Free our last 6 dolphins in Belgium.

Documentaires / Documentaries

« BLACKFISH » EN BELGIQUE !

blackfish-posterTous les horaires et les détails pratiques
sur la page Facebook Blackfish Belgique

BLACKFISH EN BELGIQUE !

« Un thriller psychologique intense avec une orque en vedette, qui illustre comment la nature peut se venger lorsque l’homme la pousse dans ses derniers retranchements.  Blackfish, c’est l’histoire de Tilikum, un orque condamné à devenir une bête de spectacle. Durant ses 30 années de captivité,  Tilikum a tué et blessé plusieurs personnes.
Gabriela Cowperthwaite, la réalisatrice du film, a interviewé des témoins directs. Elle dresse un portrait hallucinant de la manière dont ces animaux particulièrement intelligents sont maintenus en détention par l’industrie des parcs de loisir, avec pour seul objectif l’appât du gain.
Cette histoire interpellante pose une question cruciale : ces animaux peuvent-ils être détenus de la sorte ? »

Enfin ! Distribué par Remain in light / Filmfreak Distributie, le documentaire américain Blackfish sort en Belgique à partir du 30 octobre 2013, ainsi qu’en Allemagne, aux Pays Bas et en Espagne. La France ne s’est malheureusement pas montrée intéressée, malgré la présence de 5 misérables orques captives sur son territoire.

Entre le 26 et le 30 octobre, Samantha Berg, l’ancienne dresseuse de Tilikum sera présente à Bruxelles. Samantha lutte maintenant contre la captivité et gère un remarquable site web avec d’autres anciens dresseurs, également interviewés dans ce documentaire.

Blackfish_Dogwoof_Documentary_7_1600_900_85

Un site web a été conçu pour fournir toutes les informations utiles et même AGIR contre la captivité, puisqu’une pétition y figure.
http://be.blackfish-film.be/


Shamu Show, le cirque romain !

Voici les dates des premières projections.
Samantha Berg nous arrivera de l’Alaska où elle exerce le métier d’acupunctrice et se rendra en Italie, en Espagne (Loro Parque), en Allemagne, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Belgique.
Lire sur la page Face Book le détail des horaires et rencontres avec Samantha.

blackfish-Brussels

Cinema Zed – Louvain (à partir du 23/10/13)
CineAriston – Esch-sur-Alzette (à partir du 25/10/13)
Vendôme – Bruxelles (avant première avec S.B le 29/10 à 7h 25)

Cinema Aventure – Bruxelles (à partir du 30/10/13)
Sphinx – Gand (à partir du 13/11/13)
CineKursaal – Rumelange (à partir du 6/11/13)
CineWaasserhaus – Mondorf-les-Bains (à partir du 13/11/13)
Buda – Courtrai ( partir du 4/12/13)

tilikum-regarde-ses-dresseuses

A venir (dates non encore précisées) :
Le Parc / Churchill – Liège
Le Parc – Charleroi
Plaza – Mons


Tilikum pleure et les gens rient.

orcas-islande


TILIKUM

Tilikum est né vers 1980 à l’Est de l’Islande, dans une mer glaciale le long d’une côte creusée de fjords. Il n’y vécut que 3 ou 4 ans, collé aux flancs d’une sage matriarche et protégé par les nombreux  membres de sa communauté. Puis des hommes sont venus, ils ont dispersé sa famille et l’ont emmené pour toujours, avec deux autres enfants.
Au début, Tilly se montra coopérant avec ses ravisseurs. Mais bien vite, les bassins surpeuplés du Sealand of Pacific firent de lui un rebelle. Quelques années suffirent à en faire un tueur. Ses deux premiers meurtres furent soigneusement tus mais le dernier mena SeaWorld devant les tribunaux. En mer libre, aucune orque jamais n’a blessé un humain. Les dresseurs agressés ou tués se comptent en revanche par dizaines.

