Free our last 6 dolphins in Belgium.

Lolita orque / Lolita the orca

Orques captives : les chiffres et les faits

kshamenk-in-tiny-tankKshamenk en Argentine

En 2011, 42 orques étaient détenues en bassins dans le monde.
Elles sont 58 aujourd’hui, grâce à nos amis russes.

137 orques au moins ont été capturées pour le marché de la captivité depuis 1961, en ce compris Pascuala et Morgan.
124 des ces orques (soit 91% des individus) sont mortes aujourd’hui.

La durée de vie moyenne de ces 124 individus capturés est en moyenne de 4 ans, en allant de 1 ans à 28. En liberté, les mâles vivent en moyenne 30 ans, mais peuvent atteindre de 50 à 60, tandis que la moyenne d’âge de 46 ans prévaut chez les femelles qui peuvent atteindre les 80 et les 90 ans, voire plus.

J2GrannyWithJ1Ruffles 5Granny (102 ans) et Ruffles (63 ans)

Le temps de vie moyen des 32 orques nées en captivité, compte non tenu des fausses couches, est de 4 ans et demi.
Au total, 156 orques sont mortes en captivité. Ce chiffre comprend 28 enfants malformés ou morts-nés.

SeaWorld détient aujourd’hui 19 orques, dispersées dans ses 3 parcs aux Etats-Unis. Il possède également les orques de Loro Parque en Espagne, dont Morgan.

44 orques sont mortes à SeaWorld.


Kiska seule au Canada

Les établissements qui possèdent des orques vivantes :
Kamogawa Sea World, Japon
Port of Nagoya Aquarium, Japon
Seaside Dolphinarium, Nakhokda, Russie (2)
Loro Parque Tenerife, Espagne (9)
Marineland Antibes, France (6 ?)
Marineland Ontario Canada (1)
Miami Seaquarium Floride (1)
Mundo Marino, Buenos Aires (1)
SeaWorld California
SeaWorld Florida
SeaWorld Texas

Depuis 1964, lorsqu’une orque vivante (Orcinus orca) fut exhibée pour la seconde fois en public (Moby Doll survécut 87 jours), l’image de cette icône marine en noir et blanc se trouva réhabilitée presque à l’égal d’un panda des mers.
D’abord mitraillée par les pêcheurs comme un dangereux ravageur de poissons, bombardée par l’aviation, l’orque est devenue aujourd’hui la vedette de grands spectacles à thèmes dans quelques parcs marins.

antibes-marineland-2012-orque1Antibes

Mais ces deux images sont unidimensionnelles.
Elles rendent un bien mauvais mauvais service à une espèce qui pourrait être la seconde après les êtres humains en matière de diversité comportementale, linguistique et écologique. Les orques sont intelligentes, toute leur vie tourne autour de leur famille.   Elles jouissent d’une longue durée de vie et sont conscientes d’elles-mêmes. Leurs sociétés sont complexes et disposent de traditions culturelles.
Mais c’est aussi le plus grand animal, et de loin, le plus énorme prédateur qui ait jamais été détenu en captivité.

orca-capture-1968

Des données probantes confortent l’évidence que les orques sont mal servies par ces exhibitions publiques. Le principal bénéfice d’un tel enfermement, qui fut de démontrer que ces géants n’étaient pas des tueurs sans cervelle, est aujourd’hui incontesté. Mais il ne s’appuie plus sur des shows dans un stade, mais sur l’observation en mer.

Ce n’est pas une opinion que de dire que les orques s’adaptent mal à la captivité. C’est un fait.

orque-buvant

« Voilà plus de 45 ans que l’on distrait le public avec des spectacles d’orques. Dans le même temps, en les étudiant dans leur milieu naturel, nous en avons assez appris sur eux que pour nous rendre compte que les orques n’appartiennent pas à la captivité ».

Naomi Rose

orque-russe-narniaNarnia et les nouvelles captures en Russie


Une orque centenaire pulvérise les mythes de la captivité

Killer Controversy
Why orcas should no longer be kept in captivity
http://www.hsi.org/assets/pdfs/orca_white_paper.pdf

Orques captives : les noms, les lieux et les statisitiques
http://www.orcahome.de/orcastat.htm

Orques captives : les victimes
http://www.orcahome.de/orcadead.htm

BLACKFISH BRUXELLES 30 OCTOBRE 2013 (FR)
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/05/12/blackfish-en-europe/

Tilikum et Samantha Berg (FR)
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/10/10/voices-of-the-orcas-la-face-obscure-de-seaworld/

Intelligence et captivité (FR)
http://www.dauphinlibre.be/orque-intelligence-cultures-seaworld.htm

La vie des orques en captivité (FR)
http://www.dauphinlibre.be/orques-en-spectacle-sept-bonnes-raisons-de-boycotter.htm

Morgan-being-bitten-by-another-orcaMorgane mordue par une autre orque

Since 1964, when a killer whale or orca (Orcinus orca) was first put on public display1, the image of this black-and-white marine icon has been rehabilitated from fearsome killer to cuddly sea panda. Once shot at by fishermen as a dangerous pest, the orca is now the star performer in theme park shows. But both these images are one-dimensional, a disservice to a species that may be second only to human beings when it comes to behavioral, linguistic, and ecological diversity and complexity. Orcas are intelligent and family-oriented. They are long-lived and self-aware. They are socially complex, with cultural traditions. They are the largest animal, and by far the largest predator, held in captivity.

