Free our last 6 dolphins in Belgium.

Archives d’Auteur

Le delphinarium de Phuket en Thaïlande

phuket-stop-dolphinarium


Le 15 septembre 2014

Contrairement à ce qui avait été affirmé par les autorités, 5 parmi les nombreux dauphins promis à la captivité dans le delphinarium de Phuket en Thaïlande, proviennent bien de Taiji via l’Ukraine.
Ce pays, si ardemment défendu par nos démocraties, s’est fait une réputation de « blanchisseur de dauphins sales » en provenance du Japon. 2 d’entre eux ont même été exportés en Roumanie, c’est à dire en Europe.
Taiji, c’est chez nous, partout où des dauphins sont captifs.

Phuket Gazette

http://www.phuketgazette.net/phuket-news/Phuket-dolphin-park-link-Taiji-massacre-confirmed/34886#ad-image-0

Dauphins captifs en Thaïlande :

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/12/thailande-dauphins-en-danger-exhibes-dans-les-shows/


taiji-18-9-2013

Le 3 septembre 2014
Les entrepreneurs qui soutiennent le nouveau delphinarium de Phuket (Thaïlande) ont déclaré aux autorités compétentes qu’ils détenaient déjà 4 dauphins dressés pour faire des shows sur cette île de vacances. Ce projet leur a coûté 30 millions de bahts.

On peut déjà voir le bâtiment circulaire du delphinarium à Chalong, non loin du zoo de Phuket, mais les bailleurs de fonds restent évasifs sur les détails du programme.

Une réunion vient d’avoir lieu à huis clos entre ceux-ci et le vice-gouverneur de Phuket, le Dr Sommai Preechasin, dans les bâtiments du Phuket Provincial Hall.

Les promoteurs, derrière lesquels se trouve le groupe Nemo, possédent des installations similaires ailleurs, a indiqué le Dr Sommai après la réunion. Ajoutant que ces gens étaient très perturbés par la réaction négative que suscitait l’ouverture prochaine du delphinarium et particulièrement par celles des étudiants du Price Songkhla qui ont protesté publiquement la semaine dernière contre la captivité des dauphins.

phuket-pool

Les dauphins ont déjà été dressés, confirme le Dr Sommai. Le groupe captif d’origine comptait 9 individus, tous d’origine russe. Ces dauphins ne proviendraient donc pas des pêches sanglantes à Taiji, comme l’affirment les opposants.

Cependant, pour voir le retour sur investissement de leurs 30 millions de baht , les entrepreneurs doivent d’abord obtenir l’autorisation de la CITES d’importer ces dauphins. Appremement, rien ne s’y oppose. Puis ce sera au tour des autorités communales de se prononcer.

Ce delphinarium a pour but d’accroître la clientèle de touristes russes et chinois, très demandeurs de ce genre d’attractions.

phuket-dome

Lire :
http://phuketwan.com/tourism/phuket-dolphinarium-backers-spending-30m-baht-dolphins-training-20911/

http://www.phuketgazette.net/opinion/Standing-together-against-Phuket-dolphinarium/33759

https://www.change.org/p/phuket-tourism-board-stop-the-nemo-dolphinarium-in-phuket-thailand

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/12/thailande-dauphins-en-danger-exhibes-dans-les-shows/

phuket-pool2


Le Jour du Dauphin Japonais 2014

save_japan_dolphins_poster_2012_by_marcwf-d5u7e89
Le Jour du Dauphin Japonais dans le Monde

paris-demo-2014

Message de Ric O’Barry
Nous nous apprêtons tous à rendre hommage aux dauphins du Japon qui ont été et seront tués durant le massacre qui se déroule de septembre à mars, ainsi qu’à ceux actuellement captifs dans le monde entier.

L’Association Japonaise des Zoos et Aquariums (JAZA) et le Musée de la Baleine de Taiji (où la petite delphine albinos Angel et d’autres dauphins arrachés à leur famille lors de chasses au rabattage se trouvent confinés), tolèrent activement, exploitent et subventionnent captures et massacres à Taiji.

Nous exigeons que l’Association Mondiale des Zoos et Aquariums (WAZA) expulse la JAZA de ses rangs et prennent des mesures conséquentes pour arrêter ces crimes, plutôt que de sussurrer du bout des lèvres qu’elle s’oppose à de telles pratiques.
La captivité n’est jamais « humaine » pour les cétacés ! N’achetez pas de billet pour un spectacle de delphinarium ou une séance de « nage avec les dauphins » en piscine.

Les chasses au rabattage à Taiji sont PAS une tradition japonaise. Elles n’existent que pour fournir de gros profits aux pêcheurs impliqués et aux entreprises qui achètent des dauphins vivants pour leurs installations. Les chasses ont commencé en 1969, à l’instigation de SeaWorld. Plusieurs autres villes japonaises (Iki et Futo) ont renoncé à ces chasses. Les arguments des tueurs de Taiji qui prétendent que leurs opposants foulent au pied leur « culture alimentaire » ou leurs « anciennes traditions » est sans fondement.

Nous allons envoyer un message pacifique mais ferme à la WAZA, au Gouvernement japonais et aux grandes industries japonaises et leur dire nous ne tolérons pas la poursuite de ces captures et massacres annuels.
Nous ne ferons pas de déclarations anti-japonaises. La plupart des Japonais ne savent rien de ces horreurs et s’y opposent dès qu’ils en apprennent l’existence.

Nous soutenons le droit du peuple japonais à être informé sur la contamination de la viande de dauphin et de baleine et nos préoccupations incluent donc également le bien-être de la population du Japon, qui doit recevoir de son gouvernement la garantie de ne pas consommer une viande gravement polluée par les PCB et le mercure.

angel1

Angel

Message de Ric (2)
La dernière saison de chasse à Taiji a été brutale. Partout dans le monde, les gens ont réagi dans la presse internationale lorsque des centaines de dauphins ont été rassemblés dans la Baie de Taiji.

L’un de ces dauphins, Angel, est devenu le symbole de la férocité de cette chasse. Elle nous a aidé à rassembler l’opinion et à galvaniser la lutte contre ces pratiques inhumaines. Nous mettrons donc en évidence le sort d’Angel cette année, avec notre nouveau slogan: « Libérer, puis célébrez: une nouvelle ère pour la compassion envers les dauphins ».

Au nom d’Angel, le bébé dauphin albinos qui a été arraché à sa mère et à sa famille pour être exhibée comme une curiosité dans le célèbre Taiji Whale Museum, nous aimerions vous inviter à mettre en place votre propre événement « Journée du Dauphin Japonais » ou de rejoindre une manifestation près de chez vous.

jdd-2013-1

Les activistes japonais s’opposent aussi à ces atrocités

Le JDD dans le monde

Liège :

https://www.facebook.com/events/312429948928493/?fref=ts

Anvers :

https://www.facebook.com/events/686797814743745

Paris :

https://www.facebook.com/events/1455776361344805/

Ailleurs :

https://mapsengine.google.com/map/edit?mid=zhv8rpEC_fU8.kbGeJVK3bULI

taiji-hell

Taiji : le camp d’extermination

Ce qui se passe à Taiji

Près de 1.500 dauphins ont été rabatus dans la Baie de la Honte durant la saison 2013-2014.
834 d’entre eux ont été massacrés.
158 ont été gardés pour les delphinariums.
457 ont été relâchés seuls, sans leurs parents ni leurs amis, parfois si jeunes qu’ils n’étaient pas encore sevrés.
On a retrouvé leurs corps un peu partout sur les rochers quelques jours plus tard.
Sans famille, un dauphin n’est rien.

