , puisqu’en Espagne, en Italie, au Pakistan, en France, en Belgique et même au Japon (pourtant une île cernée par la mer de toutes parts !), que l’on nous ressert à l’identique la même propagande.
Les dauphins libres sont présents partout dans le monde et il n’est pas bien difficile ni coûteux d’aller les observer à distance et avec respect.

singapour-27-dauphins-transport

Les dauphins capturés aux Iles Salomon sont amenés à Singapour. Un mort en vol et plusieurs autres ensuite.

Info
Marine Connection

singapore-pink-dolphin

 

SINGAPOUR: L’Association Mondiale des Zoos & Aquariums (WAZA) vient d’accorder son accréditation au  Resort World Sentosa’s (RWS) SEA Aquarium and Dolphin Island, à Singapour. Dans un communiqué de presse daté du  26 septembre 2014, Jim Maddy,  le président de  la WAZA explique :
« En répondant aux normes les plus élevées, le SEA Aquarium et Dolphin Island se classe parmi les meilleurs zoos et aquariums du monde. Lorsque les gens visitent ce lieu, ils peuvent être assurés qu’ils soutiennent une entreprise leader dans le domaine de conservation de la faune et des soins aux animaux ».
«L’éducation à la vie marine, la conservation et la recherche, ainsi que le bien-être de nos animaux ont toujours été nos priorités absolues», a renchéri le vice-président de l’aquarium philippin, John Hallenbeck. «Nous sommes ravis d’être l’un des rares établissements à l’extérieur des États-Unis à recevoir l’accréditation de l’AZA, et nous nous réjouissons d’inspirer à plus de visiteurs encore notre souci pour les océans ».

singapour-sentosa-pink-dolphins

Le Resort World Sentosa’s (RWS) SEA Aquarium and Dolphin Island a déclaré que ses deux sites avaient subi des examens approfondis quant aux soins donnés aux  animaux, aux programmes vétérinaires, à la conservation, à l’éducation et à la sécurité afin de s’assurer que les installations correspondent bien aux normes les plus strictes de l’AZA. Un contrôle est effectué tous les 5 ans.

Toutefois, les défenseurs des dauphins de l’association ACRES ont remis en cause cette accréditation, en demandant que le RWS soit également contrôlée par des  organisations non gouvernementales de protection des animaux et non « pas seulement par le professionnels de la même industrie ».
L’ACRES souligne également que l’acquisition par le parc de 27 dauphins capturés aux îles Salomon a surtout contribué à l’épuisement de cette espèce au niveau local et non à sa conservation .
« 4 de ces dauphins sauvages sont déjà morts entre les mains du RWS, et l’on pu filmer un dauphin  tournant en rond sans fin dans les bassins de Sentosa, ce qui est un signe de stress »
Il note aussi que les programme de conservation des raies manta lancé par l’aquarium avait déjà tué deux d’entre elles en un an.

La WAZA est une organisation à but non lucratif. Elle représente l’organisme d’accréditation pour les zoos et les aquariums aux Etats-Unis et dans six autres pays. En Belgique, c’est sa filiale européenne (l’EAZA) qui décerne régulièrement des certificats d’excellence au Boudewijn Seapark de Bruges, pourtant coupable de la mort de plus de 22 dauphins. 7 survivants y sont actuellement maintenus  dans des conditions de vie indignes et confinées.

Notons que l’aquarium de Sentosa a récemment été classé comme le 7ième meilleur delphinarium d’Asie pour Aquariums par le site de Voyage TripAdvisor.

singapore-sentosa-pink2

 

En savoir plus :
https://www.facebook.com/Wildlifewatchersg
http://www.dauphinlibre.be/singapour.htm
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/category/thailande/

solomon-islands-captures

27 dauphins ont été capturés aux îles Salomon dans l’Océan Pacifique en 2011. Deux d’entre eux ont été transportés à Langkawi, en Malaisie, tandis que les autres ont été maintenus à Subic Bay, aux Philippines. Lorsque les deux dauphins de Langkawi sont morts, Resorts World a vendu les 25 survivants à Singapour.

 


Norvège : Heiko, la petite baleine enceinte, trouble un peuple de baleiniers !

heiko-whale-photo-eric-Fokke-2014

La saison de la chasse à la baleine vient de prendre fin en Norvège pour cette année, et elle fut historiquement l’une des plus dévastatrices pour les petites baleines de Minke, depuis que la Norvège a défié ouvertement les décisions de la Commission Baleinière Internationale et le moratoire signé en 1993, interdisant de tels massacres.

La Norvège peut être fière de son tableau de chasse : plus de 720 baleines tuées en 2014 !  L’essentiel de la viande ainsi « prélevée » – comme dirait Ségolène Royal à propos des loups – est destinée au marché japonais.

Minke-whale-European-Wildlife-Minke-Whale-Whaling

Et pourtant, au milieu de ce bain de sang,  une petite baleine de Minke enceinte, affectueusement surnommée « Heiko », est arrivée dans les îles Lofoten, au cœur même du « pays de la chasse à la baleine ».
Elle a eu la bonne idée de suivre un banc de poissons d’eau douce en franchissant un pont étroit et a pu échapper ainsi au génocide de son peuple, bien à l’abri dans une petite baie.

