Free our last 6 dolphins in Belgium.

Divers / Uncategorized

Taiji 2015 : l’horreur va continuer !

angel-new

Angel

Juillet 2015

L’Association Japonaise des Zoos et Aquariums (JAZA) est donc restée au sein de la WAZA, l’association internationale qui avait ordonné à ses membres de ne plus acquérir de dauphins issus d’une chasse au rabattage à Taiji dans la préfecture de Wakayama. Chaque année, les pêcheurs y rabattent des dauphins  par centaines et les massacrent. Le plus beaux sont gardés pour les delphinariums.

La World Association of Zoos and Aquaria regroupe plus de 50 associations internationales d’aquarium et de zoos dans le monde entier. Elle exige de ses membres qu’ils adhèrent à certaines normes de protection des animaux.

Le 21 avril 2015, la WAZA a suspendu son antenne japonaise, dont les delphinariums se fournissent à Taiji , sous réserve qu’elle se plie à ses exigences.

Le 12 juin 2015, la JAZA a accepté les conditions de la WAZA qui la menaçait d’expulsion.
« Nous nous sommes conformés à toutes les exigences de la WAZA et nous avons modifié notre code d’éthique en fonction de celles-ci» a déclaré M. Okada, porte-parole de la JAZA.

Il a invité son association à chercher des sources alternatives de dauphins vivants et à consacrer davantage d’efforts aux programmes d’élevage en captivité.

Le groupe a également introduit un système de traçage (photos d’aileron, registre), que la WAZA exige de ses membres, afin de fournir des données fiables concernant leurs mammifères marins.
La JAZA ne pouvait pas se permettre de quitter la maison mère. Pour d’autres espèces que les dauphins, les zoos japonais sont dépendants des importations ou de l’aide que leur apportent leurs homologues internationaux.
Ils pâtissent en outre de la mauvaise image des massacres à Taiji.

abino-baby-and-mother

Angel, sa maman et sa famille juste avant la capture. Sa mère s’est suicidée, tous les autres ont été tués. Photo Ric O’Barry Dolphin Project.

Le 10 juillet 2015, les représentants des delphinariums sous tutelle de la JAZA se sont réunis pendant deux jours dans la ville de Miura, Préfecture de Kanagawa. Aucun des représentants d’aquariums ayant participé à cette réunion n’a démissionné de la JAZA. Tous ont promis au contraire d’investir dans l’élevage et d’améliorer la qualité de vie de leurs dauphins.

Kazutaka Sangen, le maire de Taiji, a déclaré en revanche qu’il poursuivrait les tueries dans sa baie sanglante quoi qu’il arrive et qu’il allait fonder d’ici 4 ou 5 ans une nouvelle association composée de delphinariums japonais qui s’approvisionnent à Taiji.
« Cette chasse est légale et nous continuerons” a-t-il ajouté.

Il faut savoir que de nombreux delphinariums japonais sont incapables de se livrer à la reproduction en bassin. Ils n’en possèdent de toutes façons pas les compétences vétérinaires.
Les 34 delphinariums au Japon possédaient un total de 287 dauphins à la fin 2012, dont la plupart venait de la baie sanglante. Pour pouvoir élever du dauphin en aquariums, un bassin séparé est indispensable.
La future mère doit être étroitement surveillée pendant environ un an et ralentir ses performances.
Le taux de survie des bébés dauphins est faible. Sur 31 enfants nés captifs au Japon, 11 seulement survivaient encore fin 2012. Une autre option aurait pu être d’importer des dauphins depuis les Etats-Unis, avec la technologie de pointe pour la reproduction, mais cela supposait d’énormes coûts d’achat et de transport.

Acheter régulièrement des dauphins neufs pour remplacer les morts est bien meilleur marché.
L’horreur à Taiji n’est pas prête de finir.

