Free our last 6 dolphins in Belgium.

Archives d’Auteur

Eclair : vie et mort d’un dauphin né captif à Antibes

Eclair, mort en cachette en janvier 2015. Ici avec un tuyau enfoncé dans la gorge, lors d’un intubage quotidien d’eau douce.

Eclair était un jeune dauphin mâle à la peau claire, né en captivité le 13 septembre 1990 des oeuvres de Joséphine (décédée) et de Oum (décédé).
Il connut son premier dressage entre 6 et 36 mois, quand l’allaitement allait céder la place à de la nourriture solide. Les soigneurs ont aussitôt pris le relais pour la phase du sevrage, de sorte que le delphineau comprenne bien d’où venait le poisson et ce qu’il fallait faire pour le mériter. Ce n’est pas sa mère qui devait lui apprendre.
(En liberté, à Sarasota, le sevrage se situe entre 2 ans et demi et 8 ans, mais  la majorité des enfants passent à la nourriture solide lors de leur 4ième anniversaire. Leur mère leur effrite alors des morceaux de poisson pour qu’ils puissent le consommer facilement). 

Les contacts mère-enfant étaient volontairement espacés. De manière assez cynique, la permission de  retrouver son bébé était donnée à Joséphine comme un « renforcement positif de première catégorie ».
L’amour maternel l’emportant sur la faim, cela faisait un excellent moyen de contrainte. Joséphine comprenait également qu’il était dans son intérêt de faire obéir son fils aux ordres du dresseur.

Comme tous les enfants de cet âge, les très jeunes nés captifs ne peuvent concentrer leur attention sur une tâche bien longtemps.
Ils nagent partout dans le bassin, au beau milieu du show et distraient les adultes. Il faut donc tenir ces bambins espiègle à l’oeil et décourager chez eux toute initiative personnelle.

bebe-dauphin-malou-nala-marineland

Malou et sa fille Nala , née en 2010. Eclair était le papa.

Le Marineland d’Antibes nous répète à l’envi que les captures ont pris fin depuis les années 90 et qu’il ne détient que des dauphins nés-captifs, donc heureux. Il oublie que 2 de ses femelles viennent de Floride et la 3ème de Cuba. Il ne précise pas non plus que les heureuses naissances sont souvent étroitement consanguines, voire incestueuses et que les enfants meurent de ce fait en grand nombre au bout de quelques jours. Lorsqu’ils parviennent à survivre jusqu’à 15 ou 20 ans, leur vie n’est en rien meilleure que celle de leurs aînés « fondateurs ».

Eclair (1)

Eclair était un bon garçon

Eclair était lourdement médicamenté. Il lui arrivait de tomber en syncope sous l’effet du Valium et de rouler verser sur le côté, la bouche entrouverte immergée dans l’eau, le regard perdu dans le vague.
Le dresseur tentait alors de faire croire au public que c’était là un tour nouvellement appris. Il écartait les bras en geste de victoire et la foule applaudissait le dauphin drogué.

Eclair avait l’humeur changeante. Certains jours, il était tout content de revoir son soigneur, surtout au terme de ces interminables nuits, 8 heures de « sommeil » sous les projecteurs, dans un bassin minuscule à tourner en rond. Le spectacle était alors pour lui un exécutoire, une façon de faire exploser toute son énergie concentrée.

D’autres jours, il semblait désabusé, loin de tout, sans espoir.
Mais qu’aurait-il pu espérer ? Il n’avait jamais connu que ces murs, ces bassins, ces barrières et ces chaînes.
En revanche, son corps conçu pour nager vite et loin, son cerveau surpuissant connecté à des sens d’une finesse inouïe, ses gènes de dauphin Tursiops,  lui disaient qu’il y avait autre chose. Un Ailleurs. Une autre façon de vivre que de refaire chaque jour les mêmes shows, les mêmes entraînements, les mêmes séances médicales, tous les jours, toute l’année, jusqu’à la mort. Une chose bizarre dont sa mère se souvenait et qu’elle appellait la « Liberté », ou parfois « l’Océan », une piscine tellement immense qu’on n’en voyait pas la limite…

Eclair s’est éteint d’un cancer de la prostate en février 2015. Comme un petit vieux. Ses propriétaires n’ont pas jugé bon de signaler sa mort, pas plus que celle de Mila en février. Il a presque fallu leur extrorquer des aveux pour qu’enfin, le jour de la Manifestation contre le Marineland en juillet 2015. Jon Kershaw se résolve à lâcher, en guise d’épitaphe :
– « Eclair est mort en février 2015 d’un cancer de la prostate, Mila-Tami en janvier 2015 d’une occlusion gastrique provoquée principalement par des matières végétales. Alizé est toujours là, dans le bassin à spectacles, je viens de lui dire au revoir avant de partir. Quand vous travaillez avec un animal qui vit moins longtemps que vous, forcément, un jour ou l’autre, vous avez affaire à la mort. Nous avons chez nous plus de 3.000 animaux, donc il y a des morts tout le temps. Le taux de mortalité chez nous est de 100%, inévitablement. Mais personne ne vous parle des 5 naissances que nous avons eu l’année dernière… »

C’est vrai, après tout ! Un dauphin de plus ou de moins, quelle importance ?
Le public ne s’en rend même pas compte !