Malgré sa taille énorme, Tilikum était pourtant le souffre-douleur du bassin, grand gosse grandi sans mère, socialement maladroit, rendu fou par l’ennui et le manque d’espace. Une bagarre avait éclaté entre orques peu avant le show fatal. Le géant s’est acharné sur le corps de Dawn Brancheau avec une rage inouïe, avant de lui manger le bras puis de reposer doucement sa tête près du cadavre immergé. Consterné par son acte.

Aujourd’hui, King Kong a retrouvé ses chaînes. Isolé plus d’un an, assommé par les drogues, il flotte. Toute la journée, il dort et quand vient l’heure du spectacle, il se contente de nager en rond, sans même avoir la force de bondir au sifflet. Tilikum est psychiquement mort. Mais son sperme congelé a déjà servi à faire naître 2/3 des bébés orques de la compagnie Sea World. Et on le masturbe encore.

En 2011, 42 orques étaient détenues en bassins dans le monde.
Elles sont 48 aujourd’hui, du fait des récentes captures russes et due « sauvetage » de Morgan en Mer de Norvège par le Dolfinarium de Harderwijk puis de sa vente à SeaWorld.
Depuis 1961, 137 orques au moins ont été capturées pour le marché de la captivité. 124 d’entre elles (soit 91% des prises) sont déjà mortes aujourd’hui.
La durée de vie moyenne des 124 individus capturés est de 4 ans, avec un maximum de 28 ans. Le temps de vie moyen des 32 orques nées en captivité est de 4 ans et demi.
En milieu naturel, les mâles vivent peuvent atteindre 60 ans et les femelles devenir centenaires.
Au total, 156 orques sont mortes en captivité. Ce chiffre comprend 28 enfants difformes malformés ou morts nés.

BLACKFISH pose clairement la question : pourquoi toute cette souffrance ? Pourquoi perpétuer ces jeux de cirques cruels, ces captures et ces inséminations artificielles ?  Dans quel but, si ce n’est le profit ?  Ne vaudrait-il pas mieux plutôt se soucier des orques libres, dont les cultures et l’intelligence sont comparables en complexité à celles des êtres humains ?

Déjà diffusé sur CNN,  BLACKFISH sera projeté en Belgique et dans toute l’Europe à partir du 30 octobre, Cet événement précède une vaste campagne orchestré par Born Free, SOS Defines et la WDC en vue de réclamer l’interdiction des delphinariums sur tout le territoire européen. Pour mémoire, la France détient encore 5 orques captives, dont 4 nées captives. Freya est la seule survivante des captures initiales. Elle vivait en Islande, comme Tilikum.


sam-berg-beluga-121012

Samantha à Sea World
http://www.flickr.com/photos/48521903@N00/sets/72157624823226253/ at SeaWorld
IMG_1405
IMG_1428

Lire aussi :
Tous les horaires et les détails pratiques sur la page Facebook Blackfish Belgique

orcas-islande

L’enfance de Tilikum (article D.Kirby traduit par YG)

Blackfish, le film

Blackfish en Europe

Samantha Berg à Bruxelles

Sea World contre Blackfish, la guerre a commencé !

Les mystérieuses cultures des orques de l’Antarctique

Orques captives : les chiffres et les faits

Orques psychotiques en captivité

Tilikum, reproducteur en chef

tilly-jail

 

samantha-berg-yvon

samantha-berg-speech-Brussels

samantha-berg-talk-to-Midori-BrusselsSamantha Berg, « Blackfish » Bruxelles 29/10/2013

Publicités

Dauphins captifs : méthode de dressage (1)

