Free our last 6 dolphins in Belgium.

Winter le dauphin / Winter the dolphins

« Dolphin Boy » : le film et les acteurs

Dolphin-boy

Une catastrophe ? Ou bien plutôt un coup monté par une compagnie américaine (Disney) à la requête d’une autre (SeaWorld) ? On sait que Sea World vient d’être esquinté par «Blackfish». Il était donc temps de prendre sa revanche et de lâcher un nouveau blockbuster après «Winter le dauphin».
Ce sera « Dolphin Boy, a true story about the healing power of nature » !

Delfinoterapiya-Ukraine
Dauphins « guérisseurs » en Ukraine

Rien de tel qu’un film à grand spectacle pour modeler les esprits et, dans le cas présent, pour les convaincre des vertus de la delphinothérapie ! La plupart des delphinariums, depuis la Russie jusqu’au Japon en passant par Bruges et les USA, pratiquent intensivement cette forme de thérapie dont la science nous dit et nous répète qu’elle est inutile dans les cas sérieux, dangereuse et infondée.

En revanche, elle permet aux delphinariums de justifier moralement la détention de dauphins clowns par les supposés bénéfices qu’ils offrent aux enfants handicapés. Avec cet argument, tout le monde craque et sanglote. Pas de contestation possible. Quoi ? Vous préféreriez le bonheur de simples animaux à celui de malheureux bambins ? Mais vous êtes un monstre !

dolphin-therapy-headsMexique

De telles séances, qui coûtent parfois des fortunes, épuisent les dauphins captifs, contraints d’être palpés plusieurs fois par jour par des hordes de mioches, mais aussi d’adultes durant d’autres sessions dûment tarifées (trainer for a day, snorkeling, toutche-touche)

Au Mexique, ils croupissent dans des eaux d’égout. Certains d’entre eux ont été capturés très loin, aux Iles Salomon et d’autres au large de Cuba. Au Japon, les détenus sont encore éclaboussés du sang de leurs parents quand on les jette dans ces piscines minuscules où des gens viendront patauger. En Russie, entre deux tournées de cirque ambulant ou un rappel sous les drapeaux de la Marine militaire, les dauphins sont priés eux aussi de guérir, et de force !

dolphin-therapy-chinaEn Chine, avec des dauphins de Taiji

dolphin-therapy-mexico-handicap
En Russie, avec des dauphins de la Mer Noire

Même au Dolphin Reef d’Eilat, que certains présentent comme le meilleur delphinarium du monde, les captifs sont soumis à des horaires précis et à des prestations régulières, quoiqu’en dise la publicité.
Certes, les conditions de vie en enclos marin – qui autorisait des sorties autrefois – sont infiniment meilleures que dans un bassin d’eau chloré sous dôme comme à Bruges.

Parmi les 8 dauphins qui bénéficient de cet environnement, 2 ont été capturés en Mer Noire.  Les autres sont nés sur place mais tous appartiennent à l’espèce Turiosps ponticus, endémique à la Mer Noire, supposément protégée par la CITES depuis 2002 et non-réhabilitable en Mer Rouge, au risque de « métissage ». C’est d’ailleurs ce qui a mis fin à leurs escapades au large et entraîné, faute de place, la réhabilitation de Pashosh et  Shandy dans les eaux de leurs ancêtres. Enfin, de manière assez paradoxale dans un contexte aussi marin, 10  dauphins sont morts dans cet établissement à des âges fort précoces.

eilat-snorhelingSnorkeling avec les dauphins d’Eilat,
caricature d’une vraie rencontre

Mais qu’importe : un gentil dauphin qui sauve un gentil malade mental, c’est le succès garanti ! On sanglotera de bonheur dans les salles et on se pressera en foule pour des guérisons miraculeuses au 4 coins du globe.

L’Industrie de la Captivité sera massivement confortée dans sa légitimité, au moment même où le Tsar Poutine, sous l’œil de tous les médias, s’apprête à sacrer ce marché d’avenir : deux  orques fraîchement capturées  et un dauphin captif porteur de la flamme seront présents aux Jeux Olympiques de Sotchi.

belugas-en-attente-de-vente-russieLes bélugas russes sont également très appréciés

Il faudrait 10 000 Blackfish pour compenser la puissance de feu de cette multinationale en pleine expansion.  Et même … La logique de croissance économique infinie et de capitalisme sauvage qui anime le marché du dauphin captif écrase tout devant elle comme un bulldozer. Elle fait brâmer d’extase les médias, étouffe la voix des critiques et ne cessera de s’enrichir jusqu’au jour où  toutes les mers auront été vidées de leurs derniers cétacés libres.