Taiji Tank Barnes SMALL 5-11

Les bassins à Taiji. Photo Ric O’Barry’s Dolphin Project

Saison 2013-2014

Ric O’Barry’s Dolphin Project

Sea Shepherd Cove Guardians

taiji-tursiops-noyade-17-12-2012

Photo Cove Guardians Sea Shepherd

Publicités

Parc Astérix : encore un delphineau tué dans une bagarre

bahia-astérix

Bahia et Aloha avec leurs mamans peu de temps après leur naissance

23 Juillet 2015

«Aloa, l’un des petits dauphins nés début juillet au Parc Astérix est mort ce mercredi. La jeune femelle est décédée lors d’une dispute entre les femelles adultes, au cours de laquelle elle a reçu accidentellement un coup, provoquant son décès immédiat. «L’équipe du delphinarium, présente en continu, n’a rien pu faire», indique le parc. L’autre delphineau — Bahia, une petite femelle née le 3 juillet — se porte quant à elle très bien ».

Dans une société de dauphins normaux, – c’est à dire libres – les filles, les sœurs, les cousines, les tantes, les enfants en bas-âge se regroupent tous autour de la matriarche qui les guide. Les mâles s’éloignent en pairs ou en trios pour aller affronter d’autres mâles d’autres clans, au gré d’alliances complexes et très rarement mortelles.
Les femelles ne se battent jamais (…).


Lire la suite de l’article d’Y.Godefroid sur le blog de la Dolphin Connection 


 

 

Parc Astérix 2013


12 juillet 2015 : bientôt la fin du Marineland d’Antibes ?

marineland-12-juillet-new-generation-photo-oceane-Grc

La nouvelle génération

Le 12 juillet dernier, devant les portes du Marineland d’Antibes, près de 600 personnes manifestaient leur colère dans le calme et la dignité. De nombreux français ne veulent plus d’orques ni de dauphins esclaves et ce jour-là, nous le faisions savoir. Les voitures qui passaient devant la foule armée de pancartes et de tracts klaxonnaient leur approbation.

Ric O’Barry et John Hargrove étaient parmi nous. L’un est le fondateur du mouvement qui nous porte, volant aujourd’hui de Taiji à Miami en passant par la Chine et l’Indonésie, au secours des cétacés captifs.
L’autre est le meilleur expert du dressage des orques, y compris celles d’Antibes, dont il dévoile aujourd’hui toutes les horreurs dans son livre «Beneath The Surface». Tous deux s’exprimèrent devant les journalistes avec des mots justes et touchants, tandis que Pierre Robert de Latour nous rappela ce que les orques sont vraiment lorsqu’elles savourent la liberté.

marineland-12-juillet-Back-to-the-sea

Tous unis contre l’injustice

C’est la première fois sans doute que le Marineland d’Antibes essuie un tel assaut. La presse ne s’y est pas trompée. On en parle jusqu’au Canada, aux USA et même en France ! Le journal Nice-Matin, jusqu’ici aux ordres la succursale de SeaWorld sur la Côte d’Azur, a eu le courage de publier un compte-rendu correct de l’évènement.

marineland-12-juillet-nice-matin-christine-grandjean

Même la presse change de cap

Pendant ce temps-là, pourtant, le spectacle continuait.
Sous un soleil de plomb, quelques dauphins faisaient des cabrioles télécommandées, tandis que d’autres subissaient d’incessantes séances de touche-touche dans les eaux trop chaudes d’un lagon tapissé de plastique.
2 d’entre eux sont morts au début 2015, mais le Marineland ne vient de l’avouer …que le jour de la manifestation, lors d’une interview particulièrement grotesque, obscène et mensongère.

Non loin, 5 orques orphelines dansaient de force sur la musique hurlante de Jennifer Lopez. Nul ne sait de quoi est morte leur doyenne, Freya, capturée en Islande. Nul ne sait le sort que le parc d’attractions a pu réserver à son corps supplicié par trop de médicaments, trop de drogues, trop de maladies, trop de fausses couches, trop de désespoir.

marineland-12-juillet-copyright-Helene-OBarry

Les orques du Marineland d’Antibes, le 12 juillet 2015 (Photo May-Li O’Barry)

Le spectacle continue ?
Plus pour longtemps.
SeaWorld s’effondre en Bourse. Il s’apprête à quitter les Etats-Unis pour poursuivre en Asie et au Moyen Orient son commerce de mort. Les plus hautes instances scientifiques, les vedettes des médias, la majorité du public condamnent désormais la détention des orques en bassin, qui bientôt n’aura plus sa place aux USA.
Inexorablement, le Marineland d’Antibes subira le même sort, à quelques années près.