Repose en paix, jeune Eclair. La mort vaut peut-être mieux que l’enfer de l’ennui.


Le dortoir des dauphins à Marineland

Les dimensions de ce bassin sont de 11 mètres de diamètre pour 3 mètres 50 de profondeur. Les lumières restent allumées toute la nuit, toute l’année. Il n’y a jamais de vrai repos.
Les 8 heures de « sommeil» des dauphins se passent à tourner en rond. On comprend que le lendemain matin, accéder au bassin de spectacle est considéré par eux comme une récompense.
En mer, les dauphins flottent côte à côte en avançant doucement au gré des vagues. Même la nuit, ils ne dorment que d’un oeil et par courts intervalles, lors de siestes d’une vingtaine de minutes ou plus. Ils sont souvent très actifs pendant la nuit, car ils chassent alors les calmars ou certains poissons qui remontent à la surface après le coucher du soleil.


Lire :
3 dauphins disparus au Marineland d’Antibes

Eclair-mars-2015

Sur Marineland TV, on chantait le bonheur d’Eclair au mois de mars. Il venait de mourir le mois précédent.


Au Marineland d’Antibes, les orques mâchent du béton

wikie-antibes-orque

Les dents de l’orque Wikie au Marineland d’Antibes. On y distingue nettement les trous forés à vif par une fraiseuse, pour empêcher les abcès mais qu’il faut régulièrement nettoyer avec une sorte de waterpik. Le menton de Wikie est également meurtri.


Les orques du Marineland d’Antibes ont les dents abîmées. Et ce n’est nullement le cas de toutes les orques dans le monde, comme l’affirme la vidéo 03 du Marineland d’Antibes, mais bien le triste résultat d’un comportement stéréoptypique.

John Hargrove raconte comment les orques de SeaWorld détachaient avec une sorte de frénésie obsessionnelle, des pans entiers de peinture aux murs de leurs bassins nus. Elle s’ennuyaient à ce point qu’elles pouvaient passer des heures à râper les parois avec leur dents, au point de s’en faire saigner le menton.
Il en va de même pour les dauphins, qui picorent à Antibes des morceaux de plastique au revêtement de leur lagon, sans s’abîmer les dents mais en s’empoisonnant.
C’est qu’entre deux spectacles ou deux séances de dressage, le cétacé n’a strictement rien à faire.

Bassin-orques

Voilà ce qui est supposé remplacer l’océan.


A Antibes, le fond du bassin principal est malheureusement fissuré.
De ce fait, les orques jouent avec les morceaux de béton qu’elles peuvent arracher du sol avec les dents et mâchonner à loisir. Ces fissures n’ont toujours été réparées, car il faudrait pour cela vider tout le bassin, ce qui est impossible. Les spectacles devraient être arrêtés pendant des mois, les orques relogées quelque part et perdre au final beaucoup d’argent.

Il faut pourtant savoir que ce bassin a été construit sur la nappe phréatique du Parc de Vaugrenier, qui se trouve juste derrière le Marineland et possède un étang. L’état de celui-ci s’est bien dégradé depuis la construction du grand bassin des orques.

vaugrenier

L’étang du Parc de Vaugrenier

Par un jeu de vases communiquants, l’eau de mer chlorée de Marineland remonte dans celle de l’étang, en y provoquant les lents dégâts qu’on imagine. A l’inverse, les eaux de l’étang colore parfois le bassin des orques d’une brume boueuse épaisse. La filtration est très lente au Marineland d’Antibes, par rapport à celle de SeaWorld.

kimvitre

Les eaux sombres du bassin d’Antibes

Lors de la construction du bassin, le béton n’a pas eu le temps de sécher.
Il fallait absolument accéler les travaux pour réduire les budgets, mais lorsque les flots commencèrent à remplir le bocal géant, le béton encore humide a cédé sous leurs poids.
L’eau de la nappe phréatique mêlée l’a soulevé par-dessous et c’est ainsi que des morceaux de béton continuent à se détacher régulièrement du sol, détruisant peu à peu la denture de nos orques.

Spectacle des orques au Marineland d'Antibes // Orca show in Antibes marina park

Spectacle des orques au Marineland d’Antibes // Orca show in Antibes marina park

La construction du bassin du Marineland
« Sa construction fut une entreprise titanesque.
En basculant de millénaire en l’année 2000, Marineland a effectué un bond en avant en réalisant le plus gros pari jamais pris par le parc, ni aucun autre parc européen : créer un complexe marin gigantesque pour la famille d’orques qui ne cessait de s’agrandir. Réalisé en 11 mois, ce chantier hors du commun a eu raison de nombreux défis technologiques.