En 2014-2015

1.938 meurtres autorisés.

Taiji Dolphin Drive Fishery Catch Quota for 2014/2015

134 Pacific white-sided dolphins;

450 Striped dolphins;

509 Bottlenose dolphins;

400 Pantropical spotted dolphins;

261 Risso’s dolphin;

114 Short-finned pilot whales;

70 False killer whales.

taiji-trusiops-massacre-17-12-2012

Lire aussi :

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2014/01/05/comment-le-japon-tue-ses-dauphins/

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/08/09/massacre-a-taiji-saison-2013-2014/

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/09/06/taiji-dauphins-captures-6-septembre-2013/

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/09/14/taiji-12-septembre-les-images-du-massacre/

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/09/14/taiji-12-septembre-premier-massacre-de-globicephales/

http://www.dauphinlibre.be/japon-taiji-massacre-2012.htm

http://www.dauphinlibre.be/japon.htm

taiji-oceanwatch-mother-child-2-9-2013

Mère et enfant. L’une sera tuée, l’autre gardé pour les shows.

taiji-same-trick

 

 


Macaques berbères à Marrakech

macaque-marrakech

Photo magnet Comagreb

LA PLACE JEMAA EL FNA

- « Hé, m’sieur ! M’sieur ! Une belle photo ? »

A peine ai-je eu le temps de me retourner que quelqu’un me pose un magot sur l’épaule.

La petite guenon paraît somnolente, droguée sans doute. Sans cesse, elle lève les bras comme pour parer les coups.
Sitôt placée sur mon dos, elle urine de peur en mouillant l’arrière de mon T-shirt. Je rends le pauvre animal à son dresseur, presque aussi vite qu’il me l’a donné. Un jeune homme jusqu’ici tout sourire.

- « Et il vient d’où, ton singe ? Comment tu l’as attrapé ? Tu le gardes où ? »

-  » On le soigne bien, Ms’ieur.  Pas de problèmes ! Il vit chez nous à la maison… Il est content. Tu dois payer pour la photo, maintenant ! »

- « Mais je ne t’ai rien demandé ! C’est toi qui m’a mis ce macaque sur l’épaule ! »

- » Tu dois payer ! Ta soeur a pris la photo ! « 

C’est vrai. Et à ma demande, encore bien, pour témoigner de l’incident. Je lâche quelques dirhams.

- » Hé, c’est pas assez, ça ! C’est de la ferraille, ça ! Faut donner plus ! »

Le sourire est tombé. Et quand je commence à photographier la caisse d’où le macaque a été extrait, la colère du dresseur explose :

- « Tu ne peux pas faire ça ! T’as payé pour le singe, pas pour la cage ! Tu ne peux pas photographier ça ! »

 

Macaques-caisse2

Une cage ? C’est juste une caisse en bois peinte en vert.
C’est là-dedans que les dresseurs gardent leurs magots depuis l’aube jusqu’à la nuit tombée. Les propriétaires se tiennent pour leur part à l’ombre d’un auvent, par groupes de trois ou quatre personnes.

L’un de leurs singes est déguisé en femme, vêtu d’une nuisette blanche.
Son dresseur lui fait faire des culbutes en tirant sur la chaîne, sous l’œil ravi des badauds majoritairement marocains en ce début d’après-midi. Plus loin, des enfants tapent sur la caisse d’un magot pour l’exciter.

Personne ne réagit. Les parents sourient benoîtement et les dresseurs s’en amusent. Eux-mêmes frappent la caisse du poing de temps en temps afin de garder la bête en éveil.

La chaleur est pesante. Il doit faire 50°degrés au soleil et c’est là que les cages sont posées. Aucune trace de nourriture ou d’eau pour ces singes, qui passeront toute leur journée ici, avant de retourner…
Où ? Comment ? Impossible de le savoir.

Peu importe à la plupart des touristes, qui se prêtent volontiers au jeu et se ne se soucient guère de savoir d’où viennet ces singes et quel est leur destin…

A certains, on propose d’acheter l’animal. S’ils acceptent, le malheureux ne franchira sans doute pas la frontière et se retrouvera bientôt dans un zoo du Maroc, où déjà ses semblables s’entassent.  Mais s’il parvient jamais en Europe, ce singe leur causera bien des soucis. Les singes font leur besoins n’importe où, cassent tout et deviennent agressifs. Ce sera dans un autre refuge qu’il finira ses jours.

macaques-marrakech-connasse2

La place Djemaa el Fna est le plus haut lieu touristique de Marrakech, et sans doute du Maroc.
C’est un endroit que tout voyageur se doit de visiter et qui bourdonne d’activité de l’aube à la nuit tombée. L’UNESCO lui a donné le titre de «site du patrimoine culturel de l’humanité ».

Force est de dire qu’à côté du réjouissant spectacle des acrobates, conteurs, diseuses de bonne aventure, gargotes et autres marchands de jus d’orange, l’agressivité des charmeurs de serpents et des dresseurs de singes gâche l’ambiance.

Ils abordent d’autorité toute personne qui s’approche en lui agitant un cobra flasque sous le nez ou en lui collant un singe sur les épaules. Ensuite, ils exigent d’être payés pour la photo. Les discussions peuvent s’envenimer et c’est une plaie pour les touristes que d’être ainsi harcelés puis insultés, s’ils ne paient pas.

«Le jour où j’ai visité la place en 2013″, raconte la zoologiste Keri Cairns, «j’ai vu quatre groupes de montreurs de singe. Chaque groupe gardait plusieurs macaques à l’extérieur et d’autres enfermés dans des caisses minuscules. Beaucoup de ces macaques étaient vêtus de couleur criarde et portaient des couches. Leur âge allait du jeune bébé aux femelles adultes, et chacun était traîné par une chaîne autour du cou. Ces malheureux ont enlevés à leur forêt et à leur famille et sont gardés dans des caisses surchauffées minuscules quand on ne les exhibe pas. Certains d’entre eux sont drogués et leurs dents et leurs griffes ont été arrachées».

Les choses ne se sont pas améliorées un an plus tard.
Selon une information récente (août 2014) de Barbary Macaques: « Les macaques sur la place sont vaccinés contre la rage et portent un micro-chip. Nous n’avons aucune preuve qu’ils soient drogués mais bien qu’ils sont battus s’ils désobéissent. Il y a environ de 40 à 50 macaques sur la place les jours d’afluence. Ils passent leurs journées enfermés dans leur boîte, sauf lorsqu’ils travaillent. Le trafic de macaques est organisé partout dans le pays mais nous manquons de moyens pour les aider tous ».

barbary-macaque-troop-morocco-cyril-ruoso

Photo Cyril Ruoso


LES SINGES MAGOTS, UNE ESPECE RARE

Mais comment est-ce possible ? Comment le Maroc, qui a signé la convention de Berne sur les espèces en danger, peut-il tolérer qu’un animal repris sur la liste rouge de l‘IUCN soit exhibé chaque jour en tutu, tout au long de l’année, sur la place la plus touristique du pays ?