 

heiko-whale-3
Sa présence a suscité une grande vague d’émotion dans les îles environnantes.
Cet animal était normalement destiné à la boucherie.
Les baleiniers adorent tuer des femelles enceintes car elles sont plus grosses, plus lourdes, plus lentes et donc plus facile à harponner. La mise à mort d’une mère telle victime ne compte dans les quota que pour un seul animal, malgré la présence du bébé dans son ventre.

Mais cette future maman est devenue désormais le centre de bien des débats et de beaucoup d’excitation. Elle est devenue en quelque sorte une ambassadrise bien nécessaire pour la sauvegarde des baleines norvégiennes.

heiko-whale-2

Les journaux locaux et nationaux ont publié des mises à jour régulières sur son bien-être. Les habitants et les touristes se sont déplacés sur des centaines de kilomètres pour venir l’observer.  Malgré la longue tradition de chasse dans cette région, ce fut pour beaucoup de résidents locaux la première fois qu’il voyait une baleine encore vivante !

On imagine mal le choc que constitue pour ces gens, habitués à voir de la viande de baleine dans leur assiette, le fait de voir de leur propres yeux que les cétacés sont des créatures intelligentes et belles qui prennent soin de l’avenir de leur enfant.

heiko-baleines-locaux-touristes

heiko-baleines-locaux-touristes2

Heiko, la jolie baleine de Minke, leur fournit aujourd’hui une excellente occasion pour une telle prise de conscience.
Nommé d’après Keiko (l’orque star du film « Sauvez Willy », qui a finalement été libéré dans les eaux norvégiennes pour y mourir de façon indigne par la faute d’incapables avides de pub et de fric)  et de Heike Vester, l’une des principales expertes des mammifères marins de la région, Heiko semble aujourd’hui être en excellente santé. Elle dispose de beaucoup de nourriture dans la baie où elle a trouvé refuge. Malgré quelques remarques déplacées de chasseurs locaux sur la quantité de viande qu’elle pourrait fournir, la grande majorité des habitants ont été jusqu’ici respectueux en lui permettant de se nourrir tranquillement.
Ils se sont également montrés surpris de voir à quel point cette créature était fascinante quand on pouvait la voir de près.
Croisons les doigts pour que la petite Heiko puisse donner naissance à son bébé et que personne ne vienne les tuer ensuite au nom du commerce de la viande de baleine pour le marché japonais !

Yushin Maru No.2 harpooning a whale - Southern Ocean

 

minke-whale

 

Lire aussi :
http://www.dauphinlibre.be/islande.htm
http://marinebio.org/species.asp?id=230
http://www.theage.com.au/environment/whale-watch/anger-as-norway-raises-whale-kill-20091206-kcwf.html
http://www.7sur7.be/7s7/fr/2668/Especes-Menacees/article/detail/1290897/2011/07/11/La-chasse-a-la-baleine-ouverte-aux-touristes.dhtml
http://www.nrk.no/nordland/haper-_heiko_-gir-mer-forstaelse-1.11864884
http://www.lofotposten.no/lokale_nyheter/article7509032.ece

heiko-safe

Cette petite baleine voudrait simplement qu’on lui laisse la chance d’élever son bébé. Est-ce trop demander au prédateur humain ?

 


London Taiji Protest 2014 : la mère de toutes les manifestations !

risso-october-2014-Taiji

london-taiji-demo

Le 7 novembre 2014, la plus grande manifestation jamais organisée contre les massacres de Taiji se tiendra à Londres.
Les militants des droits des animaux organisent une manifestation géante dans la capitale du Royaume Uni afin de protester contre le massacre et les captures de dauphins à Taiji ainsi qu’en d’autres lieux du Japon.
Ils dénoncent le fait que près de 20.000 dauphins et autres cétacés sont tués chaque année au nom des « traditions ancestrales », avec l’accord et le soutien du Premier Ministre japonais, M. Shinzo Abe.

Les chasses au rabattage ont lieu chaque année de septembre à mars dans la baie de Taiji. Cette année, le gouvernement japonais a autorisé la prise de 16.000 cétacés, destinés à la boucherie aussi bien qu’aux delphinariums locaux et internationaux.

Les manifestants se rassembleront le 7 novembre 2014 dès midi devant l’Ambassade du Japon à Londres pour protester contre cette prétendue « tradition » sanglante.

Taiji-cove-slaughter

Les organisateurs de la manifestation déclarent :
«Quelque 20.000 dauphins, marsouins et petites baleines sont abattus chaque année entre septembre et mars. Le gouvernement japonais prétend que les atrocités commises à Taiji font partie d’une tradition culturelle, alors que nous avons la preuve qu’il s’agit d’une entreprise axée sur le commerce des dauphins captifs. Les cétacés sont capturés, massacrés en présence de leur famille et les plus jeunes survivants, souvent blessés, sont rejetés en mer, privés de la protection de leurs proches et promis à une mort rapide.
Cette « tradition » date à peine de 40 ans, depuis l’expansion du marché du dauphin captif.

taiji-misty

La vie en captivité est sans doute un sort pire que la mort pour les dauphins de Taiji. Ici, Misty, la petite delphine qui croyait bien faire en serrant fermement sa bouée dans son rostre pour complaire aux humains. En vain, car elle était seule et personne ne se souciait d’elle.

Contrairement aux baleines, les dauphins ne disposent d’aucune protection de la part d’aucune organisation internationale, telle que la CBI. Il nous revient donc à nous, simples citoyens du monde entier, d’exiger que ces êtres profondément intelligents, dotés de cultures, de vie sociale et d’émotions similaires aux nôtres, soient enfin protégés de ces agressions abominables ».

