Free our last 6 dolphins in Belgium.

Articles tagués “Aywaille

Le Monde Sauvage d’Aywaille sous le regard du loup

aywaille-demo1
Toutes les photos de la démo sont de Nath
AnimaVeg

C’est la première fois, sans doute, qu’une manifestation se tient pour dénoncer les zoos en Belgique. Certes, nombre de démonstrations ont eu lieu contre le delphinarium d’Anvers puis contre celui de Bruges. Mais jamais, nous semble-t-il, l’existence même des zoos n’a été remise en question de façon globale comme elle le fut ce 15 mars 2014.

aywaille-jm-stasseJean-Michel Stasse

Cet évènement a été organisé par une toute petite et courageuse association, Wolf Eyes.
Jean Michel Stasse, son responsable, est un ancien dresseur de loups du Monde Sauvage d’Aywaille. Ce n’est pas par vengeance qu’il s’est élevé d’abord contre son ancien employeur. Mais bien pour rappeler à la mémoire publique l’invraisemblable drame qui s’est déroulé récemment aux abords de ce parc : l’abattage de sang froid de la petite Morgi.

Le décès tragique de cette panthère des neiges a secoué la Belgique. Ce crime mettait crûment en exergue les mensonges des zoos à propos de leur prétendue mission de conservation et la façon cavalière dont des espèces en grave danger d’extinction étaient traitées à Aywaille.

cage-brisée-panthère-aywailleEst-ce dans un kiosque vermoulu qu’on accueille une panthère ?

Jean-Michel, qui avait déjà eu maille à partir avec le Zoo à propos de certains loups blancs que l’on voulait euthanasier, est reparti au combat. Il a fait de Morgi l’étendard d’une revendication citoyenne aussi simple qu’éthique : « Il est temps  que les zoos changent et fassent leur vrai boulot ».

MarteLa martre en Wallonie 

Au lieu d’être un supermarché aux rayons débordant d’espèces exotiques épinglées dans leur enclos comme des papillons dans leur boîte, le zoo du futur devrait accueillir des espèces indigènes, loutres, chauve-souris, castors, loups, lynx, martres, belettes, oiseaux, batraciens, etc.

Il devrait les faire se reproduire à distance des humains en espace semi-naturels et les remettre en liberté pour repeupler nos champs et nos forêts. En visitant ces lieux, nos enfants apprendraient à respecter les animaux de chez eux, si petits soient-ils, tandis que les zoos soutiendraient financièrement les projets de sauvegarde des éléphants, des  grands singes….ou des panthères des neiges in situ .

panthère-des-neiges-libre

Mais voilà : trop sensibles aux seuls arguments économiques, le bourgmestre MR d’Aywaille, M. Dodrimont, n’a pas voulu entendre ce message réformateur. Il a interdit la manifestation, tandis que le Monde Sauvage traînait Wolf Eyes en justice et qu’il l’y traîne encore. La commune a voulu faire taire les amis des animaux. Et elle le payera cher en termes d’image publique.

Car toute la presse suit cette affaire depuis des semaines.
Toute la presse se montre impressionnée par la ténacité de Wolf Eyes et le fait qu’il ait passé outre l’interdiction du bourgmestre. Et toute la presse enfin n’a pas manqué de noter que les piliers de la défense animale en Belgique, Gaia, Bite Back, Animaux en Péril, Anima Veg, Animal Sans Toit, LRPO,  Végétik, Poils&Moustaches et Dauphins Libres, soutiennent d’un seul front Jean-Michel et Marjo dans leur juste combat.

aywaille-union-fait-la-forceUn mouvement qui se lève et que rien n’arrêtera

Reconnaissons que la manifestation  fut encadrée par une police efficace et courtoise. Mais elle fut aussi écourtée à 20 minutes et les manifestants ont été contraints de laisser par terre leurs panneaux. Le fait d’interdire un évènement de ce type est dangereux pour la démocratie.  Les citoyens doivent avoir le droit d’exprimer publiquement leurs opinions, dès lors que cela ne nuit pas à l’ordre public.  Or, sur les vastes chemins de cette magnifique campagne aux alentours du Monde Sauvage, il y avait bien peu de chances qu’une centaine de manifestants puissent menacer quoique ce soit.