Le singe magot est la seule espèce de macaque existant en Afrique mais aussi le seul primate non humain vivant au nord du Sahara. Toutes les autres sous-espèces de macaques vivent en Asie ou à l’Ile Maurice. Communément connu sous le nom de « singe de Barbarie» ou « magot», il peuplait jadis en grand nombre les montagnes du Maroc et de l’Algérie.

Leurs cultures sont celles de tous les macaques : une société subtilement hiérarchisée dominée par quelques grands mâles mais régulées en sous-main par de sages matriarches, qui transmettent à leurs enfants le statut social qui est le leur.
(Lire aussi  : Macaques crabiers à l’Ile maurice)

Vivre en altitude, parmi les rochers et les grands arbres, suppose certaines adaptations. Le macaque berbère résiste bien au froid. Sa queue est réduite à l’extrême pour éviter toute déperdition de chaleur et son pelage devient plus fourni pendant l’hiver.
Les groupes peuvent compter jusqu’à 60 individus et ce sont les jeunes mâles qui, à la puberté, partent à la recherche d’autres groupes pour s’y reproduire. Selon la saison, les magots mangent des glands, des cônes et des aiguilles de cèdre, des champignons, de bulbes ainsi que des insectes, des scorpions ou des amphibiens.
Ils peuvent également pénétrer dans les zones agricoles et se nourrir de fruits, de légumes et de céréales. La réduction progressive de leur habitat naturel les pousse de plus en plus à adopter ce comportement, ce qui leur vaut la haine farouche des paysans marocains.

barbary-macaque-tourists-ifrane2

Ifrane

4. CAPTURES

Aujourd’hui, quelque 6000 à 10.000 macaques s’accrochent encore aux cèdres, aux chênes et aux rochers de rares parcs nationaux. Ils en sont même devenus l’attraction principale, avec tous les dégâts que cela implique.
A Ifrane, à Toubkal, à Talassemtane, dans la vallée de l’Ourika (s’il en reste !), ces singes perdent peu à peu leurs valeurs traditionnelles et leur compétence à vivre en liberté. Ils mendient des friandises au bord des routes. Ils se bourrent de barres chocolatées et de biscuits. Ils ont si soif parfois qu’on leur donne à boire de l’eau en bouteille.
Cette proximité avec l’homme les rend moins farouches et bien plus vulnérables.
Dès lors …

barbary-macaque-tourists-ifrane
“Il est bien connu que le parc national d’Ifrane est la principale zone de braconnage au Maroc », explique le site du MPC. « L’un des groupes de singes y sont nourris par les touristes et sont donc beaucoup plus faciles à attraper pour le commerce illicite d’animaux familiers ».

Depuis un an, un nombre sans cesse croissant de personnes se rend en forêt pour tenter d’y capturer de jeunes macaques. Jusqu’ici, ces captures étaient le fait de bandes organisées. Mais il est devenu de plus en plus facile de s’emparer d’un bébé macaque au sein de ces populations accoutumées à l’homme.

La présence de stagiaires du MPC mais aussi de quelques vendeurs de fossiles, qui sont proches de ces groupes des ces singes au cours de la journée, a permis d’empêcher des braconniers de d’agir. Ceci nous montre à quel point il est important que ces lieux soient surveillés.
Voici deux cas où Faical Boutlib, étudiant à l’Université de Fès, s’est montré extrêmement courageux :
Le premier cas a eu lieu quand 2 personnes de nationalité marocaine se sont approchées du Blue Group pour capturer un jeune singe afin de l’offrir en cadeau à leurs propres enfants.
Heureusement, Faical était là et lui et ses amis ont pu surprendre les ravisseurs et avertir la police. On ignore si ceux-ci ont fait l’objet de poursuites légales, mais à tout le moins, ils n’ont pas pu voler le petit singe.

Le second cas met en scène 5 citoyens marocains vivant en Espagne qui passèrent à Ifrane. L’un d’eux a commencé à grimper sur un cèdre pour y voler le nouveau-né d’une guenon. Faical et Nina étaient là et ont pu arrêté les braconniers. Faical a pris le numéro d’immatriculation de la voiture et a appelé les autorités. Là non plus, rien ne confirme que ces gens aient du rendre des comptes devant la justice. Nous sommes très préoccupés par ces nouvelles et MPC envisage d’accroître la surveillance dans les prochains mois pour protéger principalement les groupes habitués à l’homme dans la forêt d’Azrou». (Juillet 2014)

5. COMMENT LES AIDER ?

magot-fondation-helga-heidrich

© Michel Aymerich (Fondation Helga Heidrich)

Fondation Helga Heidrich
A Marrakech, la Fondation Helga Heidrich abrite aujourd’hui dans son Refuge Agafay  5 macaques berbères tirés d’un mauvais pas.
Leur réhabilitation est devenue impossible du fait de la durée de leur détention et des traitements qu’ils ont subi. Ils ont donc grand besoin de plus d’espace.
Vos dons sont donc plus que les bienvenus pour leur construire un vaste enclos arboré avec un lac, des arbres, des rochers et de la verdure.
Votre soutien sera d’autant plus précieux qu’il bénéficiera également aux ânes, chevaux, chiens, chats, dromadaires et autres animaux maltraités sauvés par Helga que la Fondation abrite.
Lire aussi :

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2014/07/11/helga-heidrich-a-marrakech-lespoir-des-animaux/

helga-macaque1

Macaque recueilli à la Fondation Helga Heidrich . Photo YG

D’autres associations sont également actives sur le terrain pour protéger les magots et sensibiliser la population, avec des succès divers et quelques réhabilitations réussies. Ces organisations travaillent en collaboration avec les autorités marocaines, le Zoo de Rabat et divers zoos européens. On peut le regretter mais les options de sauvegarde sont limitées. Il est dommage que ces associations n’aient pas plus d’influence sur l’indulgence du Gouvernement Marocain à l’égard de ces pratiques inadmissibles, malgré le fait qu’elles travaillent avec elles.

barbary-macaque-awareness-conservation-logo

Barbary Macaques Awareness and Conservation
Cette association travaille principalement dans la région du Riff, au nord du Maroc. Elle procède à de confiscations d’animaux protégés, tout particulièrement de singes magots, mais se soucie également des chiens errants.
La BMAC est animée par une équipe de scientifiques, sous la direction de Sian S. Waters (PhD Candidate, Department of Anthropology, Durham University, UKmembre de l’IUCN/SSC, Primate & Reintroduction Specialist Groups,Primate Education Network (PEN), Regional Coordinator for North Africa, the Middle East, Spain & Gibraltar, European Studbook Keeper for the Barbary Macaque).
L’ambition dela BMAC est de créer un vaste centre de réhabilitation au Maroc même, ce qui épargnerait effectivement aux singes sauvés des mains des trafiquants de se retrouver dans des zoos marocains ou européens.
On sait la valeur du macaque pour les laboratoires, et l’on peut craindre qu’en cas de surpopulation captive, certains individus finissent sur la table d’expérimentation. L’éducation forme une part essentielle de l’action de la BMAC. Des stages dans les forêts de Bouhachem sont organisés par l’association.

