Free our last 6 dolphins in Belgium.

Dauphins captifs

Dauphins Libres : le retour !

illu_captivite2

Après quelques années de sommeil dues à sa mise en page obsolète, le site Dauphins Libres, créé en 1997, revient sur la ligne de front des combats.
Entièrement rénové tant dans la forme que dans le contenu, Dauphins Libres et Dauphins Captifs est désormais consultable sur n’importe quel support (PC, smartphone, tablette) et via Twitter et Facebook.
C’est là que vous trouverez désormais l’actualité des cétacés captifs en ligne, mais aussi bien d’autres sujets relatifs aux animaux non-humains.
Free Dolphins Belgium continue de son côté à vous offrir un grand nombre d’articles d’archive rares et précieux.
Merci de votre fidélité.

Yvon Godefroid
Michaël Godefroid

 

energy-dolphins-free


27 juin 2015 : Fermons tous les delphinariums en Europe !

europe-demo-2015

Pour une Europe sans delphinarium

antibes-marineland-orques

Freya est décédée le 20 juin 2015. Puisse sa mort tragique être aussi celle de l’industrie qui l’a réduite en esclavage !

Troisième Manifestation pour une Europe sans Delphinarium
27  juin 2015 de 14 à 17 heures au pied de l’Atomium à Bruxelles



free-europe-juin-2015
28 juin 2015
Ce fut une très belle manifestation contre la détention des cétacés en Europe. Sur une initiative d’Annelies Mullens et d’Yvon Godefroid (La DC Belgique/Dauphins Libres), cet évènement international était cette année encore organisée de main de maître par l’association flamande Bite Back

YG-europe-close-dolphinaria-june-27

Yvon Godefroid introduit la manifestation en évoquant le souvenir de l’orque Freya, morte une semaine auparavant.

free-atomium-4

Une préparation minutieuse orchestrée par Benjmain Loison (Bite back)

free-europe-juin-2015-2

Le résultat impresionant, photographié depuis l’Atomium.

 

free-europe-juin-2015-1

free-atomium2

Une foule nombreuse et convaincue.

Photos Bite Back/Flo Verelst :
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.956778821012346.1073741912.140313349325568&type=3

https://www.facebook.com/flo.verelst/media_set?set=a.10153442748223894&type=3&pnref=story

 


APPEL

Il faut fermer tous les delphinariums d’Europe !
Les dauphins sont conscients d’eux-mêmes.
Ils pensent, ils parlent, ils se souviennent, ils anticipent et s’interpellent par leurs noms. Ils jouent, ils aiment, ils se disputent, ils se plaisent à vivre en famille, entre amis, au sein de clans et de vastes alliances. Ils adorent voyager, fendre les vagues, plonger profond ou chasser tous ensemble.

Dotés d’un cerveau surpuissant, ils éduquent leurs enfants durant de longues années, rendent hommage à leurs morts et se transmettent savoirs et dialectes au fil des générations. Ils sculptent leurs bulles avec art et font usage d’outils. Leur intelligence vaut celle des humains, même si elle monte vers d’autres sommets dans un monde aquatique inacessible à nos sens. En revanche, leurs émotions ne diffèrent pas des nôtres, du deuil le plus atroce à la joie de vivre en liberté.

atlantique-nord-dauphin

Dauphin libre de l’Atlantique au large de l’Europe

Nous n’avons pas le droit de condamner ces personnes non-humaines à la prison à perpétuité !
Nous n’avons pas le droit de les priver de nourriture pour les faire obéir et sauter dans le cerceau.
Nous n’avons pas le droit de leur infliger l’ennui mortel de cachots d’eau chlorée, dans lesquels une sardine ne pourrait pas survivre.
Aucun bassin, aucun lagon, ne peut remplacer la richesse prodigieuse du monde des cétacés. Aucun dauphin capturé ou né captif ne peut s’épanouir pleinement, en toute dignité, dans une piscine de béton nu.

 Le Brésil, l’Inde, la Croatie, la Slovénie, Chypres et d’autres pays ont compris que la captivité était si cruelle pour les cétacés qu’elle ne pouvait être tolérée. Par contre, 15 pays européens, maintiennent encore plus de 307 orques, dauphins, marsouins et bélugas en bassin. 15 gouvernements et d’innombrables entreprises commerciales soutiennent ces «parcs marins» cotés en bourse où les enfants apprennent que les dauphins sont des clowns.

Nous ne pouvons plus accepter que de tels cirques aquatiques existent encore au 21ième siècle.
C’est pourquoi nous demandons à l’Union Européenne d’organiser la fermeture de tous les delphinariums dans tous ses états membres.
C’est pourquoi nous lui demandons d’interdire toute nouvelle ouverture de ces entreprises commerciales.
C’est pourquoi nous lui demandons que les quelque 300 cétacés actuellement détenus par 34 delphinariums en Europe soient déplacés vers des baies marines closes puis rendus à la mer, dès qu’ils en sont capables.
Nous sommes fatigués d’entendre des mensonges.
Nous refusons que des êtres innocents soient jetés en prison.
L’Europe doit interdire les delphinariums et protéger ses dauphins sauvages !

bulgarie-dauphins-varna-show1

Dauphins captifs en Bulgarie

DETAILS PRATIQUES
27 juin 2015: Fermons tous les delphinariums en Europe !