Le bassin (divisé en 5 lieux de vie)
44 millions de litres d’eau de mer, le bassin principal a 11 mètres de profondeur, un peu moins dans les quatre autres bassins. Outre le bassin de spectacle, l’espace de vie des orques est constitué d’un lagon, de deux bassins de maintien et d’un bassin hôpital.

Les armatures en inox des vitres sont créées à partir des mêmes composés que ceux de la Tour Eiffel, par la société du même nom. Les vitres sont du méthacrylate* (de la famille des plastiques) bombé des deux côtés, de 17 cm d’épaisseur, de 4.60 mètres de haut et de 64 mètres de long, fabriquées spécialement aux USA.
Les gradins peuvent contenir de 3600 à 4000 personnes. La toiture est composée d’une structure analogue à celle du Stade de France.

Remplissage et filtration
Il faut 7 jours pour remplir le nouveau bassin avec le système de pompage actuel.
La station d’épuration est équivalente à celle de la ville de Nice, soit un débit de 9000m3/heure« .


Lire aussi :
Captivité des orques et dentition dégradée

 Infos : S.I.M

kiska-teeth-610x343

Plus l’ennui est profond, plus les dents se dégradent. Ici, Kiska au Marineland du Canada

 


Le Marineland d’Antibes vous ment face caméras

Dauphins-Marineland-Antibes

Le seau de poisson se trouve à gauche de la dresseuse. La récompense par la nourriture est un renforcement positif primaire, indispensable à tous les shows.


Il y a un an à peine, jamais le Marineland d’Antibes n’aurait songé à se justifier auprès de son public.
C’est aujourd’hui chose faite : au fil de courtes vidéos publiées sur Marineland TV, Jon Kershaw et Manuel Garcia Hartmann viennent froidement nous mentir face caméras.
Sans sourciller et même sans rire, ils nous débitent les pires énormités, celles que SeaWorld assène déjà depuis des mois sur les écrans publicitaires pour tenter survivre à l’Effet Blackfish.


Kershaw

Jon Kershaw est directeur animalier au parc depuis bien longtemps.
Il a travaillé avec Mike Ridell et porte donc la responsabilité de la mort de nombreux cétacés, mais aussi de la séparation déchirante de Shouka d’avec sa mère Sharkan ou de l’envoi vers la mort de Tanouk aux Japon, aux côtés de la petite orque Asuka capturée à Taiji. Ses propos peu scientifiques dénigrant l’intelligence des cétacés sont bien connus du grand public.

hartmann

Le vétérinaire allemand Manuel Garcia Hartmann est un expert européen du « dolphin husbandry ». Il a d’abord travaillé au delphinarium de Duisburg (plus de 60 cétacés morts) avant d’être engagé par l’Oceanografic de Valence. Curieusement, cet épisode de sa carrière ne figure pas dans son CV en ligne, sans doute parce qu’il  a été licencié du parc espagnol de manière peu glorieuse. Le Marineland d’Antibes a engagé ensuite cet amateur de bon vin comme vétérinaire à demeure. Une bonne chose quand on sait que jusqu’il y a peu, l’ancien médecin des orques et des dauphins du Marineland vivait encore en Angleterre…
Hartmann est également responsable du Studbook européen des dauphins captifs, dont la version 2014 reste confidentielle.  Il fit enfin partie des deux  Commission fédérales sur les dauphins de Bruges.

Nos deux « experts » abordent donc ici des questions «difficiles ».
Capture-t-on encore ? Pourquoi les ailerons des orques sont-ils flasques et leurs dents ravagées ? Ou, plus récemment, comme en réponse à un article intitué «La petite pharmacie du Marineland d’Antibes», la vidéo Marineland TV N05  titré «Les médicaments et le chantage à la nourriture», nous explique ce qu’il faut en croire.


antibes-medoc2

Rien que des vitamines ?

Harmann nous parle d’abord des vitamines. Car on ne donne que des vitamines, bien sûr.
Et c’est normal : le poisson congelé  « premier choix » est vidé de ses vitamines comme de son eau  lors du processus de réfrigération. On compense ce déficit alimentaire avec de la thiamine ou «Benerva».
M.Hartmann néglige malheureusement de s’expliquer sur le Valium, le Regumate, le Sérénin, l’Amoxicilline, la Speciafoldine, l’Itraconazole ou sur les autres drogues qui servent à soigner les captifs des dommages psychophysiologiques créés …. par la captivité !


 

dolphin-eating-fish

Sans contrôle de la nourriture, pas de dressage possible

Quant à la privation de nourriture, Mr Hartmann s’égare d’abord un peu. Il compare le chien (30.000 ans de domestication à partir du loup du loup Taïmyr impliquant une évolution divergente du chien sous influence humaine) avec les dauphins (enfermés en bassin à la fin des années 30) et les orques (première orque brièvement captive en 1962).
Puis il affirme sans rire que le contrôle de la nourriture n’est pas indispensable au dressage et qu’aucune faim programmée ne lui est imposée.

