Free our last 6 dolphins in Belgium.

Asie

Dauphins Libres : le retour !


illu_captivite2

Après quelques années de sommeil dues à sa mise en page obsolète, le site Dauphins Libres, créé en 1997, revient sur la ligne de front des combats.
Entièrement rénové tant dans la forme que dans le contenu, Dauphins Libres et Dauphins Captifs est désormais consultable sur n’importe quel support (PC, smartphone, tablette) et via Twitter et Facebook.
C’est là que vous trouverez désormais l’actualité des cétacés captifs en ligne, mais aussi bien d’autres sujets relatifs aux animaux non-humains.

Merci de votre fidélité.

Yvon Godefroid
Michaël Godefroid

 

energy-dolphins-free

Publicités

Mensonges et dauphins roses à Singapour

singapour-DolphinDiscovery

November 1 2014

« Peu de choses sont aussi magiques que de contempler un double arc en ciel. Nager avec les dauphins fait partie de ces merveilles. Malheureusement, contrairement à des pays comme Hawaii ou l’Australie, il n’y  pas de dauphins dans les eaux de Singapour, et tout le monde ne peut pas se permettre de voyager à l’étranger pour les voir.
La meilleure alternative ? Participez aux Programmes d’interaction Dolphin Island organisés par le Resorts World Sentosa Life Marine Park« .

 

singapour-dauphin-rose-show

Aussi magique qu’elle puisse paraître, la réalité est bien différente.
Cette publicité publiée sur le blog du Marine Life Park est même carrément mensongère. Il y a bel et bien des dauphins dans les eaux de Singapour.
Les amoureux de la nature qui fréquentent ses îles méridionales rapportent régulièrement la présence de dauphins libres. L’observation la plus récente de dauphins à Singapour a été faite par René Ong,  le mois dernier près de l’île Kusu.

D’autres indices prouvent leur présence. Ainsi, des carcasses de dauphins morts ont été rejetés sur le rivage, le plus récent échouage ayant eu lieu en juillet dernier.

singapour-dead-dolphin-East-Coast-AsiaOne-sc

L’espèce la plus fréquemment observée dans les eaux de Singapour est le dauphin à bosse de l’Indo-Pacifique, mieux connu sous le nom de « dauphin rose ».  On en exhibe d’ailleurs au Parc Marin de l’Underwater World Singapore (UWS), le second pôle de l’entreprise.  

Au début de la semaine, un rapport de la Wildlife Watcher Singapore, en collaboration avec la Sea Shepherd Conservation Society, avait alerté l’opinion sur le fait que ces dauphins  y vivaient dans de très mauvaises conditions.
L’UWS a répondu que Han, l’un de ses dauphins roses du Dolphin Lagoon, souffrait en effet d’une forme non-transmissible de cancer de la peau. Mais rien à craindre pour les visiteurs, donc. Et les organismes de contrôle officiels ont d’ailleurs jugé que tout allait bien !

pink-dolphin-cancer

Ce n’est sans doute pas avec ce malheureux dauphin rose que les citoyens désargentés de Singapour (qui ne peuvent aller jusqu’à Hawaï), iront s’offrir une expérience digne du « spectacle d’un double arc-en-ciel. »

Et l’on ne s’étonnera pas des mensonges du Resorts World Sentosa , puisqu’en Espagne, en Italie, au Pakistan, en France, en Belgique et même au Japon (pourtant une île cernée par la mer de toutes parts !), que l’on nous ressert à l’identique la même propagande.
Les dauphins libres sont présents partout dans le monde et il n’est pas bien difficile ni coûteux d’aller les observer à distance et avec respect.

singapour-27-dauphins-transport

Les dauphins capturés aux Iles Salomon sont amenés à Singapour. Un mort en vol et plusieurs autres ensuite.

Info
Marine Connection

singapore-pink-dolphin

 

SINGAPOUR: L’Association Mondiale des Zoos & Aquariums (WAZA) vient d’accorder son accréditation au  Resort World Sentosa’s (RWS) SEA Aquarium and Dolphin Island, à Singapour. Dans un communiqué de presse daté du  26 septembre 2014, Jim Maddy,  le président de  la WAZA explique :
« En répondant aux normes les plus élevées, le SEA Aquarium et Dolphin Island se classe parmi les meilleurs zoos et aquariums du monde. Lorsque les gens visitent ce lieu, ils peuvent être assurés qu’ils soutiennent une entreprise leader dans le domaine de conservation de la faune et des soins aux animaux ».
«L’éducation à la vie marine, la conservation et la recherche, ainsi que le bien-être de nos animaux ont toujours été nos priorités absolues», a renchéri le vice-président de l’aquarium philippin, John Hallenbeck. «Nous sommes ravis d’être l’un des rares établissements à l’extérieur des États-Unis à recevoir l’accréditation de l’AZA, et nous nous réjouissons d’inspirer à plus de visiteurs encore notre souci pour les océans ».

singapour-sentosa-pink-dolphins

Le Resort World Sentosa’s (RWS) SEA Aquarium and Dolphin Island a déclaré que ses deux sites avaient subi des examens approfondis quant aux soins donnés aux  animaux, aux programmes vétérinaires, à la conservation, à l’éducation et à la sécurité afin de s’assurer que les installations correspondent bien aux normes les plus strictes de l’AZA. Un contrôle est effectué tous les 5 ans.