Lire les dossiers
En français
En arabe

mpc-image

Moroccan Primate Conservation
Cette association néerlandaise met surtout le focus sur le commerce illégal de macaques berbères. Elle encourage l’écotourisme au Maroc et procède à des réhabiltations en milieu naturel.

https://www.facebook.com/MoroccanPrimateConservationUK

yvon-macaque

La chose à ne pas faire. Refusez fermement toute photo de ce genre ! Je ne l’ai accepté que pour porter témoignage. Photo Catherine Godefroid

En savoir plus :
Michel Tarrier

http://www.notre-planete.info/actualites/3799-magot-Maroc-disparition

Michel Aymerich

http://www.michel-aymerich.com/photos-du-maroc-et-du-sahara/

Parcs nationaux

http://ma.chm-cbd.net/manag_cons/esp_prot/stat_nat/parc_nat/fol910246

http://ma.chm-cbd.net/manag_cons/esp_prot/stat_nat/parc_nat/fol117596

Magots

http://fr.wikipedia.org/wiki/Macaque_berb%C3%A8re#Habitat

Gibraltar

http://www.anecdote-du-jour.com/macaques-berberes-les-seuls-singes-a-l-etat-sauvage-en-europe/

macaque-cage-primategirl.files.wordpress

Photo Primategirl.

 Protestez auprès des agences de voyage et des sites de tourisme qui promeuvent ces exhibitions obscènes :
« Au Maroc, une action pourrait être menée à différents niveaux pour faire évoluer la situation :
– les pouvoirs publics en faisant respecter la Convention de Washington sur le commerce international des espèces de la faune et de la flore menacées d’extinction, que le Maroc a signée et ratifiée, ou en sensibilisant la population à la préservation de l’environnement.
– les agences de voyage, les guides touristiques pour lutter contre l’ignorance des touristes, leur complaisance, voire leur complicité.
– l’UNESCO qui, après avoir inscrit la Place Jemaa El Fna sur la liste du Patrimoine mondial, ne peut faire fi de pratiques qui seraient condamnées sous d’autres cieux.
– les ONG marocaines, encore peu nombreuses dans ce domaine d’action, qui pourraient relayer le travail déjà réalisé notamment par le WWF.
Si demain les montreurs d’animaux ou les cages remplies de tortues disparaissaient, la Place Jemaa El Fna ne perdrait en rien la fascination qu’elle exerce sur ses visiteurs. Marrakech est suffisamment riche de talents et d’histoire pour les remplacer aux côtés des musiciens, conteurs, acrobates, cracheurs de feu, et autres saltimbanques tout en préservant sa précieuse identité culturelle ».

Pétition :

http://geos-nature.org/sign-the-petition.html

Barbaby-ape-Place-Jemaa-el-Fna-Marrakech--1024x768

Une tradition à interdire, comme la tauromachie en France ou le massacre des dauphins au Japon.

 Maroc : Ministère de l’Environnement

http://www.environnement.gov.ma/index.php/fr/ministere


Kim Kardashian nage avec les dauphins

kim1

Kim Kardashian et les dauphins

J’ignorais jusqu’ici l’existence de cette dame mais à lire l’article, elle semble assez connue. Après divers autres « people », c’est donc au tour de Kim Kardashian de se laisser tirer par la nageoire d’un dauphin esclave capturé à Cuba ou aux Iles Salomon.

Que l’on sache d’abord que les dauphins détestent qu’on les tiennent par la nageoire. En mer, quand vous nagez avec des dauphins libres, il faut prendre bien soin de ne pas les toucher. C’est eux qui, le cas échéant, prendront l’initiative d’entrer en contact physique avec vous.
Mais il ne faut en aucun cas limiter leurs mouvements en s’accrochant à eux ou en les entourant dans vos bras.

Les cétacés doivent régulièrement remonter en surface pour respirer. Quand quelqu’un semble les en empêcher, ils peuvent se mettre à paniquert et se montrer agressifs.
Heureusement, les Tursiops que Kim a côtoyé sont drogués, affamés, maltraités de toutes les façons et trop malins que pour risquer une punition en s’en prenant à une touriste…

 

kim2

Kim Kardashian et le dauphin dressé

Le Mexique abrite aujourd’hui un nombre insensé de delphinariums. Tous sont gérés par une dangereuse mafia locale qui ne se soucie en rien du bien-être animal. Cautionner leurs spectacles est inadmissible.
Et que le prétexte de l’ignorance ne viennent pas ici justifier les actes de ceux qui, en vacances, s’offrent une séance de « nage avec les dauphins » au Mexique, au Portugal, en Egype ou ailleurs.
Comme la plupart des gens, Kim Kardashian dispose d’une connection internet. Il n’est donc pas trop difficile pour elle de s’informer un peu.

C’est d’aileurs le moment idéal pour rappeler à tous les vacanciers de ne jamais, nulle part, céder à la tentation de visiter un delphinarium.

 

luna-necropsy

Luna la delphine après usage

 Pour l’anecdote (en 2001) :
« Le Dolphin Learning Centre (FINS) propose ainsi depuis peu toute la gamme des services de « dolphin therapy  » et de « dolphin swimming » dans un complexe récemment mis en place au sein de l’Hôtel La Concha, sur la plage de la La Paz au Mexique.

Au mois de janvier 2001, huit dauphins Tursiops ont été sauvagement capturés dans la Baie de  Magdalena (Océan pacifique) et amenés sur place, afin de servir la santé humaine et de nager avec les touristes.
Plusieurs spécialistes qui ont pu voir les installations ont déclaré qu’elles étaient les pires que l’on puissent trouver dans le pays.
Les dauphins y survivent dans des conditions épouvantables : l’eau est si peu profonde – moins de cinquante centimètres – qu’il est peu probable que les dauphins survivent aux chaleurs de l’été. L’embarcadère voisin qui mène vers les bateaux est extrêmement bruyant et fréquenté, tandis que la sortie des égouts voisine rend hygiéniquement inacceptable l’eau où nagent les dauphins.

Le 3 février 2001, l’un de ces huit dauphins est mort.
Il s’agissait d’une femelle baptisée « Luna  » qui avait environ 8 ans et mesurait 2,30 mètres. Luna est décédée au terme d’une « maladie gastrique », a indiqué le directeur du Centre, le Dr. Javier Enriquez, mais depuis que son autopsie a pas été réalisée, il semble que la cause du décès soit le stress du aux conditions scandaleuses dans lesquelles ces animaux ont été transportés. Des images montrent l’un des responsables en train de taper au marteau sur une caisse qui contient un dauphin ! Quant au bébé de Luna, il refuse de s’alimenter et mourra sans doute dans les prochains jours… »

kim3

Royal Swim Cancun !

