Free our last 6 dolphins in Belgium.

Dauphins japonais

Massacre à Taiji : saison 2015-2016

taiji-globi-suicide

Taiji, le 5 mai 2011.
Toute une tribu de globicéphales s’est fait piéger dans la crique. Deux jours et deux nuits durant, ils n’ont pas dormi, entassés derrière ce filet. La terreur leur ronge le ventre, ils tentent en vain de se réconforter l’un l’autre, ils scrutent les mouvements de leurs bourreaux. Aujourd’hui, c’est l’heure du massacre.
Tous périront mais l’un d’eux se retrouve par hasard isolé du groupe, entre le filet et le rivage. Il ne pourra jamais mourir parmi les siens.

Alors il se tourne et se jette contre la paroi rocheuse. Et encore, et encore, il cogne son crâne contre la pierre.
Il n’essaye pas de s’échouer. Il n’est poursuivi par personne. Il se suicide.
Les tueurs n’ont même rien remarqué. Ils discutent entre eux, sans même un regard pour ces mères et ces enfants paniqués.

Mais deux puis trois de ses compagnons l’ont vu. Ils se collent au bord du filet pour regarder leur ami mourir.
Et encore et encore. Une fleur de sang s’épanouit autour de sa tête qui se perd dans l’eau rose. Le globicéphale finit par rouler sur le dos. Il meurt. Il coule. Le massacre commence…

Le 1er septembre 2015, les massacres vont reprendre à Taiji.
Leur seule raison d’être est la capture et la revente de dauphins vivants pour les aquariums. C’est la même industrie transnationale de la captivité qui tue Eclair à Antibes, le dauphin Origi à Bruges et les dauphins de la Baie de la Honte.

« Selon l’ouvrage «Histoire de Taiji», édité et publié par la ville de Taiji en 1979, la première chasse au dauphin est enregistré en 1933, suivie par des rabattages ultérieurs en 1936 et 1944.
Il a fallu attendre 1969 pour que le massacre soit mené sur une grande échelle, assorti de captures pour les delphinariums. La chasse aux dauphins à Taiji ne remonte donc pas à 400 ans mais bien à 45.
En outre, l’objectif principal de la chasse au rabattage de 1969 était de capturer des globicéphales comme attractions nouvelles au Taiji Whale Museum à Taiji. Ces chasses n’ont pour fondement que la recherche de profit et n’ont rien à voir avec notre histoire culturelle».

Sakae Hemmi of the Elsa Nature Conservancy of Japan

taiji-pilot-whales-killed-in-Taiji

Mourir parmi les siens…

Malgré l’injonction de la WAZA, le Japon persiste à capturer des dauphins pour l’Industrie et à en tuer d’autres pour le folklore. La viande s’entasse dans des chambres froides mais l’on continue à pousser au suicide le peuple innocent des globicéphales, juste pour faire croire qu’il s’agit d’une « tradition ».
Il faut que ces horreurs s’arrêtent ! Il faut que la Wallonie s’exprime par la voix de ses gouvernants pour condamner ces pratiques ! Il faut que les delphinariums se ferment !

Ce dimanche 30 août, à l’appel de Ric O’Barry, le Japan Dolphins Day se tiendra une fois encore à Liège, comme dans bien d’autres régions du monde. Nous vous invitons à nous y rejoindre en nombre ! Pour les dauphins, merci !

Tous les détails pratiques sur la page Face Book de l’évènement.

Liège-Japân-Dolphins-Day

Le Japan Dolphins Day à Liège en 2014

 

JDD15


Massacre à Taiji : saison 2014-2015

Voir aussi :

http://blog.seattlepi.com/candacewhiting/2014/01/20/taiji-dolphin-drives-started-in-1969-and-are-not-a-part-of-japanese-tradition/

http://www.naturalnews.com/043591_dolphin_hunts_Japan_tradition.html#ixzz3iETtlpMJ


taiji-pacific-white-side-dolphin

L’un de ces dauphins vient de mourir au Georgia Aquarium (USA) en n’en laissant qu’un seul. Tous deux venaient du Japon…


London Taiji Protest 2014 : la mère de toutes les manifestations !

london-taiji-demo

Le 7 novembre 2014, la plus grande manifestation jamais organisée contre les massacres de Taiji se tiendra à Londres.
Les militants des droits des animaux organisent une manifestation géante dans la capitale du Royaume Uni afin de protester contre le massacre et les captures de dauphins à Taiji ainsi qu’en d’autres lieux du Japon.
Ils dénoncent le fait que près de 20.000 dauphins et autres cétacés sont tués chaque année au nom des « traditions ancestrales », avec l’accord et le soutien du Premier Ministre japonais, M. Shinzo Abe.

Les chasses au rabattage ont lieu chaque année de septembre à mars dans la baie de Taiji. Cette année, le gouvernement japonais a autorisé la prise de 16.000 cétacés, destinés à la boucherie aussi bien qu’aux delphinariums locaux et internationaux.

Les manifestants se rassembleront le 7 novembre 2014 dès midi devant l’Ambassade du Japon à Londres pour protester contre cette prétendue « tradition » sanglante.

Taiji-cove-slaughter

Les organisateurs de la manifestation déclarent :
«Quelque 20.000 dauphins, marsouins et petites baleines sont abattus chaque année entre septembre et mars. Le gouvernement japonais prétend que les atrocités commises à Taiji font partie d’une tradition culturelle, alors que nous avons la preuve qu’il s’agit d’une entreprise axée sur le commerce des dauphins captifs. Les cétacés sont capturés, massacrés en présence de leur famille et les plus jeunes survivants, souvent blessés, sont rejetés en mer, privés de la protection de leurs proches et promis à une mort rapide.
Cette « tradition » date à peine de 40 ans, depuis l’expansion du marché du dauphin captif.

taiji-misty

La vie en captivité est sans doute un sort pire que la mort pour les dauphins de Taiji. Ici, Misty, la petite delphine qui croyait bien faire en serrant fermement sa bouée dans son rostre pour complaire aux humains. En vain, car elle était seule et personne ne se souciait d’elle.

Contrairement aux baleines, les dauphins ne disposent d’aucune protection de la part d’aucune organisation internationale, telle que la CBI. Il nous revient donc à nous, simples citoyens du monde entier, d’exiger que ces êtres profondément intelligents, dotés de cultures, de vie sociale et d’émotions similaires aux nôtres, soient enfin protégés de ces agressions abominables ».

Ric O’Barry, leader de ce combat depuis les années 70, sera présent à Londres le 7 novembre et réclamera avec l’ensemble des manifestants que des mesures sévères soient prises pour que les « petits cétacés » bénéficient enfin d’une véritable protection dans le monde entier.
On sait hélas que même si les chasses baleinières, interdites dès 1986, ont une nouvelle fois été condamnées par la communauté internationale, dans une sorte de délire autistique, le Japon persiste et signe et continue à tuer. Les massacres de grands  cétacés reprendront d’ici peu, en toute illégalité, en dépit du jugement de la Cour Internationale.

L’évènement débutera à midi.
On espère la présence d’au moins 1.000 manifestants.
Le film « The Cove » sera projeté en fin de manifestation.