Toutefois, les défenseurs des dauphins de l’association ACRES ont remis en cause cette accréditation, en demandant que le RWS soit également contrôlée par des  organisations non gouvernementales de protection des animaux et non « pas seulement par le professionnels de la même industrie ».
L’ACRES souligne également que l’acquisition par le parc de 27 dauphins capturés aux îles Salomon a surtout contribué à l’épuisement de cette espèce au niveau local et non à sa conservation .
« 4 de ces dauphins sauvages sont déjà morts entre les mains du RWS, et l’on pu filmer un dauphin  tournant en rond sans fin dans les bassins de Sentosa, ce qui est un signe de stress »
Il note aussi que les programme de conservation des raies manta lancé par l’aquarium avait déjà tué deux d’entre elles en un an.

La WAZA est une organisation à but non lucratif. Elle représente l’organisme d’accréditation pour les zoos et les aquariums aux Etats-Unis et dans six autres pays. En Belgique, c’est sa filiale européenne (l’EAZA) qui décerne régulièrement des certificats d’excellence au Boudewijn Seapark de Bruges, pourtant coupable de la mort de plus de 22 dauphins. 7 survivants y sont actuellement maintenus  dans des conditions de vie indignes et confinées.

Notons que l’aquarium de Sentosa a récemment été classé comme le 7ième meilleur delphinarium d’Asie pour Aquariums par le site de Voyage TripAdvisor.

singapore-sentosa-pink2

 

En savoir plus :
https://www.facebook.com/Wildlifewatchersg
http://www.dauphinlibre.be/singapour.htm
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/category/thailande/

solomon-islands-captures

27 dauphins ont été capturés aux îles Salomon dans l’Océan Pacifique en 2011. Deux d’entre eux ont été transportés à Langkawi, en Malaisie, tandis que les autres ont été maintenus à Subic Bay, aux Philippines. Lorsque les deux dauphins de Langkawi sont morts, Resorts World a vendu les 25 survivants à Singapour.

 


Le delphinarium de Phuket en Thaïlande

phuket-stop-dolphinarium


Le 15 septembre 2014

Contrairement à ce qui avait été affirmé par les autorités, 5 parmi les nombreux dauphins promis à la captivité dans le delphinarium de Phuket en Thaïlande, proviennent bien de Taiji via l’Ukraine.
Ce pays, si ardemment défendu par nos démocraties, s’est fait une réputation de « blanchisseur de dauphins sales » en provenance du Japon. 2 d’entre eux ont même été exportés en Roumanie, c’est à dire en Europe.
Taiji, c’est chez nous, partout où des dauphins sont captifs.

Phuket Gazette
http://www.phuketgazette.net/phuket-news/Phuket-dolphin-park-link-Taiji-massacre-confirmed/34886#ad-image-0
Dauphins captifs en Thaïlande :
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/12/thailande-dauphins-en-danger-exhibes-dans-les-shows/


taiji-18-9-2013

Le 3 septembre 2014
Les entrepreneurs qui soutiennent le nouveau delphinarium de Phuket (Thaïlande) ont déclaré aux autorités compétentes qu’ils détenaient déjà 4 dauphins dressés pour faire des shows sur cette île de vacances. Ce projet leur a coûté 30 millions de bahts.

On peut déjà voir le bâtiment circulaire du delphinarium à Chalong, non loin du zoo de Phuket, mais les bailleurs de fonds restent évasifs sur les détails du programme.

Une réunion vient d’avoir lieu à huis clos entre ceux-ci et le vice-gouverneur de Phuket, le Dr Sommai Preechasin, dans les bâtiments du Phuket Provincial Hall.

Les promoteurs, derrière lesquels se trouve le groupe Nemo, possédent des installations similaires ailleurs, a indiqué le Dr Sommai après la réunion. Ajoutant que ces gens étaient très perturbés par la réaction négative que suscitait l’ouverture prochaine du delphinarium et particulièrement par celles des étudiants du Price Songkhla qui ont protesté publiquement la semaine dernière contre la captivité des dauphins.

phuket-pool

Les dauphins ont déjà été dressés, confirme le Dr Sommai. Le groupe captif d’origine comptait 9 individus, tous d’origine russe. Ces dauphins ne proviendraient donc pas des pêches sanglantes à Taiji, comme l’affirment les opposants.

Cependant, pour voir le retour sur investissement de leurs 30 millions de baht , les entrepreneurs doivent d’abord obtenir l’autorisation de la CITES d’importer ces dauphins. Appremement, rien ne s’y oppose. Puis ce sera au tour des autorités communales de se prononcer.

Ce delphinarium a pour but d’accroître la clientèle de touristes russes et chinois, très demandeurs de ce genre d’attractions.

phuket-dome

Lire :
http://phuketwan.com/tourism/phuket-dolphinarium-backers-spending-30m-baht-dolphins-training-20911/

http://www.phuketgazette.net/opinion/Standing-together-against-Phuket-dolphinarium/33759

https://www.change.org/p/phuket-tourism-board-stop-the-nemo-dolphinarium-in-phuket-thailand

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/12/thailande-dauphins-en-danger-exhibes-dans-les-shows/

phuket-pool2


Angel, un petit ange en enfer

angel-delphinarium3Angel en mars 2014 : harassée de toutes parts, couverte de blessures…


 

17/2/2014

Angel est désormais dans un bassin à l’intérieur du Taiji Whale Museum.

On la voit tourner en rond pendant des heures dans son bassin minuscule. Sa maman lui manque…
Envoyez une lettre au Premier Ministre Abe en réclamant qu’on libère Angel.

angel-delphinarium

 


 


 

angel-fevrier-2014

omment va la petite Angel ? Pas trop bien. On l’avait vue parmi d’autres très jenes dauphins dans une psicine circulaire, tournant en rond et collés l’un à l’autre, juste après le suicide de sa mère.
Depuis, elle a été déplacée dans un bassin à part, car tous les autres delphineaux lui chipaient sa nourriture. Elle souffre  de la lumière et garde le plus souvent les yeux fermés le jour pour les ouvrir la nuit. Elle est timide mais pas malade. Le Taiji Whale Museum y voit un objet d’études mais déclare d’emblée que les albinos ne vivent pas longtemps. Comment le sait-il alors que c’est le premier albinos jamais capturé ? Mais il est vrai que la moyenne de survie est de 4 ans dans ces bassins de Taiji.

