Free our last 6 dolphins in Belgium.

Dauphins réhabilitation

Les 3 dauphins de Séoul ont retrouvé la liberté !

seoul-dauphins-enclos

seoul-rehab
Avril 2014
Des nouvelles de Sampal et Jédol

Janvier 2014
Vous vous souvenez des dauphins captifs de Séoul ? Trois d’entre eux avaient été mis dans un enclos de réhabilitation, supervisé par Ric O’Barry. Sampal fut le premier à filer entre les filets, avant même la fin du processus et à rejoindre sa famille. Puis ce fut le tour de Jédol et de Chunsam. Voici une photo récente de notre ami Jédol, avec son numéro d’indentification (1) sur l’aileron, en train de se promener en mer et en pleine forme ! Juste pour rappeler une fois pour toutes que les dauphins captifs ne sont JAMAIS condamnés à le rester.

jedol-seoul-2014

25 Juillet 2013
Les deux derniers dauphins ont été libérés !

Les 3 dauphins Jedol, Chunsam et Sampal ont été remis en mer avec succès après des années de captivité dans des aquariums sud-coréens.  Sampal a pris les devants en s’échappant de son enclos le 22 juin dernier, un mois avant la fin du processus de réhabilitation (voir ci-dessous).

seoul-dauphins-enclos

Chunsam a déjà rejoint deux femelles adultes accompagnées d’un delphineau. Il s’agit selon toute vraisemblance de membres de son « pod » d’origine.  Jedol, enfin, a été aperçu à quelque 1.6 miles de son enclos, encore seul mais montrant tous les signes d’un comportement sain et naturel. Aucun des 3 n’avait oublié les techniques de chasse au poisson vivant !

seoul-dolphin-face

Ric O’Barry, qui a supervisé l’opération, s’inquiète cependant de ce que des filets de pêche continuent à être tendus dans les environs et rappelle que de nombreux dauphins s’y sont déjà noyés. Il n’en demeure pas moins que cette opération rondement menée est une superbe réussite, qui nous conforte sur la résilience des dauphins et leur capacité à retrouver la vie libre. Elle honore également les êtres humains qui l’ont menée.

seoul-dolphins-free

22 juin 2013

Après 4 ans de captivité, Sampal s’échappe de son enclos de réhabilitation et rejoint sa famille en mer. Voici l’histoire d’une delphine nommée Sampal.

Sampal a passé les 10 premières années de sa vie dans les eaux entourant l’Ile de Jeju, au sud de la Corée. Malheureusement, l’exploitation et les maltraitances ont ensuite marqué sa vie. Son histoire connaît aujourd’hui une conclusion heureuses, qui devrait nous amener à réfléchir sur la façon dont nous traitons ces créatures superbes.

pacific-jeju

Lorsque Sampal était âgée alors d’environ 10 ans, elle fut accidentellement prise au piège dans l’un des nombreux filets de pêche tendus dans les eaux tout autour de l’île.
Mais au lieu d’être relâchée, elle fut vendue illégalement au Pacific Land Aquarium (Corée du Sud), où elle survécut 3 ans dans un minuscule bassin souterrain.
Affamée, elle était obligée d’effectuer tous les jours divers tours et acrobaties afin de recevoir à manger en récompense. Il s’agit là d’une pratique courante dans les prisons pour dauphins que sont les delphinariums.

seoul-dolphins-captifs

Il y a environ un an, grâce aux efforts de plusieurs personnalités comme le Maire de Séoul, M. Park Won-soon, une décision de la Haute Cour de Justice coréenne a ordonné la remise en liberté de Sampal et de ses deux compagnons du Pacific Land.
Les dauphins ont alors été transférés vers un enclos temporaire en mer, en vue de leur réhabilitation et de leur remise en liberté, prévue normalement pour cet été.

Tel qu’il avait été conçu et mis en œuvre par des associations comme la « Korean Animal Welfare Association/Korea Animal Rights Advocates », l’Université des femmes Ewha ou le « Cetacean Research Center », le projet de réhabilitation suivait son cours et se déroulait bien.