La troisième manifestation: « Fermons les delphinariums en Europe aura lieu de 14 à 17 heures au pied de l’Atomium à Bruxelles.
Nous vous demandons de bien vouloir porter des vêtements bleus, de la couleur de l’océan.
Nous commencerons par faire tous ensemble une formation humaine sur le gazon de la place pour écrire le mot «FREEDOM». Cette performance sera photographiée depuis le haut de l’Atomium pour frapper l’attention des média internationaux.

free-atomium

Le mot « FREE » écrit en lettres humaines en juin 2014

Le lieu :
Atomium square
http://www.atomium.be/getthere.aspx?lang=fr
B-1020 Brussel (Laken)

Pour nous rejoindre en voiture :
1. Prendre la « grande ceinture » de Bruxelles
2. Sortie 8 « Wemmel »
3. Suivre les indications vers l’Atomium

Par train :
1. Descendre à la station Gare Centrale
2. Prendre le métro ligne 1A « Roi Baudouin »
3. Sortir à la station « Heysel »

atomium3-6-2014

Tous les delphinariums d’Europe (2014)

1. Allemagne
http://www.blog-les-dauphins.com/delphinariums-allemagne-nuremberg-duisburg/

2. Belgique
http://www.blog-les-dauphins.com/le-delphinarium-boudewijn-seapark-en-belgique/

3. Bulgarie
http://www.blog-les-dauphins.com/delphinarium-bulgarie/

4. Danemark
http://www.blog-les-dauphins.com/delphinariums-danemark/

5. Espagne
http://www.blog-les-dauphins.com/delphinariums-espagne/

6. France
http://www.blog-les-dauphins.com/delphinariums-france-marineland-antibes-parc-asterix-planete-sauvage/

7. Finlande
http://www.blog-les-dauphins.com/finlande-le-delphinarium-adventure-park-a-sarkanniemi/

8. Grèce
http://www.blog-les-dauphins.com/delphinarium-grece/

9. Italie
http://www.blog-les-dauphins.com/les-delphinariums-en-italie/

10. Lituanie
http://www.blog-les-dauphins.com/delphinarium-lithuanie/

11. Malte
http://www.blog-les-dauphins.com/le-delphinarium-de-malte/

12. Pays-Bas
http://www.blog-les-dauphins.com/dolfinarium-harderwijk-delphinarium-pays-bas/

13. Portugal
http://www.blog-les-dauphins.com/delphinariums-portugal/

14. Roumanie
http://www.blog-les-dauphins.com/delphinarium-roumanie/

15. Suède
http://www.blog-les-dauphins.com/le-delphinarium-kolmarden-djurpark-a-ostergotland-en-suede/

 

CORPOR12Q902_DAUPHINS2

Grand Dauphin en Méditerranée

Pétition 

Photos 2014

Manifestation en 2014

Manifestation en 2013 (1)

Manifestation en 2013 (2)

We want to make the European Union a dolphinarium-free zone

 

Belgique-bruges2

Enfermé à vie dans un cuve en béton nu. Ici à Bruges en 2014

 


Joséphine, le dauphin du Grand Bleu

Josephine_Le-grand-bleu_tournage

Grand Bleu : les scènes de plongée profonde furent tournées pendant la nuit dans le bassin du Marineland d’Antibes.

24 août 2011

« Son nom n’apparaît pas au générique de fin du film. Et pourtant, dans l’esprit de tous ceux qui ont vu Le Grand Bleu, elle est bien l’un des personnages principaux de l’œuvre de Luc Besson, sortie le 11 mai 1988 en ouverture du festival de Cannes.

Tout le monde se rappelle des cabrioles de Joséphine avec Jean-Marc Barr (dans le rôle de Jacques Mayol) dans l’eau. Tout le monde se souvient du moment où elle le mène vers les profondeurs, dans l’ultime scène du long-métrage.
Cette Joséphine, c’est bien sûr, le dauphin du Grand Bleu. Ou plutôt, c’était… Car, malheureusement, hier,  à 9 h 30, le cétacé star d’environ 34 ans s’est éteint.

Dans le parc Marineland à Antibes, Joséphine a définitivement fermé ses grands yeux en amande. Emportée par une maladie rénale causée par son grand âge (l’espérance de vie des dauphins de son espèce Tursiops truncatus étant d’environ 40 ans).

Mère de deux delphineaux (Éclair et Manon nés en captivité) et cinq fois grand-mère, Joséphine avait été capturée en mer le 9 avril 1980 au large du Texas, avant d’être importée à Marineland en mai 1980.

Rapidement, elle était alors devenue la coqueluche du parc d’animaux marins antibois par son caractère et son envie de jouer.
«Elle était toujours partante, témoigne Jon Kershaw, directeur animalier depuis 1980. Elle avait une énergie incroyable. D’ailleurs, il y a un mois, elle participait encore aux spectacles présentés au public. Joséphine était aussi très intelligente. Elle faisait partie des animaux dominants. Et c’est pour toutes ces raisons qu’elle a été choisie pour tourner le film« .

Nice Matin


 

C’est la société Marine Animal Productions de Mobi Solangi qui la captura, comme elle le fit de plusieurs dauphins de Bruges. Moby Solangi est aujourd’hui gestionnaire de l’Institute for Marine Mammal Studies. Cet homme apparemment honnête se présente aujourd’hui comme un champion du sauvetage et de la réhabilitation des cétacés. Il fut pourtant naguère l’un des plus redoutables « ravisseurs de dauphins » professionnels sur la place, à lui seul responsable de la capture brutale de plus de 200 Tursiops durant les années 70 et 80, en ces temps bénis où ce genre de « pêche » était encore autorisée le long des côtes des Etats-Unis.

mobi-solangi-rescue

Mobi Solangi déguisé en sauveur.

Trafiquant très apprécié des marchés européens, donc, il gérait alors son entreprise privée, Marine Animal Productions, toujours active aujourd’hui, au profit de la US Navy et des principaux delphinariums américains.
Le Delphinarium de Bruges lui doit beaucoup. 3 de ses dauphins fondateurs au moins, à savoir Tex, Linda et Roxanne, ont en effet été arrachés par M. Solangi hors des flots bleus du Golfe du Mexique.
Joséphine, Ecume, Malou et d’autres dauphins du Marineland d’Antibes proviennent également des chasses de ce fournisseur.