Le Musée de la Baleine ajoute qu’il ne séparera pas de sa prise  – dont il prend grand soin – sauf si un autre aquarium ou un centre de recherches pouvait lui fournir un meilleur environnement plus avantageux pour elle. En attendant, bien qu’elle tétait encore sa mère par intervalles, on la nourrit mieux que les autres de poissons morts, car on désire la conserver un peu.

Il faut imaginer ce que représente la vie dans les citernes bleues et les bassins minuscules du Taiji Whale Museum. La folie, la peur, la mort des autres, de tant daures une fis les capturs faites, puis la soumission absolue, la volonté broyée.
Survivre est sans doute pire que de mourir sur place.

Lire l’article de Tim Zimmerman
Voir la vidéo. Bravo à l’activiste japonaise qui a pris le risque de jouer l’agent double en interrogeant la responsable du delphinarium. http://timzimmermann.com/2014/01/30/taiji-whale-museum-on-the-albino-calf/

angel-alone-janvier-14

SadLonely_2_Taiji_Burns_SMALL_2_2-12

taiji-angel-in-pool

Angel : première photo de sa captivité

Janvier 2014

La petite Angel est un symbole. On l’a vue qui se serrait très fort contre sa maman pendant que les tueurs rabataient avec elle un méga-pod de 250 dauphins Tursiops vers la baie de Taiji. On a vu des adultes entourer la mère et l’enfant pour les protéger. On a vu sa mère se battre pour empêcher sa capture. Puis, folle de désespoir, après avoir fait du spy-hopping et appelée sa fillette des heures durant, on a vu cette mère se laisser couler sous l’eau pour ne plus jamais remonter. Les suicides sont nombreux pendant ces chasses.

taiji-angel
taiji-albinos-protection
Aujourd’hui, on voit Angel tourner en rond dans une cuve crasseuse aux côtés d’autres orphelins. Lapetite fille  est en Enfer. Elle ne comprend pas. Elle a peur. Elle a faim. Où est sa Maman ? La petite albinos a été séparée des siens et transférée très vite au Taiji Whale Museum. Si vite que son rostre saigne. Qui l’a blessée ?

Cette gamine albinos ne s’appelle pas Angel, bien sûr. C’est ainsi que Ric O’Barry l’a baptisée pour attirer l’atention sur elle. Elle porte un vrai nom de dauphin, une signature sifflée. Il ya quelques jours à peine, Angel fendait les flots en appellant sa maman par son nom. Et elle lui répondait par le sien.

Microsoft Word - 4.doc Noms de dauphins

Leur vie sociale était très intense. Les tantes, les marraines, les soeurs, les cousines, les amis, les voisins, les frères et soeurs, les ados écervelés, les petits camarades de jeu… C’était tout  un monde d’échanges, de coopération, de dialogues et d’empathie qui babillait autour d’Angel. On ne reste jamais seul quand on est un dauphin libre.

wild_dolphins
Maintenant, Angel est seule. Elle se serre contre ses jeunes compagnons mais tous ont perdu leur maman. Agée d’un an, elle n’est même pas sevrée (18 mois). En liberté, les enfants ne s’éloignent de leur maman que vers 3 ou 5 ans, et jamais très loin. Les jeunes ne partent voyager que  vers 10-13 ans,mais reviennent. Et les petites filles comme Angel courent se blottir dans les nageores de leur maman  de leurs tantes et de leurs grand-mères dès qu’un beau mâle les a mise enceinte.
Angel n’aura jamais d’enfant. Pas plus qu’aucune des malheureuses enfermées dans cet enfer.

angel1

Tout le monde a disparu.
Près de 60 dauphins ont été selectionnés pour les delphinariums du monde entier, dans un climat de violence insensée qui a duré 4 jours et suscité enfin l’indignation du monde et même du Japon !

taiji-horror
Quant aux 200 autres, la plupart ont été tués d’une tige de métal enfoncée dans la tête.

OPS_Heli Lagoon Shot
Pendant que ce bain de sang s’écoule (on ne met plus de bouchons dans les plaies maintenant : ça ralentissait trop l’hémorragie), les survivants sont repoussés en mer, loin de leur famille morte ou captive. Beaucoup sont blessés, malades, profondément atteints. C’est une tribu en miette qui repart.

Il est remarquable de noter que ces survivants restent même après que les filets soient enlevés. Il faut les CHASSER dans l’autre sens en tapant sur les même tubes en métal. On imagine mal une assemblée de lapins refusant de quitter le corps de leur camarade tué par un chasseur, lequel se tiendrait à côtés d’eux. C’est le cas pour les dauphins qui restent près des tueurs. Ils n’ont plus rien à perdre.