dolphin-therapy-seawater-pool-marmarisMarmaris, Turquie

Alyaexpress News :
«Walt Disney a acheté les droits d’auteur pour le documentaire «Dolphin Boy», avec l’intention d’en faire un long métrage. Le film raconte l’histoire de Morad, un adolescent arabe israélien qui a perdu sa capacité à communiquer après avoir été attaqué par ses camarades de classe, où il réapprend à communiquer avec l’aide des dauphins à Eilat. Dolphin Boy « sera pour Disney, une première acquisition du géant de l’animation en Israël. Les Studios de Walt Disney ont l’intention de transformer l’histoire en un long métrage pour enfants qui montrera que les israéliens ne font aucune différence entre les peuples et aident tous les citoyens israéliens.
Le documentaire qui a été primé et réalisé par Dani Menkin, Yonatan Nir et Judith Manassen Ramon, qui ont travaillé pendant quatre ans, après avoir entendu l’histoire de Morad.
Le jeune garçon de 16 ans de la ville arabe de Qalansawe dans le centre d’Israël, avaient cessé de parler après avoir été attaqué par ses camarades. Compte tenu de son absence de progrès, les médecins ont placé Morad dans un établissement psychiatrique.
  Au lieu de cela, son père a vendu sa ferme de cheval et se dirigea vers Eilat avec Morad, après avoir entendu que des médecins avaient la possibilité de donner une thérapie par les dauphins.  Morad a fini par rester au Dolphin Reef d’Eilat pendant quatre ans, afin d’apprendre à communiquer d’abord avec les dauphins et retrouver ensuite sa capacité à communiquer avec les gens.
Les négociations sur les droits d’acquisition à « Dolphin Boy » ont duré plus d’un an, et des contrats ont été signés cette semaine, selon Hadas Schapira, qui s’occupe des relations publiques pour le film. Le scénario adapté pour « Dolphin Boy » sera écrit par Justin Zackham, en collaboration avec Menkin, Nir et Hansen Ramon. Nir et Menkin, qui ont co-écrit et réalisé le documentaire, ont dit qu’ils étaient «heureux et excité de faire partie du grand succès du cinéma israélien et de la télévision dans le domaine international ».

On notera le fait amusant que l’image promotionnelle nous montre un éphèbe nageant avec des dauphins tachetés, une espèce absente au Dolfin Reef d’Eilat. Et que le slogan « Dolphin Boy, a true story about the healing power of nature » assimile les dauphins à la « Nature » alors qu’il s’agit d’êtres de « culture ».

dancing-dolphins-small

A lire d’urgence

La delphinothérapie met votre enfant en danger

WDC : The case against dolphin assisted therapy

DAT explained by Lori marino

Dolphin-Assisted Therapy: More Flawed Data and More Flawed Conclusions
Authors: Marino, Lori; Lilienfeld, Scott O.

eilat-therapy2Dolphin Reef Eilat
Children are enrolled for 1year programme

russie-dauphins-1

Morad – a teenager from an Arab village in the north of Israel disconnects himself from humans following a violent attack that he experienced. As a last resort before hospitalization in a Mental Institution, he is taken by his devoted father to be treated with Dolphins in Eilat. Morad starts speaking again after months of silence, but he erases his past and refuses to go home to his awaiting mother. This documentary about the devastating havoc that human violence can wreak upon the human soul, and about the healing powers of nature and of love, was filmed over the course of the past four years.

dolphins_podLaissez-les tranquilles !


Panama, le dauphin sauvé par Clearwater, vient de mourir en Floride.

panama-diesL’agonie

Ce 25 septembre 2013, Panama s’est éteinte dans les bassins du Clearwater Marine Aquarium en Floride, à l’âge de 40 ans.
Son histoire commence à l’aube de ce siècle.
Panama était un dauphin femelle de l’espèce Tursiops Truncatus, sans doute mère de famille et dans la force de l’âge. Elle vivait paisiblement au sein de sa petite tribu, le long des côtes immaculées du Panhandle (Floride du Nord).

Le 21 octobre 2000, elle s’échoua sur une plage de la cité balnéaire de Panama City, où des sauveteurs du Gulf World Marine Park, le delphinarium local, l’emportèrent vers un premier « bassin de réhabilitation » situé à l’arrière du bâtiment.

gulfpool1 Gulf World Marine Park, première étape


Selon les responsables du National Marine Fisheries Service, la delphine était anémique.
Sa peau portait de graves brûlures causées par le soleil. Elle souffrait d’une infection et surtout, ses dents extrêmement usées la rendaient – paraît-il – incapable de chasser elle-même sa nourriture.

On supposa qu’elle était devenue un «mendiante» à Panama City Beach, où le nourrissage des dauphins était encore monnaie courante en 2000 et qu’un hameçon l’aurait blessée quand elle en avait avalé l’appât.
Cette dernière explication est à prendre avec prudence : il faut savoir que dans cette région, le dolphin-watching fait une concurrence sévère aux delphinariums de bord de mer. Tout est donc bon pour discréditer cette pratique et l’accuser de tous les maux. Même si le  harrassement perpétuel qu’ils subissent aujourd’hui est à proscrire, ce n’est pas une raison pour les envoyer tous en prison afin de les protéger !

warningLes dauphins ne peuvent être touchés que captifs

En outre, Panama fut déclarée sourde, bien sûr, comme des cohortes d’autres dauphins promis au monde du spectacle ou comme une orque nommée Morgan. Chose curieuse, cela ne l’a jamais empêché d’obéir par la suite au sifflet de son dresseur, mais ce genre de détails n’intéresse pas le public. Il fut donc prestement décidé que l’animal ne serait plus jamais remis en liberté.