Nous lui demandons aujourd’hui de se ressaisir avant la catastrophe. Nous lui demandons d’arrêter de dresser, de droguer, de masturber, d’engrosser artificiellement ses cétacés captifs. Nous lui demandons de collaborer avec nos spécialistes à la création d’un vaste sanctuaire marin où orques et dauphins pourront jouir du rythme des marées et des plongées profondes. Un refuge d’où ils pourront repartir, si un jour ils sont prêts, pour rejoindre les peuples libres de l’Océan sans limites.

Merci à tous d’avoir participé avec tant d’amour et de volonté à ce combat citoyen contre l’injustice.
Il va dans le sens de l’Histoire. Et nous le gagnerons.

Y.G

freya-malade

Freya a été malade de la captivité toute sa vie


Lire sur le blog de Ric O’Barry
Massive Protest Rocks Marineland Antibes

Lire sur Vegemag
Ils manifestent à Antibes pour demander la fermeture de Marineland

Un évènement organisé par C’est Assez, La Dolphin ConnectionBack to the Sea et Réseau Cétacés.


Antibes-rencontre

Dauphin en esclavage au Marineland d’Antibes

 


3 dauphins disparus au Marineland d’Antibes

dolphin-show1/Photo ww.1mamanblogueuse.com
Juillet 2015

Le Marineland confirme la mort des deux dauphins
….7 mois plus tard ! 

Après la manifestation du 12 juillet 2015,  et la publication sur ce blog en juin dernier d’une information relative à la disparition de 3 dauphins, Jon Kershaw, le directeur « scientifique » de Marineland déclare à Planète Animaux :

Pouvez-vous nous donner des nouvelles des dauphins Eclair, Mila-Tami et Alizé, que certains estiment disparus ?

JK : Eclair est mort en février 2015 d’un cancer de la prostate, Mila-Tami en janvier 2015 d’une occlusion gastrique provoquée principalement par des matières végétales. Alizé est toujours là, dans le bassin à spectacles, je viens de lui dire au revoir avant de partir. Quand vous travaillez avec un animal qui vit moins longtemps que vous, forcément, un jour ou l’autre, vous avez à faire à la mort. Nous avons chez nous plus de 3000 animaux, donc il y a des morts tout le temps. Le taux de mortalité chez nous est de 100%, inévitablement. Mais personne ne vous parle des 5 naissances que nous avons eu l’année dernière… ».
Il est frappant de constater que si l’article ci-dessous n’avait pas été publié, nous n’aurions jamais rien su de la mort de ces deux dauphins.

Alizé vivant ? Cela reste à vérifier. Nous avons appris récemment qu’un dauphin mâle du nom de Sting, né le 9 septembre 2008 des oeuvres d’Ariel (née captive) et de Pichi (capturé), serait bientôt envoyé en France ou en Espagne depuis le delphinarium de Kolmarden en Suède.
Rien de plus simple que de le rebaptiser Alizé.
Il semble cependant qu’Alizé soit effectivement vivant, mais qu’il ait été écarté pendant plusieurs mois. En revanche, il y a bien deux dauphins manquants et donc de la place pour Sting…

sting-kolmarden

Le dauphin Sting a-t-il remplacé Alizé ?

Il y a des morts tout le temps, M. Kershaw ? Depuis le temps que vous exercez ce métier, c’est en effet un vrai charnier. « Nous avons chez nous plus de 3000 animaux ? »
Oui, mais plus que 11 dauphins… Et plus de 29 autres morts dans vos bassins.
Le cancer de la prostate et la mort par ingestion de matières végétales est plutôt rare en mer. Mais il est fréquent qu’un dauphin captif ingère par ennui des corps étrangers – comme des algues gorgées de chlore sur le fond du bassin ou des feuilles mortes dans le  lagon – qui finissent par le tuer.
Un dauphin peut vivre plus de 60 ans dans de bonnes conditions. Ce n’est manifestement pas le cas à Marineland où aucun dauphin n’a jamais atteint la quarantaine.
Pour le reste, John Kershaw ferait bien de s’informer davantage sur l’intelligence des cétacés. Il existe d’excellentes études scientifiques à ce propos.