Leur vie est détruite. Ce qu’ils avaient de plus précieux au monde, leur tribu, leurs amis, leurs parents, tout cela a disparu en quatre jours de cauchemar absolu. Une tuerie et des séparations déchirantes d’enfants enlevés à leur mère auxquels ils ont du assister tout ce temps. Ces cris. Ces appels. Ces râles d’agonie, le goût de ce sang, ces noyades désespérés sous un filet, le moteur hors-bord qui leur laboure le dos, le sadisme insensé des hommes. Le Japon parle d’une tradition. C’est un crime de guerre annuel.

taiji-motor-boatLe canot à moteur passe sur le corps des dauphins non sélectionnés

Si elle survit, Angel deviendra un moment une « bête de spectacle ». Comme Haruka, le dauphins aux 4 nageoires, qui survécut 6 ans à la captivité, on la présentera comme un cas scientifique. D’ores et déjà, les médias japonais raportent que « de braves pêcheurs on sauvé un jeune dauphin albinos extrêmement rare. Le Taiji Whale Museum en fait d’ores et déjà un objet d’études fort intéressant ». Elle restera probablement toute sa courte vie à Taiji – à moins qu’un riche client chinois ou arabe ne se présente – avant de mourir misérablement dans un aquarium pour poissons rouges.

angel-rostre-blessure haruka-japon
Le Japon insulte les autres pays développés en affichant cette politique de meurtre ultra-nationaliste, arrogante et paranoïaque.
En massacrant à outrance ses dauphins, au point de menacer l’espèce, le Premier Ministre du Japon veut prouver à la face du monde que personne ne lui dictera ce qu’il doit faire. Toute opposition est muselée dans ce pays qui envoie sa propre police pour asister et soutenir les assassins de Taiji. Cette dérive est  dangereuse et devrait alerter toutes les démocraties du monde.

Répétons-le : les chasses à Taiji, ce n’est PAS une tradition. Pourquoi faut-il que toute la presse reprenne en choeur les mensonges de Shizo Abe ? Les premières chasses à Taiji datent de 1933 quand le Japon s’enfoçait dans une crise économique terrible. Il y en eut d’autres en 1936 puis en 1944, juste avant la défaite du Japon.  Il a fallu attendre 1969 pour que ces chasses reprennent à large échelle. L’histoire de la chasse aux dauphins n’a donc pas 400 ans d’âge mais 45 ! En outre, en 1969 la raison de la reprise des chasses fut que le Taiji Whale Museum désirait acquérir des globicéphales et des pseudorques, pour les revendre à SeaWorld. Les chasses de Taji n’ont d’autres raisons d’être que le profit  et n’ont RIEN à voir avec la merveilleuse culture japonaise.

On ne tolérerait ce comportement de la part d’aucun pays du monde, mais le Japon, lui, peut se le permettre. C’est un fidèle allié de l’Occident en Asie.
Nos gouvernements portent à cet égard leur part de responsabilité en se taisant dans toutes les langues. Le fameux tweet de l’Ambassadrice des USA aux Japon, Mme Caroline Kennedy, exprimant ses « préoccupations » face à ces massacres en chaîne, a soudain donné à la campagne médiatique menée avec rage par les associations et les militants derrière leurs claviers, un souffle énorme, qui a touché CNN, le Monde et même notre télévsion et nos qutotidiens belges, muets depuis des années à propos de ces massacres.

enfants-panique
Tous ces enfants du même âge se pressent
terrifiés contre un adulte.

Mais à ce massacre ont déjà succédé bien d’autres, jusqu’en avril. Nous vous demandons donc d’écrire. A votre ambassade japonaise, au Premier Ministre du Japon, à la World Association of Zoo and Aquaria ou aux Pêcheries elles-mêmes. Exigez d’eux qu’ils mettent fin aux chasses au rabattage à Taiji. Il est bien évident qu’ils n’en feront rien mais cette fois, la pression internationale aussi bien que nationale a été et reste puissante, en ce 19 janvier 2014. Elle s’avère efficace. Plusieurs associations japonaises ont protesté à leur tour. Trois d’entre elles ont adressé un texte musclé à la WAZA, lui rappelant ses principes éthiques et le fait que, nées dans les années 30, les chasses aux dauphins n’ont rien de traditionnelles. Plusieurs média du monde entier, y compris japonais, ont relayé l’évènement. Cela ne suffira pas à faire cesser l’horreur, bien entendu. Mais cela aidera les activistes locaux et trouchera peutêtre les politiques. Car si le Japon n’est que l’ignoble bras armé de ces crimes, c’est l’industrie de la Captivité, c’est le Marineland d’Antibes, le Parc Astérix, le Boudewijn Seapark, SeaWorld, Harderwijk et tous les cachots aquatiques qui sont le moteur ronflant de ce marché lucratif, de cette vente d’esclaves qui vide les océans de ses deniers cétacés.

captivity-taiji-chiffres

Et tant que les delphinariums tourneront, des dauphins seront capturés à Taiji. Le Japon est actuellement le principal pourvoyeur de dauphins dans le monde, suivi de près par la Russie et par les Iles Salomon.  C’est un marché en plein boom dans les pays émergents. C’est pourquoi nous exigeons que l’Europe déclare illégale la détention de cétacés vivants à des fins attractives, afin de donner l’exemple, comme l’Inde vient de le faire.

splash-brugesDelphinarium de Bruges

taiji-crying-for-help

En savoir plus :
CNN
Cove Guardians : actualité du massacre
Save Japan Dolphins
Japon, l’enfer des cétacés
Driven by demand Adresses, actions !
http://www.ceta-base.com/drivefisheries.html#20132014

angel-and-mom

RAPPEL :  Les autorités japonaises parlent d’une tradition millénaire. C’est faux. La chasse à Taiji ne date que des années d’avant-guerre, elle a disparu un moment jusqu’à ce que SeaWorld la réveille en 1969 pour se procurer des dauphins rares (pseudorques). C’est ce qu’explique en février 2014 le Japan Times lui -même !