Ric O’Barry, leader de ce combat depuis les années 70, sera présent à Londres le 7 novembre et réclamera avec l’ensemble des manifestants que des mesures sévères soient prises pour que les « petits cétacés » bénéficient enfin d’une véritable protection dans le monde entier.
On sait hélas que même si les chasses baleinières, interdites dès 1986, ont une nouvelle fois été condamnées par la communauté internationale, dans une sorte de délire autistique, le Japon persiste et signe et continue à tuer. Les massacres de grands  cétacés reprendront d’ici peu, en toute illégalité, en dépit du jugement de la Cour Internationale.

L’évènement débutera à midi.
On espère la présence d’au moins 1.000 manifestants.
Le film « The Cove » sera projeté en fin de manifestation.

Pour rejoindre la manifestation :

https://www.facebook.com/events/1545547719014679/

Embassy of Japan
101-104 Piccadilly
London W1J 7JT
United Kingdom
http://www.uk.emb-japan.go.jp/index.html
https://www.google.be/maps/place/Embassy+of+Japan/@51.50538,-0.146151,15z/data=!4m2!3m1!1s0x0:0xaa4f8b31755bd9e6

risso-october-2014-Taiji

 

taiji-risso-pod-swimming-in-blood

 

 

japon-risso-dauphin

Les rares survivants sont appelés à nager avec les touristes, dans les eaux mêmes qui ont vu mourir leur famille.

 

Lire aussi :
http://www.vegemag.fr/actualite/militants-cause-animale-reunis-paris-denoncer-massacre-dauphins-baie-taiji-3249
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/category/taiji/
http://www.dauphinlibre.be/japon.htm
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2757906/Japan-slaughters-dolphins-season.html
http://www.theguardian.com/world/2014/jan/21/japanese-fishermen-begin-annual-slaughter-of-hundreds-of-dolphins
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2543317/Mother-prized-albino-dolphin-COMMITS-SUICIDE-torn-baby-Japanese-fishermen-notorious-killing-cove.html
http://savemistythedolphin.blogspot.be/p/about-misty.html

Adresses :

Empereur du japon
information@kunaicho.go.jp

Préfecture de Taiji
E-mail: taiji@town.taiji.wakayama.jp

Premier Ministre :
commentaires en ligne
http://www.kantei.go.jp/foreign/forms/comment.html
https://form.cao.go.jp/kokusai/en_opinion-0001. html
http://www.kantei.go.jp/foreign/forms/comment.html

Ministre de la Pêche
E-mail: sinsei01densi@nm.maff.go.jp
Gouverneur de Wakayama (dont Taiji fait partie ) : Mr. Yoshiki
E-mail: e0006001@pref.wakayama.lg.jp

Fishery Agency Policy Evaluation Group à Taiji (qui contrôle les massacres) :
E-mail: sui_hyoka@nm.maff.go.jp

Delphinarium de Taiji et son DOLPHIN RESORT (où sont dressés les survivants avant expédition, notamment) :
Email: info@dolphinbase.co.jp
info@dolphinresort.jp

International Marine Animal Trainers’ Association
http://www.imata.org/ 1200 South Lake Shore Drive Chicago, IL 60605-2490 United States of America Phone: 312-692-3193 Fax: 312-939-2216 E-mail: info@imata.org
WAZA
http://www.waza.org/en/site/conservation/code-of-ethics-and-animal-welfare
Excecutive Office Carole Lecointre Marketing & Communication Officer
Phone +41 22 999 07 93 Fax +41 22 999 07 91 carole.lecointre@waza.org

Japanese Association of Zoos and Aquariums
https://www.facebook.com/jaza.official (!) http://www.jaza.jp/english5.html
Dr. Kanako Nishimoto kanako@jaza.jp

Dieter Hagmann peg close-up.jpg

Méthode douce, et de moins en moins employée, car lle entraîne une mort interminable accompagnée de paralysie d’asphyxie, d’hémorragie et d’une souffrance panique inimaginable. Jusqu’à 15 minutes d’agonie. Rien de tel qu’en bel égorgement pour les dauphins inaptes à l’esclavage.

taiji-mise-mort-sans-effusion-sang


Kiki, gorille épileptique, mitraillée par les flashs à Anvers

DSCN1246
DSCN1246

Kiki la petite gorille épileptique, vient d’arriver au Zoo d’Anvers

Nouveauté !
«Les gorilles du ZOO reçoivent un nouveau compagnon.
Arrivé le 16 septembre du Zoo d’Heidelberg, le gorille des plaines de l’Ouest Kiki a rejoint le groupe anversois qui compte désormais cinq individus. A Heidelberg, Kiki n’arrivait pas à trouver ses marques. Après une naissance difficile, elle a développé une épilepsie, ce que ses congénères ont eu du mal à accepter. Avec Kiki, le ZOO d’Anvers forge un avenir pour un jeune groupe de gorilles dynamiques ».

DSCN1247 - Copie

Un groupe dynamique. Kiki est couchée. Mais ses yeux sont grands ouverts.

Kiki est une minuscule femelle, de la taille d’un chimpanzé.
Elle crève d’ennui dans cage aux couleurs d’aquarium. Elle monte le long des agrès, redescend, fait le tour de sa cage, se couche, se relève et sans cesse, revient se coller à la grille du couloir arrière pour apercevoir son soigneur.