Un vrai coup de chance ! Dans l’enceinte d’un delphinarium voisin, le Clearwater Marine Aquarium, Sunset Sam le dauphin solitaire également sauvé de l’échouage, s’ennuyait fort dans sa petite piscine pleine d’un million six cent mille litres d’eau de mer. C’est donc bien opportunément que la rescapée de Panama City lui fut amenée le  23 mars 2001, riche de gènes frais sentant bon l’air marin.

Denis Kellenberger, directeur exécutif du Clearwater Marine Aquarium, expliqua que Panama serait la troisième « petite amie  » de Sam le dauphin. Il y eut d’abord Halona, qui séjourna dans cette piscine pendant deux ans puis mourut en 1997. Ensuite, ce fut le tour de Sybil, 14 ans, qui rejoignit Sam en 1991 et mourut deux ans plus tard, en 1993.

sunsetsamSunset Sam

« Je ne pense pas qu’ils tombent amoureux l’un de l’autre dès la première rencontre » déclarait Coni Romano, le responsable des dolphin-trainers, « mais ces deux dauphins paraissent bien s’entendre. Sam n’est âgé que de vint ans et mesure près de trois mètres. Panama, pour sa part, mesure 2,60 mètres et semble âgée d’une trentaine d’années. Aujourd’hui, ses coups de soleil cicatrisent peu à peu« .
Malgré ses mauvaises dents, la delphine mangea ses harengs morts et apprit, non sans mal, à exécuter des tours pour faire rire les enfants.

Tout semblait donc baigner dans le meilleur des mondes. A lire l’article enthousiaste publié sur le site de Clearwater Marine Aquarium – lequel évitait tout de même de parler de Sybil et d’Halona – il ne faisait aucun doute que ces deux dauphins avaient eu beaucoup
de chance ! Leur relation fut présentée de manière anthropomorphique – « une nouvelle petite amie pour Sam », claironnait alors la presse locale de St Petersburg (Floride) – alors qu’en termes éthologiques, la notion de couple ou de monogamie est inexistante chez les cétacés.
Le but premier de l’opération était d’abord de faire des bébés. Car un delphineau en bassin, ça paie : les chiffres de visites explosent ! Il n’y en eut pas, cependant, ni avec Sunset Sam, ni avec ceux qui le suivirent.

SUNSET-SAM2

Quant au sauvetage de Panama, les motivations sont encore plus claires.
Saisissant une fois de plus l’opportunité d’un échouage accidentel, les naufrageurs de Gulf World ont fait vite et bien et ont acquis à peu de frais un produit commercial de haute valeur, qu’ils ont cédé ensuite à leur concurrent de Clearwater.
Au lieu de remettre le dauphin à la mer ou de l’euthanasier, dans le cas où vraiment le dauphin ne pourrait récupérer une vie normale, ils ont choisi de le garder.

beachie-bruges1Beachie à Bruges, fut également « sauvé » des eaux


Ce genre d’opération, présentée au public comme louable et caritative, permet désormais de renouveler les stocks de captifs faiblissants.
Depuis l’interdiction des captures aux USA au début des années 90 (trop de prises avaient épuisé les populations libres) , les delphinariums américains se fournissent en dauphins échoués, aimablement déposés sur la plage par les prospections pétrolières dans le Golfe du Mexique, intensives depuis des années…
L’Industrie du carburant fossile soutient donc celle du Dauphin Clown, mais ce genre de pratiques-là, le Cleawater Aquarium ne les dénoncent évidemment pas.

gulfport-sassafra-maree-noire

Le plus pénible de l’histoire, c’est que la delphine Panama a vécu l’essentiel de sa vie en liberté. A trente ans, elle occupait sans nul doute une place centrale au sein de son groupe. Adieu, dès lors, amies, parentes, sœurs, cousines, juvéniles audacieux ou joyeux delphineaux gambadant autour d’elle, adieu les champs fleuris de graminées marines, adieu les longues balades en mer.

pcb5


Au Cleawater Marine Aquarium, les bassins sont particulièremen minuscules et bruyants.
Panama fut chargée de s’y occuper des enfants autistes ou souffrant d’autres handicaps. Un marché juteux, s’il en fut, bien que parfaitement inutile en termes thérapeutiques. Le fait qu’elle soit supposée sourde la rendait merveilleusement conforme à cette forme de dressage en termes médiatiques. On lui confia aussi la petite Winter à la prothèse caudale et puis la petite Hope, nouvelle recrue sauvée des eaux et destinée à remplacéer Winter lorsque celle-ci n’en pourra plus. Aux yeux du monde, le Clearwater n’est plus un delphinarium : c’est un hospice de bienfaisance !

winter-se-cacheWinter

Panama eut 3 amants en captivité.
Le premier fut Sunset Sam. Né libre en 1984, rendu célèbre en peignant le premier des « tableaux » revendus fort cher, il rendit l’âme le 4 décembre 2001.