 Juin 2015
3 dauphins disparus au Marineland d’Antibes

Eclair. Photo privée.

Le dauphin Eclair serait mort au début 2015.

 Selon deux sources bien informées, les dauphins Eclair et Mila-Tami seraient morts au Marineland d’Antibes au début de l’année 2015. Alizé semble également avoir disparu, soit qu’il est mort, soit qu’il a été transféré, soit qu’on l’a écarté.

Eclair était un jeune mâle, né le 13 septembre 1990 des oeuvres de Joséphine (décédée) et de Oum (décédé)
Mila-Tami, une jeune femelle née en 2007, était la fille de Sharky et d’Eclair (décédé).
Alizé, quant à lui, était né le 19 mars 1992. C’était le fils de Aurore (décédée) et de Oum (décédé).

Il ne reste actuellement que 8 dauphins dans le bassin de spectacle, à savoir :
Sharky, capturée en Floride en octobre 1983,
Lotty, capturée en Floride en juin 1983,
Malou, capturée à Cuba en 1985,
Jo, née à Antibes en juin 2011,
Ania, née à Antibes en mai 2011,
Rocky, né à Madrid en mai 1999
Dam, né à Madrid en mai 1997,
Kai, né à Antibes en avril 2014.

Dans le « lagon » de rencontre, se trouvent :
Nala, née à Antibes en juin 2010
Neo, né à Antibes en décembre 2006

Eclair, Mila-Tami et Alize ont donc bel et bien disparu.
On notera que sur le site du parc, aucune rubrique « Nos animaux » n’existe. Contrairement à certains delphinariums européens, comme celui de Bruges par exemple, aucune liste nominative des dauphins présents n’est fournie par le Marineland, assortie de leurs photos.

Rappelons aussi que le jeune Silver, une vedette du lagon arrivé d’Espagne, s’est effacé des écrans radars après la mort de son amie Ona en 2004.  Son transfert au Marineland de Catalunya n’a jamais été annoncé, un « oubli » qui ne semble donc pas exceptionnel à Antibes.

antibes-VIP

Notez le dos lacéré du dauphin, indices de bagarres dans le bassin. Photo Marineland

Il est donc temps que le Marineland d’Antibes fasse état de l’identité de chacun de ses dauphins actuels et qu’il nous explique où sont passé les autres.

Au manque de transparence de cette entreprise commerciale s’ajoute un problème récurrent : l’absence de tout registre officiel accessible au public, reprenant l’ensemble des dauphins captifs en Europe et la photo de leur aileron dorsal, comme c’est l’usage pour les communautés de cétacés libres étudiées par des scientifiques.

Aucun équivalent du Marine Mammal Inventory Report (USA) n’existe en effet au niveau de l’Union européenne et tous les décès ou transferts peuvent se faire en l’absence de contrôle.

Pire encore, des importations secrètes peuvent alors lieu depuis des pays étrangers sans que personne ne s’en rende compte (du moment que le nombre de dauphins reste le même). De lourdes suspicions pèsent à cet égard sur certains delphinariums européens, qui pourraient se fournir via un filière Asie-Iran-Russie-Europe.
Nous savons déjà que des dauphins de Taiji se trouvent sur le territoire de l’Union européenne….

 

(Correction 18 juillet 2015 : Alizé est vivant. Ce qui s’est passé ne peut être dit sur cette page).   

missing-in action1

Un message du collectif « C’est assez » lancé après la publication de cet article.

Eclair

Eclair. Photo privée.