On sait pourtant que le dressage des cétacés est fondé sur la Pensée Comportementaliste (Behaviorisme) qui réduit l’être pensant à une machine.
L’apprentissage skinnerien repose sur deux éléments, le renforcement et la punition.
Un renforcement ou une punition peut être soit :
* Positif : par l’ajout d’un stimulus agissant sur l’organisme.
* Négatif : par le retrait d’un stimulus agissant sur l’organisme.

Le renforcement positif primaire chez le cétacé captif est la nourriture (« primary reinforcer »).
Si l’ordre donné par le dresseur n’est pas exécuté, le cétacé ne reçoit pas son bout de poisson. Quand un VIP annonce sa présence au delphinarium, les orques sont affamées un jour ou deux avant l’évènement. Quand un dauphin déprimé ne mange plus, il ne veut plus participer aux shows, ce qui est très gênant. On lui donne donc des médicaments stimulant l’appétit, dont le Valium à Duisburg ou le Déanxit à Antibes.
La mise en confiance, les caresses, les jouets, la complicité amicale, le «coup de sifflet qui dit que c’est bien» (« Bridge »), sont des «secondary reinforcers», très importants eux aussi, comme l’explique en détails John Hargrove dans son livre « Beneath the surface ».

Mais ils ne fonctionneraient jamais s’il n’y avait pas à la base cette faim lancinante qui finit par donner des ulcères aux captifs. L’orque DOIT savoir que la nourriture ne peut venir que d’une main humaine et qu’elle DOIT soumettre ses six tonnes d’énergie à la volonté de son dresseur pour en obtenir.

training-dolphin-is-waiting-for-fish

Bon chien ! Ce dauphin a les yeux rongés par le chlore

Tous ces détails ne sont pas seulement disponibles sur les sites de dangereux activistes extrémistes ignorants ou dans les élucubrations (dixit John Kershaw) de John Hargrove, Senior Trainer de SeaWorld qui fut pourtant invité en son temps par le Marineland d’Antibes pour apprendre aux dresseurs français comment nager avec les orques.

La renforcement primaire par la nourriture est également largement cité dans la littérature vétérinaire consacrée aux cétacés captifs, dont le célèbre « CRC Handbook of Marine Mammal Medicine: Health, Disease, and Rehabilitation« .

De toutes façons, l’évidence saute aux yeux :
Qui a jamais vu, en effet, un seul show au delphinarium sans que des seaux de poissons ne soient posés sur le bord de la piscine et que le dresseur n’alterne les coups de sifflet avec les  récompenses en harengs ?

Nous pourrions nous amuser à déconstruire ainsi chaque vidéo que le Marineland poste, tant la propagande du parc est élémentaire et prévisible.  Ce sont les mêmes mensonges que tous les delphinariums nous récitent depuis les années 60 et tous s’inspirent du même corps de doctrine dicté par l’entreprise SeaWorld Parks & Entertainment™.


Marineland TV N05

Le dressage du dauphin : la faim !

Food Deprivation at SeaWorld

Food Deprivation is Alive and Well at SeaWorld,’ says Former Trainer

Dolphin Training

CRC Handbook of Marine Mammal Medicine: Health, Disease, and Rehabilitation

Manuel Garcia Hartmann

Behavioural needs of Aquatic Mammals

 

foodbuckets

Rations alimentaires calculées pour les orques de SeaWorld

 


July 12th 2015 : soon the end of Antibes Marineland ?

marineland-12-juillet-new-generation-photo-oceane-Grc

The new generation is rising. « I’m little but I understood »

Last July the 12th, in front of the doors of the Antibes Marineland, about 600 people demonstrated in calm and dignity. Numerous French people do not want slave orcas or slave dolphins anymore, and that day, we have made it clear. Cars passing in front of this army of posters and leaflets also honked as a sign of approval and support.

Ric O’Barry and John Hargrove were with us. One is the founder of our movement, travelling regularly from Taiji to Miami, also through China and Indonesia, to save captive cetaceans. The other is the best expert of tamed orcas, including Antibes’ orcas, revealing today all the horrors of the industry in his book « Beneath the surface ».
Both of them have talked with the press, with very adequate and touching words, while Pierre Robert de Latour reminded us what orcas really are when they are free.

marineland-12-juillet-Back-to-the-sea

All united against injustice

It was probably the first time that the Antibes Marineland was confronted to such an assault.
And the press knew this. The demonstration has been reported all the way to Canada, and even in France ! The Nice-Matin newspaper, until now at the orders of SeaWorld’s branch in Antibes, has had the courage to publish a whole and complete article about the demonstration.

marineland-12-juillet-nice-matin-christine-grandjean

« Behind the business, the distress ». Even the press changes its point of view

During that time though, the show did go on.
Under a burning sun, a few dolphins were doing various somersaults and jumps, while others had to go through repeated petting sessions in the too hot waters of a plastic lagoon.
Two of them died beginning of this year 2015, but the Marineland has only admitted it… the day of the demonstration.
Eclair (M), died of prostate cancer and Mila (F), died of « eating bits of leaves » in early 2015.
Without our article and the huge protesting demonstration in front of Marineland this weekend, John Kershaw, director of Marineland, would never have announced these deaths in a particularly ridiculous interview, also very indecent and full of lies.

antibes-VIP

The lagoon. If you pay more, you can now swim with the dolphins.