Solangi fut enfin le gérant d’une chaîne de « cirques à dauphins » itinérants, dont Mundo Marino perpétue aujourd’hui la prestigieuse tradition. Bref un partenaire commercial de la plus parfaite honnêteté, bien digne du Marineland d’Antibes.

Josephine-dauphin-vedette-du-Grand-Bleu-est-morte-a-Antibes_article_popin

Joséphine vécut toute sa vie enfermée.

Quant à Joséphine, sa vie ne fut guère joyeuse.
Elle vit mourir pas moins de 27 dauphins autour d’elle, parmi lesquels  Oum, Brigitte, André , Lucky, Roby, Houston, Roissy, Kay, Virginia, Tex (arrivé de Bruges) et du jeune Cornélius, foudroyé en plein spectacle début 96.
Certains d’entre eux avaient capturés en même temps qu’elle et faisait partie de sa tribu.
Elle assista à l’agonie d’Aurore, d’Ecume et de Caroline, morte en couche. Elle dut endurer le décès de sa propre fille Manon et de sa petite-fille Kaly.
Et malgré cela, elle travaillait.

Joséphine a tourné toutes les scènes les plus « techniquement difficiles » du film « Le Grand bleu » (1988). Encore jeune à l’époque, c’est elle qui vient chercher l’acteur Jean-Marc Barr dans les profondeurs de la mer lors de la scène finale.
Mais il n’y eut jamais de mer pour elle.
Les abysses où elle semble plonger sont en fait le grand bassin du Marineland d’Antibes, lors d’un tournage de nuit. Trois autres dauphins ont également participé au tournage tandis que des scènes avec des dauphins (tachetés) sauvages ont été tournées en mer aux Bahamas.

Lors de la mort de Joséphine, chacun s’est extasié sur son âge canonique : 38 ans ! Quelle merveille !
En fait, l’espérance de vie des delphines libres de la baie de Sarasota dépasse la soixantaine. On peut s’étonner dès lors que les delphinariums, supposés plus sûrs et plus sains que le milieu naturel, n’aient atteint qu’ne seule fois ce score de longévité, avec la delphine Nelly (née captive décédée à 60 ans).

Dauphins-Marineland-Antibes

Le show de dauphins au Marineland. Sifflets, ballons, poissons, rien n’a changé depuis les années 70.

Selon diverses sources concordantes, Joséphine ne succomba pas à une affection rénale mais bien à une inflammation des bronches. Un vétérinaire  trop pressé l’aurait achevée en lui vaporisant du désinfectant dans l’évent. La malheureuse aurait suffoqué plusieurs heures avant de s’éteindre.

IMG_1110

Telle est la vie des dauphins captifs. Celle qu’on ne vous raconte pas.
Pour que le spectacle continue.


 

4791_88938509649_1468541_n(1)

Sharky et Joséphine

A l’arrière de cette photo, on distingue Josephine en position tête basse, le corps courbé sur lui-même. Elle adoptait souvent cette attitude tellement elle était faible. Les aérosols du désinfectant F10 lui déchirait les poumons.
En avant-plan, Sharky.
Capturée dans le Golfe du Mexique en 1983, celle-ci porte sur le flanc une longue cicatrice. Quand elle était petite, un requin l’a mordu, mais son Pod a du voler aussitôt à sa rescousse et chasser le prédateur. Elle fut nommée Sharky suite à cet évènement.
Comme Joséphine aurait pu l’être, Sharky serait une excellente candidate pour une réhabilitation réussie, dès lors qu’on la relâcherait dans ses eaux d’origine, parmi les tribus qui parlent son langage.

Les delphinariums ressemblent à des hôpitaux psychiatriques, où des personnes malades déambulent sans but dans les couloirs.


 

Lire aussi :
3 dauphins disparus au Marineland d’Antibes
Au Marineland d’Antibes, les orques mâchent du béton
Eclair : vie et mort d’un né captif à Antibes

 


 


Cétacés captifs : l’empire des holdings

aspro-ocio-palmitos

Palmitos en Espagne (Aspro Ocio)

34 delphinariums se partagent aujourd’hui l’espace européen.
Comme nombre d’entreprises initialement indépendantes, ils ont été peu à peu avalés par de vastes holdings cotés en bourse. Ces empires financiers investissent dans bien d’autres domaines que l’exhibition de dauphins captifs.

La Compagnie des Alpes, par exemple, qui détient le Parc Astérix, celui de Planète Sauvage et le Dolfinarium de Harderwijk, est également propriétaire des parcs d’attractions Walibi, Aqualibi et Bellewaerde en Belgique.
Elle détient les domaines skiables de la Plagne, des Arcs, de Chamonix, d’Avoriaz et bien d’autres encore. Les chiffres d’affaires fièrement affichés sur Internet attestent de l’excellente santé financière de ce groupe.

Parques Reunidos est également un poids lourds. Son empire s’étend au-delà de l’Atlantique, jusqu’à Hawai et son SeaLife Park. A côté du Marineland d’Antibes et de l’Oceanografico de Valences, le holding possède une multitude d’autres delphinariums et de parcs d’attractions en tous genres, en ce compris Bobbejaanland en Belgique. Ses bénéfices continuent de croître de manière exponentielle.

Antibes-Marineland

Le Marineland d’Antibes

Enfin, en concurrence directe avec les deux holdings précités, il existe un troisième géant de l’industrie de la captivité en Europe : le groupe espagnol Aspro Ocio.