seaworld-show-dolphins

Les scientifiques considérent aujourd’hui le dauphin comme l’animal le plus intelligent au monde après l’homme.
Du fait de ses capacités cognitives hors du commun, de sa vie sociale extraordinairement complexe, des ses diverses cultures transgénérationnelles, de son empathie à l’égard d’autres espèces, de sa faculté de se reconnaître en tant que « soi » dans un miroir, de son usage d’outils  ou de ses modes de communication encore non décryptés, impliquant un nom propre pour chaque individu (signature sifflée) ou le vocal labelling (donner un nom à un objet), certains d’entre eux estiment même que ce mammifère marin devrait accéder au rang de « personne non-humaine ». L’Industrie de la Captivité, en revanche, ne tient aucun compte de ces paramètres et ne traite pas le dauphin autrement que n’importe quel animal de cirque. Ou qu’un chien.
Voici le B-A BA du dressage ordinaire, mené ici dans le meilleur contexte possibles, qui n’est sans doute pas celui du Taiji Whale Museum à Taiji, Japon.  Dans tous les cas de figure, il ne s’agit jamais que d’un conditionnement unilatéral, dont le seul but est d’obtenir l’obéissance. Nous verrons dans un second article ce qui se cache derrière ces aimables propos d’un professeur en dressage…

dressage-japon-captive-training-facility

METHODE DE DRESSAGE

La partie la plus importante de tout programme de dressage est l’établissement d’une relation de confiance entre l’animal et son instructeur. Celle-ci s’instaure  habituellement grâce à des séances de jeux et de nourrissage. Le dresseur doit rester en permanence attentif à tout signe de comportement indiquant une réaction positive ou négative à cette mise en contact. L’entraînement du jeune dauphin débute généralement lorsqu’il est âgé de 6 et 36 mois.

L’apprentissage se déroule par étapes. C’est ce qu’on appelle la « méthode des approximations » ou « l’apprentissage incrémental« .
Le comportement de l’animal est formaté par approximations successives du comportement désiré et convenablement renforcé. On enseigne d’abord aux dauphins à regarder le dresseur avec les deux yeux, au-dessus de la surface.

Ce comportement est appelé « stationnement ».
Quand un dauphin voit le dresseur pointer un doigt vers le haut, il doit comprendre que cela signifie : « Regarde ton dresseur ! » ou encore : « Attention, je vais te donner un ordre ! ». Le dressage peut se produire aussi lorsque le dauphin effectue un nouveau mouvement de sa propre initiative.

Ce comportement est toujours associé à une récompense et à un coup de sifflet très aigu, que l’on qualifie de «pont». Il s’agit bien d’un « pont », en effet, car il fait le lien entre le mouvement du dauphin et l’espoir d’une récompense. Le formateur siffle ce signal lorsque le comportement attendu est produit et qu’une récompense peut en découler. Cela signifie aussi pour lui « Viens ici et prends ça !”.
(Note : En l’occurrence, un bout de poisson. Mieux vaut donc que le dauphin ait faim pour augmenter sa motivation)

dresseur-sifflet

Le fait d’associer l’exécution correcte d’un comportement avec une récompense est une étape essentielle dans le dressage du dauphin. L’utilisation d’un dispositif sonore perçu par le dauphin permet à son formateur de créer le « pont » au bon moment. Dans certains cas, cette méthode  peut se révéler inappropriée, notamment si le tour s’effectue à proche distance de l’entraîneur. Dans ce cas, celui-ci peut tapoter légèrement l’animal sur la tête ou lui faire un baiser sur le rostre. Ces actions sont appelées des substituts de renforcements conditionnés.

La récompense doit être modifiée régulièrement, de sorte que son attrait ne diminue pas lorsqu’il est répété. Les comportements adéquats sont immédiatement renforcés afin qu’ils puissent se produire à nouveau. Ces comportements «opportunistes» se produisent souvent entre deux sessions de dressage formelles et doivent être surveillés de près. Chaque session doit par ailleurs être commencée et terminée différemment, afin qu’elle ne devienne pas trop « prévisible », ennuyeuse et démotivante pour le dauphin.

Les premières étapes du dressage par approximations peuvent inclure la mise en place d’une cible artificielle dans l’eau.
Lorsque le dauphin touche par hasard  la cible avec son rostre, une récompense lui est donnée, pour renforcer ce comportement initialement aléatoire.

VIDEO

Peu à peu, l’exécution répétée de ce comportement relève de moins en moins du hasard jusqu’à ce qu’il devienne conditionné et se produise à chaque fois que la cible est présentée.

dressage-main

La cible artificielle est alors remplacée par la main de l’entraîneur. Le but de ce remplacement est de conditionner le dauphin à obéir aux signaux manuels pour toutes les demandes futures qui lui seront communiquées.