Pour rejoindre la manifestation :

https://www.facebook.com/events/1545547719014679/

Embassy of Japan
101-104 Piccadilly
London W1J 7JT
United Kingdom
http://www.uk.emb-japan.go.jp/index.html
https://www.google.be/maps/place/Embassy+of+Japan/@51.50538,-0.146151,15z/data=!4m2!3m1!1s0x0:0xaa4f8b31755bd9e6

risso-october-2014-Taiji

 

taiji-risso-pod-swimming-in-blood

 

 

japon-risso-dauphin

Les rares survivants sont appelés à nager avec les touristes, dans les eaux mêmes qui ont vu mourir leur famille.

 

Lire aussi :
http://www.vegemag.fr/actualite/militants-cause-animale-reunis-paris-denoncer-massacre-dauphins-baie-taiji-3249
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/category/taiji/
http://www.dauphinlibre.be/japon.htm
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2757906/Japan-slaughters-dolphins-season.html
http://www.theguardian.com/world/2014/jan/21/japanese-fishermen-begin-annual-slaughter-of-hundreds-of-dolphins
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2543317/Mother-prized-albino-dolphin-COMMITS-SUICIDE-torn-baby-Japanese-fishermen-notorious-killing-cove.html
http://savemistythedolphin.blogspot.be/p/about-misty.html

Adresses :

Empereur du japon
information@kunaicho.go.jp

Préfecture de Taiji
E-mail: taiji@town.taiji.wakayama.jp

Premier Ministre :
commentaires en ligne
http://www.kantei.go.jp/foreign/forms/comment.html
https://form.cao.go.jp/kokusai/en_opinion-0001. html
http://www.kantei.go.jp/foreign/forms/comment.html

Ministre de la Pêche
E-mail: sinsei01densi@nm.maff.go.jp
Gouverneur de Wakayama (dont Taiji fait partie ) : Mr. Yoshiki
E-mail: e0006001@pref.wakayama.lg.jp

Fishery Agency Policy Evaluation Group à Taiji (qui contrôle les massacres) :
E-mail: sui_hyoka@nm.maff.go.jp

Delphinarium de Taiji et son DOLPHIN RESORT (où sont dressés les survivants avant expédition, notamment) :
Email: info@dolphinbase.co.jp
info@dolphinresort.jp

International Marine Animal Trainers’ Association
http://www.imata.org/ 1200 South Lake Shore Drive Chicago, IL 60605-2490 United States of America Phone: 312-692-3193 Fax: 312-939-2216 E-mail: info@imata.org
WAZA
http://www.waza.org/en/site/conservation/code-of-ethics-and-animal-welfare
Excecutive Office Carole Lecointre Marketing & Communication Officer
Phone +41 22 999 07 93 Fax +41 22 999 07 91 carole.lecointre@waza.org

Japanese Association of Zoos and Aquariums
https://www.facebook.com/jaza.official (!) http://www.jaza.jp/english5.html
Dr. Kanako Nishimoto kanako@jaza.jp

Dieter Hagmann peg close-up.jpg

Méthode douce, et de moins en moins employée, car lle entraîne une mort interminable accompagnée de paralysie d’asphyxie, d’hémorragie et d’une souffrance panique inimaginable. Jusqu’à 15 minutes d’agonie. Rien de tel qu’en bel égorgement pour les dauphins inaptes à l’esclavage.

taiji-mise-mort-sans-effusion-sang


Le Jour du Dauphin Japonais 2014

save_japan_dolphins_poster_2012_by_marcwf-d5u7e89
Le Jour du Dauphin Japonais dans le Monde

paris-demo-2014

Message de Ric O’Barry
Nous nous apprêtons tous à rendre hommage aux dauphins du Japon qui ont été et seront tués durant le massacre qui se déroule de septembre à mars, ainsi qu’à ceux actuellement captifs dans le monde entier.

L’Association Japonaise des Zoos et Aquariums (JAZA) et le Musée de la Baleine de Taiji (où la petite delphine albinos Angel et d’autres dauphins arrachés à leur famille lors de chasses au rabattage se trouvent confinés), tolèrent activement, exploitent et subventionnent captures et massacres à Taiji.

Nous exigeons que l’Association Mondiale des Zoos et Aquariums (WAZA) expulse la JAZA de ses rangs et prennent des mesures conséquentes pour arrêter ces crimes, plutôt que de sussurrer du bout des lèvres qu’elle s’oppose à de telles pratiques.
La captivité n’est jamais « humaine » pour les cétacés ! N’achetez pas de billet pour un spectacle de delphinarium ou une séance de « nage avec les dauphins » en piscine.

Les chasses au rabattage à Taiji sont PAS une tradition japonaise. Elles n’existent que pour fournir de gros profits aux pêcheurs impliqués et aux entreprises qui achètent des dauphins vivants pour leurs installations. Les chasses ont commencé en 1969, à l’instigation de SeaWorld. Plusieurs autres villes japonaises (Iki et Futo) ont renoncé à ces chasses. Les arguments des tueurs de Taiji qui prétendent que leurs opposants foulent au pied leur « culture alimentaire » ou leurs « anciennes traditions » est sans fondement.

Nous allons envoyer un message pacifique mais ferme à la WAZA, au Gouvernement japonais et aux grandes industries japonaises et leur dire nous ne tolérons pas la poursuite de ces captures et massacres annuels.
Nous ne ferons pas de déclarations anti-japonaises. La plupart des Japonais ne savent rien de ces horreurs et s’y opposent dès qu’ils en apprennent l’existence.

Nous soutenons le droit du peuple japonais à être informé sur la contamination de la viande de dauphin et de baleine et nos préoccupations incluent donc également le bien-être de la population du Japon, qui doit recevoir de son gouvernement la garantie de ne pas consommer une viande gravement polluée par les PCB et le mercure.

angel1

Angel

Message de Ric (2)
La dernière saison de chasse à Taiji a été brutale. Partout dans le monde, les gens ont réagi dans la presse internationale lorsque des centaines de dauphins ont été rassemblés dans la Baie de Taiji.

L’un de ces dauphins, Angel, est devenu le symbole de la férocité de cette chasse. Elle nous a aidé à rassembler l’opinion et à galvaniser la lutte contre ces pratiques inhumaines. Nous mettrons donc en évidence le sort d’Angel cette année, avec notre nouveau slogan: « Libérer, puis célébrez: une nouvelle ère pour la compassion envers les dauphins ».

Au nom d’Angel, le bébé dauphin albinos qui a été arraché à sa mère et à sa famille pour être exhibée comme une curiosité dans le célèbre Taiji Whale Museum, nous aimerions vous inviter à mettre en place votre propre événement « Journée du Dauphin Japonais » ou de rejoindre une manifestation près de chez vous.

jdd-2013-1

Les activistes japonais s’opposent aussi à ces atrocités

Le JDD dans le monde

Liège :
https://www.facebook.com/events/312429948928493/?fref=ts
Anvers :
https://www.facebook.com/events/686797814743745
Paris :
https://www.facebook.com/events/1455776361344805/
Ailleurs :
https://mapsengine.google.com/map/edit?mid=zhv8rpEC_fU8.kbGeJVK3bULI

taiji-hell

Taiji : le camp d’extermination

Ce qui se passe à Taiji

Près de 1.500 dauphins ont été rabatus dans la Baie de la Honte durant la saison 2013-2014.
834 d’entre eux ont été massacrés.
158 ont été gardés pour les delphinariums.
457 ont été relâchés seuls, sans leurs parents ni leurs amis, parfois si jeunes qu’ils n’étaient pas encore sevrés.
On a retrouvé leurs corps un peu partout sur les rochers quelques jours plus tard.
Sans famille, un dauphin n’est rien.