 

Témoignage :
« Eclair était si gentil, mais tellement malmené par les cadences hallucinantes des spectacles et du nombre d’interactions qu’il a du faire au bassin spectacle .
Il arrivait même aux dresseurs de lui donner moins à manger si des VIP été prévu .
Il n’a jamais pu être heureux. Il passait beaucoup de temps dans le coin du bassin et ne venait que lorsque la faim le tenaillait. Un jour, il a contracté une infection. On l’a bourré d’amoxiciline en grande quantité, ce qui le rendait très faible, mais on lui faisait quand même exécuter les shows, car il disposait de comportements dans son répertoire que les autres n’avaient pas . But the show must go on… »

 


 


Le Marineland d’Antibes masturbe ses orques

marineland-masturbation-Kim

Antibes Marineland laughing trainer Anke when she masturbates Kim2

Une dresseuse du Marineland d’Antibes masturbe Kim2 en riant. Le 23 novembre 2005, une septicémie et une pneumonie ont eu raison de ce malheureux, qui n’avait que 27 ans. C’était l’amant de Freya et son meilleur ami, peut-être même son frère. Les accouplements incestueux auxquels furent contraints ces deux orques capturées dans le même pod en Islande, donnèrent naissance à 4  enfants morts et à un seul toujours en vie, Valentin.

En revanche, le sperme de ce mâle islandais valait de l’or pour les autres parcs marins.
On peut donc supposer que la semence de Valentin et d’Inouk est également revendue aujourd’hui à SeaWorld, Loro Parque, Marineland du Canada ou aux delphinariums chinois, russes et japonais qui détiennent des orques. Les bénéfices peuvent être important, même si le sperme de nés-captifs ne vaut pas, bien sûr, celui des « fondateurs » comme Tilikum, Kshamenk ou Nord, tous nés en mer de manière naturelle sans risque de consanguinité.

Ce n’est pas vraiment le genre d’image que le Marineland afficherait sur sa page Face Book. Pourtant, le parc français est  leader en matière de procréation assistée.
Son premier sujet d’expérience se nommait Calypso.
SeaWorld la fit capturer le 11 décembre 1969 en Colombie-Britannique puis  l’expédia jusqu’au Zoo de Cleethorpes (UK), afin d’y attendre que le Marineland d’Antibes répare les fuites de son futur bassin.
Durant ce séjour, la petite orque avait été soumise aux tout premiers essais d’insémination artificielle jamais réalisés sur cette espèce. Le vétérinaire David Taylor (qui soigna Freya) utilisa le sperme de Cuddles, un mâle du Flamingoland mort à 5 ans en 1976. Calypso décéda un an plus tard à Antibes en décembre 1970, à l’âge estimé de 11 ans. Elle ne put donc donner naissance à aucun enfant.

Après bien d’autres tentatives, l’entreprise ne fut couronnée de succès que le 16 mars 2011, avec la naissance de Moana. Sa mère, Wikie, n’avait pas dix ans quand elle fut engrossée par le sperme d’Ulysses, expédié sous colis depuis les bassins de SeaWorld.
Le Daily Mail déclara à l’époque «Cette naissance fait suite à une décennie de travail mené par le parc français et le chercheur américain Todd Robeck, de SeaWorld San Antonio, Texas ».

Et voilà donc pourquoi les orques sont heureuses, puisqu’elles ont des enfants !

insemination-orque

 Lire aussi :

20/6/2015 : Freya décède à 34 ans

La naissance de Keijo

La mort de Kim2

Les orques du Marineland d’Antibes

Les dresseurs Nicolas, Christophe, Fabien et l’Américaine Lindsay posent, le 17 juillet 2002 au parc d’attractions de Marineland d’Antibes. Ils aiment leurs orques au point de leur faire l’amour !

How Does SeaWorld Masturbate their Stud Killer Whales?

Five of the worst examples of SeaWorld’s captive breeding practices

Kim2-Antibes

Kim2 Photo Pamela Carzon

 


Manifestation au Marineland d’Antibes le 12 juillet 2015

antibes-logo-demoPage Facebook de la Manifestation

freya

Capturée en Islande, Freya est morte le 20 juin 2015 à l’âge très précoce de 33 ans. La manifestation du 12 juillet sera dédiée à cette nouvelle victime de l’Industrie de la Captivité.