Depuis l’autre cage, Kumba, le grand mâle stérile quoique sexuellement actif, observe d’un oeil attentif.
Ce n’est encore qu’une gamine, mais tout de même…

Le harem des trois femelles réagit en sens divers. Sans doute est-ce Amahoro la plus jalouse. Une intégration qui s’annonce surtout difficile à cause de l’exiguité des lieux.

DSCN1252

Kumba observe la petite Kiki. Amahoro le surveille du regard.

Les grands singes d’Anvers sont détenus dans des conditions indignes d’une zoo moderne.
Quand donc auront-ils le droit de revoir le soleil et de marcher sur de l’herbe ? Voilà des années que le Zoo nous promet un espace extérieure, comme celui dont bénéficient les bonobos à Planckendael mais que rien ne se fait.

Les gorilles et les chimpanzés ne sont pas les seuls animaux négligés de ce zoo urbain, où de nouvelles espèces surgissent sans cesse tandis que d’autres disparaissent sans laisser aucune trace.
Le turn-over dans les enclos est impressionnant. Nous en reparlerons.

DSCN1335[1]

Les deux derniers tigres du Zoo d’Anvers sur leur îlot minuscule

En savoir plus :

http://www.zooantwerpen.be/fr/nouveautes/gorille-kiki-rejoint-le-groupe-du-zoo-danvers

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2014/01/03/anvers-2014-grands-singes-et-autres-detenus/

http://www.dauphinlibre.be/gorilles_du_zoo_d_anvers_2013.htm#2

DSCN1316[1]

Kiki s’ennuie

2014-10-12 11.37.10


  1. 2014-10-12 11.39.00

    2014-10-12 11.42.30

    Kiki s’ennuie vraiment très fort / Rien à faire, pas moyen de dormir…

    2014-10-12 11.42.48

    Mais elle regarde les gorilles dans l’autre cage.

    2014-10-12 11.39.12

    Puis se recouche, se relève, tourne encore…

     

    2014-10-12 11.53.06

    Amahoro dans la grande salle vitrée.


Le delphinarium de Phuket en Thaïlande

phuket-stop-dolphinarium


Le 15 septembre 2014

Contrairement à ce qui avait été affirmé par les autorités, 5 parmi les nombreux dauphins promis à la captivité dans le delphinarium de Phuket en Thaïlande, proviennent bien de Taiji via l’Ukraine.
Ce pays, si ardemment défendu par nos démocraties, s’est fait une réputation de « blanchisseur de dauphins sales » en provenance du Japon. 2 d’entre eux ont même été exportés en Roumanie, c’est à dire en Europe.
Taiji, c’est chez nous, partout où des dauphins sont captifs.

Phuket Gazette
http://www.phuketgazette.net/phuket-news/Phuket-dolphin-park-link-Taiji-massacre-confirmed/34886#ad-image-0
Dauphins captifs en Thaïlande :
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/12/thailande-dauphins-en-danger-exhibes-dans-les-shows/


taiji-18-9-2013

Le 3 septembre 2014
Les entrepreneurs qui soutiennent le nouveau delphinarium de Phuket (Thaïlande) ont déclaré aux autorités compétentes qu’ils détenaient déjà 4 dauphins dressés pour faire des shows sur cette île de vacances. Ce projet leur a coûté 30 millions de bahts.

On peut déjà voir le bâtiment circulaire du delphinarium à Chalong, non loin du zoo de Phuket, mais les bailleurs de fonds restent évasifs sur les détails du programme.

Une réunion vient d’avoir lieu à huis clos entre ceux-ci et le vice-gouverneur de Phuket, le Dr Sommai Preechasin, dans les bâtiments du Phuket Provincial Hall.

Les promoteurs, derrière lesquels se trouve le groupe Nemo, possédent des installations similaires ailleurs, a indiqué le Dr Sommai après la réunion. Ajoutant que ces gens étaient très perturbés par la réaction négative que suscitait l’ouverture prochaine du delphinarium et particulièrement par celles des étudiants du Price Songkhla qui ont protesté publiquement la semaine dernière contre la captivité des dauphins.

phuket-pool

Les dauphins ont déjà été dressés, confirme le Dr Sommai. Le groupe captif d’origine comptait 9 individus, tous d’origine russe. Ces dauphins ne proviendraient donc pas des pêches sanglantes à Taiji, comme l’affirment les opposants.

Cependant, pour voir le retour sur investissement de leurs 30 millions de baht , les entrepreneurs doivent d’abord obtenir l’autorisation de la CITES d’importer ces dauphins. Appremement, rien ne s’y oppose. Puis ce sera au tour des autorités communales de se prononcer.

Ce delphinarium a pour but d’accroître la clientèle de touristes russes et chinois, très demandeurs de ce genre d’attractions.

phuket-dome

Lire :
http://phuketwan.com/tourism/phuket-dolphinarium-backers-spending-30m-baht-dolphins-training-20911/

http://www.phuketgazette.net/opinion/Standing-together-against-Phuket-dolphinarium/33759

https://www.change.org/p/phuket-tourism-board-stop-the-nemo-dolphinarium-in-phuket-thailand

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/12/thailande-dauphins-en-danger-exhibes-dans-les-shows/

phuket-pool2


Le Jour du Dauphin Japonais 2014

save_japan_dolphins_poster_2012_by_marcwf-d5u7e89
Le Jour du Dauphin Japonais dans le Monde

paris-demo-2014

Message de Ric O’Barry
Nous nous apprêtons tous à rendre hommage aux dauphins du Japon qui ont été et seront tués durant le massacre qui se déroule de septembre à mars, ainsi qu’à ceux actuellement captifs dans le monde entier.