Moby Doll

Evidence supports the position that orcas are ill-served by public exhibition. The early benefit of demonstrating to society that they are not mindless killers is uncontested2, but is no longer served by continued display. It is not a matter of opinion that orcas do not adjust to captivity; it is a matter of fact. After more than 45 years of exhibiting orcas for human amusement, while at the same time studying them in the wild, we have learned enough about them in both settings to realize that orcas do not belong in captivity.

Killer Controversy
Why orcas should no longer be kept in captivity
http://www.hsi.org/assets/pdfs/orca_white_paper.pdf

orcinus_orca_5


Le retour de l’orque centenaire pulvérise les mythes de la captivité

granny3

Granny

 Le retour de l’orque centenaire pulvérise les mythes de la captivité

Lire la version à jour sur Dauphins Libres

southern-orcas1

 

 



1


Lolita, la petite orque qui ne voulait pas mourir

lolita-miami-seaquarium-aerial
Superbe chanson et vidéo pour Lolita

 

Lolita est prisonnière du Seaquarium de Miami depuis plus de 43 ans, totalement seule l’essentiel de sa vie.
Arrachée à sa famille et au monde qui était le sien, la pauvre Tokitae a été jetée dans une geôle en béton, pour l’amusement égoïste des gens.
Son propriétaire continue aujourd’hui  encore à s’enrichir, grâce à la volonté de survivre de cette captive au long terme.

Après une capture collective d’une rare violence et plusieurs tentatives d’évasion, Toki a été hissée hors de l’eau tel un trophée puis expédiée à Miami, pour travailler le reste de sa vie à «éduquer le public. » Sa véritable identité, le nom sifflée que sa mère lui donnait, lui a même été ôté, lorsqu’on l’a d’abord baptisée Tokitae puis Lolita, un nom nettemment plus vendeur.

lolita-jump

Depuis sa capture brutale en 1970, elle a été maintenue dans un réservoir dont les dimensions sont en principe illégales au vu des normes de l’APHIS.
Lolita mesure environ 6 mètres de long et pèse 3.175 kilos.
Son réservoir, au point le plus profond, descend jusqu’à 6 mètres mais seulement de 3 mètres pour le reste du bassin. Sa piscine n’est large que 10 mètres 50.  Le Miami Seaquarium est considéré comme l’un des parcs aquatiques parmi les  plus délabrées au monde. Il nécessite des réparations majeures et, selon le Marine Mammal Inventory Report,  compte un taux de mortalité extrêmement important.

Lolita partage son bassin avec plusieurs petits dauphins à flancs blancs du Pacifique. Ils exécutent un ou deux spectacles par jour, en fonction de la fréquentation du Seaquarium. Cette vidéo vous éclairera sur la vie que mène Lolita dans cet espace réduit.

lolita-orca

VIDEO


Beaucoup de gens bien intentionnés doutent que Lolita puisse être ramenée à Puget Sound en toute sécurité.
Pourtant, certains parmi les plus grands spécialistes des orques et nombre de réhabilitations réussies dans le passé nous démontrent que les cétacés captifs peuvent presque toujours être réintroduit avec succès dans leurs habitats d’origine.

En collaboration avec Orca Network, nous voulons que Lolita soit amenée dans une baie marine au sein de ses eaux natales, au large de la côte de l’État de Washington. Il existe un plan conçu pour elle qui lui permettrait de résider dans une baie de grande taille afin d’y être prise en charge afi qu’elle se réacclimate peu à peu à son milieu naturel.

Le plan consiste à ce qu’elle habitue d’abord à son environnement naturel tout en pouvant interagir avec sa famille, le L-Pod des Résidents du Sud. Si elle s’adapte bien et qu’elle choisit de le faire, elle pourra finalement être libérée et rejoindre son pod. En revanche, si pour une raison quelconque, elle décide de retourner vers sa baie protégée, elle sera prise en charge par les hommes jusqu’à la fin de sa vie, tout en vivant dans un environnement spacieux et naturel non loin des membres de sa famille.
lolita-tank2

Quarante-trois ans plus tard, le combat pour sa liberté est plus puissant que jamais.
Lolita est une source d’inspiration pour le monde entier, par son courage à résister à la solitude et à l’ennui profond de ces milliers de shows exécutés chaque jour pour l’amusement des autres.
Il est temps de passer aux actes et de la laisser rentrer chez elle !

VIDEO

lolita-tank

Pour en savoir plus :
Lolita : le dossier
Histoire de Tokitae-Lolita (en français)
Petitions inefficaces ? Il y a d’autres statégies!

southern-orcas1Jpod