Le FINS a disparu mais à sa place, mille autre centres ont fleuri comme des pâquerettes sur un fumier d’argent.
Pour 160 euros, vous pourrez bénéficier à Cancun du « Royal Swim with Dolphins ».

« Ce qui rend le Royal Swim différent de tout autre programme de nage avec les dauphins est la fameuse poussée du pied, où deux dauphins vous éjectent hors de l’eau. Impressionnant ! Le programme de dauphin interactif comprend également le « dorsal tow », où deux dauphins vous tirent à travers l’eau cristalline tandis que vous vous accrochez à leurs ailerons.
Nos sympathiques dauphins vous salueront, vous donneront une poignée de main, des embrassades et des baisers et de vous montreront tous les jeux passionnants auxquels ils aiment se livrer à Cancun Isla Mujeres.
Pendant que vous êtes à Cancun, découvrez l’expérience uniques de nager avec les dauphins, les requins, les raies, et beaucoup d’autres mammifères marins. Profitez de notre club de plage situé dans un environnement naturel de la belle Isla Mujeres à Cancun au Mexique ».

Il semble bien que c’est le programme  que Kim Kardashian s’est offert.

 

kim-kardashian

Kim Kardashian

Rapports :

http://csiwhalesalive.org/newsletters/pdf/Alaniz.wspaReporteDelfinesMexDReng1010.pdf

http://www.huffingtonpost.com/candace-calloway-whiting/adfasdf_b_4851026.html

Sources :

http://www.melty.fr/kim-kardashian-nage-avec-des-dauphins-un-scandale-pour-la-peta-a318468.html

http://www.calgaryherald.com/news/Kardashian+faces+waves+criticism+after+riding+dolphin+Mexico/10084053/story.html

Dauphins Libres :

http://www.dauphinlibre.be/lapazfr.htm


La delphine Roxanne est deux fois grand-mère mais ne le saura jamais !

Zoomarine_portugal2

Un programme de reproduction scientifique, vraiment ?

«Depuis 1991, la société Zoomarine mène avec succès un programme de reproduction sous l’œil vigilant de dresseurs et de biologistes hautement qualifiés. Tous étaient présents à la naissance, qui a eu lieu dans la matinée du lundi 16 Juin 2014.
Sam est né des œuvres de la delphine Luna, née au Boudewijn Seapark en Belgique, et de Dino, un dauphin mâle né à Kolmarden en Suède. Ce sont deux parcs marins avec qui Zoomarine coopère au niveau institutionnel et scientifique. La première apparition publique du bébé a été un tel évènement qu’il a été couvert par les chaînes d’information nationales RTP, SIC et TVI « .

Voilà pour la propagande, dûment relayée comme on peut le lire, par les médias portugais.

zoomarine4

Le Zoomarine est l’un des rares delphinariums d’Europe à autoriser la nage directe avec les dauphins. Non sans risques…

Venons-en à présent aux faits :

Luna est la fille de Roxanne et de Tex (mort au Marineland d’Antibes à 30 ans).
Elle est née sous la coupole du delphinarium de Bruges le 3 décembre 1996, avant d’être séparée très jeune de sa maman et déportée au delphinarium du Zoomarine Portugal le 5 janvier 2001.

De là, elle fut expédiée avec son frère Marco (né en 1998) vers Zoomarine Italie à Rome en 2005 avant de revenir une nouvelle fois au Portugal en 2008. Comme chacun sait, les dauphins adorent voyager en camion et Luna n’en fut pas privée !

Luna eut eu un premier enfant, Bio, né en 2010 des oeuvres de Sam I, le plus vieux dauphin captif mâle au monde, puisque décédé le 16 Février 2011 à l’âge de 50 ans.
Aujourd’hui, elle a donné naissance à son second fils, Sam II, dans les bassins du petit delphinarium portugais.

Le jeune Sam II serait donc un dauphin de la troisième génération,  issu de deux nés captifs, un fait assez exceptionnel que pour être souligné. A ce titre, sa santé risque d’être extrêmement fragile. Au fil des générations, en effet, ces dauphins privés de mouvements, de stimulations, de vie sociale, bourrés de médicaments et nourris au poisson mort, deviendront de plus en plus faibles, de moins en moins capables de se reproduire. Leur temps de vie risque d’être bref.
Comme pour les éléphants, l’élevage en captivité est une impasse pour les cétacés. On ne fabriquera jamais un « dauphin domestique », dont rêvaient dès les années 60 les exploitants de cirques aquatiques et les militaires ela US Navy. Même les chevaux doivent encore être débourrés et les éléphants dressés dès la naissance.

Zoomarine-Portugal-Hoops1

- Roxanne, qui vient de perdre ses bébés Bruce puis Origi à un an d’intervalle, ne saura jamais qu’elle est devenue grand-mère pour la seconde fois.
En mer, toute la tribu aurait fêté cela ! Si Roxanne vivait encore libre, elle serait sans doute même devenue arrière grand-mère et se serait fait un bonheur de prendre soins de ses petits-enfants. Elle aurait formé sa fille au rôle de matriarche, tandis que de temps à autre, son fils Marco serait venu lui rendre visite.
Les sociétés dauphins sont de type fission-fusion. On se quitte, on se retrouve mais on ne se perd jamais de vue.
Cathy a aujourd’hui 48 ans. Elle vit libre dans la baie de Sarasota et jouit du bonheur d’être arrière-arrière-grand-mère, entourée de toute sa marmaille ! Rien de pareil en bassin, où mère et enfants sont séparées à jamais.

Pour ce qui est de Luna, elle ne sait rien de tout cela, bien sûr. Elle n’a jamais connu que la vie en bassin fermé, dont on fait le tour en deux coups de caudale. Quand elle donne naissance à un enfant, ce ne sont ni sa mère ni la marraine du petit qui l’accompagnent.  Une fois placée en isolement, ce sont des humains qui se sont chargés d’elle.

La première chose que le petit Sam a vu en sortant de son ventre, ce sont les murs nus d’un bassin. La première chose qu’il ait entendu, ce sont les bruits de fêtes foraines alentour, et non les joyeux bavardages d’une tribu de 150 personnes et le son du ressac sur le sable marin. La première chose qu’il apprendra, ce sera à se produire en public, à faire des tours pour amuser les foules et à se laisser chatouiller par des centaines d’humains gluants d’huile solaire qui pataugeront dans sa piscine.
Ce n’est pas là une vie de dauphin : c’est une vie de clown et une vie d’esclave.

babydolfijn-origi-overleden-id5808856-620x400

Roxanne et Origi, mort au bout d’une semaine.

 

Les dauphins Tursiops n’ont nul besoin de «programmes de reproduction». Ils se reproduisent bien mieux en liberté. La seule et unique raison de ces accouplements programmés par l’homme est la nécessité de maintenir en fonction une industrie du spectacle florissante, sans recourir à des captures, puisqu’elles sont (pour l’instant) toujours interdites en Europe. Mais un bébé dauphin qui naît, c’est 60% de bénéfices en plus, au bas mot.
En outre, si l’on considère l »ensemble des dauphins actuellement détenus dans le monde, seule une minorité d’entre eux sont nés de parents captifs (et bien moins encore de deux parents nés captifs. Le delphinarium de Bruges n’est jamais parvenu à réaliser cette prouesse !).
La plupart ont été kidnappés en mer, car c’est plus simple et moins cher de se fournir au Japon ou en Russie que de développer une surveillance sanitaire de tous les instants pour garder en vie des avortons dans de l’eau chlorée.