Aspro Ocio dispose de 41 parcs (delphinariums, parcs d’attractions, aquariums, zoos et jardins botaniques), dont 12 en Espagne et le reste en France, au Royaume-Uni, en Finlande, en Suisse, aux Pays-Bas, en Belgique et au Portugal. Les quatre parcs qui gagnent le plus d’argent sont ceux des Iles Canaries, car ils restent ouverts 365 jours par an.  Le moins rentable est sans doute le petit Boudewijn Seapark de Bruges, qui peine à rentabiliser ses dauphins sous dôme.

bruges-dolphinarium-google-earth

Le delphinarium de Bruges

Mais ce n’est pas assez pour cet empire financier.
En 2013, Aspro Ocio prévoyait de doubler son chiffre d’affaires au cours des cinq prochaines années. C’est ce que déclarait son président, Juan Carlos Smith, dans un communiqué du 7 juillet 2013.
Pour ce faire, selon M. Smith, la société espagnole, déjà présente dans plusieurs pays européens, devrait atteindre le marché asiatique, celui qui a « le plus fort potentiel de croissance. »

La société engrangeait déjà 179 000 000 euros de chiffres d’affaires, et plus de 30 millions de bénéfices en 2012. Aspro Ocio n’envisage pas l’entrée de nouveaux capitaux, puisqu’il est le groupe européen du secteur avec une plus grande capacité financière.
Aspro Ocio désire donc acquérir de nouveaux parcs en Espagne, dans d’autres pays européens mais surtout sur le marché asiatique. «Il faut être là, car il s’agit d’un « marché avec une croissance très rapide » conclut le responsable d’Aspro Ocio, lorgnant sans doute sur le marché chinois, où TVA et charges salariales sont moins pesantes qu’en Europe.

En 2003, le groupe Aspro Ocio était responsable de la vie de 22.500 animaux, parmi lesquels des tigres de Sibérie. Il va donc s’occuper aujourd’hui des dauphins de Taiji et des orques et bélugas fraîchement capturés en Russie.

Sous la houlette de son propriétaire, le delphinarium de Bruges se verra donc associé au sein d’une seule et grande famille, aux cruels delphinariums chinois, japonais ou thaïlandais.

Il en sera de même pour le Marineland d’Antibes, dont le grand patron, Parques Reunidos, ne fait pas mystère de son envie d’investir à Dubaï – où croupissent les survivants d’un groupe de 28 dauphins capturés aux Iles Salomon – ou ailleurs en Asie, voire en Russie, qui sait ?
En attendant, il s’est déjà emparé du Miami Seaquarium, qui possède l’une des orques les plus solitaires au monde, Lolita-Tolitae.

lolita-tank2

Lolita à Miami

Que faut-il penser de ce glissement vers l’Est ?
« C’est là que ça se passe», bien sûr. Le marché du dauphin captif est en plein boom en Asie, comme il le fut en Europe au début des années 70, et plus tôt encore aux USA, avec le succès du feuilleton Flipper.
Mais c’est faire acte de prudence aussi. L’effet Blackfish a mis à mal la maison-mère de tous les delphinariums, la gigantesque entreprise SeaWorld. Elle aussi a déclaré récemment qu’elle allait investir davantage en Asie.

Cet effet gagne peu à peu l’Europe. Sans doute, nous n’en sommes pas encore à interdire les spectacles d’orques en France ou en Espagne, mais les réseaux sociaux informent et les masques tombent. Les mensonges éhontés que les delphinariums ont pu servir à leur public durant des décennies apparaissent pour ce qu’ils sont : de l’escroquerie. Les parents hésitent aujourdhui à montrer à leur bambin le spectacle d’un esclave affamé faisant des cabrioles pour gagner son poisson. Est-ce bientôt la fin des grands empires esclavagistes en Europe ?
Nous en sommes loin.

 

Seaworld_logo.svg
Aux USA :
SeaWorld Entertainement possède 3 parcs aux USA. Il développe également ses activités vers Dubaï
http://d1lge852tjjqow.cloudfront.net/NYSE-SEAS/bd8f0a36-c992-4c6f-bfea-4700b64a9411.pdf

En Russie : 
3 compagnies se partagent le marché du cétacé captif : White Sphere, White Whale et Aquatoriya. La première construit les delphinariums, la seconde capture les orques, dauphins et bélugas et la troisième gère les établissements.
http://timzimmermann.com/2014/02/10/who-is-white-sphere-the-barely-disguised-conglomerate-behind-russias-wild-orca-captures/

white-sphere

White Sphere, Russie.

 La Compagnie des Alpes
http://www.compagniedesalpes.com/fr/bourse
http://www.compagniedesalpes.com/amf_en/2010%20Reference%20Document.pdf
http://www.compagniedesalpes.com/fr/parcs
http://www.compagniedesalpes.com/fr/dom_ski
http://fr.wikipedia.org/wiki/Compagnie_des_Alpes

Aspro Ocio
http://www.parqueplaza.net/2013/07/el-grupo-aspro-ocio-espera-doblar-su.html
http://www.asproparks.com/portfolio-de-parques/zoologicos-botanicos-delfinarios/
http://www.dauphinlibre.be/aspro.htm

Parque Reunidos.
http://www.parquesreunidos.com/parques-zoologicos-naturaleza.php

palmitos-park-NN-picture

Palmitos Park (Aspro Ocio)

 

 


Boudewijn Seapark de Bruges : encore un bébé dauphin mort !

