Free our last 6 dolphins in Belgium.

Miami Seaquarium

Orques captives : les chiffres et les faits

kshamenk-in-tiny-tankKshamenk en Argentine

En 2011, 42 orques étaient détenues en bassins dans le monde.
Elles sont 58 aujourd’hui, grâce à nos amis russes.

137 orques au moins ont été capturées pour le marché de la captivité depuis 1961, en ce compris Pascuala et Morgan.
124 des ces orques (soit 91% des individus) sont mortes aujourd’hui.

La durée de vie moyenne de ces 124 individus capturés est en moyenne de 4 ans, en allant de 1 ans à 28. En liberté, les mâles vivent en moyenne 30 ans, mais peuvent atteindre de 50 à 60, tandis que la moyenne d’âge de 46 ans prévaut chez les femelles qui peuvent atteindre les 80 et les 90 ans, voire plus.

J2GrannyWithJ1Ruffles 5Granny (102 ans) et Ruffles (63 ans)

Le temps de vie moyen des 32 orques nées en captivité, compte non tenu des fausses couches, est de 4 ans et demi.
Au total, 156 orques sont mortes en captivité. Ce chiffre comprend 28 enfants malformés ou morts-nés.

SeaWorld détient aujourd’hui 19 orques, dispersées dans ses 3 parcs aux Etats-Unis. Il possède également les orques de Loro Parque en Espagne, dont Morgan.

44 orques sont mortes à SeaWorld.


Kiska seule au Canada

Les établissements qui possèdent des orques vivantes :
Kamogawa Sea World, Japon
Port of Nagoya Aquarium, Japon
Seaside Dolphinarium, Nakhokda, Russie (2)
Loro Parque Tenerife, Espagne (9)
Marineland Antibes, France (6 ?)
Marineland Ontario Canada (1)
Miami Seaquarium Floride (1)
Mundo Marino, Buenos Aires (1)
SeaWorld California
SeaWorld Florida
SeaWorld Texas

Depuis 1964, lorsqu’une orque vivante (Orcinus orca) fut exhibée pour la seconde fois en public (Moby Doll survécut 87 jours), l’image de cette icône marine en noir et blanc se trouva réhabilitée presque à l’égal d’un panda des mers.
D’abord mitraillée par les pêcheurs comme un dangereux ravageur de poissons, bombardée par l’aviation, l’orque est devenue aujourd’hui la vedette de grands spectacles à thèmes dans quelques parcs marins.

antibes-marineland-2012-orque1Antibes

Mais ces deux images sont unidimensionnelles.
Elles rendent un bien mauvais mauvais service à une espèce qui pourrait être la seconde après les êtres humains en matière de diversité comportementale, linguistique et écologique. Les orques sont intelligentes, toute leur vie tourne autour de leur famille.   Elles jouissent d’une longue durée de vie et sont conscientes d’elles-mêmes. Leurs sociétés sont complexes et disposent de traditions culturelles.
Mais c’est aussi le plus grand animal, et de loin, le plus énorme prédateur qui ait jamais été détenu en captivité.

orca-capture-1968

Des données probantes confortent l’évidence que les orques sont mal servies par ces exhibitions publiques. Le principal bénéfice d’un tel enfermement, qui fut de démontrer que ces géants n’étaient pas des tueurs sans cervelle, est aujourd’hui incontesté. Mais il ne s’appuie plus sur des shows dans un stade, mais sur l’observation en mer.

Ce n’est pas une opinion que de dire que les orques s’adaptent mal à la captivité. C’est un fait.

orque-buvant

« Voilà plus de 45 ans que l’on distrait le public avec des spectacles d’orques. Dans le même temps, en les étudiant dans leur milieu naturel, nous en avons assez appris sur eux que pour nous rendre compte que les orques n’appartiennent pas à la captivité ».

Naomi Rose

orque-russe-narniaNarnia et les nouvelles captures en Russie


Une orque centenaire pulvérise les mythes de la captivité

Killer Controversy
Why orcas should no longer be kept in captivity
http://www.hsi.org/assets/pdfs/orca_white_paper.pdf

Orques captives : les noms, les lieux et les statisitiques
http://www.orcahome.de/orcastat.htm

Orques captives : les victimes
http://www.orcahome.de/orcadead.htm

BLACKFISH BRUXELLES 30 OCTOBRE 2013 (FR)
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/05/12/blackfish-en-europe/

Tilikum et Samantha Berg (FR)
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/10/10/voices-of-the-orcas-la-face-obscure-de-seaworld/

Intelligence et captivité (FR)
http://www.dauphinlibre.be/orque-intelligence-cultures-seaworld.htm

La vie des orques en captivité (FR)
http://www.dauphinlibre.be/orques-en-spectacle-sept-bonnes-raisons-de-boycotter.htm

Morgan-being-bitten-by-another-orcaMorgane mordue par une autre orque

Since 1964, when a killer whale or orca (Orcinus orca) was first put on public display1, the image of this black-and-white marine icon has been rehabilitated from fearsome killer to cuddly sea panda. Once shot at by fishermen as a dangerous pest, the orca is now the star performer in theme park shows. But both these images are one-dimensional, a disservice to a species that may be second only to human beings when it comes to behavioral, linguistic, and ecological diversity and complexity. Orcas are intelligent and family-oriented. They are long-lived and self-aware. They are socially complex, with cultural traditions. They are the largest animal, and by far the largest predator, held in captivity.