Ric O’Barry, directeur du « Dolphin Project » au sein de l’association Earth Island Institute, fut invité en Corée afin de s’assurer de l’état physique et psychologique des dauphins. Il se montra impressionné par leurs progrès. «Ces dauphins doivent « désapprendre » tout ce qui leur a été appris au Pacific Land, puis «réapprendre» à vivre en mer », a-t-il indiqué, tout en prédisant qu’ils s’en sortiraient parfaitement bien une fois rendus à leur milieu de vie naturel.

Cependant, le 22 juin dernier, soit à peu près 1 mois après son arrivée dans cet enclos, Sampal a profité d’une déchirure dans un filet pour quitter l’enclos. Elle a nagé un moment à proximité mais, alors que plusieurs personnes arrivaient et tentaient de la ramener à l’intérieur de l’enclos, elle est partie vers le large, pour ne plus revenir.

seoul-sampal

5 jours plus tard, alors que certains s’inquiétaient pour son bien-être, craignant qu’elle ne soit pas prête à retourner à l’océan, le Cetacean Research Institute a confirmé l’avoir vue.
Elle a été repérée à 100 kilomètres de là, nageant avec un groupe d’environ 50 dauphins – ceux qu’elle avait quitté il y a de nombreuses années…

Ric O’Barry n’a pas été surpris en entendant cette nouvelle. «Je pense que les deux autres dauphins se débrouilleront aussi très bien une fois libérés », a-t-il commenté. « Ils savent exactement quoi faire; il faut juste leur laisser la possibilité de le faire ».

Bien trop souvent en effet, les dauphins n’ont pas cette possibilité. Ils représentent des millions de dollars de revenus annuels pour ces parcs qui, comme le Pacific Land, achètent ces créatures et parviennent à les garder en vie en bassin. L’industrie de la captivité prétend que les projets de réhabilitation et de remise en liberté, comme celui entrepris pour Sampal, sont voués à l’échec et sont même dangereux pour les dauphins. En réalité, ces inquiétudes ne concernent pas les dauphins, mais plutôt l’impact commercial et financier négatif que ces projets ont et pourraient avoir sur les entreprises qui exploitent ces vies innocentes…

Bien que la remise en liberté de Sampal ne soit pas la première  du genre pour Ric O’Barry, qui a déjà été impliqué dans des dizaines de projets de ce type auparavant, il s’agit ici d’une réussite partciulièrement réjouissante, qui nous montre combien il est juste et sensé de rendre les dauphins à leur habitat légitime.

jeju-island

On ne saura jamais précisément ce que Sampal a ressenti lorsqu’elle s’est évadée en juin dernier. Mais on peut facilement déduire qu’elle a pris cette décision de quitter l’enclos en toute conscience. Surout quand on sait que les dauphins ont tendance, d’ordinaire, à éviter de nager à travers des passages étroits. Sampal s’est ensuite dirigée vers son lieu de vie initial, ce qui suggère qu’elle s’en souvenait. Elle a retrouvé son ancien groupe, les membres de sa famille qui semblent l’avoir bien accueillie, ce qui suggère qu’ils se souvenaient d’elle, eux aussi. Ces prouesses intellectuelles apparemment simples – avoir de la mémoire et des capacités à prendre des décisions – indiquent que Sampal et les autres dauphins sont beaucoup plus que des machines répondant à des stimuli et fonctionnant seulement à l’instinct.

L’histoire de Sampal nous apprend que les dauphins nous ressemblent beaucoup. Il est vrai que l’on ne peut pas prouver scientifiquement que Sampal désirait retrouver sa famille ou que celle-ci l’attendait, mais le fardeau que représente la recherche de ce genre de preuves devrait plutôt incomber à ceux qui tentent d’expliquer ces événements par une suite de coïncidences, engendrées par l’instinct.

Avec les preuves croissantes dont nous disposons – scientifiques et non scientifiques, il n’est tout simplement plus possible de prétendre que les dauphins ne sont pas des êtres complexes sur le plan cognitif, des êtres pensants et conscients d’eux-mêmes. Et, en conséquence, il est impossible de continuer à justifier l’emprisonnement de ces êtres pour notre divertissement.