Origi

L’enfant de Roxanne aura vécu moins d’une semaine

 

Origi est morte moins d’une semaine après sa naissance

«Nouvelle tragique pour le Boudewijn Sea Bruges: Origi, le bébé dauphin né la semaine dernière, est décédé.
La petite femelle s’est éteinte dans sa piscine mardi soir. Sa mère Roxanne, 29 ans, a essayé de pousser son enfant à la surface pur le sauver, malheureusement en vain.
Les gardiens étaient là car Origi était surveillée 24 heures par jour. « Mais tout cela est arrivé trop vite », a déclaré le dresseur en chef Sander Van der Heul à VTM.  « Les dauphins naissent sans immunité, permettant aux bactéries qu’ils ingèrent d’être mortelle. » Une autopsie doit se prononcer sur la cause du décès. Origi était née le 23 Juin et avait reçu le nom masculin du joueur des Diables Rouges qui avait marqué un but contre la Russie ».

Le massacre des innocents continue. Depuis 2011, Roxanne a perdu 4 enfants : ses jumeaux d’abord, puis le petit Bruce (BS-TT-B1201l) l’année suivante et enfin Origi/Alcatraz aujourd’hui. L’argumentaire du Boudewijn Seapark est toujours le même, avec les mêmes mots, les mêmes explications vaseuses et des statistiques peu crédibles.
Pour la presse, on reprend le même commniqué. Il suffit de changer les noms.

roxanne-2012

Voici ce qu’écrivait le pire delphinarium d’Europe à propos de la mort du précédent nouveau-né le 7 septembre 2012 :
«La delphine Roxanne avait donné vie à un petit dauphin mâle au Boudewijn Seapark, du nom de Bruce, ce lundi 3 septembre.
Le nouveau-né était en bonne santé et bien allaité. Malgré les soins prodigués par le personnel du parc, le delphineau est subitement décédé vendredi après-midi.
« Le personnel a constaté cet après-midi qu’il avait soudainement arrêté de nager », poursuit le communiqué de presse. »Roxanne, sa mère, a immédiatement essayé de ramener son fils à la surface pour le laisser respirer.  Les formateurs et le vétérinaire ont également essayé de sauver le nouveau-né, mais il était trop tard.  Les trois premières semaines sont cruciales dans le développement des bébés dauphins, car leur système immunitaire est encore très faible.  La moitié des mammifères n’atteint pas la fin de leur première année d’existence. Une autopsie doit être pratiquée pour déterminer les causes précises du décès»

Dont jamais aucun résultat n’est donné, bien sûr !

bruges-roxanne-enfant

Bruce et Roxanne

Origi, comme Bruce, comme les jumeaux qui ont précédé, auraient donc été tuées par des bactéries. Rien n’est plus normal, n’est-ce pas, car leur système immunitaire n’était pas encore au point.
Des bactéries ? L’eau du bassin de Bruges n’est-elle donc pas filtrée ? Le bébé n’avait pas encore reçu ses doses massives d’antibiotiques ou au contraire en avait-il déjà trop dans le sang ?

Avec tous les « meilleurs soins » qu’ils reçoivent et le milieu hautement aseptisé dans lequel ils sont contraints de vivre, les bébés dauphins nés captifs devraient être à l’abri de la mortalité importante habituelle en mer. Or, la proportion de décès est supérieure à Bruges ! Notons que ce taux de mortalité est inférieure dans d’autres delphinariums. A Hardewijk, la plupart des nouveaux nés survivent. Mais les conditions de Bruges sont particulièrement scandaleuses et impropres à la reproduction en bassin. Aucun bébé n’a survécu depuis la naissance d’Océan en 2003.

Pas un mot n’est dit de la souffrance de Roxanne. Pourtant, la mort d’un enfant, pour une mère dauphin, est aussi douloureuse que pour une mère humaine.

Pour les mamans dauphins, perdre un enfant est bien entendu un drame. Certaines portent le cadavre de leur nouveau-né durant des semaines, jusqu’à ce que le corps se décompose. Mais la famille soutient la jeune mère et la vie reprend son cours.
En bassin, où l’arrivée d’un enfant est comme un rayon de soleil dans un monde de ténèbres et d’ennui, la douleur est encore plus vive. Elle s’accompagne d’un sentiment de désespoir, qui mène parfois à des actes d’infanticides lors des naissances suivantes. Ce fut le cas de Mavis, au West Edmonton Mall, qui noya son enfant et sans doute d’Iris à Duisburg, avec son tout dernier bébé.
Freya, l’orque d’Antibes, a du recevoir des doses massives d’antidépresseurs pour supporter la perte de ses nombreux enfants.

 

dauphin-deuil

Les mamans dauphins libres portent le deuil de leur enfant parfois plusieurs semaines.

Le Boudewijn Seapark doit renoncer IMMEDIATEMENT à toute future tentative de reproduction en bassin. Roxanne va en crever à ce rythme et on peut imaginer que déjà, on l’a placée sous antidépresseurs. Mieux encore, le Boudewijn Seapark doit faire l’objet d’une enquête MAINTENANT et ses gestionnaires traduits en justice pour maltraitance à dauphins !

deuil-dauphin-baby

Une aute maman dauphin portant le deuil de son bébé.

 RAPPEL : 

Gorky (M) : né le 14 août 1993, transféré au Zoomarine (Portugal) le
16 janvier 2001. Mort en 2003.

Simo (M) : né le 8 juillet 1995. Mort par accident au cours d’une bagarre entre adultes à l’âge de 2,5 mois

Luna (F) : née le 3 décembre 1996, déportée au Zoomarine (Portugal) le 16 janvier 2001 puis au Zomarine Italie (Rome) en 2005 puis retour au Portugal en 2008. Elle a déjà deux enfants, Bio (mort) et Sam, né en juin 2014.

– Son frère Marco est également toujours vivant au Zoomarine en Italie.

