Free our last 6 dolphins in Belgium.

Chine

Les 3 bélugas de Shanghai

changfeng-ocean-world

Jun Jun, Little White et Little Grey.

Le 19 Septembre, l’association Captive Animals’ Protection Society (CAPS) organise une Journée d’action internationale pour les bélugas de Sea Life.
La société mère de Sea Life, Merlin Entertainment, possède le Changfeng Oceanworld Aquarium à Shanghai.
Ce delphinarium détient trois bélugas contraints d’effectuer tous les jours des spectacles humiliants et fort peu pédagogiques devant une foule d’enfants.

SEA LIFE affirme pourtant, dans ses sites comme dans ses centres, qu’il s’oppose à la captivité des cétacés. Merlin Entertainment a également promis que les 3 baleines blanches seront envoyés dans un «sanctuaire» dès qu’il aura pu trouver l’endroit adéquat et y installer le refuge marin, avec l’aide de la Whale and Dolphin Conservation.

Cependant, plus d’un an après le début de la campagne pour libérer les bélugas de Shanghai baleines très peu de progrès semblent avoir été faits.
En revanche, les trois baleines Jun Jun, Petit Blanc et Petit Gris doivent continuer à effectuer des acrobaties, parmi lesquels «la danse» en cercle, le saut pour attraper le poisson ou le « chant » accompagné d’un xylophone. Ils poussent aussi de leur melon des hommes adultes à travers l’eau.

La Journée internationale d’action du 19 Septembre 2015 a donc pour but d’exiger de Merlin Entertainment qu’il doit sortir les bélugas de ce delphinarium tout de suite. Des manifestations se tiendront devant tous les Sea Life du monde, y compris celui de Blankenberge, sur la côte belge.

shanghai-beluga

La danse en cercle

On peut s’étonner en effet qu’une entreprise aussi puissante financièrement que Merlin soit incapable de construire ce fameux sanctuaire tant promis pour Jun Jun, Little White et Little Grey.

La WDC, qui collabore avec Merlin sur ce projet depuis 2009, répond sur son site que les recherches sont en cours mais que le sanctuaire envisagé en Russie ne convient finalement pas. Merlin Entertainment renchérit en disant qu’il faut que ce lieu de retraite soit parfaitement adapté aux besoins des 3 captifs, au risque de mettre leur santé en danger.

Sans doute. Mais leur santé ne l’est-elle pas déjà suffisamment là où ils sont, dans l’Aquarium ? N’est-ce pas là une situation d’urgence ?
Car ce discours rassurant en rappelle un autre. A plusieurs reprises depuis 2009, la WDC et Sea Life ont annoncé la création de sanctuaires marins pour les dauphins de Gardaland (qui croupissent aujourd’hui à l’Aquarium de Gènes) mais aussi pour tous les captifs d’Europe. Il a même parlé de baies fermées pour les orques, dans les eaux froides de l’Irlande.

Des plans ont été montrés, qui présentaient une sorte de «super delphinarium du futur », une crique dont le sol aurait été tapissé de caméras sous-marines permettant aux visiteurs de voir les orques sous tous les angles.

Mais rien n’est venu jusqu’à présent. Rien n’a été fait. Nulle part.
Pendant ce temps, les bélugas de Shanghai continuent à chanter sur un air de xylophone.
Et lorsque Ric O’Barry a tenté de s’informer sur leur situation lors de son passage en Chine, les gardes l’ont expulsé de l’Aquarium.

Vidéo du spectacle

shanghai-beluga2
Lire aussi :
Sea Life contre SeaWorld
Sea Life condamne la captivité des cétacés
La WDC travaille avec Sea Life (2009)

Les shows de dauphins à l’Aquarium de Gènes.
Certains d’entre eux appartiennent à Sea Life

Publicités

Suzy et les éléphants

elecapt3

On l’a nommée Suzy. Elle portait sûrement un autre nom au sein de sa harde. Aujourd’hui, elle est enfermée dans un enclos assez vaste, en compagnie de Gitana, au parc Pari Daiza.

Quant elle était petite, on a tué sa mère. C’était au Zimbabwe en 1988.

L’ivoire, sans doute. Ou bien les zoos. Ou encore, le culling tel qu’on le pratiquait il y a peu au parc Krüger et qui consiste à massacre un nombre précis d’éléphants pour réduire leurs populations.

Ces prélèvements se mènent le plus souvent par voie des airs. Le tireur dans l’hélicoptère peut ainsi tout à loisir choisir sa cible et l’abattre à l’arme de guerre. Cela revenait chaque année. Les anciennes connaissaient les dates et elles tentaient alors d’emmener leur famille à l’abri des bosquets. En vain. Au jeu de la mort, l’homme reste le champion.

elephant-chasse-sportive

Suzy se tient sagement auprès du corps de sa maman, bien consciente que quelque chose de terrible venait d’arriver. Quand on emmena le cadavre, elle le suivit comme un petit chien Pas besoin de l’attacher. Il n’y avait plus personne. Tous partis. Tous morts. Ses tantes, ses sœurs, ses petits frères, ses grands frères toujours au loin, à se battre et à chercher des filles, mais qui revenaient au galop, toutes défenses dehors, quand un danger menaçait les leurs.
Tous partis. Tous morts ?