« Hunting in Taiji is short. According to “The History of Taiji,” edited and published by Taiji town in 1979, the first recorded dolphin drive was in 1933, with subsequent hunts occurring in 1936 and 1944. It was not until 1969 that dolphin drives have been conducted on a large scale. The history of the dolphin drives spans not so-called 400 years, but a mere 45. Furthermore, in 1969, the main goal of the dolphin drive was to capture pilot whales as prized showpieces for the Taiji Whale Museum. In other words, the dolphin drive was purely for profit, having nothing to do with cultural history. Since 1969 a close relationship began building between the drive hunt and aquaria as financial activities ».

taiji-albinos-protection

Adresses :

Empereur du japon information@kunaicho.go.jp

Préfecture de Taiji E-mail: taiji@town.taiji.wakayama.jp

Premier Ministre du Japon E-mail: Kanteihp-info@cas.go.jp

commentaires en ligne http://www.kantei.go.jp/foreign/forms/comment.html https://form.cao.go.jp/kokusai/en_opinion-0001.html http://www.kantei.go.jp/foreign/forms/comment.html

Ministre de la Pêche E-mail: sinsei01densi@nm.maff.go.jp

Gouverneur de Wakayama (dont Taiji fait partie ) : Mr. Yoshiki E-mail: e0006001@pref.wakayama.lg.jp

Fishery Agency Policy Evaluation Group à Taiji (qui contrôle les massacres) : E-mail: sui_hyoka@nm.maff.go.jp

 Delphinarium de Taiji et son DOLPHIN RESORT (où sont dressés les survivants avant expédition, notamment) :

Email: info@dolphinbase.co.jp

info@dolphinresort.jp International Marine Animal Trainers’ Association http://www.imata.org/ 1200 South Lake Shore Drive Chicago, IL 60605-2490 United States of America Phone: 312-692-3193 Fax: 312-939-2216 E-mail: info@imata.org

WAZA http://www.waza.org/en/site/conservation/code-of-ethics-and-animal-welfare Excecutive Office Carole Lecointre Marketing & Communication Officer Phone +41 22 999 07 93 Fax +41 22 999 07 91 carole.lecointre@waza.org

Japanese Association of Zoos and Aquariums
https://www.facebook.com/jaza.official (!) http://www.jaza.jp/english5.html
Dr. Kanako Nishimoto kanako@jaza.jp

taiji-en-attendant-la-mort

En attendant la mort…

https://www.contact.maff.go.jp/form/question/question.php, consul-cpt@pr.mofa.go.jp, consul@pr.mofa.go.jp, info@pr.mofa.go.jp, taishikan@bn.mofa.go.jp, cultural@cb.mofa.go.jp, economics@cb.mofa.go.jp, info@wi.mofa.go.jp, info@bk.mofa.go.jp, japan@bh.mofa.go.jp, eojbd@dc.mofa.go.jp, consul.lpz@lz.mofa.go.jp, aodbolivia@lz.mofa.go.jp, jpnculturalinfo.bo@lz.mofa.go.jp, japanbih@sx.mofa.go.jp, consular.japao@bs.mofa.go.jp, cultural.japao@bs.mofa.go.jp, leandrojardim@bs.mofa.go.jp, embassy@bw.mofa.go.jp, infocul@ot.mofa.go.jp, access@to.mofa.go.jp, contactoembajadajapon@sg.mofa.go.jp, keizai@pk.mofa.go.jp, ryoji@pk.mofa.go.jp, info@pk.mofa.go.jp, info@ba.mofa.go.jp, ambassadedujapon@yahoo.co.jp, ambjaponrdc@yahoo.fr, embjapon@sj.mofa.go.jp, consul@zr.mofa.go.jp, information-culture@zr.mofa.go.jp, politics-economy@zr.mofa.go.jp, maki.ashida@mofa.go.jp, atsushi.tsukiyama@mofa.go.jp, taisi@ceniai.inf.cu, jicc@ph.mofa.go.jp, info@ch.mofa.go.jp, info.cph@ch.mofa.go.jp, embapon@qi.mofa.go.jp, info@ti.mofa.go.jp, inquiry@hk.mofa.go.jp, consular@hk.mofa.go.jp, culture@hk.mofa.go.jp, consul@ps.mofa.go.jp, info-fr@ps.mofa.go.jp, info@bo.mofa.go.jp, embjapan@at.mofa.go.jp, info@gt.mofa.go.jp, economic@bp.mofa.go.jp, culture@bp.mofa.go.jp, administration@bp.mofa.go.jp, japan@rk.mofa.go.jp, jpembjic@nd.mofa.go.jp, infoeoj@th.mofa.go.jp, cultural@ir.mofa.go.jp, consular@ir.mofa.go.jp, info@tl.mofa.go.jp, oded.schaffer@tl.mofa.go.jp, culturale@ro.mofa.go.jp, info@kg.mofa.go.jp, info@aq.mofa.go.jp, jinfocul@nb.mofa.go.jp, info@so.mofa.go.jp, jcc@so.mofa.go.jp, info@vn.mofa.go.jp, ryo@kl.mofa.go.jp, jis@kl.mofa.go.jp, eco@yn.mofa.go.jp, info.cul@yn.mofa.go.jp, enquiry@wl.mofa.go.jp, embjpnic@mg.mofa.go.jp, embjapan@mc.mofa.go.jp, economic@ib.mofa.go.jp, culture@ib.mofa.go.jp, economia@pn.mofa.go.jp, cultura@pn.mofa.go.jp, administracion@pn.mofa.go.jp, infeoj@pm.mofa.go.jp, japon.embajada@as.mofa.go.jp, japon.economia@as.mofa.go.jp, japon.cultural@as.mofa.go.jp, info@li.mofa.go.jp, cultjapon@li.mofa.go.jp, info-cul@wr.mofa.go.jp, cultural@lb.mofa.go.jp, economia@lb.mofa.go.jp, eojqatar@dh.mofa.go.jp, embassy@bu.mofa.go.jp, culture@bu.mofa.go.jp, japan-info@mw.mofa.go.jp, ryojijp@mw.mofa.go.jp, ryoji@sn.mofa.go.jp, infoculture@sn.mofa.go.jp, info@bv.mofa.go.jp, info@s2.mofa.go.jp, japan-embassy-solomon@sm.mofa.go.jp, info@embjapan.org.za, ambjpn@co.mofa.go.jp, econojpn@co.mofa.go.jp, odajpn@co.mofa.go.jp, cultujpn@sltnet.lk, contact@kt.mofa.go.jp, eojs@br.mofa.go.jp, embassyofjapan_TZ@dr.mofa.go.jp, jis@bg.mofa.go.jp, japan.embassy.in.timor-leste@di.mofa.go.jp, emb-japan@nu.mofa.go.jp, embassyofjapan@po.mofa.go.jp, ekonomi@an.mofa.go.jp, culture@an.mofa.go.jp, info@ld.mofa.go.jp, jicc@ws.mofa.go.jp, embjapon@mv.mofa.go.jp, consul@cr.mofa.go.jp, cultura@cr.mofa.go.jp, jez@lu.mofa.go.jp