Not far from there, 5 orphan orcas were forced to dance on Jennifer Lopez very loud music. Nobody knows how Freya, the eldest, captured in Island, died. Nobody knows what happened to her corpse, already damaged by too many meds, too many drugs, too many diseases, too many miscarriages, and too much despair.

marineland-12-juillet-copyright-Helene-OBarry

Orcas in Marineland on July 12th 2015. Photo Dolphinproject.net

So the show does go on ?
But not for long.
SeaWorld is collapsing. The « empire » is getting ready to leave the States and to start its deadly business again in Asia and in the Middle East. The highest scientific organisms, a lot of the stars of the media and most of the public do condemn now the imprisonment of orcas. It will soon be banished from the States.
Eventually, the Marineland in Antibes will know the same fate. Maybe a few years later.

We demand now the Marineland to act before the catastrophy. We demand that it stops taming, drugging, masturbating and putting artificially pregnant its captive cetaceans. We demand the Marineland to start collaborating with our specialists to create a large and big marine sanctuary where orcas and dolphins will be able to live and reproduce to the rhythm of the tides and the deep plunges. A shelter that they will be able to leave, if one day they are ready, to join the free people of the ocean.

A big thank you to everyone taking part in this fight against injustice, with so much love, courage and will. It is going in the course of History. And we shall win.

Y.G
Translation : Christelle Bornauw

Read also on Dolphin Project.net
Massive Protest Rocks Marineland Antibes

freya-malade

Captivity has made Freya sick throughout her life

marineland-masturbation-Kim

Kim2 mastubated in Antibes Marineland before his death

antibes-medoc-seringue

Regumate seringe and other meds for dolphins (Valium, Speciafoldine, Itraconazole, Amoxicillin, Thiamin, etc.)


12 juillet 2015 : bientôt la fin du Marineland d’Antibes ?

marineland-12-juillet-copyright-Helene-OBarry
marineland-12-juillet-new-generation-photo-oceane-Grc

La nouvelle génération

Le 12 juillet dernier, devant les portes du Marineland d’Antibes, près de 600 personnes manifestaient leur colère dans le calme et la dignité. De nombreux français ne veulent plus d’orques ni de dauphins esclaves et ce jour-là, nous le faisions savoir. Les voitures qui passaient devant la foule armée de pancartes et de tracts klaxonnaient leur approbation.

Ric O’Barry et John Hargrove étaient parmi nous. L’un est le fondateur du mouvement qui nous porte, volant aujourd’hui de Taiji à Miami en passant par la Chine et l’Indonésie, au secours des cétacés captifs.
L’autre est le meilleur expert du dressage des orques, y compris celles d’Antibes, dont il dévoile aujourd’hui toutes les horreurs dans son livre «Beneath The Surface». Tous deux s’exprimèrent devant les journalistes avec des mots justes et touchants, tandis que Pierre Robert de Latour nous rappela ce que les orques sont vraiment lorsqu’elles savourent la liberté.

marineland-12-juillet-Back-to-the-sea

Tous unis contre l’injustice

C’est la première fois sans doute que le Marineland d’Antibes essuie un tel assaut. La presse ne s’y est pas trompée. On en parle jusqu’au Canada, aux USA et même en France ! Le journal Nice-Matin, jusqu’ici aux ordres la succursale de SeaWorld sur la Côte d’Azur, a eu le courage de publier un compte-rendu correct de l’évènement.

marineland-12-juillet-nice-matin-christine-grandjean

Même la presse change de cap

Pendant ce temps-là, pourtant, le spectacle continuait.
Sous un soleil de plomb, quelques dauphins faisaient des cabrioles télécommandées, tandis que d’autres subissaient d’incessantes séances de touche-touche dans les eaux trop chaudes d’un lagon tapissé de plastique.
2 d’entre eux sont morts au début 2015, mais le Marineland ne vient de l’avouer …que le jour de la manifestation, lors d’une interview particulièrement grotesque, obscène et mensongère.

Non loin, 5 orques orphelines dansaient de force sur la musique hurlante de Jennifer Lopez. Nul ne sait de quoi est morte leur doyenne, Freya, capturée en Islande. Nul ne sait le sort que le parc d’attractions a pu réserver à son corps supplicié par trop de médicaments, trop de drogues, trop de maladies, trop de fausses couches, trop de désespoir.

marineland-12-juillet-copyright-Helene-OBarry

Les orques du Marineland d’Antibes, le 12 juillet 2015 (Photo May-Li O’Barry)

Le spectacle continue ?
Plus pour longtemps.
SeaWorld s’effondre en Bourse. Il s’apprête à quitter les Etats-Unis pour poursuivre en Asie et au Moyen Orient son commerce de mort. Les plus hautes instances scientifiques, les vedettes des médias, la majorité du public condamnent désormais la détention des orques en bassin, qui bientôt n’aura plus sa place aux USA.
Inexorablement, le Marineland d’Antibes subira le même sort, à quelques années près.