Iggy (M) né et mort en 2002

Jumeaux sans nom. 5 août 2011
« L’un des deux jumeaux que Roxane attendait vient de décéder. Les vétérinaires ont constaté que le coeur de l’un des foetus s’était
arrêté. Le second se porte bien, tout comme sa mère, Roxanne. Le delphinarium de Bruges s’attendait à cette mort, sachant que les
grossesses de jumeaux chez les dauphins sont extrêmement rares et très risquées. La cavité amniotique du jeune décédé est encore intacte, de sorte qu’il n’y a aucun risque d’inflammation pour la mère et l’autre petit dauphin. Le foetus mort doit normalement sortir spontanément afin que l’autre puisse grandir sans problème jusqu’à la naissance », a-t-on expliqué du côté du Boudewijn Seapark ».

– 30/8/2011 Le second jumeau de Roxanne vient de mourir à son tour !
Né bien avant terme, il n’était plus viable.
La maman se porte bien, si l’on peut dire.

– 7/9/2012. Mort de Bruce. La delphine Roxanne avait donné vie à un petit dauphin mâle au Boudewijn Seapark, du nom de BS-TT-B1201, ce lundi 3 septembre.
Le nouveau-né, du nom de était en bonne santé et bien allaité. Malgré les soins prodigués par le personnel du parc – les meilleurs soins
seraient de ne pas enfermer les dauphins ! – le delphineau est subitement décédé vendredi après-midi.

– Mort d’Origi le 3 juillet 2014

 

babydolfijn-origi-overleden-id5808856-620x400

Origi n’aura vécu qu’une semaine. Le désespoir de Roxanne est sans doute insondable mais ne maquera pas de lui valoir des doses accrues d’antidépresseurs.

 

Pour rappel, en milieu naturel, les femelles dauphins donnent naissance à un enfant tous les 4 à 7 ans, bien au-delà de l’âge de 40 ans.

 

Roxanne, delphine pondeuse en batterie

Biographie de Roxanne :
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2014/02/21/boudewijn-seapark-le-temps-des-captures/

Ceta Base :
http://www.ceta-base.com/phinventory/dph/dph_bsp.html


Des dauphins japonais dans les bassins d’Europe ?

delfin1_1

Delphinarium de Varna, en Bulgarie.

En accueillant d’anciens pays de l’Est au sein de l’Union Européenne, c’est aussi leurs delphinariums que nous accueillons. Jamais contrôlés, couverts par des permis d’importation bidons achetés auprès de fonctionnaires corrompus, ces établissements sont peuplés de dauphins capturés au Japon ou en Mer Noire.
Pourtant l’Europe ne sévit pas. Elle ne réagit pas. Au contraire, elle soutient la construction de delphinariums en Roumanie et en Lituanie. Elle tolère l’intolérable cirque aquatique de Varna en Bulgarie.

C’est que cet apport de dauphins frais constitue une aubaine pour nos propres delphinariums, en risque extrême de consanguinité.

Le rapport annuel de l’EAZA indique que « la mortalité néonatale est un problème majeur, qui ne permet pas, jusqu’à présent, de maintenir les effectifs de la population ex situ totale de grands dauphins à des niveaux stables sans apports extérieurs. Malgré des investigations pathologiques poussées, le problème n’a pas pu être résolu » (Van Lint et al., 2006). Une révision de 1998 de l’European bottlenose dolphin studbook [Registre européen d’élevage du grand dauphin] a révélé un autre problème d’importance: « le nombre de dauphins fondateurs, en particulier de mâles, pourrait constituer un facteur critique à la croissance de la population européenne dans le futur » (Hartmann, 2000). Page 20 du Rapport WDCS-Born Free

Mais ouf ! Les pays de l’Est arrivent !

romania-captive-dolphin

Shows de dauphins japonais à Constanta, Roumanie

 

ENQUETE EN ROUMANIE

L’organisation ProWal et le WDSF recherchent actuellement des preuves attestant de l’importation illégale de dauphins capturés à Taiji par le delphinarium de Constanta en Roumanie, un pays membre de l’Union Européenne.

Aucun des 30 delphinariums de l’Union Européenne n’a accepté de répondre lorsqu’il leur a été demandé de leur fournir des échantillons d’ADN de leurs dauphins captifs, ce qui aurait sans doute permis d’avoir un aperçu sur l’origine réelle de ces cétacés. On sait que la CITES interdit l’importation de dauphins en Europe pour un usage strictement commercial.

En septembre dernier, ProWal inspecté le delphinarium de Constanta en Roumanie. L’organisation avait été avertie que les dauphins qui y étaient détenus provenaient des chasses brutales au rabattage à Taiji.  ProWal a découvert que deux des trois dauphins d’origine avaient été achetés pour 500.000 euros à un zoo de Pékin, qui affirmait qu’il s’agissait d’animaux nés en captivité. L’un des deux est mort aujourd’hui.

Beijing-Aquarium

Aquarium de Pékin


Le propriétaire du delphinarium roumain continue à prétendre que ces dauphins sont nés captifs.
Une telle assertion n’est pas crédible. Le seul succès en matière de reproduction a eu lieu dans ce établissement en 2003 mais le delphineau n’a pas survécu.