Une étape importante dans le processus de dressage est de parvenir à faire venir sur commande l’animal captif vers l’entraîneur. Pour un mammifère marin comme le Grand Dauphin de l’Atlantique, l’ordre est donné en frappant l’eau avec la paume ouverte. La vidéo suivante montre cette commande.

VIDEO

Ici, la monitrice est en train d’enseigner à ses élèves comment utiliser des signaux manuels pour communiquer avec le dauphin. De légères différences dans la position des mains, la hauteur du signal, et la direction dans laquelle le signal est donné, fournissent au dauphin l’information nécessaire sur ce qu’on attend de lui. Ces signaux manuels sont relativement communs à tous les dresseurs de tous les delphinariums.

VIDEO

hand-signal-training

Même si un dresseur, formé aux techniques propres à un delphinarium donné, travaille dans un autre établissement où la signification d’un geste de la main n’est pas tout à fait identique, le dauphin se montre généralement capable de s’adapter rapidement à cette différence.

Lorsqu’il dresse un dauphin, le spécialiste doit conditionner l’animal à accepter différents types de contact humain. L’animal est ensuite récompensé pour « ne pas s’être éloigné » de ce contact. La formation doit être effectuée dans une zone ressentie comme positive pour l’animal (comme la « zone de nourrissage », par exemple) afin que celui-ci s’y sente à l’aise.

dressage-japon-globis
Dressage rapide de pseudorques au Japon. A l’aise ?

Les dauphins développent rapidement une relation étroite avec son dresseur.
 La relation est basée sur la confiance que l’animal accorde à l’humain.  Les choses sont donc rendues plus difficiles lorsque d’autres dresseurs travaillent avec le même animal ou que l’entraîneur familier quitte son poste pour rejoindre un autre delphinarium.

Apprendre au dauphin à « présenter » différentes parties de son corps au dresseur constitue un conditionnement de première importance à mettre à place. Il permet en effet de procéder à des examens vétérinaires ou à des collectes de matières organiques.

(Note : Tels que du sang pour les analyses, du sperme pour la reproduction à distance ou le limage des dents des orques. Notons que jusque dans les années 90, il fallait vider le bassin pour accéder au corps de l’animal, ce qui représentait pour lui une expérience traumatisante. Iris à Anvers ne fut ainsi jamais dressée à se soumettre à des examens médicaux. Ci-dessous, au Parc Astérix )

dressage-dauphin-parc-asterix

L’animal doit être désensibilisés au contact physique, mais aussi au bruit ambiant, aux mouvements brusques, etc. Ceci afin que le conditionnement de son comportement puisse demeurer l’objectif principal. La désensibilisation est une phase essentielle dans le processus de dressage d’un jeune dauphin. Le dresseur peut par exemple amener le dauphin jusqu’au bord du bassin et placer ses pieds sous le corps du dauphin.
Comme on le voit sur cette photo, un jeune animal se cabre et répond négativement à cette situation. Dans le cas présent, j’ai été  mordu deux fois au pied par ce jeune dauphin, avant qu’il n’accepte mon contact rapproché. Une fois la désensibilisation acquise, le dauphin est récompensé. Ce processus est répété maintes et maintes fois pour le renforcer.

dressage-dauphin-tendu

L’enrichissement comportemental est une pratique consistant à fournir aux animaux captifs des stimuli environnementaux.
Cette démarche vise à améliorer la qualité de vie des dauphins  en augmentant son activité physique, en réveillant ses comportements naturels et en réduisant son ennui. Les sessions de dressage forment un part essentielle de l’enrichissement comportemental. Cependant, ces formations n’occupent qu’une petite partie de la journée du dauphin. Parmi les autres enrichissements proposés, on utilise divers jouets. Dans cette vidéo, une mère de 8 ans accompagnée de son delphineau sont en train de se distraire avec un ballon de plage. Ces ustensiles leur fournissent une activité plus complexe que le simple fait de nager en rond  dans une piscine. Comment pousser le ballon sur le bord du bassin ? La mère et sa fille montrent leurs compétences à résoudre ce problème.