 


Le Marineland d’Antibes, c’est SeaWorld en France. Dès le début, en 1969, les deux entreprises nouent des liens étroits : c’est SeaWorld qui capture Calypso puis Clovis, Betty, Kim et d’autres encore, tous morts depuis longtemps. Mais ce sont aussi les même shows qu’à SeaWorld, les mêmes drames, les mêmes agressions, les mêmes médicaments, les mêmes vilains secrets que nous révèlent le film « Blackfish » et le livre « Beneath the surface ».

Aux USA, SeaWorld est en train de couler. La dernière déclaration du champion de surf Kelly Slater l’enfonce un peu plus. De façon presque irrémédiable, SeaWorld devra un jour se résoudre à déplacer ses orques dans un lagon de retraite. Le règne des delphinariums touche à sa fin aux USA et dans d’autres pays qui les ont déjà interdits.

L’engouement pour les spectacles de dauphins nous est venu de Floride dans les années 60.
Flipper en fut l’ambassadeur. Aujourd’hui, la vague contraire de l’Effet Blackfish, portée par Tilikum,  s’apprête à submerger l’Europe. Déjà, les premières vagues lèchent le pied du Parc Astérix et de Planète Sauvage. Bientôt, ce sera l’un des deux seuls delphinariums d’Europe à garder encore des orques en bocal qui devra y faire face : le Marineland d’Antibes.

Il n’est pas question ici de jugement, d’opinion, de « pour ou contre » ou de demi-mesures.
L’évidence est là, proclamée dès 1970 par Ric O’Barry, et qui pénètre enfin la conscience du public : la captivité des cétacés est cruelle, inutile, anti-pédagogique et totalement indéfendable sur le plan éthique.

Le 12 juillet prochain, Ric O’Barry, John Hargrove, Ilaria Ferri et Pierre Robert Delatour se tiendront à nos côtés pour réclamer une France, une Europe, un monde sans delphinarium.

Au nom de Freya qui vient de mourir à 33 ans loin des eaux islandaises qu’elle n’aurait jamais du quitter, au nom des 27 dauphins morts dans les piscines du Marineland et de ceux qui y survivent encore, merci de nous rejoindre à Antibes et de faire de cette manifestation un évènement historique.

Page Event :
https://fr-fr.facebook.com/events/1550115381889494/

antibes-marineland-dauphin-solitaire

Entre deux shows. (Photo K.)

Plus d’infos
http://www.fondationbrigittebardot.fr/agir/participer-a-une-manifestation/marineland2015

http://www.blog-les-dauphins.com/manifestation-contre-la-captivite-des-delphinides-a-antibes-juillet-2015/
http://www.blog-les-dauphins.com/orques-marineland-antibes/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/category/marineland-antibes/
http://www.dauphinlibre.be/shouka-orque-antibes-histoire.htm
http://www.ceta-base.com/phinventory/dph/dph_mlf.html

Pour tout savoir sur la Captivité…
http://www.reseaucetaces.fr/archive/2015/06/07/9377.aspx

Orques d’Islande, le grand massacre
http://bdmlr-orcaaware.blogspot.be/2014/03/icelandic-orca-in-captivity.html

YG
Dauphins Libres
La Dolphin Connection Belgique


antibes-logo-demo-2

Demonstration at Antibes Marineland (July 12th 2015)
Dedicated to Freya

freya

Antibes Marineland, this is SeaWorld in France. The two companies are linked from the beginning: this is SeaWorld who captured Calypso for Marineland in 1969 then Clovis, Betty, Kim and others, all dead for long. And it’s also almost the same show and the same ugly secrets that reveal « Blackfish » the movie and « Beneath the surface » the book.

Now, SeaWorld is sinking in the US. The last declaration of Kelly Slater may bring it the fatal thrust. The company is already exhausted, under the battering of « Blackfish ». Irremediably, SeaWorld will be obliged to move its orcas in a retirement lagoon. The reign of dolphinariums is coming to an end in the US and other countries which have already banned these aquatic circuses.