angel-blesseAngel blessée au moment de sa capture


Suzy et les éléphants

elecapt3

On l’a nommée Suzy. Elle portait sûrement un autre nom au sein de sa harde. Aujourd’hui, elle est enfermée dans un enclos assez vaste, en compagnie de Gitana, au parc Pari Daiza.

Quant elle était petite, on a tué sa mère. C’était au Zimbabwe en 1988.

L’ivoire, sans doute. Ou bien les zoos. Ou encore, le culling tel qu’on le pratiquait il y a peu au parc Krüger et qui consiste à massacre un nombre précis d’éléphants pour réduire leurs populations.

Ces prélèvements se mènent le plus souvent par voie des airs. Le tireur dans l’hélicoptère peut ainsi tout à loisir choisir sa cible et l’abattre à l’arme de guerre. Cela revenait chaque année. Les anciennes connaissaient les dates et elles tentaient alors d’emmener leur famille à l’abri des bosquets. En vain. Au jeu de la mort, l’homme reste le champion.

elephant-chasse-sportive

Suzy se tient sagement auprès du corps de sa maman, bien consciente que quelque chose de terrible venait d’arriver. Quand on emmena le cadavre, elle le suivit comme un petit chien Pas besoin de l’attacher. Il n’y avait plus personne. Tous partis. Tous morts. Ses tantes, ses sœurs, ses petits frères, ses grands frères toujours au loin, à se battre et à chercher des filles, mais qui revenaient au galop, toutes défenses dehors, quand un danger menaçait les leurs.
Tous partis. Tous morts ?

Elle eut de terribles cauchemars les nuits suivantes. Elle revivait la scène sans cesse et se réveillait en barrissant. Aucun des humains présents ne se soucia de son chagrin. Personne ne la prit dans ses bras. Très vite, on la dressa, on la frappa, on l’enchaîna, on lui mordit l’oreille avec un hook crochu, et le creux de l’aine, On la réduisit en esclavage, sans qu’elle comprit jamais pourquoi.

elephant-aywaille-seulAfrica à Aywaille

Le Harry Malter Familypark de Gand la donna au parc Pairi Daïza le 28 août 2010,
Sa compagne Chamba venait de mourir. On l’amena donc dans le Hainaut. Gitana vient la rejoindre ensuite. Susy a été la vedette de la Foire de Libramont, aux côtés d’un cheval de trait. Elle vit mourir Mausi, l’éléphante de cirque torturée, qui s’effondra quelques jours après son arrivée. De tristes souvenirs ont du lui revenir.  Un éléphant a bonne mémoire.

Toute petite, elle a du en voir, des massacres, des mâles superbes abattus par des chasseurs friqués, d’autres mutilés de leur trompe et de leurs défenses.  Elle a du en fuir, des humains féroces mais c’est parmi eux quelle vit aujourd’hui. Pour sauver l’espèce, paraît-il. Elle n’a encore jamais eu d’enfants.

echo_nature_elephants_echo

Là-bas, chez elle, de nouvelles matriarches ont pris les commandes de nouvelles hardes. Elles affrontent aujourd’hui la plus grande vague de massacre de toute l’histoire des éléphants. La Chine veut l’ivoire. Al Qaeda veut l’argent. L’Afrique ramasse la donne.

Le temps est proche où les savanes d’Afrique et les forêts d’Asie seront vides de tout éléphant.
Seuls survivront des personnes comme Suzy, qu’on exhibe dans des parcs et qui, péniblement, engendreront peut-être un éléphanteau. Pas de quoi sauver l’espèce, ni assurer son renouvellement génétique. Rien non plus qui reproduise les conditions de vie réelle d’un éléphant. Plutôt que de céder à la fougue d’un mâle triomphant et superbe dont elle connaît le clan depuis des années,  on lui amènera un étalon choisi par les homme, un inconnu. Elle finira ses jours dans la somnolence et l’ennui. Dans 50 ans, il n’y aura plus d’éléphants de zoo non plus.

planckendael-elephant-une-prison-reste-une-prison2

Voilà ce que notre gouvernement protège, voilà ce que nos médias encensent.
Mais que fait-on pour les « vrais » éléphants, ceux qui vivent encore libres et dignes ? Quelle somme la Belgique investit-elle pour sécuriser les parcs nationaux congolais, pour assurer leur bonne gestion et leur promotion internationale ? Quel est le nombre de soldats dévolus à la stricte protection des Monts Virunga, ce trésor de biodiversité  ? Pourquoi autorise-t-on une compagnie pétrolière à  s’y installer ? Pourquoi la CITES se montre-telle si conciliante avec un trafic dont on connaît les auteurs et les lieux ?
Que dit l’Europe de ce génocide annoncé ? Quels moyens la communauté internationale met-elle en œuvre pour sauver ces êtres dotés de cultures et de conscience de soi, qui partageaient déjà la savane avec les premiers hominiens ?

