Free our last 6 dolphins in Belgium.

Thaïlande

Le delphinarium de Phuket en Thaïlande

phuket-stop-dolphinarium


Le 15 septembre 2014

Contrairement à ce qui avait été affirmé par les autorités, 5 parmi les nombreux dauphins promis à la captivité dans le delphinarium de Phuket en Thaïlande, proviennent bien de Taiji via l’Ukraine.
Ce pays, si ardemment défendu par nos démocraties, s’est fait une réputation de « blanchisseur de dauphins sales » en provenance du Japon. 2 d’entre eux ont même été exportés en Roumanie, c’est à dire en Europe.
Taiji, c’est chez nous, partout où des dauphins sont captifs.

Phuket Gazette
http://www.phuketgazette.net/phuket-news/Phuket-dolphin-park-link-Taiji-massacre-confirmed/34886#ad-image-0
Dauphins captifs en Thaïlande :
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/12/thailande-dauphins-en-danger-exhibes-dans-les-shows/


taiji-18-9-2013

Le 3 septembre 2014
Les entrepreneurs qui soutiennent le nouveau delphinarium de Phuket (Thaïlande) ont déclaré aux autorités compétentes qu’ils détenaient déjà 4 dauphins dressés pour faire des shows sur cette île de vacances. Ce projet leur a coûté 30 millions de bahts.

On peut déjà voir le bâtiment circulaire du delphinarium à Chalong, non loin du zoo de Phuket, mais les bailleurs de fonds restent évasifs sur les détails du programme.

Une réunion vient d’avoir lieu à huis clos entre ceux-ci et le vice-gouverneur de Phuket, le Dr Sommai Preechasin, dans les bâtiments du Phuket Provincial Hall.

Les promoteurs, derrière lesquels se trouve le groupe Nemo, possédent des installations similaires ailleurs, a indiqué le Dr Sommai après la réunion. Ajoutant que ces gens étaient très perturbés par la réaction négative que suscitait l’ouverture prochaine du delphinarium et particulièrement par celles des étudiants du Price Songkhla qui ont protesté publiquement la semaine dernière contre la captivité des dauphins.

phuket-pool

Les dauphins ont déjà été dressés, confirme le Dr Sommai. Le groupe captif d’origine comptait 9 individus, tous d’origine russe. Ces dauphins ne proviendraient donc pas des pêches sanglantes à Taiji, comme l’affirment les opposants.

Cependant, pour voir le retour sur investissement de leurs 30 millions de baht , les entrepreneurs doivent d’abord obtenir l’autorisation de la CITES d’importer ces dauphins. Appremement, rien ne s’y oppose. Puis ce sera au tour des autorités communales de se prononcer.

Ce delphinarium a pour but d’accroître la clientèle de touristes russes et chinois, très demandeurs de ce genre d’attractions.

phuket-dome

Lire :
http://phuketwan.com/tourism/phuket-dolphinarium-backers-spending-30m-baht-dolphins-training-20911/

http://www.phuketgazette.net/opinion/Standing-together-against-Phuket-dolphinarium/33759

https://www.change.org/p/phuket-tourism-board-stop-the-nemo-dolphinarium-in-phuket-thailand

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/12/thailande-dauphins-en-danger-exhibes-dans-les-shows/

phuket-pool2

Publicités

Thaïlande : dauphins en danger exhibés dans les shows !

thailand-orcelleOrcelle

La Thaïlande est sans doute l’un des pays d’Asie parmi les plus prisés des touristes.
Après la visite de Bangkok, inévitablement, ceux-ci s’en iront voir  Chiang Mai, Phuket ou Ko Tao. Dans le choix des mille plaisirs qui leur seront proposés, une promenade à dos d’éléphants ou une rencontre avec les dauphins figureront  en bonne place.
Attention : derrière ces attractions, la souffrance et la cruauté règnent.

thailand-elephant-show-an-elephant-plays-football

La Thaïlande est devenue le théâtre d’une exploitation tout à fois légale et illégale de la faune locale et la vie marine.
Des dauphins y sont maintenus en captivité depuis 1986. Le premier dauphin rose  (dauphin à bosse de l’Indo-pacifique) fut capturé puis enfermé à Laem Singh, par Vichai Wattanapong, qui baptisa plus tard son delphinarium du nom d’Oasis Sea World.
Au cours de ces dernières années, d’autres parcs marins du même type se sont ouverts en Thaïlande.

thailand-pink-dolphin-faim

Sans doute, plusieurs tentatives pour lancer ce genre d’établissements avec des dauphins sauvages capturés à Phuket ou à Koh Samui ne sont-elles jamais arrivées à terme.
Ainsi, en 2008, un « scientifique » danois n’a pas pu convaincre les politiciens et les hommes d’affaires de Phuket de le laisser mener à bien son projet de delphinarium, destiné à aider les enfants autistes. Une rengaine bien connue, même du côté de Bruges.
Mais le margoulin n’a pas renoncé. Il a changé de stratégie.
Suite à un étrange accord entre le Danemark et la Thaïlande, le Phuket Marine Biological Center se charge désormais  de sauver les cétacés blessés. Les relâche-t-il ? Les revend–il ? Attend-il son heure pour passer aux shows ? Tout est possible dans un pays où la corruption règne au plus haut niveau.