In the early 60s, the popularity of this dolphin shows came to us from Florida. Flipper was its ambassador. Today, the opposite wave of Blackfish Effect is about to overwhelm Europe. Already the first waves lick the foot of the Parc Asterix and Planète Sauvage. But soon, one of the only two dolphinariums in Europe still keeping orcas, the Antibes Marineland,  will be also cope with it.

This is not a question of judgment or opinion.
It is a scientific evidence, proclaimed since 1970 by Ric O’Barry and that finally enters the mind of the largest audience: captivity is cruel, useless, unethical and non-educational.

On July 12 2015, Ric O’Barry, John Hargrove, Ilaria Ferri and Pierre Robert Delatour will stand by our sides to claim for a France, an Europe, a World without cetacean slavery and murders.
On behalf of Freya who dreams about her native Icelandic waters and of all Russian orcas who are captured today, in the name of the 27 dolphins died in jail and of those that still survive, thank for joining us and making this demo an historical event.

All information on La Dolphin Connection event page
https://www.facebook.com/events/1523407717922823/

Antibes-Marineland


La mort du bébé beluga n’est pas un mystère

baby-beluga-060815

Le bébé béluga du Georgia Aquarium (Juin 2015)

8 juin 2015
Un article de Lori Marino

logo

Le 5 juin 2015, un bébé béluga, né de Maris et de Beethoven, rendait son dernier souffle au Georgia Aquarium. La petite femelle n’était âgée que de 26 jours. C’était le second enfant des mêmes parents à mourir dans cet aquarium en trois ans. Avant elle, sa sœur était morte moins d’une semaine après la naissance.

Le vétérinaire en chef et l’équipe soignante de l’Aquarium de Géorgie semblent tous fort déconcertés par cette mort prématurée d’un nouveau bébé béluga. Selon eux, l’enfant ne se nourrissait pas bien et n’a pas pu prendre du poids comme prévu. Elle était devenue léthargique et puis son cœur a cessé de battre. L’Aquarium a déclaré à l’Atlanta Journal Constitution que sa mort « pourrait rester un mystère ».

Mais cette mort n’est pas un mystère du tout.
C’est un cas classique d’un état médical bien connu sous le nom de Failure to Thrive syndrome (FTTS), qui est observé chez les enfants humains et chez d’autres animaux. Il est appelé Fading Puppy and Kitten Syndrome chez les chiens et les chats et se définit par une incapacité pour l’enfant à se développer normalement tant sur le plan physique que mental.

Ce «retard staturo-pondéral» est associé à de nombreuses maladies, mais aussi à des conditions environnementales dans lesquelles un enfant est soit maltraité soit négligé. Il n’est pas rare dans les orphelinats et il est aussi observé chez d’autres mammifères cognitivement complexes, tels que les chimpanzés et les éléphants maintenus dans des conditions artificielles. Ainsi, l’équipe des soigneurs du Georgia Aquarium n’avait pas besoin d’aller chercher plus loin que le Manuel de Médecine Merck pour comprendre pourquoi les bélugas ne se reproduisent pas bien dans les aquariums et les parcs d’attractions.

Mais pourquoi de si nombreux mammifères marins succombent-ils au FTTS en captivité ?
Initialement, cette naissance a été saluée comme la première reproduction réussie de deux bélugas nés eux-mêmes en bassin, suscitant l’espoir parmi les aquariums qu’ils pourraient désormais remédier à la diminution de leurs populations captives. Les faits nous prouvent pourtant que ces tentatives de reproduction continuent à être vouées à l’échec et que l’élevage de bélugas en piscine ne fonctionnera jamais.