L’histoire de Sampal n’est pas finie, mais la delphine a retrouvé sa famille grâce aux efforts de gens qui comprennent et respectent les dauphins. Nous devons espérer que Sampal évitera d’autres interactions avec les humains, de peur qu’elle ne soit à nouveau la proie de leur cupidité. Mais chacun d’entre nous peut l’aider, et aider les autres dauphins, en considérant désormais les dauphins différemment – en les traitant de façon juste et en leur accordant tout simplement le droit de vivre, sains et saufs, dans les mers et océans avec leurs semblables.

Ils méritent notre respect. Et nous le leur devons.

Un article de Laura Bridgeman.
Traduction Christelle B.

seoul1

Articles sur ce blog :

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/13/dauphins-captifs-bientot-liberes-en-coree-du-sud/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/05/20/coree-du-sud-le-dauphin-jedol-a-quitte-seoul/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/07/12/sampal-dauphin-captif-a-rejoint-sa-famille-en-mer/


Sampal, dauphin captif, a rejoint sa famille en mer !

seoul-sampalSampal dans son enclos de Jeju Island,
à droite sur la photo

Avril 2014
Des nouvelles de Sampal et Jédol

 

Le 22 juin 2013, Sampal, l’un des dauphins retirés d’un delphinarium de Séoul en compagnie de Jedol, s’est échappée de son enclos de réhabilitation avant le terme du processus, prévu pour fin juillet.
Profitant d’une ouverture dans le filet, la delphine de 10 ans s’est retrouvée en mer. Pendant un moment, elle est restée non loin de ses compagnons enfermés. Puis, lorsque des  gens ont tenté de la ramener dans l’enclos, elle a filé vers le large.

5 jours plus tard, le 27 juin, Sampal a été aperçue à plus de 100 kilomètres de là. Elle nageait au sein d’une tribu de 50 dauphins, la sienne même dont on l’avait arrachée près de 4 ans plus tôt !

seoul-jejuLa mer de Jeju, Corée

Ric O’Barry, qui supervise la réhabilitation des dauphins de Séoul, n’a pas été autrement surpris par cette nouvelle :
“Je pense que les autres dauphins vont également retrouver leurs marques dès qu’on les aura relâché »  a-t-il déclaré « Ils savent exactement quoi faire. Ils ont juste besoin qu’on leur donne l’occasion de le faire ! »

Seoul-Ric_Korea_Dol_Aquarium_5-12Ric à Séoul

Ce n’est pas la première fois qu’une telle chose arrive.
Nombreux sont les captifs qui ont brisé leurs chaînes de leur propre initiative, avant même qu’on ne les «déconditionne» et sont partis droit devant vers la liberté !

Bimbo le globicéphale pulvérisa carrément la vitre de son bassin du Marineland of Pacific dans les années 60. Ingérable, dangereux, considéré comme psychotique, on décida finalement de le relâcher.

Au terme d’un vrai match de catch impliquant plus de 10 dresseurs, une grue de 50 tonnes, une civière géante et des doses massives de tranquillisants, Bimbo fut retiré du parc et balancé en mer sans cérémonie. Aussitôt, fou de bonheur, Bimbo fonça droit devant lui à toute vitesse et fit des pirouettes en l’air,  avant de rejoindre un groupe de globicéphales. 7 ans plus tard, on l’aperçut en pleine forme au large de la côte de Californie du Sud. Lui qui attaquait ses gardiens n’a plus jamais approché un homme de toute son existence.

BimboBimbo, le globi rebelle

Ceci nous prouve une fois encore qu’il n’est pas nécessaire de passer des siècles à préparer à grands frais les captifs au retour vers le grand bleu,  comme ce fut le cas pour Tom et Misha. Contrairement à l’opinion largement répandue par les delphinariums, les dauphins ne sont pas aussi stupides ni aussi dépendants des hommes qu’on le prétend, même après des décennies de prison. La plupart d’entre eux n’ont qu’une envie : s’éloigner au plus vite de ces humains qui les ont fait souffrir.
Bien sûr, tout dépend de la psychologie et de l’histoire personnelle de chacun.