African_Elephants_Amboseli_National_Park_Kenya

Dans quelques années, les dernières tribus d’éléphants libres auront disparus de la planète.  Sauf si nous agissons.

ACTION INTERNATIONALE 4/10/2013

Pari Daiza

Eléphants

Le Voyage du Petit Eléphant

Suzy

elephant-95Pourquoi Pari Daiza ne se joint-il pas à ce genre de campagnes ?


Taiji, 12 septembre, les images du massacre

o-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-570

Sea Turns Red With Blood As Whales Are Butchered To Death In Japan
Un article de Charlotte Meredith

De nouvelles images clandestines extrêmement choquantes, réalisées par l’association Sea Shepherd, nous font découvrir les moments atroces où un groupe de globicéphales se fait massacrer dans la crique de Taiji au Japon.

Prises dans un piège sans issue, les pauvres créatures s’accrochent l’une à l’autre tandis qu’elles vivent leurs dernières heures ensemble avant d’être traînées à terre et tuées sans pitié.

Les animaux ont subi des heures de souffrance avant de succomber à une mort atroce, déclarent les témoins.
Les quelques cétacés restants ont été forcés de se baigner dans le sang des membres de leur famille. Des images horribles de la Sea Shepherd Conservation Society montrent des bébés nageant désespérément à côté des cadavres dépecés de leurs parents.

o-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-571Le sang a commencé à s’échapper de la rive mortelle.

o-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-572Un juvénile  et un bébé s’attardent aux côtés de leur mère mourante.


Ces jeunes ne sont pas assez grands pour figurer dans la liste des quota et après plusieurs heures, ils ont été repoussés en mer pour s’y débrouiller par eux-mêmes.

Un total de 18 baleines pilotes a été abattu lors de cette chasse au rituel brutal et la probabilité que les jeunes cétacés abandonnés survivent est très mince.

o-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-574La seule défense des dauphins adultes est de se débattre contre les rochers
dans l’espoir d’échapper à la torture.

o-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-575
Les baleines pilotes ont été traînées à terre et abattues.

Aujourd’hui, les groupes de protection des animaux ont réagi avec fureur à propos de ces scènes ignobles.
« Les chasses au rabattage sont incroyablement cruelles », a déclaré Clare Perry, responsable de la campagne cétacés de l’Agence d’investigation environnementale.
« Le fait de poursuivre ces malheureux, de les laisser une nuit dans la baie, sans nourriture ni espace, puis les abattre devant des membres de leur famille, défie le sens moral. La façon dont ils sont tués n’est pas conçue pour procurer une mort rapide. Elle vise simplement à  diminuer la quantité de sang qui se déverse dans la crique», a-t-elle ajouté, concluant « C’est là une tragédie à bien des niveaux»,

o-THE-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-580Les animaux endurent des heures de souffrance avant de finalement succomber à une mort atroce

o-THE-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-577
Les tueurs plongent dans l’eau afin de sélectionner les plus grands individus pour la boucherie.

Malgré l’interdiction de la Commission baleinière internationale sur la chasse commerciale depuis 1986, le Japon a continué à massacrer des baleines, après avoir obtenu une autorisation spéciale de l’Organisation des Nations Unies. Depuis cette date, le Japon a tué 14.000 d’entre elles.
Le pays continue à chasser la baleine sous le prétexte de mener des recherches scientifiques alors qu’il ne s’agit bel et bien que d’une cahsse comerciale à peine déguisée.
S’adressant à Huffington Post, Peta, le groupe de défense des animaux a déclaré que ces recherches et cette prétendue « tradition » sont tout simplement des excuses pour perpétrer le meurtre cruel de dauphins et de baleines dans un monde qui rejette une telle barbarie.

o-THE-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-578La mer devient rouge de sang

o-THE-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-579L’image obsédante des navires criminels rabattant leurs victimes

«Ces mammifères marins sont de paisibles animaux dotés d’une vie sociale complexe et d’une haute intelligence. Les massacrer est tout simplement ignoble. Le Japon ferait mieux de favoriser le whale-watching sur ses côtes que que de perpétuer des actes qui nous ramènent au temps obscurs de Moby Dick» a conclu Peta.

taiji-baby-dead-septembre-2013-sea-shepherdCet enfant a trop lutté. Il se laisse mourir près des siens. 

D’après l’article :
Sea turns red

Cove Guardians

Le rapport de Save Japan Dolphins

Après la capture… 

_______________________________________

Japanese Chief Cabinet Secretary Shinzo Abe smiles during a news conference at Prime Minister Junichiro Koizumi's official residence in Tokyo
Fier de vous, M. Shizo Abe,
Premier Ministre du Japon ?


Taiji, 12 septembre, premier massacre de globicéphales

Pilot_Whale_Diver_Taiji_VCollins_SMALL_9-13

12 septembre 2013
Pilot Whale Pod Couldn’t Evade Relentless Dolphin Hunters
Un article de Terran Baylor, Cove Monitor

Au début de ce mois, seuls des dauphins Tursiops ont été rabattus dans la Baie.
Cette espèce figure en tête de la liste d’achats de l’Industrie de la Captivité. « Aucun dauphin ne doit être tué pour sa viande pendant le mois de Septembre ». Telles étaient les termes d’un accord de base (minimal) conclu entre l’industrie internationale et les pêcheurs de dauphins de Taiji. L’Association Mondiale des Zoos et Aquariums (WAZA) avait signé cet accord, afin de pouvoir déclarer plus tard que leurs prises n’avaient pas été capturées dans une mer de sang.