En 2014-2015

1.938 meurtres autorisés.

Taiji Dolphin Drive Fishery Catch Quota for 2014/2015

134 Pacific white-sided dolphins;

450 Striped dolphins;

509 Bottlenose dolphins;

400 Pantropical spotted dolphins;

261 Risso’s dolphin;

114 Short-finned pilot whales;

70 False killer whales.

taiji-trusiops-massacre-17-12-2012

Lire aussi :

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2014/01/05/comment-le-japon-tue-ses-dauphins/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/08/09/massacre-a-taiji-saison-2013-2014/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/09/06/taiji-dauphins-captures-6-septembre-2013/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/09/14/taiji-12-septembre-les-images-du-massacre/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/09/14/taiji-12-septembre-premier-massacre-de-globicephales/
http://www.dauphinlibre.be/japon-taiji-massacre-2012.htm
http://www.dauphinlibre.be/japon.htm

taiji-oceanwatch-mother-child-2-9-2013

Mère et enfant. L’une sera tuée, l’autre gardé pour les shows.

taiji-same-trick

 

 


Angel, un petit ange en enfer

angel-delphinarium3Angel en mars 2014 : harassée de toutes parts, couverte de blessures…


 

17/2/2014

Angel est désormais dans un bassin à l’intérieur du Taiji Whale Museum.

On la voit tourner en rond pendant des heures dans son bassin minuscule. Sa maman lui manque…
Envoyez une lettre au Premier Ministre Abe en réclamant qu’on libère Angel.

angel-delphinarium

 


 


 

angel-fevrier-2014

omment va la petite Angel ? Pas trop bien. On l’avait vue parmi d’autres très jenes dauphins dans une psicine circulaire, tournant en rond et collés l’un à l’autre, juste après le suicide de sa mère.
Depuis, elle a été déplacée dans un bassin à part, car tous les autres delphineaux lui chipaient sa nourriture. Elle souffre  de la lumière et garde le plus souvent les yeux fermés le jour pour les ouvrir la nuit. Elle est timide mais pas malade. Le Taiji Whale Museum y voit un objet d’études mais déclare d’emblée que les albinos ne vivent pas longtemps. Comment le sait-il alors que c’est le premier albinos jamais capturé ? Mais il est vrai que la moyenne de survie est de 4 ans dans ces bassins de Taiji.

Le Musée de la Baleine ajoute qu’il ne séparera pas de sa prise  – dont il prend grand soin – sauf si un autre aquarium ou un centre de recherches pouvait lui fournir un meilleur environnement plus avantageux pour elle. En attendant, bien qu’elle tétait encore sa mère par intervalles, on la nourrit mieux que les autres de poissons morts, car on désire la conserver un peu.

Il faut imaginer ce que représente la vie dans les citernes bleues et les bassins minuscules du Taiji Whale Museum. La folie, la peur, la mort des autres, de tant daures une fis les capturs faites, puis la soumission absolue, la volonté broyée.
Survivre est sans doute pire que de mourir sur place.

Lire l’article de Tim Zimmerman
Voir la vidéo. Bravo à l’activiste japonaise qui a pris le risque de jouer l’agent double en interrogeant la responsable du delphinarium. http://timzimmermann.com/2014/01/30/taiji-whale-museum-on-the-albino-calf/

angel-alone-janvier-14

SadLonely_2_Taiji_Burns_SMALL_2_2-12

taiji-angel-in-pool

Angel : première photo de sa captivité

Janvier 2014

La petite Angel est un symbole. On l’a vue qui se serrait très fort contre sa maman pendant que les tueurs rabataient avec elle un méga-pod de 250 dauphins Tursiops vers la baie de Taiji. On a vu des adultes entourer la mère et l’enfant pour les protéger. On a vu sa mère se battre pour empêcher sa capture. Puis, folle de désespoir, après avoir fait du spy-hopping et appelée sa fillette des heures durant, on a vu cette mère se laisser couler sous l’eau pour ne plus jamais remonter. Les suicides sont nombreux pendant ces chasses.

taiji-angel
taiji-albinos-protection
Aujourd’hui, on voit Angel tourner en rond dans une cuve crasseuse aux côtés d’autres orphelins. Lapetite fille  est en Enfer. Elle ne comprend pas. Elle a peur. Elle a faim. Où est sa Maman ? La petite albinos a été séparée des siens et transférée très vite au Taiji Whale Museum. Si vite que son rostre saigne. Qui l’a blessée ?

Cette gamine albinos ne s’appelle pas Angel, bien sûr. C’est ainsi que Ric O’Barry l’a baptisée pour attirer l’atention sur elle. Elle porte un vrai nom de dauphin, une signature sifflée. Il ya quelques jours à peine, Angel fendait les flots en appellant sa maman par son nom. Et elle lui répondait par le sien.

Microsoft Word - 4.doc Noms de dauphins

Leur vie sociale était très intense. Les tantes, les marraines, les soeurs, les cousines, les amis, les voisins, les frères et soeurs, les ados écervelés, les petits camarades de jeu… C’était tout  un monde d’échanges, de coopération, de dialogues et d’empathie qui babillait autour d’Angel. On ne reste jamais seul quand on est un dauphin libre.

wild_dolphins
Maintenant, Angel est seule. Elle se serre contre ses jeunes compagnons mais tous ont perdu leur maman. Agée d’un an, elle n’est même pas sevrée (18 mois). En liberté, les enfants ne s’éloignent de leur maman que vers 3 ou 5 ans, et jamais très loin. Les jeunes ne partent voyager que  vers 10-13 ans,mais reviennent. Et les petites filles comme Angel courent se blottir dans les nageores de leur maman  de leurs tantes et de leurs grand-mères dès qu’un beau mâle les a mise enceinte.
Angel n’aura jamais d’enfant. Pas plus qu’aucune des malheureuses enfermées dans cet enfer.

angel1

Tout le monde a disparu.
Près de 60 dauphins ont été selectionnés pour les delphinariums du monde entier, dans un climat de violence insensée qui a duré 4 jours et suscité enfin l’indignation du monde et même du Japon !

taiji-horror
Quant aux 200 autres, la plupart ont été tués d’une tige de métal enfoncée dans la tête.

OPS_Heli Lagoon Shot
Pendant que ce bain de sang s’écoule (on ne met plus de bouchons dans les plaies maintenant : ça ralentissait trop l’hémorragie), les survivants sont repoussés en mer, loin de leur famille morte ou captive. Beaucoup sont blessés, malades, profondément atteints. C’est une tribu en miette qui repart.

Il est remarquable de noter que ces survivants restent même après que les filets soient enlevés. Il faut les CHASSER dans l’autre sens en tapant sur les même tubes en métal. On imagine mal une assemblée de lapins refusant de quitter le corps de leur camarade tué par un chasseur, lequel se tiendrait à côtés d’eux. C’est le cas pour les dauphins qui restent près des tueurs. Ils n’ont plus rien à perdre.