- Et c’est là, finalement, que réside tout le problème : en affichant leurs succès commerciaux et leurs époustouflantes cotations en bourse, les delphinariums d’Europe et des USA encouragent le développement d’une industie autrement criminelle.
Sans le Zoomarine, sans le delphinarium de Bruges, sans SeaWorld, sans ce business qui fascinent tant les hommes d’affaires d’Asie et du Moyen-Orient, il n’y aurait  pas de massacres à Taiji.

Taiji-nightmare

En savoir plus :
Dauphins au Portugal
Les enfants de Roxanne

On notera que les bases de données ne s’accordent pas sur les noms et le nombre de dauphins actuellement présents au Zoomarine Portugal.  Cetacean Cousins déclaire que Marco, le frère de Luna, s’y  trouve toujours, alors que Ceta base le place en Italie.
Ces deux sites font comme nous : ils tentent d’obtenir des données sur base d’une série de documents, de photos et de témoingnages. C’est sans doute là le plus grand scandale des delphinariums en Europe : l’absence d’un registre officiel européen semblable au Marime Mammal Inventory Report des USA.
Dans ces conditions, tous les transferts, toutes les morts, toutes les naissances peuvent être dissimulées au public et les réglements de la CITES allégrement foulés au pied. Le Portugal a importé depuis Cuba ou la Floride quantité de dauphins de manière illégale, bien après la mise en application des réglements CITES. Mais allez donc le prouver !

luna-sam-zoomarine

Luna, née à Bruges et son fils Sam. Pour combien de temps ?

 


Helga Heidrich à Marrakech : l’espoir des animaux

IMG_0623

Helga Heidrich ! J’entendais son nom depuis si longtemps !
Comme tout le monde, j’avais vu passer les images terribles de chiens des rues tués à la strychnine ou à coups de fusil, j’avais vu les ânes à l’agonie abandonnés le long des routes comme des outils usagés. Comme tout le monde, j’avais entendu les appels de cette citoyenne allemande implantée au Maroc et qui luttait depuis des décennies pour aider ces malheureux. C’était un peu la Madonne des Chiens de Rue, comme Jane Goodal est celle des chimpanzés.

Mais il y a tant de souffrances dans le monde, n’est pas ? Si peu de temps pour s’en occuper. Et si peu d’espoir, aussi.
Si peu d’espoir ? Pas sûr….

IMG_4201 (2)

En juin dernier, j’ai eu le privilège de rencontrer cette grande figure de la défense animale, dans le nouveau refuge qu’elle a construit à une vingtaine de kilomètres du centre de Marrakech.

Son fils vient me chercher dans une voiture toute cabossée. Au terme du parcours sous 45°, je découvre un espace immense, semé de larges enclos parfaitement entretenus où se reposent de leurs souffrances plus d’une centaine de rescapés de tous poils et toutes plumes.

chiens-helga-heidrich-2
Les chiens m’accueillent avec enthousiasme, battant de la queue, gambadant en tous sens, me léchant les mains, aboyant gaiement. Le dromadaire vient me saluer d’un air plein de noblesse. Les ânes se laissent pensivement gratouiller la crinière. Les moutons et les chèvres se tiennent à l’ombre, plus timides.

Dans leurs nouvelles et vastes cages, les singes magots paraissent un peu stressés. Depuis l’arrivée d’un mâle récemment sauvé, l’ambiance n’est plus la même. Cela va s’arranger, bien sûr, et bientôt, très bientôt, un magnifique sanctuaire arboré, agrémenté de rochers et d’un plan d’eau pourra accueillir ces macaques berbères.

Des chevaux, des mulets, un chien à trois pattes qui bondit gaiement, et même un paon, tous semblent bien nourris, heureux et apaisés. Helga gère ce petit royaume avec l’aide de son fils Marc, d’un ouvrier du pays et quelquefois de bénévoles. Elle me reçoit dans sa demeure austère, au sommet d’une colline écrasée de soleil. Au loin les collines nues, érodées, qui ne demandent pourtant qu’à reverdir.

IMG_4197 (2)

« Il n’y a plus d’arbres ici, ni d’herbe. Tout a été coupé pour le bois de chauffage avant que nous arrivions. Et nous manquons terriblement d’eau, m’explique Helga. Nous avons bien un puits, mais il descend jusqu’à 160 mètres et sans pompe ni électricité, c’est difficile d’en remonter des seaux à mains nues ! ».

Un générateur à essence poussif assure pour l’instant le minimum. Quant à l’eau, on la livre par camion dans des containers en plastique. Mais ce n’est pas suffisant.

helga-chiens1

- «Dès que nous pourrons acheter une centrale solaire, la pompe fonctionnera» précise Marc. «Des arbres, du foin, de l’herbe pourront être plantés partout et transformer ce désert en jardin. Nous pourrons enfin faire bâtir ce sanctuaire géant dont nous rêvons pour nos macaques ».

-« Impossible de les remettre en forêt ? »

- « Impossible, malheureusement. On les a brisé dès l’enfance. De plus, leurs sociétés sauvages sont très complexes, fondées sur le rang de la mère. Il serait difficile pour eux de s’y réintégrer».

IMG_4211 (2)
Et puis, il y a les adoptions. Tous ces animaux qu’on apporte, où repartent-ils ?

-«Le plus souvent nulle part. Ils restent ici. Qui voudrait d’un vieil âne ou d’un chat mutilé ? Eux-mêmes n’aiment plus être déplacés, ils sont devenus trop vieux ou trop fragiles. En revanche, on peut les parrainer et venir leur rendre visite !

011

Beldy goes to New York !

Même pour ceux qui sont adoptables, la situation n’est pas simple au Maroc.
Bien sûr, il existe des associations de protection animale et d’excellents vétérinaires, qui nous aident. Certains citadins apprécient les animaux de compagnie, mais les chiens de rue, personne n’en veut, sauf de rares étrangers de passage. Nous aimerions rendre l’adoption internationale plus simple, tout en la contrôlant de façon stricte. A cet égard, nous avons déjà eu de beaux succès.
Beldy, l’un de nos protégés, est parti aux Etats-Unis. Mais si ! Je vous assure ! J’ai sa photo à l’arrière d’une Cadillac. Vous imaginez cela ? Un chien de rue de Marrakech tout pouilleux roulant en limousine !»

L’image la fait sourire. Mark enchaîne :

«Notre mission, c’est d’aider les animaux domestiques en difficulté. Mais c’est aussi de prévenir la vente d’espèces gravement menacées dans les souks. Dans un pays tel que le Maroc, la protection des animaux reste encore une cause largement méconnue, malgré l’influence d’Internet. Nous devons continuer à sensibiliser les gens, de tous les milieux».