Le second fut Presley, un jeune né captif du SeaWorld de San Diego, loué ensuite au Brooklyn Aquarium avant d’aller crever misérablement dans les bassins minuscules du Gulfworld Aquarium de Panama City Beach en avril 2006. Le Clearwater ne donne aucun détail sur cette relation qui fut apparemment désastreuse.
Le rôle de Presley ne fut pourtant pas mince. Du temps qu’il vivait à New York, avec son ami Tab (mort également), il avait pourtant apporté à la science une confirmation évidente : les dauphins ont conscience d’eux même et se reconnaissent dans un miroir. Cette recherche et ce décès ont amené la neurobiologiste Lori Marino à s’opposer vigoureusement à toute forme de captivité.
Chose amusante, toute allusion à ce malheureux a été effacée du site du Clearwater Aquarium : http://www.cmaquarium.org/Presley.html

Puis ce fut le tour de Nicholas, également récupéré en mer et toujours vivant à ce jour, en 2013.
Son jeune compagnon Indy est mort en 2011.

Malgé cela, Panama n’a laissé aucune descendance. Au même âge, la libre Cathy de la Baie de Sarasota peut s’enorgueillir d’être déjà arrière grand-mère, tandis que d’autres anciennes dépassent allégrement la soixantaine.

cathy-sarasota

La cause de son décès reste inconnue. Panama a cessé de s’alimenter puis elle a cessé de respirer.
Suicide ? Qui peut le dire ? Panama jouait le rôle de matriarche avec les deux autres rescapées-vedettes, Hope et Winter, et prenait grand soin d’elles.  Chaque dauphin a son histoire, sa sensibilité. Au bout de 13 ans de vie en bocal, notre delphine a peut-être estimé qu’elle en avait assez subi comme ça. Son delphinarium était devenu particulièrement bruyant et la foule s’y presse en nombre depuis le sucès du film « Winter, a dolphin tale ».

panamadolphinPanama

De toutes façons, pour Clearwater, «La vie moyenne d’un dauphin est de 20 ans mais ils peuvent vivre jusqu’à 40 ans en captivité”.
C’est plutôt le contraire qui s’est passé, en fait. Panama n’a vécu en bassin qu’une seule décennie.

panamapaintingblack
Un « tableau » de Panama, vendu pour les bonnes oeuvres du Cleawater Aquarium

Dauphins captifs en bord de mer

Le faire-part de décés

La presse sanglote à l’unisson

Les victimes du Cleawater Aquarium

Winter et Hope, une histoire de gros sous

Delphinariums en bord de mer

Nager avec les dauphins ?

Dauphins captifs, dauphins échoués

Panama City Beach

pcb_boat


La vie des dauphins mâles et l’histoire de Beachie, reproducteur à Bruges

Décembre 2013 : Beachie malade

beachie-dolphin-scan1

 

1. . LA VIE EN EN LIBERTE

Une bande d’amis dauphins s’amusent à faire la course avec un bateau, dans le Golfe de Floride. Ce sont des Tursiops truncatus aux larges nageoires, parfaitement adaptés à la vie côtière, à la faible profondeur des fonds et au climat chaud. Et c’est d’ailleurs à cause de cela que nos delphinariums européens les ont tant apprécié : leur remarquable résilience et leur capacité de survie dans des bassins absurdement petits désinfectés au chlore.

Notons d’ailleurs que ces dauphins que nous voyons nager libres sont de la famille de Winter et de Hope, les 2 poules aux oeufs d’or du Cleawarter Aquarium.

C’est un trio. Une alliance de premier degré, un gang de joyeux drilles couvrant chaque jour des kilomètres pour séduire les jolies delphines des clans voisins. Ils resteront longtemps ensemble, parfois même toute leur vie.

D’abord, on en voit un qui prend l’initiative et se lance hors de l’eau par bonds puissants et harmonieux. Très vite, ses potes le rejoignent et se lancent le défi : « Chiche qu’on le rattrape, ce bateau-là ! ». Leurs bonds respirent la joie, l’innocence, l’amité et la rigolade.

wild-dolphins-florida

« Des alliances à degrés multiples s’établissent parmi les mâles lorsqu’ils s’affrontent pour s’unir aux femelles.
Celles-ci ne sont pas confinées sur un territoire donné, comme chez d’autres mammifères sociaux, mais se déplacent au contraire sur de vastes espaces qui se chevauchent.

2 ou 3 dauphins vont former une première alliance très soudée sur le long terme afin de maintenir et d’engrosser une seule femelle. Ces paires ou ces trios vont à leur tour former une seconde alliance avec d’autres groupes de 2 ou 3 mâles au sein d’un ensemble de quatre à quatorze individus qui n’ont entre eux aucun lien familial. Ce groupe de second niveau coopérera pour défendre ses propres femelles ou pour attaquer d’autres groupes et leur voler leurs femmes. De telles alliances peuvent durer plus de quinze ans.

Enfin, ce super-groupe pourra constituer une coalition de plusieurs groupes du même type, toujours afin d’affronter leurs concurrents organisés sur le même mode. Nous aurons donc une alliance A alliée avec une alliance B pour attaquer une alliance C à certaines occasions, mais qui pourra s’allier à C pour attaquer une alliance C à un autre moment. Et là, cela devient vraiment très compliqué »(Richard Connor)

intel-dolphin-societies3Alliances du 3ième type


Les dauphins de Floride présentent en outre une structure sociale « fission-fusion » caractérisée par des associations temporaires d’une durée de quelques minutes à plusieurs heures. Ces modèles de regroupement flexible dans lequel les dauphins s’associent constamment de manière différente, impliquent qu’ils doivent être en mesure de se retrouver les uns les autres, lorsqu’ils sont  séparés par de longues distances. Ces distances doivent cependant être à portée de communications.

dolphin-home-rangeTerritoire d’une tribu dauphin

La décision d’un dauphin de rejoindre ou de quitter un groupe est lié à diverses considérations sociales, telles que la classe d’individus concernés (les mères avec leurs petits, les femmes célibataires adultes, les mâles adultes et les juvéniles ). Chaque dauphin se déplace dans des environnements sociaux différents.