Il est apparu cependant que la WAZA n’incluait pas les pertes collatérales de dauphins dans le processus de capture, tel ce bébé qui est mort pendant le trajet vers les enclos de dressage brutal il y a une semaine.
Cet accord ne couvre pas non plus les autres espèces de dauphins, comme nous avons pu le voir ce 12 septembre 2013.

A 6h45, nous pouvions déjà voir une ligne de bateaux de chasse encerclant un pod assez loin sur l’horizon. Trois heures plus tard, le troupeau avait été ramené près des côtes et avant 10h30, l’ensemble des victimes était rassemblé dans la crique. Un groupe de globicéphales venait d’être capturé. Une matriarche de très grande taille se tenait au milieu de cette famille, peut-être la grand-mère.

Les chasseurs de dauphins terminent généralement leur journée de travail avant 14 heures. Cela leur laisse le temps de commencer à sélectionner les globicéphales qui seront gardées en captivité et ceux qui seront abattus. Dans les deux cas, tous les cétacés sont rassemblés derrière un filet dans la baie. Des panneaux sont aussitôt mis en place indiquant que ces dauphinssont maintenant la propriété de l’Union des pêcheurs de Taiji. Inutile de tenter de rappeler ici que ces créatures furent d’abord des animaux sauvages menant leur propre vie. Une fois qu’elles ont été chassées sur de longues distances et poussées vers ce piège, ce ne sont plus désormais que la propriété des humains.

Le lendemain, le 12 septembre, fut ce qu’on appelle un jour «Red Cove».
A l’aube, les chasseurs de dauphins étaient déjà au travail. Cette fois, il n’y eut aucun processus de sélection pour la captivité, seulement des plongeurs manipulant le pod terrifié, épuisé et le poussant plus profondément à l’intérieur de la crique. Nous comprîmes aussitôt que ce jour serait un jour sanglant.

J’avais à mes côtés deux courageuses « Cove monitors », Melissa Thomson Esaia et Vickie Collins, au moment du massacre. Vickie Collins a pris toutes les photos. Elle a vraiment fait un excellent travail, d’autant que c’était là son premier jour de « baie sanglante » à Taiji et qu’il est très difficile de contrôler ses émotions face à un tel meurtre de masse.

Pilot Whale Slaughter – September 12th, 2013 from Melissa Thompson Esaia on Vimeo.

Les globicéphales sont extrêmement attachés à leur famille et très loyaux envers chacun de ses membres, bien plus encore que la plupart des autres dauphins. Durant la nuit, les cétacés sont restés serrés les uns contre les autres, créant un groupe soudé, dans l’espoir de garder leur famille en sécurité. Mais la sécurité est éphémère à Taiji pour les familles de dauphins, comme ils allaient l’apprendre rapidement.

Alors que les chasseurs et les plongeurs menaient des groupes du pod vers la zone d’abattage, un adolescent solitaire a réussi à franchir le filet. Il s’est dirigé vers la plage et le rivage rocheux, loin de sa famille. Un plongeur s’est emparé du globicéphale terrifié qui tentait de fuir au risque de s’échouer.  Vickie a suivi toute la scène. Le fuyard a été brutalement ramené vers l’abattoir.

Pilot_Whale_Diver_Taiji_VCollins_SMALL_9-13Un plongeur ramène un jeune globi effrayé et solitaire vers la baie de la mort.
Photo by Vickie Collins.

Debout au-dessus de la crique, nous pouvions entendre clairement ce qui ressemblait à des vagues s’écrasant de manière régulière sur le rivage. Cela n’avait pas de sens puisque la mer était très calme. Ensuite, ce fut très clair : ce bruit, c’était les queues des cétacés qui raclaient la paroi rocheuse pendant qu’on les tuaient lentement.

Souvent, j’ai entendu les caudales des dauphins frappant l’eau avec un «swap» rapide, mais ici, le bruit était constant et a duré pendant plusieurs minutes. Alors que l’eau de la Baie devenait rouge, vous pouviez voir les membres du pod nager dans le sang de leur propre famille.

Pilot_Whale_Blood_Taiji_VCollins_SMALL_9-13Photo by Vickie Collins.

Des barques venaient chercher les dauphins morts et les amenaient à un bateau en attente, auquel étaient fixées les lignes attachées à chaque queue. Puis le bateau partait livrer les corps vers un bâtiment situé sur le coin du port de Taiji. C’est là que les bouchers grossistes, qui travaillent dans d’autres locaux dans les environs, découpent et taillent la viande de cétacé pour la vente.

Comme tous les villages de pêcheurs, Taiji a un système de haut-parleurs, annonçant toutes sortes d’événements quotidiens. Peut-être était-ce à cause du mauvais temps ou du tsunami, mais aujourd’hui, un ami japonais m‘a traduit le message. Les haut-parleurs  annonçaient que de la viande de baleine fraîche étaient disponibles et que les gens pouvaient venir la chercher avec leurs « coupons ». Des coupons pour la viande de baleine ?

La baie a finalement été débarrassée de ses filets. Il y restait encore six globicéphales, des juvéniles sans intérêt pour la boucherie. On nous a dit que les bateaux de chasse les reconduiraient vers le large.
Ce fut le premier massacre de la saison auquel aucun de nous ne s’attendait…

Pilot_Whale_Taiji_VCollins_SMALL_9-13
Pilot whales in the killing Cove. Photo by Vickie Collins.

SAVE JAPAN DOLPHINS

Taiji, 6 septembre

Aidez les Cove Monitors !