Un an plus tôt, à Koh Samui, une station touristique appartenant à une famille thaïlandaise très influente avait acheté un dauphin rose capturé en mer dans le but d’accroître son attractivité touristique. Même si les responsables de ce complexe ont prétendu avoir sauvé l’animal blessé par une collision avec un bateau de pêche, ce dauphin n’en a pas moins été aussitôt dressé pour effectuer des spectacles, au lieu d’être soigné puis remis en liberté.

thailand-pink-dolphins-thailand

Le pauvre cétacé a finalement été confisqué puis relâché dans le golfe de Thaïlande.
La station touristique fut légalement contrainte de renoncer à toute autre capture.

Dans le pays, deux entreprises avaient déjà démarré avec succès l’exploitation de dauphins esclaves depuis de nombreuses années : l’Oasis Sea World de Chanthaburi fut créé en 1991, suivi par le Sanctuary of Truth , fondé à Pattaya en 2001.

Les deux delphinariums prétendaient eux aussi n’avoir pour but que de sauver des dauphins sauvages blessés par les pêcheurs. Des bassins furent construits pour accueillir les victimes et les y soigner avant de les remettre en liberté. En fait, il apparut très vite que ces dauphins étaient immédiatement dressés pour les shows.

S’agissant d’espèces rares et peu connues, ils ne pouvaient en effet qu’attirer les touristes avides de sensations nouvelles et lassés des sempiternels Tursiops.

Oasis Sea World fut même autorisé à exporter six dauphins roses à Singapour en 1999, en dépit des réglementations de la CITES.
Celles-ci interdisent  clairement le commerce de spécimens sauvages en danger d’extinction capturés à des fins de divertissement. Quant au Sanctuaire de la Vérité, il n’aurait même  pas encore reçu son permis d’exploitation de jardin zoologique à ce jour !

thailand-irrawady-dolph

Une vigoureuse campagne fut menée par les Thai Animal Guardians Association, Wildlife Friends Foundation Thailand et Care for the Wild International. Elle exigeait du gouvernement thaïlandais qu’il fasse respecter la réglementation de la CITES et les lois du pays afin de mettre un terme à l’exportation de dauphins systématiquement pratiquée par Oasis Sea World, en échange d’énormes bénéfices.

Une fois que ses exportations furent interdites, Oasis Sea World fut contraint de choisir d’autres options pour augmenter les profits.
Il a donc créé une succursale, le World Pattaya Resort Dolphin en 2010.
7 des 18 dauphins de l’Oasis ont été transférés d’une prison à Pattaya, avec pour conséquence un doublement des bénéfices pour la société-mère.

thailand-pattaya- pink-dolphin
Un show assourdissant !

Sur l’île de Phuket encore, cette fois en 2010, un homme d’affaires canadien soutenu par des investisseurs étrangers avait proposé un plan sérieux pour construire un nouveau delphinarium. Nombre de thaïlandais et d’expatriés protestèrent avec tant de vigueur que les investisseurs suspendirent temporairement leur aide et que le projet est toujours en attente. D’ici là, un dolphin-watching féroce s’y développe.

Les personnes impliquées dans le projet Phuket souhaitaient exhiber en spectacles des espèces locales et importées, ce qui posait problème. L’acquisition des cétacés sauvages originaires de Thaïlande est en principe interdite. Quant l’importation de dauphins capturés aux îles Salomon, elle devrait être devenue plus difficile dans la mesure où la loi de ces îles, effective à partir de janvier 2012, interdit en principe toute exportation. En 2013, on peut raisonnablement avoir des doutes sur la réelle application de cette loi. Le projet Phuket est donc loin d’être abandonné, mais les associations de défense animale continuent à exiger son abandon complet.

thailand-sanctuary-of-truth2


En résumé, quelques données concrètes…

Espèces de cétacés captifs en Thailande :
Dauphins à bosse de l’Indo-Pacifique (Sousa chinensis): 7 à 8 individus dans 3 delphinariums.
Dauphin de l’Irrawaddy ou orcelle (Orcaella brevirostris): 14 à 15 individus dans 3 delphinariums.
Grand Dauphin (Tursiops truncatus): 6 ou plus dans 1 delphinarium.
Béluga ou baleine blanche (Delphina-pterus leucas): 4 ou plus dans 1 delphinarium.
Rappelons qu’il s’agit là d’une espèce adaptée au climat polaire…

thailand-belugaLa voix stridente et la chaleur doivent les rendre fous

Origine:
Espèces locales capturées en milieu naturel : plus de 23, tous protégés par l’Appendice 1 de la CITES.
Dauphins importés du Japon ou de Russie : plus de 10.

Lieux où l’on peut s’amuser avec des dauphins esclaves :
Sanctuary of Truth, Pattaya
Dolphin World and Resort Pattaya
Oasis Sea World, Chanthaburi
Safari World, Bangkok

thailand-pattaya-pink-dolphinPattaya

Pour en savoir plus :
Birmanie, Thaïlande : plaque tournantes d’espèces en danger
Singapour, Thaïlande : on aime les dauphins roses !
Corée du sud : on y mange les orcelles !
Un vieux pervers et sa gamine thaïe s’amusent avec les dauphins roses

Aidez les activistes locaux à mettre fin à cette situation :
Thai Animal Guardians Association,
Wildlife Friends Foundation Thailand

Dénoncez ceux qui font la promotion de ces pratiques
Trip Advisor
Le Guide du Routard

thai-irrawaddydolphin2