L’Association Japonaise des Zoos et Aquariums (JAZA) et le Musée de la Baleine de Taiji (où la petite delphine albinos Angel et d’autres dauphins arrachés à leur famille lors de chasses au rabattage se trouvent confinés), tolèrent activement, exploitent et subventionnent captures et massacres à Taiji.

Nous exigeons que l’Association Mondiale des Zoos et Aquariums (WAZA) expulse la JAZA de ses rangs et prennent des mesures conséquentes pour arrêter ces crimes, plutôt que de sussurrer du bout des lèvres qu’elle s’oppose à de telles pratiques.
La captivité n’est jamais « humaine » pour les cétacés ! N’achetez pas de billet pour un spectacle de delphinarium ou une séance de « nage avec les dauphins » en piscine.

Les chasses au rabattage à Taiji sont PAS une tradition japonaise. Elles n’existent que pour fournir de gros profits aux pêcheurs impliqués et aux entreprises qui achètent des dauphins vivants pour leurs installations. Les chasses ont commencé en 1969, à l’instigation de SeaWorld. Plusieurs autres villes japonaises (Iki et Futo) ont renoncé à ces chasses. Les arguments des tueurs de Taiji qui prétendent que leurs opposants foulent au pied leur « culture alimentaire » ou leurs « anciennes traditions » est sans fondement.

Nous allons envoyer un message pacifique mais ferme à la WAZA, au Gouvernement japonais et aux grandes industries japonaises et leur dire nous ne tolérons pas la poursuite de ces captures et massacres annuels.
Nous ne ferons pas de déclarations anti-japonaises. La plupart des Japonais ne savent rien de ces horreurs et s’y opposent dès qu’ils en apprennent l’existence.

Nous soutenons le droit du peuple japonais à être informé sur la contamination de la viande de dauphin et de baleine et nos préoccupations incluent donc également le bien-être de la population du Japon, qui doit recevoir de son gouvernement la garantie de ne pas consommer une viande gravement polluée par les PCB et le mercure.

angel1

Angel

Message de Ric (2)
La dernière saison de chasse à Taiji a été brutale. Partout dans le monde, les gens ont réagi dans la presse internationale lorsque des centaines de dauphins ont été rassemblés dans la Baie de Taiji.

L’un de ces dauphins, Angel, est devenu le symbole de la férocité de cette chasse. Elle nous a aidé à rassembler l’opinion et à galvaniser la lutte contre ces pratiques inhumaines. Nous mettrons donc en évidence le sort d’Angel cette année, avec notre nouveau slogan: « Libérer, puis célébrez: une nouvelle ère pour la compassion envers les dauphins ».

Au nom d’Angel, le bébé dauphin albinos qui a été arraché à sa mère et à sa famille pour être exhibée comme une curiosité dans le célèbre Taiji Whale Museum, nous aimerions vous inviter à mettre en place votre propre événement « Journée du Dauphin Japonais » ou de rejoindre une manifestation près de chez vous.

jdd-2013-1

Les activistes japonais s’opposent aussi à ces atrocités

Le JDD dans le monde

Liège :
https://www.facebook.com/events/312429948928493/?fref=ts
Anvers :
https://www.facebook.com/events/686797814743745
Paris :
https://www.facebook.com/events/1455776361344805/
Ailleurs :
https://mapsengine.google.com/map/edit?mid=zhv8rpEC_fU8.kbGeJVK3bULI

taiji-hell

Taiji : le camp d’extermination

Ce qui se passe à Taiji

Près de 1.500 dauphins ont été rabatus dans la Baie de la Honte durant la saison 2013-2014.
834 d’entre eux ont été massacrés.
158 ont été gardés pour les delphinariums.
457 ont été relâchés seuls, sans leurs parents ni leurs amis, parfois si jeunes qu’ils n’étaient pas encore sevrés.
On a retrouvé leurs corps un peu partout sur les rochers quelques jours plus tard.
Sans famille, un dauphin n’est rien.

En 2014-2015

1.938 meurtres autorisés.

Taiji Dolphin Drive Fishery Catch Quota for 2014/2015

134 Pacific white-sided dolphins;

450 Striped dolphins;

509 Bottlenose dolphins;

400 Pantropical spotted dolphins;

261 Risso’s dolphin;

114 Short-finned pilot whales;

70 False killer whales.

taiji-trusiops-massacre-17-12-2012

Lire aussi :

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2014/01/05/comment-le-japon-tue-ses-dauphins/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/08/09/massacre-a-taiji-saison-2013-2014/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/09/06/taiji-dauphins-captures-6-septembre-2013/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/09/14/taiji-12-septembre-les-images-du-massacre/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/09/14/taiji-12-septembre-premier-massacre-de-globicephales/
http://www.dauphinlibre.be/japon-taiji-massacre-2012.htm
http://www.dauphinlibre.be/japon.htm

taiji-oceanwatch-mother-child-2-9-2013

Mère et enfant. L’une sera tuée, l’autre gardé pour les shows.

taiji-same-trick

 

 


Macaques berbères à Marrakech

macaque-marrakech

Photo magnet Comagreb

LA PLACE JEMAA EL FNA

- « Hé, m’sieur ! M’sieur ! Une belle photo ? »

A peine ai-je eu le temps de me retourner que quelqu’un me pose un magot sur l’épaule.