rockyfriendsRocky, Missie et Silver prêts à retrouver la liberté

Le fait d’être né en mer et d’y avoir vécu jusqu’à l’âge adulte constitue évidemment un atout majeur. Les cétacés ont une excellente mémoire. Il ne faut pas longtemps pour qu’ils se souviennent comment pêcher ou socialiser.
Plus délicat fut le cas de l’orque Keiko, enlevé à sa famille alors qu’il n’était encore qu’un enfant. Dans ce cas, les liens de dépendance aux humains sont plus forts et la réadaptation nettement plus difficile, mais jamais impossible. S’il n’avait été foudroyé par une pneumonie, Keiko était prêt à reprendre le large.

keikoNorwayKeiko est mort libre

Sampal avait 10 ans quand on l’a capturée.
C’était une jeune personne en âge d’avoir des enfants, qui connaissait déjà tout de la mer de Jeju.  4 ans de captivité n’ont pas suffi à effacer chez elle le souvenir de sa famille ni à sa famille de l’oublier. Comment pourrait-il en être autrement, d’ailleurs, s’agissant de créatures dont les liens sociaux dépassent largement les nôtres en intensité ?

Alors, bon vent, bonnes vagues, bonne pêche, petite Sampal ! Nos cœurs te suivent dans ton bonheur  !
Puissent tes compagnons d’enclos te rejoindre bientôt, comme tous les cétacés captifs aujourd’hui prisonniers !

seoul-poolSampal et Jédol vécurent l’enfer…

Lire
Dauphins captifs en Corée du Sud

Jedol a quitté Séoul

Sampal a rejoint son pod (article en anglais)

Réhabiliter les dauphins captifs : l’ultime défi !


L’Enfer de Kas a fermé ses portes !

kas-cloture2

Le 25 avril 2013, les deux derniers dauphins captifs du parc aquatique de Kas (Turquie) ont été transféré au Delphinarium Moonlight à Kemer, suite aux protestations d’activistes locaux et internationaux, parmi lesquels Ric O’Barry.
Quant au delphinarium, il va progressivement être démantelé.

kas-dauphins-crasse-bodrum

Sous l’impulsion du célèbre écrivain turc Buket Uzuner, plus 20.000 signatures ont été recueillies sur le site Change.org afin de réclamer la fin de ce scandaleux parc marin. La pétition a été remise à la municipalité et au gouverneur du district de Kas par les associations Freedom for Dolphins Platform et WWF-Turkey, qui ont soutenu cette campagne.

kas-cloture

Détenus à Kas depuis décembre 2011, 4 dauphins Tursiops capturés en mer, baptisés Ada, Ada 1, Doga et Westy, montraient tous les signes d’un stress aigu et d’un extrême épuisement physique. Ils n’étaient séparés de la mer que par un simple grillage, qu’ils tentaient de forcer sans cesse à coups de rostre. Leur bassin crasseux était minuscule, plus petit qu’un court de tennis. On les y avait amenés dans un camion à légumes depuis le delphinarium de Bodrum-Güvercinlik.

De vives protestations avaient été alors émises en Turquie et dans le monde.
A 2 reprises, le delphinarium avait été mis sous scellés, car il ne disposait d’aucune licence d’exploitation.
Le 18 juin 2012, 2 des 4 cétacés martyrs furent  déplacés durant la nuit, toujours à bord d’un camion à légumes, pour être ramenés au Dolphin Park de Bodrum, guère mieux aménagé.

kas-bodrum


Aujourd’hui, les 2 derniers prisonniers de Kas sont détenus à Kemer, sous surveillance vétérinaire.
Kemer est une station balnéaire de région d’Antalya, agrémenté  d’un large choix de boutiques, de bars et de restaurants. Le Moonlight Dolphinarium présente à ses visiteurs 3 spectacles par jour, qui mettait en scène jusqu’il y  a peu 2 dauphins et 2 otaries. Les dauphins sont supposés « venir en aide aux enfants affectés de troubles mentaux ou comportementaux” mais l’on peut également nager avec eux.

kas-kemer2
Désormais, au lieu d’être 2,  les dauphins de Kemer seront donc 4 à performer des shows et à « soigner » des autistes dans un bassin écrasé de soleil particulièrement minuscule. Du moins seront-ils mieux soignés.

kas-hakkimizda

Belma Tosun, membre de la KASAD (Kas Underwater Association) a déclaré que les responsables du parc à dauphins de Kas avaient encore tenté d’obtenir de la municipalité d’obtenir un permis d’exploitation.
Celui-ci leur a été refusé.