En outre, il n’existe aucun document prouvant qu’un dauphin de la seconde génération soit jamais né à Pékin. Bien au contraire, la Chine, la Russie et l’Ukraine font partie des plus gros acheteurs de dauphins capturés lors de chasses sanglantes au Japon.

taiji-horror

Taiji


Le gouvernement roumain à Bucarest a refusé de remettre le moindre échantillon d’ADN, tout comme le propriétaire du delphinarium de Constanta
.  Juergen Ortmueller, directeur à la WDSF, a réagi par ces mots :  « Nous sommes ici devant le manque de transparence typique propre à tous les delphinariums d’Europe, qui se cachent derrière leur propre invention, les fameux « programmes de reproduction EEP», pour que personne d’extérieur au métier ne puisse savoir ce qui se passe ». 

roumanie-dauphins7

Dauphin rampant à Constanta, Roumanie

 

roumanie-dauphins6

roumanie-dauphins5

roumanie-dauphins4

Photos ProWal

 

Un investisseur financier de Suceava en Roumanie, connu sous le nom de Popescu, a contacté ProWal l’automne dernier. Il demandait à l’organisation allemande de l’aider à construire une nouveau delphinarium privé. Il était tombé par hasard sur le site de ProWal et pensait que cette association soutenait les delphinariums !

Le plan proposé était le suivant :
Dès que les dauphins auraient été importés de Chine, da Russie ou d’Ukraine, le delphinarium ouvrirait ses portes au public et ferait d’excellentes affaires. Aucun problème pour se procurer les documents d’importation nécessaires, a encore expliqué ce promoteur roumain en attractions touristiques.

Puisqu’aucun des pays désignés par le correspondant de ProWal (Chine, Russie, Ukraine) n’a jamais réussi à faire se reproduire un dauphin en bassin et n’en a nul besoin, on peut supposer que tous les dauphins achetés auraient été amenés du Japon, en passant par d’autres pays, avant de rejoindre la Roumanie.

romania-dolphins1

Nage avec les dauphins en Roumanie !

SOUTIEN DE L’EUROPE

ProWal et WDSF ont également découvert au fil de leurs recherches que l’Union européenne soutenait la construction d’un delphinarium en Roumanie, en puisant dans un fonds de construction à hauteur de 900.000 euros. L’Union Européenne avait déjà payé l’essentiel du coût de construction de 11,5 millions d’euros pour le delphinarium de Kleipeda, en Lituanie.

ProWal et la WDSF demande dès lors à l’Union Européenne de cesser immédiatement d’aider à la construction de delphinariums en Roumanie et en Lituanie. Une interdiction sans exception doit être mis en œuvre dans tous les pays européens. Il y a aujourd’hui un grand manque de transparence quant à l’origine des animaux dans les delphinariums existants, où aucun contrôle n’est mené à ce propos.

Lire l’article original.

Delfinarium in Constanta/Rumänien – ProWal

 

roumanie-dauphins1

Delphinarium de Constanta. Photo Prowal

INVENTAIRE

Le Delphinarium de Constanta, remis à neuf l’an dernier, détient 3 dauphins. Il s’agit de :
Chen-Chen, femelle capturée en 2003.
Pei-Pei, femelle capturée en 2005
N-Ni, mâle capturé en 2006/2007.
12 dauphins (Tursiops et Communs) et un petit marsouin du nom de Survivor y sont morts.
Il y a de 3 à 5 shows par jour.
Un député indépendant réclame aujourd’hui que soit reconnu aux dauphins la qualité de «personne non humaine».

varna-bulgarie-delphinarium3

Show de dauphins à Varna, Bulgarie


En Bulgarie, le Delphinarium de Varna possède 4 dauphins
: Dolly ( F), Kimbo (M), Poppy (F), Yoanna (M), et Bimbo (M), ces deux derniers dauphins étant nés captifs et leurs parents capturés en des lieux et à des dates non précisées.
6 dauphins, dont des enfants, y seraient morts depuis 1984.
Le delphinarium de Varna a expédié en Inde, à une date inconnue, 3 dauphins capturés. On suppose que ce sont ceux qui sont morts à Chenai en 1997.

En Lituanie, entré plus tôt dans l’Union, le Sea Museum de Klaipedos possède 7 dauphins. Deux d’entre eux ont fait la navette, deux fois dans le cas du mâle, entre la Lituanie et le delphinarium d’Attica en Grèce. 3 ont été capturés en Mer noire. Le delphinarium aurait perdu 5 dauphins dont 2 nés captifs. Il pratique activement la soi-disante « delphinothérapie ».

lithuania-dolphins

Show de dauphins en Lituanie

Si l’Ukraine rejoint jamais l’Europe, nous aurons 18 delphinariums en plus, uniquement peuplés de dauphins fondateurs capturés en mer.  Et si la Turquie nous rejoint, cela fera 10 delphinariums de mieux, toujours garnis de dauphins frais.
On se doute que les directeurs de zoo sont de fervents partisans de l’Europe élargie et des relations avec la Chine… et le Japon !

japon-taiji-capture-25-9-2012

Plus de captures chaque année à Taiji

Taiji-nightmare

Plus de massacres…


Les cétacés captifs peuvent-ils être remis en liberté ?

keiko-willyFree Willy !

En 1993, Warner Bros produisait «Free Willy». Ce film très populaire raconte l’histoire d’une orque captive et de son jeune ami humain de 12 ans. Le récit s’achève avec le retour spectaculaire de Willy à l’océan, même s’il n’a eu qu’à sauter un mur pour y parvenir. Pendant ce temps, Keiko, l’orque capturée en Islande qui avait joué le rôle de Willy, continuait à se languir dans sa piscine du Reino Aventura, un établissement délabré au Mexique.

keiko-mexique

Après la diffusion de «Free Willy», une puissante campagne internationale s’est élevée pour exiger que Keiko retourne à l’état sauvage. Grâce à la collaboration de groupes environnementaux, de cinéastes et d’un mécène privé, Keiko a été transféré dans un immense enclos en mer, au cœur de ses eaux natales islandaises.