La petite guenon paraît somnolente, droguée sans doute. Sans cesse, elle lève les bras comme pour parer les coups.
Sitôt placée sur mon dos, elle urine de peur en mouillant l’arrière de mon T-shirt. Je rends le pauvre animal à son dresseur, presque aussi vite qu’il me l’a donné. Un jeune homme jusqu’ici tout sourire.

- « Et il vient d’où, ton singe ? Comment tu l’as attrapé ? Tu le gardes où ? »

-  » On le soigne bien, Ms’ieur.  Pas de problèmes ! Il vit chez nous à la maison… Il est content. Tu dois payer pour la photo, maintenant ! »

- « Mais je ne t’ai rien demandé ! C’est toi qui m’a mis ce macaque sur l’épaule ! »

- » Tu dois payer ! Ta soeur a pris la photo ! « 

C’est vrai. Et à ma demande, encore bien, pour témoigner de l’incident. Je lâche quelques dirhams.

- » Hé, c’est pas assez, ça ! C’est de la ferraille, ça ! Faut donner plus ! »

Le sourire est tombé. Et quand je commence à photographier la caisse d’où le macaque a été extrait, la colère du dresseur explose :

- « Tu ne peux pas faire ça ! T’as payé pour le singe, pas pour la cage ! Tu ne peux pas photographier ça ! »

 

Macaques-caisse2

Une cage ? C’est juste une caisse en bois peinte en vert.
C’est là-dedans que les dresseurs gardent leurs magots depuis l’aube jusqu’à la nuit tombée. Les propriétaires se tiennent pour leur part à l’ombre d’un auvent, par groupes de trois ou quatre personnes.

L’un de leurs singes est déguisé en femme, vêtu d’une nuisette blanche.
Son dresseur lui fait faire des culbutes en tirant sur la chaîne, sous l’œil ravi des badauds majoritairement marocains en ce début d’après-midi. Plus loin, des enfants tapent sur la caisse d’un magot pour l’exciter.

Personne ne réagit. Les parents sourient benoîtement et les dresseurs s’en amusent. Eux-mêmes frappent la caisse du poing de temps en temps afin de garder la bête en éveil.

La chaleur est pesante. Il doit faire 50°degrés au soleil et c’est là que les cages sont posées. Aucune trace de nourriture ou d’eau pour ces singes, qui passeront toute leur journée ici, avant de retourner…
Où ? Comment ? Impossible de le savoir.

Peu importe à la plupart des touristes, qui se prêtent volontiers au jeu et se ne se soucient guère de savoir d’où viennet ces singes et quel est leur destin…

A certains, on propose d’acheter l’animal. S’ils acceptent, le malheureux ne franchira sans doute pas la frontière et se retrouvera bientôt dans un zoo du Maroc, où déjà ses semblables s’entassent.  Mais s’il parvient jamais en Europe, ce singe leur causera bien des soucis. Les singes font leur besoins n’importe où, cassent tout et deviennent agressifs. Ce sera dans un autre refuge qu’il finira ses jours.

macaques-marrakech-connasse2

La place Djemaa el Fna est le plus haut lieu touristique de Marrakech, et sans doute du Maroc.
C’est un endroit que tout voyageur se doit de visiter et qui bourdonne d’activité de l’aube à la nuit tombée. L’UNESCO lui a donné le titre de «site du patrimoine culturel de l’humanité ».

Force est de dire qu’à côté du réjouissant spectacle des acrobates, conteurs, diseuses de bonne aventure, gargotes et autres marchands de jus d’orange, l’agressivité des charmeurs de serpents et des dresseurs de singes gâche l’ambiance.

Ils abordent d’autorité toute personne qui s’approche en lui agitant un cobra flasque sous le nez ou en lui collant un singe sur les épaules. Ensuite, ils exigent d’être payés pour la photo. Les discussions peuvent s’envenimer et c’est une plaie pour les touristes que d’être ainsi harcelés puis insultés, s’ils ne paient pas.

«Le jour où j’ai visité la place en 2013″, raconte la zoologiste Keri Cairns, «j’ai vu quatre groupes de montreurs de singe. Chaque groupe gardait plusieurs macaques à l’extérieur et d’autres enfermés dans des caisses minuscules. Beaucoup de ces macaques étaient vêtus de couleur criarde et portaient des couches. Leur âge allait du jeune bébé aux femelles adultes, et chacun était traîné par une chaîne autour du cou. Ces malheureux ont enlevés à leur forêt et à leur famille et sont gardés dans des caisses surchauffées minuscules quand on ne les exhibe pas. Certains d’entre eux sont drogués et leurs dents et leurs griffes ont été arrachées».