« Les gérants du parc ont déposé une plainte contre cette décision. Mais le fait que les dauphins aient été envoyé à un autre endroit avant même que la plainte n’aboutisse indique qu’il n’y a plus d’espoir pour ce delphinarium. Nous avons tout lieu de nous en réjouir et nous espérons que ce qui vient de se passer ici servira d’exemple à d’autres villes turques qui possèdent des  delphinariums. Nous sommes prêts à soutenir les ONG locales de ces régions»

kas-kemer-show

Derya Özkan, président de la Freedom for Dolphins Platform, qui avait lancé l’alerte il y a 2 ans, a déclaré que la campagne de pétitions avait été extrêmement utile. 
« A partir de maintenant, nous allons nous occuper des autres delphinariums turcs, jusqu’à ce que tous les dauphins en captivité soient remis en mer et que des dispositions légales soient prises pour empêcher l’ouverture de nouveaux parcs marins de ce type en Turquie ».

Un bel exemple de pugnacité, qui fait honneur à la Turquie !
Mais qui rend également espoir quant à l’efficacité des pétitions en ligne… 

kas-protest3
Rappelons en effet que Tom et Misha, 2 prisonniers du delphinarium d’Hisaronu en Turquie, avaient déjà été l’objet d’une campagne similaire, répercutée au niveau internationale.
Au terme d’une longue réhabilitation, ils furent enfin relâchés en 2012 et nagent aujourd’hui libres et heureux. Misha s’en est allé vers Chypres, où la captivité est interdite. Tom est resté dans ses eaux d’origine, aux alentours de Kusadesi, non loin du lieu de sa capture.
Tous deux sont en parfaite santé et ont même pris du poids !

tom-misha-dolphins-Derya-Yildi

L’histoire des dauphins de Kas

La pétition en cours

L’industrie de la captivité en Turquie

D’après un article du Hurriyet Daily News


Harderwijk Dolfinarium, 27 avril 2013

DSCN0050
Ce 27 avril, une manifestation pacifique s’est tenue devant le Dolfinarium de Hardewijk, le «toutou de SeaWorld en Europe».
Sous ses dehors vétustes, le vieux Dolfinarium n’en reste pas moins une plaque tournante importante du business des cétacés esclaves. On sait qu’il mena jusqu’il y a peu de nombreuses captures d’orques en Islande aux côtés de la compagnie américaine désormais cotée en bourse et qu’il fit transiter par ses bassins bien des dauphins capturés au Japon.

DSCN0062

Aujourd’hui, grâce à sa « ferme à dauphins » située dans un lagon crasseux, le Dolfinarium de Hardewijck alimente en esclaves frais et en sperme congelé le Boudewijn Sea Park de Bruges, Planète Sauvage à Nantes, le Parc Astérix à Paris et sans doute bien d’autres prisons aquatiques en Europe.
Ce n’était donc pas là un delphinarium ordinaire devant lequel nous manifestions !

Une délégation belge, menée par Annelies Muellens, était présente sur les lieux. Etrange démonstration que celle-ci ! Car les choses ne se passent pas vraiment de la même manière aux Pays-Bas qu’en France ou en Belgique.
Ici, pas d’autorisation préalable, presque aucun policier, aucune barrière, aucune rue privatisée comme à Bruges pour empêcher les manifestants de s’approcher de la prison aquatique, mais au contraire, une ambiance bon enfant et citoyenne typiquement hollandaise. Autre étrangeté : l’indifférence absolue des visiteurs. Ailleurs, ils parlent aux manifestants, ils acceptent les tracts.

hardewijck-child-viviane

Ici, les familles avec enfants, les groupes scolaires, les personnes âgés n’acceptaient aucun dialogue et passaient leur chemin sans nous voir, bien décidés à profiter du spectacle de dauphins esclaves pour lequel ils avaient payé si cher.