DSCN0666

Chaque mois Bite Back organise une manifestation devant le Boudewijn Seapark et personne n’y trouve rien  redire. Chaque année, en septembre, j’organise une manifestation devant l’ambassade du Japon contre les massacres à Taiji. Cela fait 15 ans que la commune de Bruxelles m’accorde son feu vert.
En interdisant le rassemblement de ce jour – qui a tout de même eu lieu – la commune d’Aywaille lui a assuré son succès médiatique.

DSCN0664

Ne doutons pas que M. Dodrimont ait compris le message et qu’il s’y reprendra à deux fois avant d’interdire. Mais le parc Pari Daiza le comprendra-t-il, quand nous serons devant ses portes ? Et Forestia ?
Ce qui est sûr, c’est qu’un mouvement nouveau s’est levé face aux zoos que plus rien n’arrêtera.
Et il faut ici en remercier Wolf Eyes, « les yeux du loup » !

YG
Dauphins Libres
Free Dolphins Belgium
Pour une Belgique sans Delphinarium

Pour aider Wolf Eyes à payer ses frais de justice :
001-6369489-60 IBAN BE73 0016 3694 8960 BIC GEBABEBB

Lire aussi :

La Dernière Heure

Elle s’appelait Morgi, elle avait les yeux bleus

Le Monde Sauvage d’Aywaille

Born Free : rapport sur les zoos belges

chien-militantUn courageux chien militant à 3 pattes.
Photo Marjo 

aywaille-animal-sans-toit

aywaille-demo2

aywaille-union-fait-la-force2
aywaille-demo5

DSCN0639

aywaille-demo4
aywaille-demo3

aywaille-demo6

aywaille-final

aywaille-orang-deprime4


On a tué Morgi, le léopard des neiges

snow-leopard-watchLe léopard des neiges

24 janvier 2014 :
12.000 euros pour le meurtre de Morgi. C’est pas cher payer le crime, mais c’est déjà ça. Cela dit, Madame la Ministre, la vraie question n’est-elle pas : « les parcs d’attractions ou les cirques aquatiques pourris de notre pays ont-ils pour vocation d’assurer la prétendue sauvegarde d’espèces en danger d’extinction – une méthode qui n’est jamais citée par l’IUCN – ou ne serait-il pas plus raisonnable que la Belgique soutienne des projets de conservation in situ dans les pays même où survivent ces espèces ? »

morgi-la-panthère

Qui sont ses parents ? Où ont-ils été capturés ? Que fait le Monde Sauvage d’Aywaille pour soutenir les projets de sauvegarde des panthères des neiges dans leur pays d’origine ? Comment compte-il remettre en liberté ces animaux transformés en « arguments de vente » et définitivement acculturés par la vie en cage ? Enfin, qu’a-t-on fait de la forrure de Morgi ? L’a-t-on vendue ? 

snow-leopard-flying_00448225

C’était une petite panthère des neiges aux yeux bleus.
Dans la vraie vie, elle serait née là-bas, dans les montagnes du Kyrghystan, en Chine ou au Népal.
C’aurait été le printemps. Elle aurait tété sa maman au fond d’une tanière, avec ses frères et sœurs. Très vite, elle aurait appris à chasser le mouton bleu, le sanglier, le lièvre, la marmotte, le cerf ou la souris.
Adulte, elle aurait parcouru son immense territoire de 1.000 km2 et croisé sur sa route quelques uns de ses semblables. Ils se seraient salué, sans plus et sans se battre. Mais elle aurait préféré rester seule, à voyager le long des lignes de crête ou à filer tout à coup pour une expédition très lointaine et rapide. Elle se serait reposée tout en haut d’une falaise, en contemplant les vallées profondes noyées de brumes aux flancs plantés de déodars.