Les choses ne se sont pas améliorées un an plus tard.
Selon une information récente (août 2014) de Barbary Macaques: « Les macaques sur la place sont vaccinés contre la rage et portent un micro-chip. Nous n’avons aucune preuve qu’ils soient drogués mais bien qu’ils sont battus s’ils désobéissent. Il y a environ de 40 à 50 macaques sur la place les jours d’afluence. Ils passent leurs journées enfermés dans leur boîte, sauf lorsqu’ils travaillent. Le trafic de macaques est organisé partout dans le pays mais nous manquons de moyens pour les aider tous ».

barbary-macaque-troop-morocco-cyril-ruoso

Photo Cyril Ruoso


LES SINGES MAGOTS, UNE ESPECE RARE

Mais comment est-ce possible ? Comment le Maroc, qui a signé la convention de Berne sur les espèces en danger, peut-il tolérer qu’un animal repris sur la liste rouge de l‘IUCN soit exhibé chaque jour en tutu, tout au long de l’année, sur la place la plus touristique du pays ?

Le singe magot est la seule espèce de macaque existant en Afrique mais aussi le seul primate non humain vivant au nord du Sahara. Toutes les autres sous-espèces de macaques vivent en Asie ou à l’Ile Maurice. Communément connu sous le nom de « singe de Barbarie» ou « magot», il peuplait jadis en grand nombre les montagnes du Maroc et de l’Algérie.

Leurs cultures sont celles de tous les macaques : une société subtilement hiérarchisée dominée par quelques grands mâles mais régulées en sous-main par de sages matriarches, qui transmettent à leurs enfants le statut social qui est le leur.
(Lire aussi  : Macaques crabiers à l’Ile maurice)

Vivre en altitude, parmi les rochers et les grands arbres, suppose certaines adaptations. Le macaque berbère résiste bien au froid. Sa queue est réduite à l’extrême pour éviter toute déperdition de chaleur et son pelage devient plus fourni pendant l’hiver.
Les groupes peuvent compter jusqu’à 60 individus et ce sont les jeunes mâles qui, à la puberté, partent à la recherche d’autres groupes pour s’y reproduire. Selon la saison, les magots mangent des glands, des cônes et des aiguilles de cèdre, des champignons, de bulbes ainsi que des insectes, des scorpions ou des amphibiens.
Ils peuvent également pénétrer dans les zones agricoles et se nourrir de fruits, de légumes et de céréales. La réduction progressive de leur habitat naturel les pousse de plus en plus à adopter ce comportement, ce qui leur vaut la haine farouche des paysans marocains.

barbary-macaque-tourists-ifrane2

Ifrane

4. CAPTURES

Aujourd’hui, quelque 6000 à 10.000 macaques s’accrochent encore aux cèdres, aux chênes et aux rochers de rares parcs nationaux. Ils en sont même devenus l’attraction principale, avec tous les dégâts que cela implique.
A Ifrane, à Toubkal, à Talassemtane, dans la vallée de l’Ourika (s’il en reste !), ces singes perdent peu à peu leurs valeurs traditionnelles et leur compétence à vivre en liberté. Ils mendient des friandises au bord des routes. Ils se bourrent de barres chocolatées et de biscuits. Ils ont si soif parfois qu’on leur donne à boire de l’eau en bouteille.
Cette proximité avec l’homme les rend moins farouches et bien plus vulnérables.
Dès lors …

barbary-macaque-tourists-ifrane
“Il est bien connu que le parc national d’Ifrane est la principale zone de braconnage au Maroc », explique le site du MPC. « L’un des groupes de singes y sont nourris par les touristes et sont donc beaucoup plus faciles à attraper pour le commerce illicite d’animaux familiers ».

Depuis un an, un nombre sans cesse croissant de personnes se rend en forêt pour tenter d’y capturer de jeunes macaques. Jusqu’ici, ces captures étaient le fait de bandes organisées. Mais il est devenu de plus en plus facile de s’emparer d’un bébé macaque au sein de ces populations accoutumées à l’homme.

La présence de stagiaires du MPC mais aussi de quelques vendeurs de fossiles, qui sont proches de ces groupes des ces singes au cours de la journée, a permis d’empêcher des braconniers de d’agir. Ceci nous montre à quel point il est important que ces lieux soient surveillés.
Voici deux cas où Faical Boutlib, étudiant à l’Université de Fès, s’est montré extrêmement courageux :
Le premier cas a eu lieu quand 2 personnes de nationalité marocaine se sont approchées du Blue Group pour capturer un jeune singe afin de l’offrir en cadeau à leurs propres enfants.
Heureusement, Faical était là et lui et ses amis ont pu surprendre les ravisseurs et avertir la police. On ignore si ceux-ci ont fait l’objet de poursuites légales, mais à tout le moins, ils n’ont pas pu voler le petit singe.

Le second cas met en scène 5 citoyens marocains vivant en Espagne qui passèrent à Ifrane. L’un d’eux a commencé à grimper sur un cèdre pour y voler le nouveau-né d’une guenon. Faical et Nina étaient là et ont pu arrêté les braconniers. Faical a pris le numéro d’immatriculation de la voiture et a appelé les autorités. Là non plus, rien ne confirme que ces gens aient du rendre des comptes devant la justice. Nous sommes très préoccupés par ces nouvelles et MPC envisage d’accroître la surveillance dans les prochains mois pour protéger principalement les groupes habitués à l’homme dans la forêt d’Azrou». (Juillet 2014)

5. COMMENT LES AIDER ?

magot-fondation-helga-heidrich

© Michel Aymerich (Fondation Helga Heidrich)