Les bélugas sont des mammifères très intelligents, dotés d’une vie sociale complexe et de cerveaux dépassant deux fois et demie la taille attendue par rapport à leur masse corporelle. Comme d’autres mammifères hautement conscients, ils doivent passer par une longue période d’apprentissage avant de pouvoir assumer leurs rôles de parents, de frères, de sœurs, d’amis ou de membres de leurs réseaux sociaux. Ils se sont adaptés à la vie au sein de groupes fluides qui peuvent varier, dans l’océan ouvert, de quelques individus à plusieurs milliers.
En milieu naturel, ce sont les bélugas femelles qui choisissent quand et avec qui elles veulent s’accoupler. Leurs enfants restent tout près d’elles pendant 4 à 5 ans ou plus, un temps au cours duquel une fille apprendra de sa mère et d’autres femelles expérimentées du groupe comment devenir une mère elle-même et comment élever ses propres enfants.

Lorsque la jeune femelle béluga donne naissance à son premier bébé, d’autres femelles de sa famille élargie sont présentes pour l’aider et pour accueillir le nouveau-né au sein d’une nurserie protégée et bienveillante.
C’est cela, la culture béluga. C’est un mode de vie auquel ces baleines blanches se sont adaptées depuis des millions d’années et dont elles ont besoin pour prospérer.

Maintenant, regardez la situation à l’Aquarium de Géorgie. Maris, mère à 20 ans, est née à l’Aquarium de New York, dont elle a partagée les bassins avec d’autres bélugas arrachés à leur vie sauvage. Sa mère, Natasha, a été enlevée à sa famille quand elle était âgée de seulement quatre ans. De ce fait, Maris n’a jamais pu profiter d’une mère capable de lui transmettre l’information culturelle, essentielle pour elle, sur la façon d’élever un enfant.

A peine sortie de l’enfance, Maris a été transportée cinq fois dans différents delphinariums.
Au Georgia Aquarium, on ne lui a pas laissé le choix de s’accoupler ou non avec le mâle Beethoven, qui avait été choisi non par elle, mais par le personnel de l’établissement. Lequel Beethoven est maintenant devenu un « breeding loan » (prêté pour la reproduction) au Shedd Aquarium de Chicago.

Pour Maris, il n’y eut pas d’autonomie, pas de continuité et aucune possibilité de se développer dans un environnement social et physique naturel. Elle et ses deux enfants sont tous nés dans un monde entièrement artificiel, auquel ils ne sont nullement adaptés.

Il suffit de voir les photos de ce bébé béluga entouré par plusieurs humains en combinaison de plongée. L’Aquarium de Géorgie décrit ces scènes comme « un enfant dans les bras des soigneurs ».
Bien qu’elle soit sans doute animée des meilleurs intentions, la présence de ces hommes autour d’un nouveau-né n’est pas une situation à laquelle les bélugas nourrissons sont adaptés, et il est douteux que le bébé ou sa mère ait vécu ces intrusions humaines comme des interactions chaleureuses et réconfortantes, ainsi que le proclame l’aquarium.

Les études menées sur le bien-être des bélugas en captivité confirment que ceux-ci ne peuvent pas vivre, et encore moins prospérer, dans un contexte dans lequel ils n’ont jamais évolué.
En captivité, leurs vies sont plus courtes et leur taux de mortalité plus élevés. Ils meurent le plus souvent de maladies liées au stress qui détruisent le fonctionnement de leur système immunitaire. Ils ne parviennent pas à s’épanouir.

Donc, quand les vétérinaires et le personnel de l’Aquarium de Géorgie prétendent être déconcertés par la mort de deux bébés bélugas, ils n’ont pas besoin de chercher plus loin que dans le premier manuel de base d’écologie des mammifères marins pour trouver la réponse à leur « mystère » : les bélugas ne pourront jamais prospérer dans les delphinariums.

Traduction Y.G.


Maris-and-Calf

Maris et son enfant au Georgia Aquarium

logo

Source :
http://www.kimmela.org/2015/06/08/infant-beluga-death-is-no-mystery/
http://www.kimmela.org/
https://www.facebook.com/pages/The-Kimmela-Center-for-Animal-Advocacy-Inc/161740197224236

Lire aussi :
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/12/27/plongee-dans-la-conscience-dune-orque/
http://www.dauphinlibre.be/dauphins-trop-intelligents-que-pour-rester-captifs.htm
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/05/24/le-georgia-aquarium-et-ses-belugas-russes/