Leur vie est détruite. Ce qu’ils avaient de plus précieux au monde, leur tribu, leurs amis, leurs parents, tout cela a disparu en quatre jours de cauchemar absolu. Une tuerie et des séparations déchirantes d’enfants enlevés à leur mère auxquels ils ont du assister tout ce temps. Ces cris. Ces appels. Ces râles d’agonie, le goût de ce sang, ces noyades désespérés sous un filet, le moteur hors-bord qui leur laboure le dos, le sadisme insensé des hommes. Le Japon parle d’une tradition. C’est un crime de guerre annuel.

taiji-motor-boatLe canot à moteur passe sur le corps des dauphins non sélectionnés

Si elle survit, Angel deviendra un moment une « bête de spectacle ». Comme Haruka, le dauphins aux 4 nageoires, qui survécut 6 ans à la captivité, on la présentera comme un cas scientifique. D’ores et déjà, les médias japonais raportent que « de braves pêcheurs on sauvé un jeune dauphin albinos extrêmement rare. Le Taiji Whale Museum en fait d’ores et déjà un objet d’études fort intéressant ». Elle restera probablement toute sa courte vie à Taiji – à moins qu’un riche client chinois ou arabe ne se présente – avant de mourir misérablement dans un aquarium pour poissons rouges.

angel-rostre-blessure haruka-japon
Le Japon insulte les autres pays développés en affichant cette politique de meurtre ultra-nationaliste, arrogante et paranoïaque.
En massacrant à outrance ses dauphins, au point de menacer l’espèce, le Premier Ministre du Japon veut prouver à la face du monde que personne ne lui dictera ce qu’il doit faire. Toute opposition est muselée dans ce pays qui envoie sa propre police pour asister et soutenir les assassins de Taiji. Cette dérive est  dangereuse et devrait alerter toutes les démocraties du monde.

Répétons-le : les chasses à Taiji, ce n’est PAS une tradition. Pourquoi faut-il que toute la presse reprenne en choeur les mensonges de Shizo Abe ? Les premières chasses à Taiji datent de 1933 quand le Japon s’enfoçait dans une crise économique terrible. Il y en eut d’autres en 1936 puis en 1944, juste avant la défaite du Japon.  Il a fallu attendre 1969 pour que ces chasses reprennent à large échelle. L’histoire de la chasse aux dauphins n’a donc pas 400 ans d’âge mais 45 ! En outre, en 1969 la raison de la reprise des chasses fut que le Taiji Whale Museum désirait acquérir des globicéphales et des pseudorques, pour les revendre à SeaWorld. Les chasses de Taji n’ont d’autres raisons d’être que le profit  et n’ont RIEN à voir avec la merveilleuse culture japonaise.

On ne tolérerait ce comportement de la part d’aucun pays du monde, mais le Japon, lui, peut se le permettre. C’est un fidèle allié de l’Occident en Asie.
Nos gouvernements portent à cet égard leur part de responsabilité en se taisant dans toutes les langues. Le fameux tweet de l’Ambassadrice des USA aux Japon, Mme Caroline Kennedy, exprimant ses « préoccupations » face à ces massacres en chaîne, a soudain donné à la campagne médiatique menée avec rage par les associations et les militants derrière leurs claviers, un souffle énorme, qui a touché CNN, le Monde et même notre télévsion et nos qutotidiens belges, muets depuis des années à propos de ces massacres.

enfants-panique
Tous ces enfants du même âge se pressent
terrifiés contre un adulte.

Mais à ce massacre ont déjà succédé bien d’autres, jusqu’en avril. Nous vous demandons donc d’écrire. A votre ambassade japonaise, au Premier Ministre du Japon, à la World Association of Zoo and Aquaria ou aux Pêcheries elles-mêmes. Exigez d’eux qu’ils mettent fin aux chasses au rabattage à Taiji. Il est bien évident qu’ils n’en feront rien mais cette fois, la pression internationale aussi bien que nationale a été et reste puissante, en ce 19 janvier 2014. Elle s’avère efficace. Plusieurs associations japonaises ont protesté à leur tour. Trois d’entre elles ont adressé un texte musclé à la WAZA, lui rappelant ses principes éthiques et le fait que, nées dans les années 30, les chasses aux dauphins n’ont rien de traditionnelles. Plusieurs média du monde entier, y compris japonais, ont relayé l’évènement. Cela ne suffira pas à faire cesser l’horreur, bien entendu. Mais cela aidera les activistes locaux et trouchera peutêtre les politiques. Car si le Japon n’est que l’ignoble bras armé de ces crimes, c’est l’industrie de la Captivité, c’est le Marineland d’Antibes, le Parc Astérix, le Boudewijn Seapark, SeaWorld, Harderwijk et tous les cachots aquatiques qui sont le moteur ronflant de ce marché lucratif, de cette vente d’esclaves qui vide les océans de ses deniers cétacés.

captivity-taiji-chiffres

Et tant que les delphinariums tourneront, des dauphins seront capturés à Taiji. Le Japon est actuellement le principal pourvoyeur de dauphins dans le monde, suivi de près par la Russie et par les Iles Salomon.  C’est un marché en plein boom dans les pays émergents. C’est pourquoi nous exigeons que l’Europe déclare illégale la détention de cétacés vivants à des fins attractives, afin de donner l’exemple, comme l’Inde vient de le faire.

splash-brugesDelphinarium de Bruges

taiji-crying-for-help

En savoir plus :
CNN
Cove Guardians : actualité du massacre
Save Japan Dolphins
Japon, l’enfer des cétacés
Driven by demand Adresses, actions !
http://www.ceta-base.com/drivefisheries.html#20132014

angel-and-mom

RAPPEL :  Les autorités japonaises parlent d’une tradition millénaire. C’est faux. La chasse à Taiji ne date que des années d’avant-guerre, elle a disparu un moment jusqu’à ce que SeaWorld la réveille en 1969 pour se procurer des dauphins rares (pseudorques). C’est ce qu’explique en février 2014 le Japan Times lui -même !

« Hunting in Taiji is short. According to “The History of Taiji,” edited and published by Taiji town in 1979, the first recorded dolphin drive was in 1933, with subsequent hunts occurring in 1936 and 1944. It was not until 1969 that dolphin drives have been conducted on a large scale. The history of the dolphin drives spans not so-called 400 years, but a mere 45. Furthermore, in 1969, the main goal of the dolphin drive was to capture pilot whales as prized showpieces for the Taiji Whale Museum. In other words, the dolphin drive was purely for profit, having nothing to do with cultural history. Since 1969 a close relationship began building between the drive hunt and aquaria as financial activities ».

taiji-albinos-protection

Adresses :

Empereur du japon information@kunaicho.go.jp

Préfecture de Taiji E-mail: taiji@town.taiji.wakayama.jp

Premier Ministre du Japon E-mail: Kanteihp-info@cas.go.jp

commentaires en ligne http://www.kantei.go.jp/foreign/forms/comment.html https://form.cao.go.jp/kokusai/en_opinion-0001.html http://www.kantei.go.jp/foreign/forms/comment.html