kyrgystan-mountainLe royaume de la panthère en été 

Un jour, en janvier, elle aurait rencontré un mâle. Ils auraient fait un bout de chemin ensemble, puis elle l’aurait quitté pour donner à son tour naissance à de beaux bébés, piaillant autour de ses tétons. Elle leur aurait appris comment tuer leurs proies et ne chasser que le soir, pour éviter les hommes. Elle les aurait vu partir, un peu inquiète, vers leur destin dès deux ans.
Elle se serait éteinte dans son propre royaume, au terme d’une vie courte et souvent difficile, mais d’une vraie de vie de léopard des neiges.

snow-leopard-mother-and-cub-eatingMère et enfant dévorant leur proie

Video

morgi-la-panthèreMorgi bébé (vidéo)

Au lieu de cela, Morgi provient du Kameltheater und Weisser Zoo, en Autriche. Mais elle n’y est pas née. Elle y est arrivée avec sa soeur d’un lieu inconnu, nous ne savons rien de ses parents. Elle y a vécu un moment avec d’autres enfants dans un enclos assez vaste. Elle n’y a jamais appris à chasser quoique que ce soit, bien sûr, ni à marquer son territoire de son urine et de ses fèces ou à partir pour de longues randonnées en montagne avec son amant de la saison. C’était juste une panthère née captive, produite à la chaîne pour alimenter les zoos. Elle ne connaissait pas d’autre monde que les cages, mais là où elle était, les gens étaient gentils : il la dorlotait comme un petit chaton.

Un jour, d’autres humains sont venus la chercher, parcequ’elle était « excédentaire ».
Ils l’ont enlevée à sa famille, à son petit monde si familier. Ils l’ont mise dans un camion qui faisait beaucoup de bruit et secouait tout son corps. Ils l’ont enfermée dans une autre cage, avec des parois transparentes comme de l’eau, qui ne correspondait en rien aux normes minimales imposées aux zoos par la loi. Une sorte de petit pavillon au sol nu, cerné de fenêtres avec une souche en béton au milieu. Ce qu’ils appelaient un « observatoire ».

Elle était seule, Morgi, et elle était en rage. Elle ne voulait pas vivre dans ce fichu caisson ! Elle voulait courir, elle voulait bondir, elle voulait marcher durant des jours pour épuiser son corps adolescent, avide d’espace et de liberté.

aywaille-cage-panthère

pavillon-panthèreaywaille-vitre1Cette « guérite » n’est pas aux normes pour
détenir un léopard deux semaines de suite
.
De plus, le verre n’est pas sécurisé…

A bout de deux semaines de confinement, la panthère est devenue folle.
Elle s’est jeté sur la vitre de toutes ses forces et elle l’a brisée. C’était le matin. Elle s’est enfuie dans la lumière, n’importe où, droit devant, dans ce monde extérieur qu’elle n’avait jamais vu. Elle a entraperçu des pumas, des tigres, des félins enfermés comme elle. Il y avait aussi des éléphants, des loups blancs et des gnous et toutes sortes d’animaux bizarres. Elle a couru dans le petit bois, elle s’est faufilé sous les branches d’automne.

aywaille-loups-blancs-barriereLes loups blancs d’Aywaille

Les Hommes se sont lancés à sa recherche. La police, les pompiers ainsi qu’un hélicoptère ont quadrillé le parc pour tenter de la reprendre. Un chien spécialisé dans la recherche d’animaux est arrivé vers 17 heures, mais son flair n’a pas permis de retrouver le félin.
« Elle est très habile et se déplace rapidement » déclara son propriétaire, M. Jospeh Renson, précisant : « L’animal, d’une taille oscillant entre 80 et 90 cm, est de couleur blanche, a les yeux bleus et est tacheté de noir. Il pèse entre 35 et 40 kg. Cette panthère est craintive et se tapit la plupart du temps en journée. Elle se déplace rapidement et sait déjà très bien sauter, mais elle est habituée à l’être humain. Elle ne devrait donc pas nous faire de mal. C’est plutôt un animal de proie, qui se cache durant la journée et sort une fois la nuit tombée pour trouver de la nourriture. On risque donc d’avoir beaucoup de mal à la trouver tant qu’il fait jour ».