La décision est également influencée par les caractéristiques écologiques de l’habitat occupé. Ainsi, les mères avec enfants préfèrent résider de façon régulière dans les eaux profondes. Elles y entretiennent des relations avec d’autres femelles dans la même situation et qui leur sont associées. Ces mêmes mères, quand elles viennent à nager dans des eaux peu profondes, rencontreront des juvéniles avec lesquels elles n’auront que peu de contacts.(…)

Bottlenose dolphin catching leaping striped mullet

 

2. LA VIE EN CAPTIVITE

BSP_beachie-until-he-dies

A Bruges, Beachie dort sur le fond de la piscine, foudroyé d’ennui.
Né libre en 1982, « sauvé » d’un échouage en avril 1984, il fut envoyé au Sea World d’Orlando le 27 avril 1984. Il quitta cette entreprise le 8 juin 1997 pour être déporté au Dolfinarium de Harderwijk, aux Pays-Bas. Le 18 septembre 2009, il fut envoyé enfin dans les bassins de Bruges. Beachie avait été un bon étalon avant le Boudewijn Seapark. A SeaWorld et Harderwijk, il engendra Marble (1997 – ), Sal’ka (1998 – ), T’lisala (2001 – ), Amtan (2001 – ), Palawas (2004 – ), Spetter (2005 – ) et Kite (2005 – ). Mais une fois en Belgique, il ne  donna plus qu’un enfant mort-né à la petite Yotta en 2010, des jumeaux également morts-nés à la plus mûre Roxanne en 2011, puis encore un bébé décédé au bout de 4 jours à la même Roxanne. Son contexte de vie largement dégradé y est sans doute pour quelque chose.

bruges-roxanne-enfantRoxanne et son bébé, mort à 4 jours

En 2009, Beachie a donc été amené au Boudewijn Seapark à Bruges dans le cadre d’un programme d’élevage international (EEP).Il faut savoir que les EEP sont supposés assurer la sauvegarde d’une espèce menacée ex situ, tels que tamarins dorés, panthères de l’Amour, éléphants de Sumatra  etc.  Le Tursiops est une espèce jugée peu menacée par l’IUCN. Il n’est en outre jamais réhabilité par les delphinariums. Ceux-ci trahissent donc l’esprit même de ces programmes européens de reproduction. L’éducation déficitaire et les recherches inutiles se sauraient justifier légalement l’élévage de dauphins captifs, puisqu’elles ne contribuent en rien à la conservation de l’espèce.
Seules des femelles et des jeunes vivaient à Bruges depuis la mort de Tex, ce qui rendait, paraît-il, indispensable l’arrivée d’un mâle nécessaire à ce programme de reproduction de ce qu’il faut bien appeler des « bêtes de cirque ». Notons que ni Beachie, ni les résidentes du cirque aquatique flamand n’avaient fait le choix de se rencontrer. Le groupe allait devoir une fois encore se voir remodélé par la main de l’homme.

dolphinbay2-alone

Une semaine avant le déménagement de Beachie, des dresseurs experts du Boudewijnpark se rendirent à Harderwijk pour voir comment  travaillait Beachie, quels étaient les tours qu’on pouvait lui demander et comment il avait été dressé à participer aux examens médicaux. Dans la matinée du 19 Septembre 2009, le dauphin fut déplacé à Bruges en compagnie de 5 employés de Harderwijk et de ses nouveaux maîtres. Beachie fut transporté dans un hamac suspendu dans une caisse. Il est arrivé à Bruges dans l’après-midi pour être aussitôt dans le bassin à l’arrière du delphinarium.  Durant toute la première semaine après le déménagement, un dresseur de Harderwijk demeura à Bruges pour aider à l’intégration de Beachie au sein du groupe et conseilller l’équipe de Bruges.

Bruges-dolphins-groupPhoto Adriaan van Rijswijk

Les 4 premiers jours, Beachie est resté dans le bassin du fond, séparé du groupe par un simple filet. Cela lui permit d’entendre et de voir ses nouveaux compagnons de cellule. Ensuite, le mâle fut présenté aux 5 résidents. Dans un premier temps, il entra en contact avec Roxanne, l’une des trois femelles adultes, tandis que les autres restaient séparés de lui dans le bassin destiné au spectacle.

dolphinbay-food1Photo Hurricane Warrior

Aujourd’hui, Beachie a fini par s’entendre avec les « femelles de haut rang », Roxanne, Yotta et la vieille Puck.
Les jeunes Indy et Ocean – déjà 10 ans ! – ont peur de lui. La dominance en bassin est absolue, car il n’y a ni moyen de s’enfuir ni de créer des alliances.