Ministre de la Pêche E-mail: sinsei01densi@nm.maff.go.jp

Gouverneur de Wakayama (dont Taiji fait partie ) : Mr. Yoshiki E-mail: e0006001@pref.wakayama.lg.jp

Fishery Agency Policy Evaluation Group à Taiji (qui contrôle les massacres) : E-mail: sui_hyoka@nm.maff.go.jp

 Delphinarium de Taiji et son DOLPHIN RESORT (où sont dressés les survivants avant expédition, notamment) :

Email: info@dolphinbase.co.jp

info@dolphinresort.jp International Marine Animal Trainers’ Association http://www.imata.org/ 1200 South Lake Shore Drive Chicago, IL 60605-2490 United States of America Phone: 312-692-3193 Fax: 312-939-2216 E-mail: info@imata.org

WAZA http://www.waza.org/en/site/conservation/code-of-ethics-and-animal-welfare Excecutive Office Carole Lecointre Marketing & Communication Officer Phone +41 22 999 07 93 Fax +41 22 999 07 91 carole.lecointre@waza.org

Japanese Association of Zoos and Aquariums
https://www.facebook.com/jaza.official (!) http://www.jaza.jp/english5.html
Dr. Kanako Nishimoto kanako@jaza.jp

taiji-en-attendant-la-mort

En attendant la mort…

https://www.contact.maff.go.jp/form/question/question.php, consul-cpt@pr.mofa.go.jp, consul@pr.mofa.go.jp, info@pr.mofa.go.jp, taishikan@bn.mofa.go.jp, cultural@cb.mofa.go.jp, economics@cb.mofa.go.jp, info@wi.mofa.go.jp, info@bk.mofa.go.jp, japan@bh.mofa.go.jp, eojbd@dc.mofa.go.jp, consul.lpz@lz.mofa.go.jp, aodbolivia@lz.mofa.go.jp, jpnculturalinfo.bo@lz.mofa.go.jp, japanbih@sx.mofa.go.jp, consular.japao@bs.mofa.go.jp, cultural.japao@bs.mofa.go.jp, leandrojardim@bs.mofa.go.jp, embassy@bw.mofa.go.jp, infocul@ot.mofa.go.jp, access@to.mofa.go.jp, contactoembajadajapon@sg.mofa.go.jp, keizai@pk.mofa.go.jp, ryoji@pk.mofa.go.jp, info@pk.mofa.go.jp, info@ba.mofa.go.jp, ambassadedujapon@yahoo.co.jp, ambjaponrdc@yahoo.fr, embjapon@sj.mofa.go.jp, consul@zr.mofa.go.jp, information-culture@zr.mofa.go.jp, politics-economy@zr.mofa.go.jp, maki.ashida@mofa.go.jp, atsushi.tsukiyama@mofa.go.jp, taisi@ceniai.inf.cu, jicc@ph.mofa.go.jp, info@ch.mofa.go.jp, info.cph@ch.mofa.go.jp, embapon@qi.mofa.go.jp, info@ti.mofa.go.jp, inquiry@hk.mofa.go.jp, consular@hk.mofa.go.jp, culture@hk.mofa.go.jp, consul@ps.mofa.go.jp, info-fr@ps.mofa.go.jp, info@bo.mofa.go.jp, embjapan@at.mofa.go.jp, info@gt.mofa.go.jp, economic@bp.mofa.go.jp, culture@bp.mofa.go.jp, administration@bp.mofa.go.jp, japan@rk.mofa.go.jp, jpembjic@nd.mofa.go.jp, infoeoj@th.mofa.go.jp, cultural@ir.mofa.go.jp, consular@ir.mofa.go.jp, info@tl.mofa.go.jp, oded.schaffer@tl.mofa.go.jp, culturale@ro.mofa.go.jp, info@kg.mofa.go.jp, info@aq.mofa.go.jp, jinfocul@nb.mofa.go.jp, info@so.mofa.go.jp, jcc@so.mofa.go.jp, info@vn.mofa.go.jp, ryo@kl.mofa.go.jp, jis@kl.mofa.go.jp, eco@yn.mofa.go.jp, info.cul@yn.mofa.go.jp, enquiry@wl.mofa.go.jp, embjpnic@mg.mofa.go.jp, embjapan@mc.mofa.go.jp, economic@ib.mofa.go.jp, culture@ib.mofa.go.jp, economia@pn.mofa.go.jp, cultura@pn.mofa.go.jp, administracion@pn.mofa.go.jp, infeoj@pm.mofa.go.jp, japon.embajada@as.mofa.go.jp, japon.economia@as.mofa.go.jp, japon.cultural@as.mofa.go.jp, info@li.mofa.go.jp, cultjapon@li.mofa.go.jp, info-cul@wr.mofa.go.jp, cultural@lb.mofa.go.jp, economia@lb.mofa.go.jp, eojqatar@dh.mofa.go.jp, embassy@bu.mofa.go.jp, culture@bu.mofa.go.jp, japan-info@mw.mofa.go.jp, ryojijp@mw.mofa.go.jp, ryoji@sn.mofa.go.jp, infoculture@sn.mofa.go.jp, info@bv.mofa.go.jp, info@s2.mofa.go.jp, japan-embassy-solomon@sm.mofa.go.jp, info@embjapan.org.za, ambjpn@co.mofa.go.jp, econojpn@co.mofa.go.jp, odajpn@co.mofa.go.jp, cultujpn@sltnet.lk, contact@kt.mofa.go.jp, eojs@br.mofa.go.jp, embassyofjapan_TZ@dr.mofa.go.jp, jis@bg.mofa.go.jp, japan.embassy.in.timor-leste@di.mofa.go.jp, emb-japan@nu.mofa.go.jp, embassyofjapan@po.mofa.go.jp, ekonomi@an.mofa.go.jp, culture@an.mofa.go.jp, info@ld.mofa.go.jp, jicc@ws.mofa.go.jp, embjapon@mv.mofa.go.jp, consul@cr.mofa.go.jp, cultura@cr.mofa.go.jp, jez@lu.mofa.go.jp

angel-blesseAngel blessée au moment de sa capture


Comment le Japon tue ses dauphins

    risso-suicide2
Suicide d’un dauphin de Risso
en décembre 2013

 

2013-2014 s’avère sans doute l’une des saisons de chasse parmi les plus terribles qu’ait connu le Japon.
Les captures n’ont jamais été aussi importantes et les massacres aussi cruels, comme si, talonnés par l’opinion internationale, le Japon voulait nous faire un doigt d’honneur. C’est à dessein que les tueurs de Taiji rejettent en mer des bébés orphelins voués à une mort sinistre, alors que sont braqués sur eux les caméras des Cove Guardians et des Cove Monitors.

taiji-bleu-et-blanc-mere-enfant-20-decembre-2012L’enfant verra sa mère mourir
puis sera rejeté seul en mer

Derrière le rideau des massacres barbares qui s’enchaînent ainsi jour après jour, année après année, c’est toujours l’Industrie de la Captivité qui tire les ficelles. La même logique de profit, les même « professionnels » du dauphin clown que ceux qui gèrent le Boudewijn Seapark, SeaWorld ou le Marineland d’Antibes opèrent au Japon comme dans le reste du monde.