En 1998, Keiko retrouvait la santé. Il s’était adapté à son nouvel environnement. On l’emmenait dans de longues balades, à la suite d’un bateau de recherches et on lui avait placé une balise satellite sur l’aileron, afin de suivre ses mouvements. En juillet 2002, après un contact avec des orques sauvages, Keiko s’est lancé dans un voyage de cinq semaines, seul, à travers l’Atlantique, pour finalement parvenir en Norvège en bonne santé.

keiko-freeKeiko, The Untold Story

Bien qu’il n’ait jamais rejoint une tribu d’orques sauvages, à sa mort, en décembre 2003, Keiko était un cétacé libre. Peu d’orques ou de dauphins ont été rendus à la vie sauvage au terme d’une longue captivité. Keiko n’était peut-être pas le meilleur candidat : on ignorait le lieu exact de sa naissance et l’identité de se parents.

Dans certains cas, les libérations ont lieu lorsque les dauphins parvenaient à s’échapper des filets de leurs lagons ou qu’une tornade les avaient rejeté tous à la mer.
D’autres efforts ont été plus délibérés, souvent à la suite de la fermeture d’un delphinarium. Pendant des semaines ou des mois, des dauphins ont été rééduqués à ne plus obéir, ils ont réappris des compétences essentielles à leur survie, comme la chasse au poisson vivant  ou l’évitement des navires. Des Tursiops captifs ont été rendus  à l’état sauvage au Brésil, au Guatemala, au Nicaragua, en Russie, aux États-Unis et plus récemment, en Turquie. 3 dauphins ont été libérés dans les îles Turks and Caicos, après des années de captivité au Royaume-Uni.

rocky-morecambe
Rocky à Morecambe, UK

rockyfriends

rockyfriends2
Rocky, Missie et Silver en route vers la liberté

Dans la plupart des cas, les individus ont été suivis pendant des mois ou même des années après leur libération. La WDC recommande que le retour d’un cétacé en milieu naturel soit soumis à des  directives strictes.
Toute libération doit, si possible, aider à la conservation des populations sauvages. Elle doit également prendre en compte les risques sanitaires et les conséquences à long terme de la remise en mer d’individus captifs.

bottlenose-dolphin-pod

Les cétacés doivent être libérés au sein même ou à proximité d’une population de cétacés dont ils sont issus. La zone où on les libère ne doit pas être fortement polluée.

Des experts locaux doivent participer au processus de réhabilitation. Seuls des individus sains, sans maladie susceptible d’affecter les populations sauvages, seront choisis pour le retour en mer.

Ceux-ci doivent être capables de chasser les poissons vivants et d’éviter les comportements qui pourraient mettre en péril leur survie à long terme. C’est le cas lorsque d’anciens captifs se rapprochent des bateaux pour quémander de la nourriture.

Dans la mesure du possible, les cétacés doivent être pris en charge par les populations locales, à l’aide de campagnes d’éducation positives. La surveillance des personnes relâchées est essentielle pour savoir si cette libération a été ou non couronnée de succès.

seoul-dauphins-enclosLes 3 dauphins de Séoul

L’opinion publique s’élève de plus en plus contre le maintien en captivité de ces créatures très intelligentes adaptées aux grands espaces marins. Plusieurs individus sont susceptibles d’être candidats à la réhabilitation, lorsque les installations qui les détiennent ne peuvent plus les garder.

Les cétacés captifs, même de longue date, sont capables d’apprendre à chasser à nouveau et de survivre à l’état sauvage. Même les nés captifs peuvent apprendre ces techniques de chasse des autres cétacés qui ont vécu à l’état sauvage, dès lors qu’on les libère en un groupe social.

Korea_dolphinsJédol libre en Corée, après 5 ans de prison

Un plan de réhabilitation en plusieurs étapes devrait être élaboré pour chaque individu. La WDC, dans le cadre du groupe d’experts de la Fondation Free Morgan, prend en charge un tel plan pour Morgan, l’orque sauvage retrouvée seule au large de la côte néerlandaise en 2010 et actuellement détenue dans de très mauvaises conditions au Loro Parque de Tenerife.

D’autres orques, y compris Lolita et Corky, détenues en captivité aux États-Unis, peuvent également être de bons candidats pour une libération. Les chercheurs connaissent en effet les membres de leur famille proche, encore vivant et en pleine forme à l’état sauvage. Si le public est prêt à soutenir leur retour à la nature ou vers un lagon de retraite marin, en revanche, aucun delphinarium possédant des orques ne paraît décidé à accepter de tels projets. Sans doute craignent-ils qu’une libération réussie n’ouvre la porte à toutes les orques en captivité.

free-orcas

Il n’est cependant pas possible de remettre en mer tous les captifs. Après de longues périodes de détention, certains d’entre eux peuvent avoir été trop physiquement ou mentalement marqué que pour pouvoir survivre sans les soins de l’homme. Ces dauphins ou ces orques devraient alors avoir la chance de pouvoir prendre leur retraite et de vivre le reste de leur vie dans une baie marine close bien protégée. Leurs besoins sanitaires de santé et leur bien-être seraient pris en charge par les humains, mais ils pourraient développer des comportements plus proches de leur vraie nature et cesser d’être contraints d’exécuter des shows.

Les gens pourraient les voir, mais seulement à distance. La WDC travaille sur un projet passionnant avec Merlin Entertainments, qui vise à établir un tel sanctuaire pour les cétacés captifs. Ce sera le premier de son genre dans le monde.

D’après un article de Cathy Williamson (WDC)
Can captive whales be returned to the wild ?
26 Février 2014
Images et liens : Free Dolphins Belgium

Lire aussi :
L’enfant de Keiko
Into the Blue
Tom et Misha
Morgan et Springer

L’orque Lolita, prochaine candidate ?
How to free a killer whale ?
(Dr Naomi Rose)
Réhabiliter les dauphins, c’est possible

morgan-springer