Ah oui ! Elle s’était bien cachée, notre petite Morgi. La nuit tombait qu’on la cherchait encore. Le directeur du zoo, son fils et un garde-chasse ont poursuivi leur traque. Elle entendait leurs pas, elle entendait leur voix, elle sentait leur terrible odeur. Ils s’approchaient, elle se terrait. Elle avait tellement peur ! Tellement peur !

panthère-aywaille-traqueLa police sur les dents

Le garde-chasse l’a découverte. Ils se sont retrouvés face à face. Elle a feulé, craché vers lui, elle a montré ses dents.
Pourquoi ne pas avoir utilisé la flèche tranquillisante ?
«Nous n’étions pas dans une position favorable à l’endormissement de l’animal. Et puis, il faut également savoir que cette flèche prend une quinzaine de minutes avant de faire effet. Le garde a fait ce qu’il a jugé bon pour la sécurité publique et pour lui-même.»
Quand elle vit libre, la panthère des neiges n’agresse jamais l’homme, elle le fuit. Elle est inoffensive. Mais le gardien ne le savait pas. Ou bien il a pris peur. Ou c’était un réflexe, car il était chasseur. Il a tourné son arme vers le petit fauve. Il a tiré.
Morgan a cessé de vivre.
Et sa mort a choqué toute la Belgique.

morgi-panthère

Que fera-t-on de son corps, au terme de l’autopsie ? De sa fourrure si chère et si précieuse ? La confiera-t-on une fois encore au taxidermiste local ? Cette fuite est-elle vraiment une fuite ou bien un coup monté ? Nous ne le saurons sans doute jamais, car le directeur du parc passe entre toutes les gouttes.
Ce n’est pourtant pas la première fois que son zoo fait l’objet d’enquêtes. Ce n’est pas la première fois que des accidents y surviennent ou que d’étranges affaires de tigres abattus en cage remontent à la surface. Ce n’est pas la première fois enfin que l’accueil  des éléphants ou des grands singes suscite plaintes et critiques.
Mais quoi ! Le Monde Sauvage fait le bonheur de l’économie locale et le bourgmestre d’Aywaille, Philippe Dodrimont, ne tient pas trop à le voir fermer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Si t’as pas ça dans ton jardin…

Ecoutons ce qu’en dit un honoré confrère, M. Eric Domb, le directeur de Pairi Daiza :
« Dans ce domaine, comme dans plein d’autres, l’ignorance est la mère de tous les péchés. Il y a effectivement beaucoup d’émotion suite à cet incident tragique, et certains en profitent pour mettre en cause une nouvelle fois les jardins zoologiques dans leur ensemble. Or, c’est en Europe qu’on trouve les meilleurs parcs parce que les animaux n’y sont pas traités comme des objets, mais comme de véritables ambassadeurs de leurs congénères en voie de disparition. En fait, mes collègues et moi en avons un peu marre d’être ainsi dénigrés alors que le vrai problème de la faune sauvage ne réside pas du tout dans les jardins zoologiques ».

aywaille-orang-deprime4
Orang-outan déprimé au zoo d’Aywaille


Etrange façon de pleurer cette panthère que d’accuser d’ignorance et de débordements émotionnels ceux qui s’en préoccupent 
Le discours de M. Domb, grand éleveur d’éléphants, est corporatiste, il est celui de tous les zoos, de tous les delphinariums, il est celui de SeaWorld et du Taiji Whale Museum, qui  chantent à l’unisson la gloire de « l’animal ambassadeur » et prétend que les zoos n’ont rien à voir avec l’exctinction des espèces.