Elle eut de terribles cauchemars les nuits suivantes. Elle revivait la scène sans cesse et se réveillait en barrissant. Aucun des humains présents ne se soucia de son chagrin. Personne ne la prit dans ses bras. Très vite, on la dressa, on la frappa, on l’enchaîna, on lui mordit l’oreille avec un hook crochu, et le creux de l’aine, On la réduisit en esclavage, sans qu’elle comprit jamais pourquoi.

elephant-aywaille-seulAfrica à Aywaille

Le Harry Malter Familypark de Gand la donna au parc Pairi Daïza le 28 août 2010,
Sa compagne Chamba venait de mourir. On l’amena donc dans le Hainaut. Gitana vient la rejoindre ensuite. Susy a été la vedette de la Foire de Libramont, aux côtés d’un cheval de trait. Elle vit mourir Mausi, l’éléphante de cirque torturée, qui s’effondra quelques jours après son arrivée. De tristes souvenirs ont du lui revenir.  Un éléphant a bonne mémoire.

Toute petite, elle a du en voir, des massacres, des mâles superbes abattus par des chasseurs friqués, d’autres mutilés de leur trompe et de leurs défenses.  Elle a du en fuir, des humains féroces mais c’est parmi eux quelle vit aujourd’hui. Pour sauver l’espèce, paraît-il. Elle n’a encore jamais eu d’enfants.

echo_nature_elephants_echo

Là-bas, chez elle, de nouvelles matriarches ont pris les commandes de nouvelles hardes. Elles affrontent aujourd’hui la plus grande vague de massacre de toute l’histoire des éléphants. La Chine veut l’ivoire. Al Qaeda veut l’argent. L’Afrique ramasse la donne.

Le temps est proche où les savanes d’Afrique et les forêts d’Asie seront vides de tout éléphant.
Seuls survivront des personnes comme Suzy, qu’on exhibe dans des parcs et qui, péniblement, engendreront peut-être un éléphanteau. Pas de quoi sauver l’espèce, ni assurer son renouvellement génétique. Rien non plus qui reproduise les conditions de vie réelle d’un éléphant. Plutôt que de céder à la fougue d’un mâle triomphant et superbe dont elle connaît le clan depuis des années,  on lui amènera un étalon choisi par les homme, un inconnu. Elle finira ses jours dans la somnolence et l’ennui. Dans 50 ans, il n’y aura plus d’éléphants de zoo non plus.

planckendael-elephant-une-prison-reste-une-prison2

Voilà ce que notre gouvernement protège, voilà ce que nos médias encensent.
Mais que fait-on pour les « vrais » éléphants, ceux qui vivent encore libres et dignes ? Quelle somme la Belgique investit-elle pour sécuriser les parcs nationaux congolais, pour assurer leur bonne gestion et leur promotion internationale ? Quel est le nombre de soldats dévolus à la stricte protection des Monts Virunga, ce trésor de biodiversité  ? Pourquoi autorise-t-on une compagnie pétrolière à  s’y installer ? Pourquoi la CITES se montre-telle si conciliante avec un trafic dont on connaît les auteurs et les lieux ?
Que dit l’Europe de ce génocide annoncé ? Quels moyens la communauté internationale met-elle en œuvre pour sauver ces êtres dotés de cultures et de conscience de soi, qui partageaient déjà la savane avec les premiers hominiens ?

African_Elephants_Amboseli_National_Park_Kenya

Dans quelques années, les dernières tribus d’éléphants libres auront disparus de la planète.  Sauf si nous agissons.

ACTION INTERNATIONALE 4/10/2013

Pari Daiza

Eléphants

Le Voyage du Petit Eléphant

Suzy

elephant-95Pourquoi Pari Daiza ne se joint-il pas à ce genre de campagnes ?


Taiji Dolphins, where are you now ? Educating people ?