Par rapport à ce que Beachie a connu dans son lagon à ciel ouvert hollandais, le bassin du delphinarium n’est pas grand. Profond de 6 mètres en un certain point, sa longueur est de 40 mètres. A droite et à gauche du bassin, se trouve 2 enclos d’isolement. Derrière le décor en carton-pâte, se trouve un autre bassin plus large profond de 4 mètres. Cet espace était destiné à l’origine aux otaries.  Elles y retournent en hiver. En été, elles sont logées au Théâtre des Otaries.

beachie-isolementPhoto Adriaan van Rijswijk

Beachie dut aussi apprendre à obéir de façon différente.
A Harderwijk, tous les dauphins à la fois reçoivent l’attention des dresseurs. A Bruges, les animaux doivent rester calmes au pied de l’entraîneur jusqu’à ce qu’ils reçoivent chacun des instructions à exécuter. Pour Beachie, au début, ce fut difficile d’attendre son tour. Il sautait souvent hors de l’eau,  très excité et avait du mal à garder son sang-froid. On l’a maté.

DSCN2400Photo Hurricane Warrior

 Pour le spectacle, on lui demanda d’abord de montrer les tours appris à Harderwijk. Ensuite, il apprit à jeter des ballons aux enfants et à faire des sauts périlleux. Cette formation avait déjà commencé à Harderwijk, mais n’avait pas encore été achevée. On se demande dès lors ce qu’il a bien pu apprendre à SeaWorld, durant tout le temps où il y a séjourné après son « sauvetage ».

beachie-trainingPhoto Adriaan van Rijswijk

Pour Beachie, pas mal de choses ont changé. Il a longtemps vécu dans le DolfijndoMijn à Harderwijk, parmi un groupe d’autres mâles.
Eux non plus ne s’étaient pas choisi, mais au moins, ils étaient entre hommes.

Au Boudewijnpark, notre étalon partage désormais l’espace exigu des bassins avec 3 jeunes, dont un mâle maigrichon, et 2 femelles plus âgées que lui. En outre Beachie n’a plus la possiblité de sortir à l’air libre, ni de ressentir le soleil sur sa peau, dans une eau de mer où peuvent survivre des poissons. Le delphinarium de Boudewijnpark est complètement recouvert par un dôme. Ses eaux sont entièrement artificielles.
(Informations extraites d’une interview du chef-dresseur de Bruges, Sander van der Heul, sur le site professionnel du Dolfinarium de Harderwijck).

beachie-bruges2Photo Adriaan van Rijswijk

Est-il seulement nécessaire de conclure ?
La simple juxtaposition de ces deux modes de vies ne suffit-elle pas à condamner une pratique commerciale qui ne devrait plus exister en Europe : l’exhibition de dauphins vivants ?  

En savoir plus :
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/28/il-faut-fermer-le-delphinarium-de-bruges/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/07/06/rencontrez-nos-dauphins-pour-la-premiere-fois-dans-leau/

http://www.tropicaldolphin.org/ResearchHabitatUse.html
http://sarasotadolphin.org/dolphin-life/about-sarasota-dolphins/dolphin-societies/

Le show pédagogique du Dolfinarium de Harderwijck 


Winter le dauphin : une histoire de gros sous !

winter-removal-of-tail

La prothèse de Winter est ôtée au bout de 15 minutes. Elle la fait souffrir.

6 octobre 2014
Winter 2, un conte de fées trompeur ! 

« Dolphin Tale 2 »  (Winter 2 ) est exactement cela: un conte (« tale »), une histoire qui continue à tromper le public et à produire des millions de dollars de bénéfices. Ce qui est le plus troublant, c’est que ces films sont destinés aux enfants. Les enfants ne comprennent pas la notion de «licence créative » et ont tendance à croire ce qu’ils voient.
Cette vidéo a été prise le 18 octobre 2011:


Notez l’énergie de Winter à cette époque.

Depuis, la caudale artificielle de Winter est devenue inconfortable. Mais le plus choquant dans le film est de nous montrer la petite Hope devenant à moitié folle d’étonnement. C’est insultant. Les choses ne se sont pas du tout passé ainsi.
Une vidéo réelle nous montre au contraire que Hope s’est certes intéressée à la prothèse de Winter, mais surtout qu’elle a manifesté aussitôt un comportement protecteur à l’égard de cette handicapée.

Remarquez les changements en deux ans à peine…
Cette vidéo a été prise cette fois le 26 juillet 2013.  Winter ne montre plus la même énergie : elle nage avec ses ailerons et très peu avec sa caudale. On dirait qu’elle la traîne. La courbure de sa colonne vertébrale est de plus en plus importante et de ce fait, elle se sert de sa queue à la manière d’un poisson (de gauche à droite) et non pas d’un cétacé (de haut en bas).

Dans le fim Winter 2 (Dolphin Tale 2), on nous fait croire qu’un petit éclat de peinture tombé des parois du bassin est considéré comme une violation majeure de la loi par le Département américain de l’Agriculture, compétent en matière de delphinariums.
En fait, il y avait bien d’autres violations qui pourraient être dénoncées par cet organisme officiel dédié au bien-être des animaux. (Voir mon post du 11 septembre 2014, agrandir les photos dans des conditions et constater l’état dégoûtant des véritables piscines)
Une liste d’autres violations de la loi est également disponible sur ce post.