En revanche, dans les rangs des protestataires, installés là pour une journée entière sous un soleil frisquet, les échanges et les conversations allaient bon train. Nous avons ainsi eu le privilège de discuter stratégie avec Katrien Vandevelde (Sea First), mais aussi avec Hester Bartels (Orka Coalitie) et même ce cher vieux Geoffrey, (EDEV) qui intervint il y a longtemps déjà dans la défense d’Iris et d’Ivo au Zoo d’Anvers.

hardewijck-conversation

Une dame nous expliqua qu’elle avait bien connu l’orque Gudrun, enfermée pendant 11 ans dans un bocal à poissons rouges, avant que Morgan ne lui succède. Elle avait vu également ces malheureux pseudorques capturés lors d’une pêche sanglante à Iki et qui ne survécurent que peu d’années dans les bassins bouffés aux mites du delphinarium hollandais.

hardewijck-demo3

Il nous revint aussi que les scientifiques de SOS Dolfijn,  qui très régulièrement, sauvent, soignent et relâchent des marsouins de la Mer du Nord, vivaient de plus en plus mal d’être associés pour des raisons financières à un parc d’attractions exhibant en spectacle des mammifères marins mais surtout expédiant une orque à Loro Parque alors qu’elle aurait du être remise en mer.

Harderwijk-zwaait-Morgan-uit-301011


Bref, une manifestation, encore une,  qui sera sans nul doute fort peu relayée par la presse locale…
Mais qui indique aux hommes d’affaires de l’Industrie de la Captivité que, partout en Europe, de l’Allemagne à l’Espagne, ainsi que dans le monde entier, des centaines de milliers de gens honnêtes et bien informés en ont plus qu’assez des tortures qu’on impose à nos amis cétacés !
A noter donc d’ores et déjà dans vos agendas :
Bruxelles, 28 juin, Pour une Europe sans delphinarium
Duisburg, 29 juin,  Non à la candidature du Japon pour les Jeux Olympiques

DSCN0083
La mer, si proche…


Photos Album Katrien

Photos Album Heidi

Photos Album Viviane

Retour à Harderwijk

DSCN0054


Demonstration against captivity of Cetaceans in Europe : a call from Ric O’Barry !

ric-o-barry_chainlinkfencecut
No dolphinaria in Europe: 13 videos in 22 languages


A call from Ric O’Barry

« Dear Dolphin Defenders,

The Times are Changing!

Finally, as people all over the world are learning the truth they are turning their backs on captive dolphin shows. 
Together we stand stronger to oppose the multinational entertainment captive dolphin theme-park industry.

morgan-12-02Morgan at Loro Parque, with Adan

Our goal is to give the dolphins a voice and help abolish the concept of « dolphinariums’ in the European Union.
Won’t you join us ?

On the 28th of June we will all meet up in Brussels and demand a dolphin free Europe.

I ask you to please join us in the largest demonstration against dolphinariums in Europe.
Go to our Facebook page ‘Demonstration against captivity of Cetaceans’ and let us know you will join us in Brussels, Belgium.

harderwijck-dolphin-show-roof


Sign and share our Avaaz petition and ask friends to join you.

Check out about transportation to Brussels, buses will and can be arranged from several cities in Europe, just ask!

I hope to see you on Friday, June 28 in Brussels.

Come on folks, we can do this!

~ ric

Richard O’Barry
Campaign Director Dolphin
Project Earth Island Institute

www.DolphinProject.org
www.SaveJapanDolphins.org

RicOBarryHolidayBank_640
Thanks, Ric !

EN: https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/18/for-delphinarium-free-europe/
NL: https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/19/sluit-alle-dolphinaria-in-europa-demonstratie-in-brussel-op-28-juni-2013/
FR: https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/18/fermons-tous-les-delphinariums-deurope-manifestation-a-bruxelles-le-28-juin-2013/

bruges-demo-2012-aquatic-jailsmall
Boudewijn Seapark Bruges

Pétitions

https://secure.avaaz.org/en/petition/All_dolphinaria_must_be_closed_in_Europe/
http://www.avaaz.org/fr/petition/Pour_une_Belgique_sans_delphinarium/
http://www.avaaz.org/fr/petition/Wir_fordern_die_Schliessung_aller_Delfinarien_in_Europa/
http://www.avaaz.org/en/petition/Por_el_cierre_de_todos_los_delfinarios_en_Europa/

european-logo-uli


Dauphins captifs bientôt libérés en Corée du Sud

seoul1

Avril 2014
Des nouvelles de Sampal et Jédol

 