Nous lui demandons aujourd’hui de se ressaisir avant la catastrophe. Nous lui demandons d’arrêter de dresser, de droguer, de masturber, d’engrosser artificiellement ses cétacés captifs. Nous lui demandons de collaborer avec nos spécialistes à la création d’un vaste sanctuaire marin où orques et dauphins pourront jouir du rythme des marées et des plongées profondes. Un refuge d’où ils pourront repartir, si un jour ils sont prêts, pour rejoindre les peuples libres de l’Océan sans limites.

Merci à tous d’avoir participé avec tant d’amour et de volonté à ce combat citoyen contre l’injustice.
Il va dans le sens de l’Histoire. Et nous le gagnerons.

Y.G

freya-malade

Freya a été malade de la captivité toute sa vie


Lire sur le blog de Ric O’Barry
Massive Protest Rocks Marineland Antibes

Lire sur Vegemag
Ils manifestent à Antibes pour demander la fermeture de Marineland

Un évènement organisé par C’est Assez, La Dolphin ConnectionBack to the Sea et Réseau Cétacés.


Antibes-rencontre

Dauphin en esclavage au Marineland d’Antibes

 


3 dauphins disparus au Marineland d’Antibes

dolphin-show1/Photo ww.1mamanblogueuse.com
Juillet 2015

Le Marineland confirme la mort des deux dauphins
….7 mois plus tard ! 

Après la manifestation du 12 juillet 2015,  et la publication sur ce blog en juin dernier d’une information relative à la disparition de 3 dauphins, Jon Kershaw, le directeur « scientifique » de Marineland déclare à Planète Animaux :

Pouvez-vous nous donner des nouvelles des dauphins Eclair, Mila-Tami et Alizé, que certains estiment disparus ?

JK : Eclair est mort en février 2015 d’un cancer de la prostate, Mila-Tami en janvier 2015 d’une occlusion gastrique provoquée principalement par des matières végétales. Alizé est toujours là, dans le bassin à spectacles, je viens de lui dire au revoir avant de partir. Quand vous travaillez avec un animal qui vit moins longtemps que vous, forcément, un jour ou l’autre, vous avez à faire à la mort. Nous avons chez nous plus de 3000 animaux, donc il y a des morts tout le temps. Le taux de mortalité chez nous est de 100%, inévitablement. Mais personne ne vous parle des 5 naissances que nous avons eu l’année dernière… ».
Il est frappant de constater que si l’article ci-dessous n’avait pas été publié, nous n’aurions jamais rien su de la mort de ces deux dauphins.

Alizé vivant ? Cela reste à vérifier. Nous avons appris récemment qu’un dauphin mâle du nom de Sting, né le 9 septembre 2008 des oeuvres d’Ariel (née captive) et de Pichi (capturé), serait bientôt envoyé en France ou en Espagne depuis le delphinarium de Kolmarden en Suède.
Rien de plus simple que de le rebaptiser Alizé.
Il semble cependant qu’Alizé soit effectivement vivant, mais qu’il ait été écarté pendant plusieurs mois. En revanche, il y a bien deux dauphins manquants et donc de la place pour Sting…

sting-kolmarden

Le dauphin Sting a-t-il remplacé Alizé ?

Il y a des morts tout le temps, M. Kershaw ? Depuis le temps que vous exercez ce métier, c’est en effet un vrai charnier. « Nous avons chez nous plus de 3000 animaux ? »
Oui, mais plus que 11 dauphins… Et plus de 29 autres morts dans vos bassins.
Le cancer de la prostate et la mort par ingestion de matières végétales est plutôt rare en mer. Mais il est fréquent qu’un dauphin captif ingère par ennui des corps étrangers – comme des algues gorgées de chlore sur le fond du bassin ou des feuilles mortes dans le  lagon – qui finissent par le tuer.
Un dauphin peut vivre plus de 60 ans dans de bonnes conditions. Ce n’est manifestement pas le cas à Marineland où aucun dauphin n’a jamais atteint la quarantaine.
Pour le reste, John Kershaw ferait bien de s’informer davantage sur l’intelligence des cétacés. Il existe d’excellentes études scientifiques à ce propos.


 Juin 2015
3 dauphins disparus au Marineland d’Antibes

Eclair. Photo privée.

Le dauphin Eclair serait mort au début 2015.

 Selon deux sources bien informées, les dauphins Eclair et Mila-Tami seraient morts au Marineland d’Antibes au début de l’année 2015. Alizé semble également avoir disparu, soit qu’il est mort, soit qu’il a été transféré, soit qu’on l’a écarté.