Dans le film, on parle beaucoup de la libération d’un dauphin nommé Mandy, sauvé par le Clearwater Marine Aquarium. Sa remise en mer effective a eu lieu le 2 novembre 2006, c’est à dire il y a 8 ans.
Aucun dauphin n’a été relâché depuis. Ni beaucoup avant elles.

Winter submerged 3

Winter couchée au fond de la piscine. Les dauphins captifs se réfugient souvent ainsi, sous l’eau.

On voit aussi une scène où les dauphins nagent à toute vitesse autour du bassin.
Il s’agit d’un montage. Cette performance est physiquement impossible en raison de la petite taille de la piscine. Il n’est pas possible qu’un dauphin puisse faire une telle chose dans un espace aussi petit, et encore moins deux dauphins ! En outre, Winter ne pourrait jamais nager si vite avec sa caudale artificielle.

Enfin, la fin du film nous montre, en apothéose, Winter bondissant joyeusement dans les airs.
Malheureusement, c’est une prouesse qu’elle serait bien incapable de faire. C’est la puissance d’une caudale saine et musclée qui permet aux dauphins de sauter si haut.
Impossible avec une prothèse.

Évidemment, Winter ne pourra jamais être libérée.
Mais le Clearwater Marine Aquarium pourait au moins améliorer le sort de Hope et Winter. Ces deux dauphins lui rapportent beaucoup et ils ne reçoivent rien en retour. Un simple sanctuaire marin, comme celui que le Baltimore National Aquarium prépare pour ses propres dauphins captifs, serait l’idéal pour leur fournir le meilleur milieu de vie possible dans les années à venir.

Jennifer Semro

Hope-Winter-clearwater-aquarium-jennifer-semro

Hope et Winter

 

« Voici une vidéo de Winter que j’ai prise le 18 Août 2014, au Clearwater Marine Aquarium. Ma suggestion est de baisser le volume, car il vous distrairait. La vidéo résume le comportement de Winter sur une période de deux heures. Elle change rarement deposition, sauf pour aller à la porte du bassin divisé en deux où elle reste souvent.
Il m’a sembolé que Hope (3 ans) essayait de l’encourager à nager tout autour du petit périmètre, mais en vain. C’est l’un des moments les plus tristes que j’ai pu regarder.
A la fin du premier film « A Dolphin Tale », Winter nous était montré comme un dauphin heureux et en bonne santé. Est-ce que cela ressemble à un dauphin heureux ? »

Jennifer Semro

 

Winter-dolphin-clearwater-aquarium-jennifer-semro
This is a video of Winter that I took on August 18, 2014 at Clearwater Marine Aquarium. My suggestion is to keep the volume down as it is distracting.  The video capsulizes the behavior of Winter over a period of two hours. She rarely changed position except to go by the door to the divided tank where she hangs out a lot.
It looked to me like Hope was trying to encourage her to swim the small parameter but to no avail. It is one of the saddest times I have watched her. At the end of the first dolphin movie the caption was that Winter was a healthy, happy dolphin. Does this look like a happy dolphin?
http://www.dolphindefenders.blogspot.be/

Winter-dolphin-clearwater-aquarium-jennifer-semro2
2013

Winter a rendu célèbre le Clearwater Aquarium

Petit delphinarium de bord de route dans les années 90, le Clearwater Marine Aquarium se sent pousser des ailes !
Plus de 2,5 millions de personnes pourraient visiter les installations géantes qu’il veut construire au centre-ville. Il se placerait alors dans la catégorie des Grands, aux côtés de l’Aquarium de Géorgie à Atlanta (où l’on attend des bélugas russes) ou du Monterey Bay Aquarium en Californie.

Bien sûr, le fait que ses responsables essayent d’obtenir un apport important de fonds publics pour leur projet de 160 millions de dollars, soulève quelques questions auprès des experts financiers. Cet investissement sera-t-il rentable à long terme ? C’est qu’il existe déjà une attraction du même type dans la région, le gigantesque Aquarium de Floride à Tampa. La démographie locale permettra-t-elle de garnir les gradins de ces deux entreprises commerciales en même temps ? Grave question, qui n’a que peu à voir avec la conservation des dauphins ou la pédagogie…

clearwater-giant
Le projet

« Nombreux sont les aquariums qui s’ouvrent avec succès», déclare à ce propos David Robinson, un économiste spécialisé dans les parcs d’attractions. « Mais la fréquentation diminue sensiblement au cours des années suivantes, à moins que l’établissement n’offre quelque chose de particulièrement intéressant et de bien visible pour attirer les visiteurs »

Les gestionnaires du Clearwater Marine Aquarium (CMA) estiment justement qu’ils ont «quelque chose de particulièrement intéressant et de bien visible » pour attirer leurs visiteurs. Ce «quelque chose», c’est Winter.