 

helga1

Photo Facebook


Car ce n’est pas la misère qui rend cruel.
C’est l’ignorance. C’est l’indifférence à la douleur de l’autre, quel qu’il soit, humain ou non-humain. En Inde, les Bishnoïs sont extrêmement pauvres, ils mènent une vie très rude. Mais ils ne maltraitent aucun animal. Ni ne détruisent la nature.
Au Maroc comme dans tant d’autres pays, l’information est déficitaire, les gens croient que les «bêtes» sont des machines. Le mulet souffre pourtant autant que nous quand on le bat. Et il ne travaille certainement pas mieux lorsqu’il est affamé ou à demi mort de soif. Un animal heureux est un animal fort.

DSCN1057

«Mais sans moyens, ce combat difficile», soupire Helga. «Nous aurions besoin de plus de publicité, d’un plus grand site Internet. Et de l’argent surtout pour payer les croquettes, le fourrage, les soins vétérinaires. De l’argent pour sauver plus d’animaux encore. De l’argent pour engager des jeunes du pays qui pourront nous aider à construire le plus beau de tous les refuges».

Helga parle avec conviction, elle s’emporte, elle rit, elle se met en colère mais jamais elle ne désespère. Sa force morale semble inébranlable. Cette femme est un monument de courage et de détermination. Cela fait pourtant tellement d’années qu’elle se bat, tellement d’années qu’elle doit faire face chaque jour à des spectacles atroces mais qu’elle opère aussi des sauvetages magnifiques.

DSCN1050

Marrakech, elle connaît ! Et tout le monde la connaît. Il faut l’entendre plaisanter en arabe avec l’accent allemand avec les employés de la clinique vétérinaire où le jour suivant, nous allons déposer un petit chien totalement décharné couvert de parasites. Dans une semaine, il sera retapé.

DSCN1052
Helga est une visionnaire, aussi, car elle sait qu’un jour, elle gagnera cette bataille.
Le Maroc change. C’est un pays moderne, ouvert aux idées neuves, qui promeut les énergies douces. Un jour ou l’autre, il ne pourra que montrer l’exemple en matière de protection animale et de sauvegarde des espèces menacées aux autres pays du Maghreb.
Même s’il reste encore beaucoup à faire pour changer les mentalités et faire simplement appliquer les lois….

DSCN1014 (2)
C’est pour cela qu’il faut soutenir Helga. Son combat est le nôtre.
Nous devons aider ces chevaux, ces mulets vacillant sous la charge. Nous devons aider ces chats à l’abandon, ces chiens jetés dans des bennes à ordure, ces ânes abandonnés, ces rapaces à la longe, ces tortues, ces iguanes, ces cobras, ces reptiles rares exhibés ou vendus sur les marchés.

Nous devons aider ces singes drogués, battus, qui restent enfermés dans des caisses de bois minuscules sur la place Jemaâ el-Fna sous un soleil de plomb et qui n’en sont tirés que pour être perchés sur les épaules de touristes hilares.

Yvon Godefroid.
Juin 2014
(A suivre… )

DSCN1025

DSCN1024

 

Fondation Helga Heidrich
Route Régional 212 C.R. Agafay, Douar Ait Dauod, Région Ait Timour 40000 Marrakech.

http://www.fhh-sos-animaux.com/?lang=fr

Bitte-Helfen-Sie

Pour aider concrètement en versant un don, en devenant membre ou parrain d’un animal :

http://www.fhh-sos-animaux.com/?page_id=1429&lang=fr

L’histoire de Sunny-Boy

http://www.fhh-sos-animaux.com/?p=3272&lang=fr

IMG_4192

Sunny-Boy, le chien à 3 pattes

 

DSCN1043
IMG_4187

IMG_0626 (2)

L’histoire de Whisky
Un texte d’Helga Heidrich

1 abandon

Salut tout le monde, j’ai envie de vous hennir quelque chose :
Je suis un petit bébé âne et m’appelle Whisky. Il y a quelques mois j’ai été très gravement blessé, ma patte avant toute fragile était cassée et perforée – et personne ne voulait de moi ! J’ai donc été abandonné…
La nuit, j’avais affreusement peur, j’entendais des sangliers rôder autour et même les chiens errants commençaient à m’entourer ! Une nuit, un énorme orage s’est abattu sur moi, des pluies torrides… Avec mes dernières forces je mes suis plaqué contre un arbre pour que les masses d’eau ne m’emportent pas.

1 day after

Mais j’ai eu de la chance dans mon malheur. À cause de la tempête une piste n’était pas praticable le lendemain, et une voiture est passée. Oh mon dieu, j’ai henni aussi fort que je pouvais. Et on m’a entendu. Deux hommes ont fait demi-tour et lorsqu’il ont vu ma blessure, ils m’ont embarqué. Ils m’ont donné de la paille et de l’eau propre. Mais ma jambe me faisait tant souffrir !

2 special ambulance

L’un des hommes a téléphoné et une autre voiture est arrivée, m’a chargé et conduit dans une ville. Oh là là, jamais encore je n’avais vu autant de voitures !! Mais même pas peur ! Nous nous sommes arrêtés devant une clinique vétérinaire où on m’a obtenu un rendez-vous pour le lendemain matin. Nous sommes repartis et j’ai découvert mon nouveau foyer, plein d’animaux : chevaux, ânes, chiens, chèvres, moutons, chats, singes, paons, perroquets, dromadaires, sangliers et, et, et….

Ensuite ma blessure fut nettoyée des parasites, des vers, du pus, puis soignée et pansée. J’étais très sage. Et enfin de la nourriture ! Même des carottes et des pommes se trouvaient dans mon box, hmmm. Je n’en avais jamais mangé auparavant.

Et je pouvais dormir !! J’ai dormi si tranquillement sur ma paille comme je n’avais pas dormi depuis longtemps. Le lendemain matin donc départ direction clinique. Le véto a regardé ma jambe et a dit «ah, ça n’a pas l’air terrible ! » Et l’heure de la vérité était arrivée : les radios ont démontré que ma jambe était cassée. Normalement cela signifie la piqûre fatale !!!

14 oh lala who is my Doc every - day hi has arbic appointment

Mon dieu, qu’est-ce que mon petit cœur a battu tellement j’ai eu peur, parce que je suis encore si petit, si jeune… Mais soudain j’ai entendu avec mes grandes oreilles : « OK, si tu le souhaites, je suis prêt à tenter une expérience pour toi : une opération. » – Oui mes amis, vous avez bien lu ! Moi, le petit Whisky, ai eu la chance d’être opéré, alors qu’au Maroc on n’opère pas les ânes !!! Mais pour moi on était prêt de le faire ! Alors j’ai assemblé tout mon courage.

L’opération a duré une heure. Ensuite on m’a récupéré, et peu de temps après j’ai même eu droit à manger !
J’ai pris mon mal en patience lors des voyages en voiture, des piqûres, soins et bandages au quotidien, car à chaque fois j’ai eu droit à des friandises, juste après. J’ai alors supporté ce « plus petit mal » tous les jours !
Et , au bout de six semaines et une radio de contrôle, je peux vous annoncer la bonne nouvelle : mon os s’est restitué à merveille, ma blessure est pratiquement guérie, aucune infection, et dans bientôt, la plaque et les vis seront enlevées – et je serai complètement rétabli !!