 

 

Le 8 avril 2013, deux dauphins de l’Indo-Pacifique ont été remis à un centre de pisciculture à Seongsan Port, sur l’île de Jeju.
Ils y seront gardés jusqu’à ce qu’ils soient relâchés dans leurs eaux d’origine. Ces dauphins avaient été dressés pour les shows d’un delphinarium. La Cour Suprême a clairement décidé qu’ils devaient être rendus à la mer.

seoul-dauphins-libres

Deux autres dauphins issus du même Pacific Land seront également gardés au Zoo de Séoul, jusqu’à ce qu’ils soient revenus à une meilleure santé et puissent, eux aussi, être libérés. Les visiteurs de l’Hôtel de ville de Séoul sont invités à découvrir une exposition de photos de cétacés organisée par la Ville.  Les fonds récoltés serviront à mener à bien le processus de réhabilitation des dauphins.

seoul-expo-dauphins

En Corée du Sud, la capture de dauphins sauvages est interdite, sauf pour la recherche scientifique.
Puisque Jedol, l’un des 5 dauphins du zoo, a également été illégalement capturé au large des côtes de l’île de Jeju, un groupe de défense des animaux a exigé l’arrêt des spectacles et sa libération. Inutile de préciser que Ric O’Barry se trouvait sur la ligne de front.

Seoul-Ric_Korea_Dol_Aquarium_5-12


Ric dit ceci à propos de sa visite à Séoul :

« J’ai eu la chance de visiter Jedol et d’inspecter ces dauphins enfermés à l’intérieur du delphinarium sub-standard du Zoo.
Les dauphins que j’ai vu n’étaient plus vivants. Vivre, cela veut dire, faire des choses, mais ils n’avaient aucune vie ici. Ils se contentaient de survivre. Outre Jédol, il y avait là deux autres dauphins
capturés dans l’infâme baie de Taiji, et deux autres encore qui croupissaient en captivité depuis plus de dix ans. Tous les cinq sont des mâles« .

seoul-jedol


La demande a été entendue par les autorités coréennes.

Mais avant de relâcher les détenus, le Gouvernement financera 2 années de préparation à la vie sauvage.
Triste bémol : la ville a décidé de ne pas libérer quatre autres dauphins, du fait de leur âge trop élevé et de l’extrême dépendance à l’homme à laquelle on les a réduit. Des dauphins morts psychiquement dont Ric nous parlent, sans doute.

seoul-pool

Rappelons qu’après une chaude alerte, la Corée du Sud a également renoncé à ses chasses baleinières.
« Après avoir recueilli les opinions de divers côtés, le gouvernement est en train de finaliser un plan pour étudier les baleines grâce à des techniques non létales, comme beaucoup d’autres pays le font, notamment l’Australie », a déclaré un responsable du Ministère de la Pêche.
Il est vrai que là encore, ce revirement s’est fait au prix de plus d’1 million de messages indignés venus du monde entier. La Corée du Sud devenait impopulaire et cela aurait pu nuire au tourisme.
Dans les deux cas, on se réjouira de l’efficacité des pressions citoyennes face aux holdings complices de la Chasse et de la Captivité.

seoul-Pacificland_Dolphins_2

Affaire à suivre ! 

En savoir plus :
http://dolphinproject.org/blog/post/korean-captive-dolphins-have-a-shot-at-freedom
http://www.earthisland.org/journal/index.php/elist/eListRead/south_korean_captive_dolphins_have_a_shot_at_freedom/
http://english.hani.co.kr/arti/english_edition/e_entertainment/581968.html
http://www.hani.co.kr/arti/english_edition/e_editorial/541472.html
http://www.guardian.co.uk/world/2012/dec/06/south-korea-drops-plan-whaling

seoul-Ric_Korea_Protest_5-12