Winter, on le sait, est ce dauphin femelle qui a perdu sa caudale après s’être empêtrée dans la ligne tranchante d’un casier à crabes.
Elle est devenue vedette bien malgré elle, depuis que le film A Dolphin Tale a fait de sa tragique histoire un roman à l’eau de rose, tout  la gloire des delphinariums. Dotée d’une prothèse, elle survit désormais dans un delphinarium de plus en plus bruyant, car sa célébrité a fait bondir les chiffres d’entrées. Les gains du parc sont en effet passés de 8 millions à 21 millions de dollars entre 2011 et 2012 et les visiteurs s’y bousculent à grand cris.

winter-glass
Le bruit…

Offrir aux visiteurs un animal ou une expérience unique est la clé du succès pour n’importe quel zoo ou aquarium.
L’Aquarium de Géorgie met en avant ses gigantesque requins baleines énormes (qui meurent vite mais n’ont pas de nom, heureusement) tandis que le Monterey Bay Aquarium vante sa forêt de varech ou sa pieuvre géante.

« Vous choisissez une attraction qui vous distingue, vous devenez le spécialiste en ce domaine et ensuite, vous le faites savoir ! » déclare Stephen Fuller, professeur à l’Université George Mason et rédacteur du Rapport annuel sur la santé économique des attractions animales publié par l’AZA (Association des Zoos et Aquariums).

“Jusqu’à présent, la gloire de l’aquarium de Clearwater ne repose que sur un seul animal et c’est risqué » ajoute Robison, un autre économiste.
« La plupart des aquariums de ce pays essaient d’avoir au moins 8 à 10 attractions-phares, alors qu’ici, il n’y en a qu’une et que cet animal peut mourir à tout moment. »

Et de rappeler l’histoire de Knut, l’ourson polaire, au Zoo de Berlin. Dès qu’il eut cessé d’être la petite boule en peluche blanche que tout le monde trouvait si craquante, le nombre d’entrées a dramatiquement chuté. (Comme Knut lui-même, d’ailleurs, castré, désespéré et seul, qui mourut en public dans l’indifférence la plus générale… ou comme bébé Kai-Mook, au Zoo d’Anvers, qui n’intéresse plus grand monde depuis qu’elle a grandi)

knut
La mort de Knut

A cela, Clearwater répond en rappelant l’histoire de Flipper, qui est à l’origine même du succès des delphinariums. 
Flipper continue à faire venir des visiteurs au Seaquarium de Miami. Près de 50 ans se sont pourtant écoulé depuis le premier épisode de cette série télévisée toujours très populaire. Bien sûr, le dauphin qui effectue les shows aujourd’hui n’est pas le Flipper d’origine.
Plusieurs dauphins ont joué ce rôle au cours d’épisodes successifs. L’un d’entre eux, Cathy, a même transformé par son suicide un dresseur en activiste célèbre, du nom de Ric O’Barry.
Mais cela ne dérange personne. Flipper, Shamu, c’est le nom qui compte !

Flipper_le_dauphin_1964_Flipper_3
Flipper

Winter sera plus difficile à remplacer. 
Avec sa caudale artificielle, on la reconnaît de loin. Elle n’est âgée que de 7 ans, mais l’on sait qu’en bassin, les dauphins dépassent rarement 20 ans, à quelques exceptions près, telle Nelly, 60 ans.  A en juger par les images webcam de son bassin, Winter ne semble hélas guère promise à une vie longue et heureuse, du moins si on la laisse dans son environnement actuel.

Elle a sans doute rendu l’espoir à de nombreuses personnes handicapées, mais ses gentils soigneurs se contentent désormais de l’exploiter, sans prêter attention à son désarroi. Sa seule activité consiste à donner trois spectacles chaque jour, du lundi au dimanche, dans un vacarme assourdissant. C’est fatiguant pour elle et surtout vide de sens. Le reste du temps, elle dort face au mur ou tente de se réfugier dans un coin, comme font tous les dauphins captifs. Dormir pour oublier, dormir par pur enui, parce qu’il n’y a RIEN à faire…

winter-dolphin-sad
Cette vidéo nous montre le show de 3 heures 30.

Mais qu’importe si elle meurt !
Le Clearwater Aquarium a d’autres cordes à son arc ! Prenant les devants, il fait déjà la promotion de l’histoire de Hope, un autre bébé dauphin sauvé la nuit même où le tournage du film « Dolphin Tale » s’achevait. On peut craindre d’ailleurs que ce dernier n’ait une suite, dont la petite Hope serait la vedette.

Le plan à long terme des gérants du parc est de rentabiliser son image de «centre de sauvetage de mammifères marins » en fidélisant les visiteurs avec les histoires personnelles de chacun des détenus. « Nous construisons une famille d’animaux célèbres » a déclaré son responsable. Et ce, depuis l’histoire de Sunset Sam, le fameux dauphin peintre aujourd’hui décédé, de sa compagne Panama, présentée aujourd’hui comme la maman adoptive de Winter. Et de Hope, sa prétendue petite « soeur ». Comme c’est mignon… et rentable !
Bref, on l’aura compris : les delphinariums, c’est d’abord du business !

winter-money

Pour en savoir plus :

La vie passionnante de Winter en webcam

L’histoire de Winter le dauphin

La véritable histoire de Winter en bassin

Pétition pour que Winter soit placée dans un sanctuaire marin

Delphinariums en bord de mer

Ces dauphins que l’on sauve…

Lire aussi l’article en anglais

flipper-tombe
La tombe de Flipper

winter-se-cache