Fondation Helga Heidrich
A Marrakech, la Fondation Helga Heidrich abrite aujourd’hui dans son Refuge Agafay  5 macaques berbères tirés d’un mauvais pas.
Leur réhabilitation est devenue impossible du fait de la durée de leur détention et des traitements qu’ils ont subi. Ils ont donc grand besoin de plus d’espace.
Vos dons sont donc plus que les bienvenus pour leur construire un vaste enclos arboré avec un lac, des arbres, des rochers et de la verdure.
Votre soutien sera d’autant plus précieux qu’il bénéficiera également aux ânes, chevaux, chiens, chats, dromadaires et autres animaux maltraités sauvés par Helga que la Fondation abrite.
Lire aussi :
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2014/07/11/helga-heidrich-a-marrakech-lespoir-des-animaux/

helga-macaque1

Macaque recueilli à la Fondation Helga Heidrich . Photo YG

D’autres associations sont également actives sur le terrain pour protéger les magots et sensibiliser la population, avec des succès divers et quelques réhabilitations réussies. Ces organisations travaillent en collaboration avec les autorités marocaines, le Zoo de Rabat et divers zoos européens. On peut le regretter mais les options de sauvegarde sont limitées. Il est dommage que ces associations n’aient pas plus d’influence sur l’indulgence du Gouvernement Marocain à l’égard de ces pratiques inadmissibles, malgré le fait qu’elles travaillent avec elles.

barbary-macaque-awareness-conservation-logo

Barbary Macaques Awareness and Conservation
Cette association travaille principalement dans la région du Riff, au nord du Maroc. Elle procède à de confiscations d’animaux protégés, tout particulièrement de singes magots, mais se soucie également des chiens errants.
La BMAC est animée par une équipe de scientifiques, sous la direction de Sian S. Waters (PhD Candidate, Department of Anthropology, Durham University, UKmembre de l’IUCN/SSC, Primate & Reintroduction Specialist Groups,Primate Education Network (PEN), Regional Coordinator for North Africa, the Middle East, Spain & Gibraltar, European Studbook Keeper for the Barbary Macaque).
L’ambition dela BMAC est de créer un vaste centre de réhabilitation au Maroc même, ce qui épargnerait effectivement aux singes sauvés des mains des trafiquants de se retrouver dans des zoos marocains ou européens.
On sait la valeur du macaque pour les laboratoires, et l’on peut craindre qu’en cas de surpopulation captive, certains individus finissent sur la table d’expérimentation. L’éducation forme une part essentielle de l’action de la BMAC. Des stages dans les forêts de Bouhachem sont organisés par l’association.

Lire les dossiers
En français
En arabe

mpc-image

Moroccan Primate Conservation
Cette association néerlandaise met surtout le focus sur le commerce illégal de macaques berbères. Elle encourage l’écotourisme au Maroc et procède à des réhabiltations en milieu naturel.
https://www.facebook.com/MoroccanPrimateConservationUK

yvon-macaque

La chose à ne pas faire. Refusez fermement toute photo de ce genre ! Je ne l’ai accepté que pour porter témoignage. Photo Catherine Godefroid

En savoir plus :
Michel Tarrier
http://www.notre-planete.info/actualites/3799-magot-Maroc-disparition
Michel Aymerich
http://www.michel-aymerich.com/photos-du-maroc-et-du-sahara/

Parcs nationaux
http://ma.chm-cbd.net/manag_cons/esp_prot/stat_nat/parc_nat/fol910246
http://ma.chm-cbd.net/manag_cons/esp_prot/stat_nat/parc_nat/fol117596

Magots
http://fr.wikipedia.org/wiki/Macaque_berb%C3%A8re#Habitat

Gibraltar
http://www.anecdote-du-jour.com/macaques-berberes-les-seuls-singes-a-l-etat-sauvage-en-europe/

macaque-cage-primategirl.files.wordpress

Photo Primategirl.

 Protestez auprès des agences de voyage et des sites de tourisme qui promeuvent ces exhibitions obscènes :
« Au Maroc, une action pourrait être menée à différents niveaux pour faire évoluer la situation :
– les pouvoirs publics en faisant respecter la Convention de Washington sur le commerce international des espèces de la faune et de la flore menacées d’extinction, que le Maroc a signée et ratifiée, ou en sensibilisant la population à la préservation de l’environnement.
– les agences de voyage, les guides touristiques pour lutter contre l’ignorance des touristes, leur complaisance, voire leur complicité.
– l’UNESCO qui, après avoir inscrit la Place Jemaa El Fna sur la liste du Patrimoine mondial, ne peut faire fi de pratiques qui seraient condamnées sous d’autres cieux.
– les ONG marocaines, encore peu nombreuses dans ce domaine d’action, qui pourraient relayer le travail déjà réalisé notamment par le WWF.
Si demain les montreurs d’animaux ou les cages remplies de tortues disparaissaient, la Place Jemaa El Fna ne perdrait en rien la fascination qu’elle exerce sur ses visiteurs. Marrakech est suffisamment riche de talents et d’histoire pour les remplacer aux côtés des musiciens, conteurs, acrobates, cracheurs de feu, et autres saltimbanques tout en préservant sa précieuse identité culturelle ».

Pétition :
http://geos-nature.org/sign-the-petition.html

Barbaby-ape-Place-Jemaa-el-Fna-Marrakech--1024x768

Une tradition à interdire, comme la tauromachie en France ou le massacre des dauphins au Japon.

 Maroc : Ministère de l’Environnement
http://www.environnement.gov.ma/index.php/fr/ministere


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 417 autres abonnés