Kagoshima Aquarium, Japan

Taiji Whale Museum, Japan

Kinosaki Marine World, Japan

Port of Nagoya Aquarium, Japan

Okinawa Marine Research Center, Japan

Izu-Mito Sea Paradise, Japan

Nanki Shirahama Adventure World, Japan

Suma Aqualife Park, Japan

Katsurahama Aquarium, Japan

Ocean Park Expo Ishigaki, Japan

Kujukushima  Aquarium, Japan

Aqua World Oarai, Japan

Hakkeijima Sea Paradise, Japan

Asamushi Aquarium, Japan

taiji-dauphin-flanc-pacifique-captif

Beijing Aquarium, China

Dalian Liaohutan Ocean Park, China

Qingdao Polar Ocean World, China

Pacific Land, South Korea

Hurghada, Egypt

Dubai dolphinarium (Dubai)

taiji-dauphin-bassin

Save Japan Dolphins
Massacres à Taiji
Taiji, 1er septembre


Seafood Expo : vider la mer jusqu’au dernier poisson !

seafood-turquie-thon
Thon turc

Alors que la US Navy empoisonne les océans en toute impunité…
Alors que les phoques écossais pourront être tués sans limites pour protéger le saumon réservé aux humains…
Alors que les Japonais qualifient de «peste pour les pêcheurs» les dauphins affamés…
Alors que l’Europe s’apprête à renoncer à son interdiction d’importer des peaux de blanchons, accusés eux aussi d’avoir de l’appétit…
Alors que l’Oregon marque au fer rouge et tue des otaries trop gourmandes
Alors qu’enfin, un appel vibrant est lancé aux nations du monde pour que l’on mette fin au pillage de la planète bleue, déclarant que « le cœur des océans est une fantastique réserve d’énergie, de protéines, de ressources génétiques. Mais c’est aussi une sorte de Far West où Etats et industries peuvent agir sans règles, en le transformant en poubelle située assez loin des côtes pour ne pas avoir à s’en soucier»…
L’exploitation frénétique des ressources marines ne connaît pas la crise.

seafood-business
Business

«Faites des affaires à l’échelle mondiale !
En présence de fournisseurs de plus de 70 pays, l’European Seafood Exposition et Seafood Processing Europe est le plus grand salon de «fruits de mer» du monde. Venez à Bruxelles pour trouver tous les poissons, fruits de mer, nouveaux produits, équipements, services et informations dont votre entreprise a besoin pour satisfaire ses clients.

25.600 acheteurs, fournisseurs, médias et autres professionnels de l’industrie de la pêche issus de plus de 140 pays ont participé à l’édition 2012 de l’European Seafood Exposition et Seafood Processing Europe».
Le succès de l’édition 20013 semble encore plus impressionnant !

seafood-china
La Chine, respectueuse des fonds marins?

Bien sûr, certains sont là pour tenter d’arrêter la boucherie.
L’association Friends of the Sea, représentée par Paolo Bray, tient un vaste stand où se tient également Mark Berman, d’Earth Island Institute.  Mark est l’un des principaux promoteurs du label Dolphin Safe,  supposé garantir que des dauphins n’ont pas été pêchés en même temps que les thons.  A ses côtés, Billo Heinzpeter Studer, de l’association suisse Fair-Fish.

dolphin_in_net

A l’extérieur, la HSUS  offre à l’entrée des petits phoques en fourrure blanche aux arrivants pressés.
Et c’est tout ? Eh oui, c’est tout !
Aucune organisation belge ou européenne n’a cru bon de se déplacer cette année pour perturber un peu la bonne marche des affaires.
Oh, bien sûr, quelques rares fournisseurs affirment que leurs produits – des êtres vivants, conscients, sensibles, il faut le rappeler – sont pêchés de manière « durable ». Mais cela ne semble pas être ici la préoccupation majeure de l’essentiel des exposants. Tant qu’il reste des poissons, des crabes ou des langoustes, pêchons -les, enrichissons-nous et après nous, les mouches…

seafood-crowd

Alors on vend !
On palabre, on noue de juteux contrats, parmi des monceaux de cadavres de poissons et de crustacés, certains encore vivants, d’autres déjà plus que morts et qui seront de toutes façons jetés à la poubelle à la fin de l’exposition.

seafood-homard2
Homards vivants

La Turquie expose des thons dont on doute fort qu’ils aient été pris selon les quotas européens.
La Patagonie vante ses espèces rares, l’Alaska chante la gloire de ses poissons si sauvages et la Chine – ah, la Chine ! – est désormais partout, exposant des concombres de mer et d’autres espèces exotiques – mais pas d’ailerons de requins, non, pas ici – tandis que marchent dans les allées des hommes en costumes stricts, le I-pad à la main, indifférents à la mort du monde…

seafood-patagonie

seafood-dead-fish

seafood-dead-fishes3

seafood-treasure2

Boycottons les « fruits de mer », partout et d’où qu’ils viennent !
Car si ceux-ci sont indispensables à la survie des phoques, otaries, orques, baleines ou dauphins, il reste toujours aux humains le choix d’être végétarien… ou d’élever des insectes !

seafood-funny

Merci à Mark Berman de m’avoir permis de découvrir l’univers policé des pilleurs d’océan.

seafood-mark-berman
Pour en savoir plus :
La mer épuisée
la souffrance des poissons

seafood-deadfish2