Moby Doll

Evidence supports the position that orcas are ill-served by public exhibition. The early benefit of demonstrating to society that they are not mindless killers is uncontested2, but is no longer served by continued display. It is not a matter of opinion that orcas do not adjust to captivity; it is a matter of fact. After more than 45 years of exhibiting orcas for human amusement, while at the same time studying them in the wild, we have learned enough about them in both settings to realize that orcas do not belong in captivity.

Killer Controversy
Why orcas should no longer be kept in captivity
http://www.hsi.org/assets/pdfs/orca_white_paper.pdf

orcinus_orca_5


Le retour de l’orque centenaire pulvérise les mythes de la captivité

granny3

Granny

 Le retour de l’orque centenaire pulvérise les mythes de la captivité

Lire la version à jour sur Dauphins Libres

southern-orcas1

 

 



1


Flipper s’est suicidé

RichardOBarry_port
Ric en 1970

Extrait d’une interview de Ric O’Barry sur Frontline

RIC O’BARRY
« Flipper est mort en captivité et c’est une chose qui me tourne en tête. Coïncidence, c’était justement le « Jour de la Terre », en 1970.
Le premier « Jour de la Terre », en fait ».


POUVEZ-VOUS NOUS EN PARLER ?
« 
Ouais. J’ai reçu un appel téléphonique du Seaquarium de Miami me disant que Cathy n’allait pas bien. A ce moment-là, j’étais déjà parti.
Le spectacle était terminé. Nous avions vécu ensemble pendant 7 ans. La « Maison de Flipper » est encore là, au Seaquarium. C’était vraiment devenu ma maison.

Moi, je vivais avec les dauphins 24 heures par jour, 7 jours par semaine et nous étions très liés, très proches. Bon, un jour, tout était fini.
Tu sais, les roues de la bagnole sont tombées. (…)

Cathy avait été isolée dans un bassin en acier. C’est là qu’elle s’est suicidée. Beaucoup d’entre eux font ça. Beaucoup de dauphins meurent en captivité de la même façon, mais vous ne le saurez jamais. Il y a un vétérinaire qui rédige le rapport et l’envoie aux Services nationaux des pêches maritimes. C’est ce qu’on appelle le Marine Mammal Inventory Report.

Le Service national des pêches maritimes ne fait absolument rien de ces informations. Il est juste là, pour rien. Ils ne savent même pas ce que cela signifie. Cela pourrait pourtant signifier que la captivité ne fonctionne pas. Mais ils ne savent pas. C’est juste un gros gâchis bureaucratique. Le système ne fonctionne pas, pour faire bref. Il ne fonctionne pas ».

Ricobarry-flipper2
Cathy et Ric en tournage


ET DONC, VOUS…. ?

« C’est difficile à raconter. Ouais, vieux, c’est vraiment difficile d’en parler. Je n’aime pas penser à ça ».


LISEZ CE QUE VOUS AVEZ ECRIT ? 

« Je ne pense pas que je puisse le lire. C’est vraiment très difficile.
Je me souviens d’être allé là-bas ce jour-là et c’était une journée très chaude.  Il n’y avait pas d’ombre du tout et je ne l’ai d’abord pas vue.
Bon…
Donc, je me suis approché du bassin qui était à peu près… haut comme ça, et elle était de l’autre côté. Elle avait des ampoules énormes sur le dos à causes des coups de soleil. Elle était noire de coups de soleil, vu qu’elle passait la plupart du temps à la surface de l’eau.

Son aileron était plié comme celui de Keiko. C’est à cause de la gravité qu’ils se plient. C’est la nature qui dit qu’il y a quelque chose qui cloche. Quand vous allez sous l’eau, il n’y a pas de gravité.

ric-Adolph-Frohn-artificial-respiration-to-Porpoise
Dauphin mourant au Seaquarium vers 1970

Alors, elle a nagé vers moi, elle m’a regardé droit dans les yeux, elle a pris une grande inspiration et puis elle a retenu son souffle.
Juste retenu. Bon et puis alors, je l’ai attrapée comme ça et elle a coulé au fond du bassin.
Je l’ai laissé aller et elle a coulé. J’ai sauté dans l’eau et je le l’ai remontée à la surface.
Elle s’était suicidée.

Le bassin..
Le bassin, c’est une chose mauvaise. Ce sont des bassins pour tuer. Voilà pourquoi je suis abolitioniste.
“Thanks but no tanks”, c’est ça le message.  Merci mais pas bassin ! Donc, vous pouvez dépenser 10 millions de dollars pour en construire un autre, moi,  je ne marche pas…. »

ric-miami-seaquarium

Lire l’interview complète sur Frontline

Soutenir l’action de Ric O’Barry de toutes nos forces !

Suivre l’actualité sur son blog

RicOBarryHolidayBank_640