Eclair était un jeune mâle, né le 13 septembre 1990 des oeuvres de Joséphine (décédée) et de Oum (décédé)
Mila-Tami, une jeune femelle née en 2007, était la fille de Sharky et d’Eclair (décédé).
Alizé, quant à lui, était né le 19 mars 1992. C’était le fils de Aurore (décédée) et de Oum (décédé).

Il ne reste actuellement que 8 dauphins dans le bassin de spectacle, à savoir :
Sharky, capturée en Floride en octobre 1983,
Lotty, capturée en Floride en juin 1983,
Malou, capturée à Cuba en 1985,
Jo, née à Antibes en juin 2011,
Ania, née à Antibes en mai 2011,
Rocky, né à Madrid en mai 1999
Dam, né à Madrid en mai 1997,
Kai, né à Antibes en avril 2014.

Dans le « lagon » de rencontre, se trouvent :
Nala, née à Antibes en juin 2010
Neo, né à Antibes en décembre 2006

Eclair, Mila-Tami et Alize ont donc bel et bien disparu.
On notera que sur le site du parc, aucune rubrique « Nos animaux » n’existe. Contrairement à certains delphinariums européens, comme celui de Bruges par exemple, aucune liste nominative des dauphins présents n’est fournie par le Marineland, assortie de leurs photos.

Rappelons aussi que le jeune Silver, une vedette du lagon arrivé d’Espagne, s’est effacé des écrans radars après la mort de son amie Ona en 2004.  Son transfert au Marineland de Catalunya n’a jamais été annoncé, un « oubli » qui ne semble donc pas exceptionnel à Antibes.

antibes-VIP

Notez le dos lacéré du dauphin, indices de bagarres dans le bassin. Photo Marineland

Il est donc temps que le Marineland d’Antibes fasse état de l’identité de chacun de ses dauphins actuels et qu’il nous explique où sont passé les autres.

Au manque de transparence de cette entreprise commerciale s’ajoute un problème récurrent : l’absence de tout registre officiel accessible au public, reprenant l’ensemble des dauphins captifs en Europe et la photo de leur aileron dorsal, comme c’est l’usage pour les communautés de cétacés libres étudiées par des scientifiques.

Aucun équivalent du Marine Mammal Inventory Report (USA) n’existe en effet au niveau de l’Union européenne et tous les décès ou transferts peuvent se faire en l’absence de contrôle.

Pire encore, des importations secrètes peuvent alors lieu depuis des pays étrangers sans que personne ne s’en rende compte (du moment que le nombre de dauphins reste le même). De lourdes suspicions pèsent à cet égard sur certains delphinariums européens, qui pourraient se fournir via un filière Asie-Iran-Russie-Europe.
Nous savons déjà que des dauphins de Taiji se trouvent sur le territoire de l’Union européenne….

 

(Correction 18 juillet 2015 : Alizé est vivant. Ce qui s’est passé ne peut être dit sur cette page).   

missing-in action1

Un message du collectif « C’est assez » lancé après la publication de cet article.

Eclair

Eclair. Photo privée.

 

Témoignage :
« Eclair était si gentil, mais tellement malmené par les cadences hallucinantes des spectacles et du nombre d’interactions qu’il a du faire au bassin spectacle .
Il arrivait même aux dresseurs de lui donner moins à manger si des VIP été prévu .
Il n’a jamais pu être heureux. Il passait beaucoup de temps dans le coin du bassin et ne venait que lorsque la faim le tenaillait. Un jour, il a contracté une infection. On l’a bourré d’amoxiciline en grande quantité, ce qui le rendait très faible, mais on lui faisait quand même exécuter les shows, car il disposait de comportements dans son répertoire que les autres n’avaient pas . But the show must go on… »

 


 


La petite pharmacie du Marineland d’Antibes

antibes-medoc1

 IMG_1110


Le F10 est le traitement que Joséphine a pris 3 fois par jour, tous les jours, pendant 2 ans.

Il s’agit d’un désinfectant clinique pour les tables d’opérations, mais ce produit a été administré par aérosol dans l’évent de la delphine, afin de «soigner ses poumons».
Il semble qu’elle en soit morte en 2011.

 


 

antibes-medoc-seringue

Regumate

medication-for-dolphins

La seringue sur le plateau contient du Régumate, un contraceptif utilisé pour les cochons.
« Ce produit est si puissant qu’il risque même de rendre stérile une dresseuse humaine » explique  John Hargrove. « Ce sont donc toujours des soigneurs masculins qui se chargent de l’utiliser. Nous mettions des gants, nous injections le Regumate dans le poisson et nous l’apportions à l’animal sur un plat spécial. Après quoi, tout devait être nettoyé à l’eau de Javel ».
Paradoxalement, le Regumate est également utilisé pour stimuler l’ovulation des orques et des dauphins avant une insémination articificielle. 