tunisie-nage-avec-les-dauphins
Des dauphins japonais sont détenus en Tunisie

Aujourd’hui, le 4 janvier 2014, une petite famille, mères, soeurs, grands frères et bébés, vient d’être mise à mort au terme d’une trêve de Noël particulièrement courte. Ces 8 dauphins de Risso ont été exterminés, car ils n’étaient pas demandés par les delphinariums. Trop d’individus de cette espèce ont déjà capturés. Il s’agit là d’un cétacé, certes amusant pour le public, mais difficile à nourrir, puisqu’il est teutophage. Il mange des poulpes et des calmars, ce qui est cher et compliqué à  fournir en bassin.

risso-killingC’était une petite famille tranquille et heureuse

Bien plus appréciés sont les dauphins Tursiops, qui parviennent à la mort de leur proches, au dressage intensif et aux voyages interminables vers Subic Bay aux Philippines, la Tunisie, l’Egypte, la Chine, à Dubaï et partout dans le monde. Il y en eut même en Belgique, du temps du delphinarium de Walibi, à Wavre.

walibi_dolphinsIl y eut des dauphins japonais en Belgique

Ceux-là sont promis à une vie courte et désespérée dans des bassins minuscules.
Mais les autres ? Comment les tue-t-on ?

Depuis le film The Cove et d’autres reportages antérieurs de l’association Blue Voice, la mise à mort des dauphins s’est faite aujourd’hui plus discrète. On pourrait croire qu’elle s’est faite plus humaine, si tant est que tuer un innocent puisse être « humain ». Les égorgements à vif ou les échouages forcés sur une plage brûlante ont pris fin, que nous montraient les anciennes vidéos de Futo ou d’Iki, où des pêcheurs sautaient en riant sur le ventre de cétacés à l’agonie. Mais derrière les bâches de plastique bleu, le cauchemar est peut-être encore pire…

massacre-a-FutoFuto 1999

En avril 2013, Dieter Hagmann, un militant de Blue Voice, est parvenu à filmer la méthode. Il a caché sa caméra dans un recoin rocheux et l’a activée à distance. Sa vidéo a été tournée dans la crique de Taiji. Elle nous montre un pêcheur enfonçant à plusieurs reprises une tige métallique dans la base de la tête d’un dauphin, juste derrière l’évent. Un autre homme enfonce alors un bouchon en bois dans la plaie pour empêcher que le sang ne s’échappe et que la mer ne devienne rouge sous l’oeil des médias occidentaux.

Le Ministère de la Pêche japonais a prétendu durant plus d’une décennie que cette méthode était moins cruelle que de tuer des dauphins en utilisant des lances, des harpons ou des couteaux, à la manière « traditionnelle ». Cependant, humaine ou pas, les pêcheurs de Taiji préfèrent ne pas montrer comment ils procèdent.

tue-dauphinLes armes du crime

Avant de conduire les cétacés dans les eaux peu profondes d’une petite anse, les pêcheurs et quelques soigneurs de la Taiji Dolphin Base érigent un échafaudage complexe sur les rives environnantes et y accrochent des bâches afin de dissimuler leurs actes.

Ce jour-là, Dieter avait pourtant réussi à cacher une caméra controlâble à distance au creux des falaises, avec vue plongeante sur le «rideau de l’horreur». Le meurtre a pu être filmé de très près pour la toute première fois.
Ces images ont permis à une vétérinaire britannique de rédiger un rapport dévastateur sur ce mode d’abattage, durant lequel, affirme-t-elle, les animaux subissent une mort «profondément pénible, douloureuse et traumatisante ».

taiji-dauphins-mise-a-mortLa cheville en bois n’est pas toujours très efficace
pour limiter le sang

Le Dr Andrew Butterworth, de la University of Bristol Veterinary School, s’est chargée d’étudier la vidéo image par image. Elle estime dans son rapport que la « ponction lombaire » prolonge en fait l’agonie du dauphin de 4 interminables minutes, voire plus. Le Dr Butterworth conclut: «Cette méthode de mise à mort n’est pas conforme à l’exigence reconnue d’une insensibilisation immédiate et ne serait jamais tolérée dans aucun processus d’abattage réglementé dans le monde civilisé ».

Le Dr Butterworth a précisé que la méthode avait été mise en place il y a 13 ans, après que deux scientifiques japonais aient demandé que l’on réduise le temps de mise à mort des dauphins à Taiji. Elle compare dans son étude la réalité des faits avec les assertions des scientifiques japonais quant à la rapidité de cette technique.

Dieter Hagmann peg close-up.jpgLe bouchon dans la blessure ralentit la mort

En voici  le processus :
Après avoir été conduits dans une zone d’accès restreint et confiné, les animaux sont attachés aux bateaux par leur nageoire caudale et tirés jusqu’à l’endroit de la mise à mort. La vidéo nous montre des dauphins incapables de nager normalement et qui sont engloutis sous l’eau à plusieurs reprises par la traction du bateau et sous la pression des autres animaux attachés à côté d’eux.

Leur incapacité à contrôler le moment de la respiration, en raison de l’immersion forcée, leur cause une vive détresse. Leurs mouvements pour échapper à cette situation nous le montre d’évidence. Certains dauphins connaissent les souffrances d’une asphyxie forcée.

Il faut savoir que les cétacés sont capables de retenir leur souffle longtemps lors d’une plongée prévue par eux.
Ils  disposent d’adaptations physiologiques à cet effet, telles que le stockage de l’oxygène dans le sang et les muscles, la bradycardie (ralentissement cardiaque), et la redistribution du sang oxygéné dans certains organes.

dauphins-risso-tires-par-la-caudaleDauphins de Risso traînés par la caudale

Cependant, dans le cas d’immersions profondes forcées et répétées, (chaque immersion étant d’une durée inconnue et hors du contrôle de l’animal), il est peu probable que les dauphins soient en mesure de déclencher ces mécanismes. Le fait d’être traîné par la caudale provoque chez eux une grande panique.

Le matériel vidéo disponible ne permet pas de calculer les durées de submersion, mais les réactions comportementales montrent que les dauphins tentent de résister à cette procédure et que certains sont déjà inconscients ou noyés, avec leurs têtes immergées sous l’eau, lorsqu’ils arrivent à destination.

taiji-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-574Globicéphale noyé

Les dauphins sont placés à proximité les uns des autres au cours de la mise à mort. Ils ne cessent de siffler et de s’appeler tout au long du processus. Ce sont là des mammifères très sociaux qui ont des relations à long terme et vivent en groupes sociaux complexes étroitement liés. Chaque individu possède une signature sifflée qui lui permet de se nommer et de nommer ses compagnons. Ce sont ces appels au secours qu’on entend lors des tueries.

taiji-THE-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-576Les globicéphales sont presque tous massacrés.
Leur dressage est plus dificile.

Ces mammifères marins conscients d’eux-mêmes et d’une très haute intelligence subissent une suite de souffrances partagées, incluant  non seulement le rabattage en groupe, le confinement, la détention près de la rive et enfin, la mise à mort des membres de leur famille et de leur pod à côté d’eux. L’ensemble du processus peut durer plusieurs plusieurs jours.