Je remercie de tout cœur tous mes nouveaux amis de la clinique, et particulièrement mon véto favori, le Dr. Lamrani ! Comme j’ai pu entendre avec mes longues oreilles, il y a les hommes sur terre qui ont un cœur pour les animaux ! C’est à ceux-ci que je voudrais hennir 1001 Merci’s et leur envoyer plein de bisous d’âne !!
Depuis quelques semaines, j’ai un nouvel ami: Puschkin.
Il a été abandonné dans la même région comme moi.

Votre Whisky

15 the next, please

Fondation Helga Heidrich SOS Animaux
Succes – Storry from Morocco: Whisky

 


Another baby dolphin dies at the Boudewijn Seapark (Bruges–Belgium)

alcatraz

Roxanne’s child has lived less than a week

« Tragic news for the Boudewijn Seapark in Bruges : Origi, the baby dolphin born last week, is dead.
The young female died in her pool on Thursday night (on the 3rd of July 2014). Her mother, Roxanne, 29, has tried to push her child to the surface to save her, but in vain. The guards were there because Origi was monitored 24 hours a day ».

« But it all happened too quickly », said the chief trainer, Sander Van der Heul, to VTM television. «Dolphins are born without immunity. That allows the bacteria they ingest to be fatal. An autopsy has to be carried on to determine the cause of the death.
Origi was born on the 23rd of June and was given the name of the Red Devil who has scored against Russia
.

The slaughter of innocent beings goes on. Since 2011, Roxanne has lost 4 children : first her twins, then the little Bruce the following year (BS-TT-B1201), and now Origi/Alcatraz. The arguments of the Boudewijn Seapark remain the same, with the same words, the same muddy explanations, the same unbelievable statistics. For the press they can release the same communiqué, they just need to change the names.

roxanne-2012

Here is what the worst dolphinarium in Europe wrote about the death of the previous newborn in September 2012 : « The dolphin Roxanne gave birth to a male dolphin named Bruce at the Boudewijn Seapark, on the 3rd of September. The newborn was healthy and breastfeeding well. Despite the care provided by the staff of the park, the baby dolphin died suddenly on the friday afternoon. « The staff noticed on that afternoon that he suddenly stopped swimming », says the press release. « Roxanne, his mother, immediately tried to bring her son to the surface to let it breathe. Trainers and the veterinarian also tried to save the newborn, but it was too late. The first three weeks are crucial in the development of young dolphins because their immune system is still very low. Half of them do not reach the end of their first year. An autopsy has to be carried on to determine the precise cause of the death. »

And, of course, the results of these autopsies are never mentioned…

bruges-roxanne-enfant

Bruce and Roxanne

Origi, just like Bruce before her, and just like the twins, would have been killed by bacteria.
It could seem normal, couldn’t it, considering their immune system was not yet developed. Bacteria? So does it mean that the water in the pools of Bruges is not filtered? Did the baby not receive those massive doses of antibiotics ? Or at the contrary did he already have too much of them in its blood ?

With all the « best care » they receive and with the highly sanitized environment in which they are forced to live, the babies that were born captive shouldn’t know the usual high mortality that they know in the wild. However, the proportion of deaths is higher in Bruges! It has to be said : the mortality rate is lower in other dolphinaria. In Harderwijk, most of the newborns do survive. But the conditions in Bruges are particularly outrageous and inadequate for breeding. No baby has survived since the birth of Ocean in 2003.

And nothing is said about the suffering of Roxanne. Even though the death of a child is, for a mother dolphin, just as painful as for a human mother.

For dolphin mothers, losing a child is a tragedy. Some of them carry the corpse of their newborn for weeks, until the body decomposes. But the family supports those young mothers and, eventually, life goes on.

dauphin-deuil

Dolphin mothers in the wild mourn their child sometimes during several weeks…

In a pool, where the arrival of a child is like a ray of sunshine in a world of darkness and trouble, the pain is even more intense. It goes with a feeling of despair, which sometimes leads to acts of infanticide during the following births. It happened to Mavis, at the West Edmonton Mall, who drowned her child, and also probably to Iris, in Duisburg, with her last baby. Freya, the orca in Antibes, had to receive massive doses of antidepressants to bear the loss of her numerous children.

bite-back-bruges-final

The Boudewijn Seapark must IMMEDIATELY renounce to any future attempt of breeding in a pool. At this rate, Roxanne is going to die, and we can already imagine she received antidepressants.
Further than that, the Boudewijn Seapark must be NOW put under investigation and its managers must be prosecuted for bad treatments towards dolphins!

Let’s remember them all :

- Gorky (M) : born on the 14th of August 1993, transferred to the Zoomarine (Portugal) on the 16th of January 2001. He died in 2003.
Simo (M) : born on the 8th of July 1995. He died by accident during a fight between adults at the age of 2,5 months.
- Luna (F) : born on the 3rd of December, deported also to the Zoomarine (Portugal) on the 16th of January 2001. Then to Zoomarine Italy in 2005. Then back to Pourugal in 2008. Her brother Marco is still alive in Italy.
Iggy (M) : born and dead in 2002.
Unnamed twins : 5th of August 2011 : « One of the twins that Roxanne was carrying just died. The veterinarians have found out that the heart of one of the fetuses had stopped. The second one is doing well, just like her mother, Roxanne. The Bruges dolphinarium expected this death, knowing that twin pregnancies amongst dolphins are extremely rare and very risky. The amniotic cavity of the young dolphin who died is still intact, so there is no danger of ignition for the mother and the other little dolphin. The dead fetus normally has to come out spontaneously so that the other can grow up properly until birth » Boudewijn Seapark explained.
– 30th of August 2011 : the second twin also dies ! Born before term, he was no longer viable ; The mother is doing well, if you can say that…
– 7th of September 2012 : Bruce dies. Roxanne had given birth to this male dolphin (BS-TT-B1201) on the 3rd of September. The newborn was healthy and breastfeeding well. Despite all the care provided by the staff, he dies suddenly on the Friday afternoon. Except the best « care » would be not to confine dolphins!
Origi, born on the 23rd of June 2014 and dead on the 3rd of July 2014.

 

deuil-dauphin-baby

Mother mourning her baby in the wild.

Origi has only lived a week. The despair of Roxanne is probably impossible to evaluate, but she will surely receive increased doses of antidepressants. Let’s remember that, in the wild, female dolphins give birth to a child every 2 to 4 years, and well beyond 40.
Let’s remember that in Sarasota, in 2010, Cathy was already a grand-grand-grandmother at the age of 44…

 

babydolfijn-origi-overleden-id5808856-620x400

Origi and Roxanne : such a short happiness…

 

Roxanne’s bio :

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2014/04/12/boudewijn-seapark-in-bruges-the-time-of-the-catches/

Ceta Base :

http://www.ceta-base.com/phinventory/dph/dph_bsp.html

Text Y.G.
Traduction Christelle Bornauw

 


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 395 autres abonnés