VIDEO

Parmi les autres formes d’enrichissement, il faut inclure également le changement d’habitat (déplacement des dauphins d’un bassin à l’autre) et l’accès du public aux animaux. Dans la nature, les dauphins doivent travailler dur pour attraper leur nourriture. Ils doivent aussi se préoccuper de leur sécurité. En captivité, ce n’est pas le cas.

Groups of dolphins, birds and sharks feeding on sardines, South Africa

(Note : Un peu pauvre. Dans certains delphinariums, on fournit même désormais des I-pads et autres gadgets électroniques submersibles pour stimuler encore davantage les capacités intellectuelles du dauphin. Nombre d’expériences scientifiques menées avec ce type d’outils sont accueillies favorablement par les captifs, toujours comme un dérivatif bienvenu à l’ennui profond que la vie en bassin leur impose. Il est bien clair que contrairement à ce que dit l’auteur de l’article, la chasse en groupe ou la défense de son pod n’est pas une corvée pour un dauphin, mais plutôt l’occasion de nouer ou de conforter des liens sociaux avec d’autres individus. Le travail en groupe, avec ce qu’il peut impliquer comme plaisir, est en effet une caractéristique commune aux humains et aux cétacés)

dolphin-toughbook

Les séances de dressage ont également l’avantage de fournir aux dauphins des exercices physiques intenses.
Cela leur permet de rester en bonne santé et de s’adapter aux changements de leur environnement, une condition indispensable à leur survie.

Enfin, l’enrichissement comportemental peut être « inventé » par le dauphin, tout comme les enfants inventent des jeux pour se divertir. L’apprentissage de la sculpture de bulles a été observée chez les dauphins captifs et comme les chez dauphins sauvages. Le cétacé passe son temps à créer et jouer avec les « jouets » qu’il crée sous l’eau avec de l’air plus d’air.

(Note : Qualifier de jeux d’enfants une technique aussi difficile est un peu léger. Il existe chez les dauphins de véritables virtuoses de cet art aquatique, qui suppose un contrôle savant des mouvements de l’eau et de l’air par le biais de coups de sonar. Certains dauphins n’y parviennent jamais et ce sont les matriarches qui l’enseignent et produisent des enchaînements de tores en guirlande d’une rare complexité et d’une grande beauté formelle. Voir à ce propos les recherches de Chris Herzfeld sur l’art du tissage chez un orang-outan captifs et le « Funktionlust » qu’il procure)

dauphin-bulle
D’après le dossier Dolphin Training
(à suivre…)


Flipper s’est suicidé

RichardOBarry_port
Ric en 1970

Extrait d’une interview de Ric O’Barry sur Frontline

RIC O’BARRY
« Flipper est mort en captivité et c’est une chose qui me tourne en tête. Coïncidence, c’était justement le « Jour de la Terre », en 1970.
Le premier « Jour de la Terre », en fait ».


POUVEZ-VOUS NOUS EN PARLER ?
« 
Ouais. J’ai reçu un appel téléphonique du Seaquarium de Miami me disant que Cathy n’allait pas bien. A ce moment-là, j’étais déjà parti.
Le spectacle était terminé. Nous avions vécu ensemble pendant 7 ans. La « Maison de Flipper » est encore là, au Seaquarium. C’était vraiment devenu ma maison.

Moi, je vivais avec les dauphins 24 heures par jour, 7 jours par semaine et nous étions très liés, très proches. Bon, un jour, tout était fini.
Tu sais, les roues de la bagnole sont tombées. (…)

Cathy avait été isolée dans un bassin en acier. C’est là qu’elle s’est suicidée. Beaucoup d’entre eux font ça. Beaucoup de dauphins meurent en captivité de la même façon, mais vous ne le saurez jamais. Il y a un vétérinaire qui rédige le rapport et l’envoie aux Services nationaux des pêches maritimes. C’est ce qu’on appelle le Marine Mammal Inventory Report.