 

antibes-medocs-horaire2

Tableau de bord pour les médicaments

Le tableau de bord affiché dans le local des dresseurs indique les jours et les heures où les dauphins doivent prendre leur médicaments.



antibes-medocs-horaire
On voit par exemple que la delphine Lotty reçoit systématiquement du Valium 15 minutes avant les shows, à 17h45.
Soit au moins 10Mg tous les jours, puisqu’elle en reçoit aussi le matin.


antibes-medoc1

Pas moins de six médicaments différents pour Lotty.
Lotty est la doyenne du bassin depuis la mort de Joséphine.
Capturée en Floride en 1983, elle a transité par le terrible Flamingo Park au Royaume Uni, avant de remonter vers le delphinarium de Kolmarden puis de s’échouer au Marineland d’Antibes en 2005. On peut comprendre qu’au terme de toutes ces épreuves et de ces séparations, elle ait grand besoin de calmants…


antibes-medoc3
Le Valium ou Benzodizepam produit des troubles de la mémoire et une dépendance forte lors d’un usage prolongé.  Il détend les muscles et calme le patient.
Son usage a été formellement attesté au delphinarium de Nuremberg ainsi qu’à SeaWorld, car il rend orques et dauphins plus dociles et apaise les bagarres constantes qui éclatent entre détenus.


 

antibes-marineland-blessuresmall

Ce dauphin du Marineland semble atteint d’une sorte de mycose, de type Candida albicans ou bien encore la maladie de Lobo. Rappelons que ces infections sont transmissibles à tous les autres dauphins et que ceux-ci en meurent quand leur évent est atteint. Ce fut le cas de Terry et Skippy, transformés en choux-fleurs au Boudewijn Sea Park de Bruges. Ces maladies, tout comme la brucellose, se transmettent également à l’Humain. Bonne chance donc aux enfants qui iront caresser les dauphins du Marineland ! Photo K/A 2012


Parmi les autres médicaments prescrits aux dauphins, le tableau d’instructions indique aussi les produits suivants :

Serenin : un calmant aux vertus antidépressives.

Speciafoldine : Ce médicament contient de l’acide folique (vitamine B9), indispensable au métabolisme. La carence en acide folique est responsable de certaines formes d’anémies. Cette vitamine a également montré un intérêt, lorsqu’elle est prise avant et pendant le début de la grossesse, dans la prévention d’une anomalie grave du développement du système nerveux de l’embryon. Il est utilisé dans le traitement des carences en acide folique, avant et au cours de la grossesse pour prévenir une malformation rare (spina bifida) de l’enfant à naître chez les femmes prédisposées à ce risque.

Itraconazole : utilisé pour traiter les maladies fongiques qui attaquent l’évent puis les poumons avant de se répandre dans tout le corps. Chez les humains, on s’en sert aussi pour traiter les champigons sous les ongles des pieds.  Les infections fongiques sont fréquentes en bassin. Elles ont tué Terry et Skippy à Bruges.

Benerva : contient de la thiamine. Celle-ci est une vitamine du groupe B, appelée vitamine B1.
Le manque de vitamine B1 est provoqué par une diminution de l’apport alimentaire comme lors de certains régimes ou de mauvaise absorption au niveau de l’intestin. Il s’agit ici de compenser la perte de vitamines dans les poissons surgelés. Dégradé par les bactéries, la thiamine peut tuer le dauphin lorsqu’elle est servie dans des poissons peu frais ou stockés dans de mauvaises conditions d’hygiène.

Amoxicilline : indiquée pour le traitement oral des infections bactériennes suivantes :
– Infections respiratoire hautes, y compris infections de la sphère ORL : otite moyenne aiguë, sinusite aiguë et angine à streptocoques béta-hémolytiques du Groupe A.
– Infections respiratoires basses : exacerbation aiguë de bronchite chronique, pneumonie communautaire.
– Infections des voies urinaires basses : cystite.
– Prévention de l’endocardite.
– Eradication d’Helicobacter pylori : en association appropriée avec un autre anti-bactérien et un anti-ulcèreux adéquat chez des patients adultes atteints également d’ulcère gastro-duodénal à H. pylori.

Supradyne : Ce médicament est indiqué chez l’adulte pour prévenir ou traiter des troubles en rapport avec un régime alimentaire carencé ou déséquilibré. (Toujours le poisson surgelé…)


 

antibes-marineland-dauphin-solitaire

Il n’existe aucun bon médicament contre l’ennui profond d’une vie captive… si ce n’est la liberté. Photo K/A

Pourquoi tous ces médicaments, adminsitrés tout au long de la vie ? Est-ce à dire que les dauphins captifs se trouvent dans une situation telle qu’il faille sans cesse compenser les dommages causés par l’enfermement ?  Les dauphins libres ont-ils besoin de valium, de Regumate, d’antibiotiques ou de thiamine ?
Les delphinariums sont des hôpitaux qui soignent leurs patients des maux qu’ils leur infligent.


Lire aussi :

Joséphine, le dauphin du Grand Bleu

Keijo, né de l’inceste

Le Marineland d’Antibes masturbe ses orques

Freya est morte prématurément en juin 2015

Les drogues à SeaWorld

medicamentsdauphins

Antibes : Les médicaments sont insérés dans le poisson dégelé


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 616 autres abonnés