Dans les abattoirs européens et américains, « il est recommandé que la mise à mort soit effectuée d’une manière qui évite la détresse des animaux. Dans certains cas, des cris et le dégagement de certaines phéromones sont émis pendant l’abattage. Pour cette raison, les autres animaux ne devraient pas être présents lorsqu’elle est pratiquée » (AVMA, 2007). Les règlements et directives régissant le traitement humain et l’abattage des animaux aux États-Unis et le Royaume-Uni interdisent l’abattage d’un animal en présence d’autres animaux ( Humane Slaughter Act, 2003 ) . D’un point de vue scientifique, humain et éthique, le traitement des dauphins dans les chasses au rabattage va totalement à l’encontre des normes de protection des animaux utilisés actuellement dans la plupart des sociétés modernes et technologiquement avancées.

En se fondant sur la fin des mouvements de l’animal et son immobilité finale – une estimation déjà contestée en ce qui concerne les baleines – les scientifiques japonais affirment que cette méthode permet de tuer  un dauphin de Risso en 5 secondes, un dauphin tacheté en 8 secondes, un globicéphale en 25 secondes avec un temps moyen estimé pour le dauphin de Risso à 13, 7 secondes. Ces affirmations sont contredites par les images de la vidéo qui nous montrent ici un dauphin qui bouge encore après 7 minutes ! 

Les dommages infligés aux vaisseaux sanguins vertébraux et au réseau vasculaire par l’insertion de la tige métallique entraînent une hémorragie importante. Mais celle-ci ne suffit pas pour produire une mort rapide chez un grand mammifère.
Et ceci d’autant moins qu’une cheville de bois est insérée dans le trou créé par la tige. Ceci empêche que le sang se répande et il est donc possible que la mise en place de ce bouchon allonge encore la durée de l’agonie.  Ce risque est reconnu par Iwasaki et Kai (2010). Cela remet en question l’affirmation que cette nouvelle méthode de mise à mort permettrait un décès plus rapide.

La vidéo nous montre que l’opérateur doit enfoncer la tige métallique à plusieurs reprises dans les tissus situés à proximité de l’arrière du crâne. Elle nous montre que l’animal fait des mouvements vigoureux pendant l’insertion de la tige et continue à s’agiter par à coups après que la tige ait été retirée. Ceci suggère fortement que la méthode est invasive et pénible et n’apporte pas aucune insensibilité immédiate. Le cerveau continue à fonctionner et à ressentir.
Une résection complète et rapide du tronc cérébral aurait entraîné la destruction des voies sensorielles et donc de la douleur, mais ce qui est observé chez les dauphins prouve que la mort n’est ni immédiate ni indolore et que le tronc cérébral n’a pas été tranché.

Quand la tige métallique est violemment enfoncée dans les tissus sensibles, le dauphin devient paraplégique.
Son corps se paralyse. Les dommages causés à la moelle épinière et au tronc cérébral entraînent dans un premier temps une immobilisation de l’animal et finalement la mort en raison d’un manque de coordination de la fonction respiratoire et motrice. Le dauphin meurt donc tout à la fois d’asphyxie et  d’hémorragie lente, dans une terreur abominable.

C’est ainsi que les dauphins de Risso ont été tués ce 4 janvier 2014.
C’est ainsi que des milliers d’autres l’ont été avant eux et des milliers encore, après eux, si nous ne faisons rien pour arrêter cela.

risso-janvier-2014Ils sont tous morts

A Veterinary and Behavioral Analysis of Dolphin Killing Methods Currently Used in the “Drive Hunt” in Taiji, Japan

Study Confirms Taiji Kills Are Inhumane

Taiji : saison 2013-2014

Japon , l’enfer des cétacés

taiji-tursiops-mer-enfants-17-12-2012
Cette mère a pris en charge 5 bambins terrifiés qui se collent à elle.

Leur cauchemar ne fait que commencer.

Ambassade du Japon en France

taiji-bout-de-bois


Taiji, 12 septembre, les images du massacre

o-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-570

Sea Turns Red With Blood As Whales Are Butchered To Death In Japan
Un article de Charlotte Meredith

De nouvelles images clandestines extrêmement choquantes, réalisées par l’association Sea Shepherd, nous font découvrir les moments atroces où un groupe de globicéphales se fait massacrer dans la crique de Taiji au Japon.

Prises dans un piège sans issue, les pauvres créatures s’accrochent l’une à l’autre tandis qu’elles vivent leurs dernières heures ensemble avant d’être traînées à terre et tuées sans pitié.

Les animaux ont subi des heures de souffrance avant de succomber à une mort atroce, déclarent les témoins.
Les quelques cétacés restants ont été forcés de se baigner dans le sang des membres de leur famille. Des images horribles de la Sea Shepherd Conservation Society montrent des bébés nageant désespérément à côté des cadavres dépecés de leurs parents.

o-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-571Le sang a commencé à s’échapper de la rive mortelle.

o-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-572Un juvénile  et un bébé s’attardent aux côtés de leur mère mourante.


Ces jeunes ne sont pas assez grands pour figurer dans la liste des quota et après plusieurs heures, ils ont été repoussés en mer pour s’y débrouiller par eux-mêmes.

Un total de 18 baleines pilotes a été abattu lors de cette chasse au rituel brutal et la probabilité que les jeunes cétacés abandonnés survivent est très mince.

o-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-574La seule défense des dauphins adultes est de se débattre contre les rochers
dans l’espoir d’échapper à la torture.

o-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-575
Les baleines pilotes ont été traînées à terre et abattues.

Aujourd’hui, les groupes de protection des animaux ont réagi avec fureur à propos de ces scènes ignobles.
« Les chasses au rabattage sont incroyablement cruelles », a déclaré Clare Perry, responsable de la campagne cétacés de l’Agence d’investigation environnementale.
« Le fait de poursuivre ces malheureux, de les laisser une nuit dans la baie, sans nourriture ni espace, puis les abattre devant des membres de leur famille, défie le sens moral. La façon dont ils sont tués n’est pas conçue pour procurer une mort rapide. Elle vise simplement à  diminuer la quantité de sang qui se déverse dans la crique», a-t-elle ajouté, concluant « C’est là une tragédie à bien des niveaux»,

o-THE-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-580Les animaux endurent des heures de souffrance avant de finalement succomber à une mort atroce

o-THE-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-577
Les tueurs plongent dans l’eau afin de sélectionner les plus grands individus pour la boucherie.

Malgré l’interdiction de la Commission baleinière internationale sur la chasse commerciale depuis 1986, le Japon a continué à massacrer des baleines, après avoir obtenu une autorisation spéciale de l’Organisation des Nations Unies. Depuis cette date, le Japon a tué 14.000 d’entre elles.
Le pays continue à chasser la baleine sous le prétexte de mener des recherches scientifiques alors qu’il ne s’agit bel et bien que d’une cahsse comerciale à peine déguisée.
S’adressant à Huffington Post, Peta, le groupe de défense des animaux a déclaré que ces recherches et cette prétendue « tradition » sont tout simplement des excuses pour perpétrer le meurtre cruel de dauphins et de baleines dans un monde qui rejette une telle barbarie.

o-THE-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-578La mer devient rouge de sang

o-THE-SEA-SHEPHERD-CONSERVATION-SOCIETY-579L’image obsédante des navires criminels rabattant leurs victimes

«Ces mammifères marins sont de paisibles animaux dotés d’une vie sociale complexe et d’une haute intelligence. Les massacrer est tout simplement ignoble. Le Japon ferait mieux de favoriser le whale-watching sur ses côtes que que de perpétuer des actes qui nous ramènent au temps obscurs de Moby Dick» a conclu Peta.

taiji-baby-dead-septembre-2013-sea-shepherdCet enfant a trop lutté. Il se laisse mourir près des siens. 