Le Service national des pêches maritimes ne fait absolument rien de ces informations. Il est juste là, pour rien. Ils ne savent même pas ce que cela signifie. Cela pourrait pourtant signifier que la captivité ne fonctionne pas. Mais ils ne savent pas. C’est juste un gros gâchis bureaucratique. Le système ne fonctionne pas, pour faire bref. Il ne fonctionne pas ».

Ricobarry-flipper2
Cathy et Ric en tournage


ET DONC, VOUS…. ?

« C’est difficile à raconter. Ouais, vieux, c’est vraiment difficile d’en parler. Je n’aime pas penser à ça ».


LISEZ CE QUE VOUS AVEZ ECRIT ? 

« Je ne pense pas que je puisse le lire. C’est vraiment très difficile.
Je me souviens d’être allé là-bas ce jour-là et c’était une journée très chaude.  Il n’y avait pas d’ombre du tout et je ne l’ai d’abord pas vue.
Bon…
Donc, je me suis approché du bassin qui était à peu près… haut comme ça, et elle était de l’autre côté. Elle avait des ampoules énormes sur le dos à causes des coups de soleil. Elle était noire de coups de soleil, vu qu’elle passait la plupart du temps à la surface de l’eau.

Son aileron était plié comme celui de Keiko. C’est à cause de la gravité qu’ils se plient. C’est la nature qui dit qu’il y a quelque chose qui cloche. Quand vous allez sous l’eau, il n’y a pas de gravité.

ric-Adolph-Frohn-artificial-respiration-to-Porpoise
Dauphin mourant au Seaquarium vers 1970

Alors, elle a nagé vers moi, elle m’a regardé droit dans les yeux, elle a pris une grande inspiration et puis elle a retenu son souffle.
Juste retenu. Bon et puis alors, je l’ai attrapée comme ça et elle a coulé au fond du bassin.
Je l’ai laissé aller et elle a coulé. J’ai sauté dans l’eau et je le l’ai remontée à la surface.
Elle s’était suicidée.

Le bassin..
Le bassin, c’est une chose mauvaise. Ce sont des bassins pour tuer. Voilà pourquoi je suis abolitioniste.
“Thanks but no tanks”, c’est ça le message.  Merci mais pas bassin ! Donc, vous pouvez dépenser 10 millions de dollars pour en construire un autre, moi,  je ne marche pas…. »

ric-miami-seaquarium

Lire l’interview complète sur Frontline

Soutenir l’action de Ric O’Barry de toutes nos forces !

Suivre l’actualité sur son blog

RicOBarryHolidayBank_640


25 minutes contre la captivité. Les images parlent d’elles-mêmes…

25 minutes against captivity. Images speak by themselves. Stop cetacean slavery NOW. No compromise.

25 minutes contre la captivité. Les images parlent d’elles-mêmes. Il faut mettre fin à ce cirque criminel. Sans compromis, sans concessions. MAINTENANT !


Documentaire sur l’industrie des cétacés captifs

« A Fall from Freedhom, Une Perte de Liberté (ou plus joliment « Liberté Perdue »),  est un film documentaire remarquable  de 1 h 25  avec des images  aussi merveilleuses que celles, misérables, de ces dauphins et petites baleines ou orques captifs dans les delphinariums et autres bassinets privés. Comment et par qui sont capturés ces animaux sauvages nés pour être libres? Vous le saurez aussi. Ce film lève le tabou en vous livrant la vérité sur cette vaste industrie, espérant convaincre le plus grand nombre de ne pas participer à ce cruel  buiseness. Vous le saurez aussi. Sa diffusion sur internet est tout à fait légale car il n’est pas commercialisé en France. A regarder en famille. »

Screen Shot 2013-02-10 at 16.32.52

https://www.facebook.com/events/294145480662820/?ref=nf

http://www.blog-les-dauphins.com/a-fall-from-freedom-en-francais-vostfr/

A DIFFUSER!