D’après l’article :
Sea turns red

Cove Guardians

Le rapport de Save Japan Dolphins

Après la capture… 

_______________________________________

Japanese Chief Cabinet Secretary Shinzo Abe smiles during a news conference at Prime Minister Junichiro Koizumi's official residence in Tokyo
Fier de vous, M. Shizo Abe,
Premier Ministre du Japon ?


Taiji, 12 septembre, premier massacre de globicéphales

Pilot_Whale_Diver_Taiji_VCollins_SMALL_9-13

12 septembre 2013
Pilot Whale Pod Couldn’t Evade Relentless Dolphin Hunters
Un article de Terran Baylor, Cove Monitor

Au début de ce mois, seuls des dauphins Tursiops ont été rabattus dans la Baie.
Cette espèce figure en tête de la liste d’achats de l’Industrie de la Captivité. « Aucun dauphin ne doit être tué pour sa viande pendant le mois de Septembre ». Telles étaient les termes d’un accord de base (minimal) conclu entre l’industrie internationale et les pêcheurs de dauphins de Taiji. L’Association Mondiale des Zoos et Aquariums (WAZA) avait signé cet accord, afin de pouvoir déclarer plus tard que leurs prises n’avaient pas été capturées dans une mer de sang.

Il est apparu cependant que la WAZA n’incluait pas les pertes collatérales de dauphins dans le processus de capture, tel ce bébé qui est mort pendant le trajet vers les enclos de dressage brutal il y a une semaine.
Cet accord ne couvre pas non plus les autres espèces de dauphins, comme nous avons pu le voir ce 12 septembre 2013.

A 6h45, nous pouvions déjà voir une ligne de bateaux de chasse encerclant un pod assez loin sur l’horizon. Trois heures plus tard, le troupeau avait été ramené près des côtes et avant 10h30, l’ensemble des victimes était rassemblé dans la crique. Un groupe de globicéphales venait d’être capturé. Une matriarche de très grande taille se tenait au milieu de cette famille, peut-être la grand-mère.

Les chasseurs de dauphins terminent généralement leur journée de travail avant 14 heures. Cela leur laisse le temps de commencer à sélectionner les globicéphales qui seront gardées en captivité et ceux qui seront abattus. Dans les deux cas, tous les cétacés sont rassemblés derrière un filet dans la baie. Des panneaux sont aussitôt mis en place indiquant que ces dauphinssont maintenant la propriété de l’Union des pêcheurs de Taiji. Inutile de tenter de rappeler ici que ces créatures furent d’abord des animaux sauvages menant leur propre vie. Une fois qu’elles ont été chassées sur de longues distances et poussées vers ce piège, ce ne sont plus désormais que la propriété des humains.

Le lendemain, le 12 septembre, fut ce qu’on appelle un jour «Red Cove».
A l’aube, les chasseurs de dauphins étaient déjà au travail. Cette fois, il n’y eut aucun processus de sélection pour la captivité, seulement des plongeurs manipulant le pod terrifié, épuisé et le poussant plus profondément à l’intérieur de la crique. Nous comprîmes aussitôt que ce jour serait un jour sanglant.

J’avais à mes côtés deux courageuses « Cove monitors », Melissa Thomson Esaia et Vickie Collins, au moment du massacre. Vickie Collins a pris toutes les photos. Elle a vraiment fait un excellent travail, d’autant que c’était là son premier jour de « baie sanglante » à Taiji et qu’il est très difficile de contrôler ses émotions face à un tel meurtre de masse.

Pilot Whale Slaughter – September 12th, 2013 from Melissa Thompson Esaia on Vimeo.

Les globicéphales sont extrêmement attachés à leur famille et très loyaux envers chacun de ses membres, bien plus encore que la plupart des autres dauphins. Durant la nuit, les cétacés sont restés serrés les uns contre les autres, créant un groupe soudé, dans l’espoir de garder leur famille en sécurité. Mais la sécurité est éphémère à Taiji pour les familles de dauphins, comme ils allaient l’apprendre rapidement.

Alors que les chasseurs et les plongeurs menaient des groupes du pod vers la zone d’abattage, un adolescent solitaire a réussi à franchir le filet. Il s’est dirigé vers la plage et le rivage rocheux, loin de sa famille. Un plongeur s’est emparé du globicéphale terrifié qui tentait de fuir au risque de s’échouer.  Vickie a suivi toute la scène. Le fuyard a été brutalement ramené vers l’abattoir.

Pilot_Whale_Diver_Taiji_VCollins_SMALL_9-13Un plongeur ramène un jeune globi effrayé et solitaire vers la baie de la mort.
Photo by Vickie Collins.

Debout au-dessus de la crique, nous pouvions entendre clairement ce qui ressemblait à des vagues s’écrasant de manière régulière sur le rivage. Cela n’avait pas de sens puisque la mer était très calme. Ensuite, ce fut très clair : ce bruit, c’était les queues des cétacés qui raclaient la paroi rocheuse pendant qu’on les tuaient lentement.

Souvent, j’ai entendu les caudales des dauphins frappant l’eau avec un «swap» rapide, mais ici, le bruit était constant et a duré pendant plusieurs minutes. Alors que l’eau de la Baie devenait rouge, vous pouviez voir les membres du pod nager dans le sang de leur propre famille.

Pilot_Whale_Blood_Taiji_VCollins_SMALL_9-13Photo by Vickie Collins.

Des barques venaient chercher les dauphins morts et les amenaient à un bateau en attente, auquel étaient fixées les lignes attachées à chaque queue. Puis le bateau partait livrer les corps vers un bâtiment situé sur le coin du port de Taiji. C’est là que les bouchers grossistes, qui travaillent dans d’autres locaux dans les environs, découpent et taillent la viande de cétacé pour la vente.

Comme tous les villages de pêcheurs, Taiji a un système de haut-parleurs, annonçant toutes sortes d’événements quotidiens. Peut-être était-ce à cause du mauvais temps ou du tsunami, mais aujourd’hui, un ami japonais m‘a traduit le message. Les haut-parleurs  annonçaient que de la viande de baleine fraîche étaient disponibles et que les gens pouvaient venir la chercher avec leurs « coupons ». Des coupons pour la viande de baleine ?

La baie a finalement été débarrassée de ses filets. Il y restait encore six globicéphales, des juvéniles sans intérêt pour la boucherie. On nous a dit que les bateaux de chasse les reconduiraient vers le large.
Ce fut le premier massacre de la saison auquel aucun de nous ne s’attendait…

Pilot_Whale_Taiji_VCollins_SMALL_9-13
Pilot whales in the killing Cove. Photo by Vickie Collins.

SAVE JAPAN DOLPHINS

Taiji, 6 septembre

Aidez les Cove Monitors !