C’est faux.  Depuis plus de 2 siècles, les empires coloniaux et la Belgique en tête ont importé des singes, des éléphants, des fauves qui claquaient comme des mouches dans des cages minuscules. Le tigre de Tasmanie a disparu sous la pression des zoos. En 2006, le Georgia Aquarium a fait caturer 18 bélugas par les Russes et tentent aujourd’hui de récupérer sa mise. Enfin, selon l’UICN, l’une des menaces majeure qui pèse sur la panthère des neiges est la demande illégale d’individus vivants pour les zoos et les cirques. En 2000, un spécimen transporté en voiture depuis le Kyrgyzstan en passant par l’ex- Yougoslavie, la Turquie, l’Egypte, le Maroc et l’Espagne a été confisqué dans le sud de la France. Vers quel zoo se dirigait-il ? Il faut noter que la même UICN ne mentionne nulle part la reproduction en zoo comme une mesure efficace de protection de l’espèce.


Le dernier tigre de Tasmanie

La vérité, c’est que les zoos ne servent à rien.
Ni à la sauvegarde des espèces. Ni à la sensibilisation du public, ni aux recherches éthologiques.
A Aywaille comme à Anvers ou à Brugelette, les enfants n’apprennent rien de la vraie vie des panthères. Ils lisent peut-être, mais c’est rare, le panneau affché près de la cage. Ce qu’il voit en revanche, c’est une boule de fourrure effondrée d’ennui, roupillante, immobile. Ce n’est pas un léopard, ni un tigre, ni un ours, ni un puma. C’est un papillon épinglé tout vivant dans sa boîte. C’est une image en trois dimensions d’une panthère, mais sans panthère dedans.

anvers_panthere-decembre-2012Anvers 2012

Bien sûr, le léopard des neiges est gravement menacé. Son espèce est au bord du gouffre.
Inscrit sur la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), ce fauve habite dans 12 pays : l’Afghanistan (100 à 200 individus) , le Bhoutan (100-200) , la Chine (2.000 -2.500), l’Inde (200-600), le Kazakhstan (180-200), le Kyrgyzstan (150-500), la Mongolie (500-1.000), le Nepal (300-500), le Pakistan (200-420), la Russie (150-200) , le Tajikistan (180-220) et l’Ouzbekistan (20-50). La Chine qui détient près de 60% de tous les léopards des neiges survivants est l’une des nations les plus actives à assurer sa protection.  Les principales menaces pour la panthère des neiges sont le manque de gibier, le commerce illégal, les conflits avec les éleveurs locaux – comme l’ours ou le loup en France – et le manque de prise de conscience ou de moyens des gouvernements concernés pour assurer sa conservation.

L’insécurité politique et la guerre sont évidemment des facteurs aggravants. Enfin, depuis la fin des années 90, le trafic de fourrure est en augmentation , mais aussi les captures pour les zoos et les cirques. Ajoutons à cela à cela les délires de la médecine chinoise qui, faute de tigres quasiment disparus, se tourne désormais vers les os et les organes sexuels des lions et panthères.

Lion-bone-Keosavang-houseOs de lions en Chine

Mais ce n’est pas en la gardant en cage et en la faisant se reproduire jusqu’à la consanguinité qu’on pourra la sauver. Un animal n’existe qu’au sein de son milieu, auquel son corps et sa conscience se sont adapté au fil des millénaires. Un homme né en cellule, privé de tout savoir, de toute culture, de toute activité, de toute stimulation, ne serait lui-même plus vraiment un homme.

La seule façon de sauver les panthères, c’est d’aller les voir dans leur pays, de soutenir l’éco-tourisme, d’aider à financer les plans de protection des associations locales. La seule façon de les garder, c’est de préserver leur environnement, d’assurer leur sécurité et de leur permettre de continuer à vivre selon leurs coutumes, en développant pleinement toutes les capacités intellectuelles et motrices conçues pour la haute montagne et le froid.

snow-leopard2Les grands félins sont très intelligents

Enfin, au-delà de l’espèce, il y a l’individu. Morgi avait une conscience. Elle éprouvait des émotions. C’était une vraie personne.  Mais le garde-chasse qui l’a tué ne sera pas puni. Il n’a tué « personne ».
Pour la loi belge, Morgi n’était qu’une chose, un objet plus ou moins sensible, un «lot» que l’on achète, qu’on exhibe et qu’on vend. Oh, bien sûr, il y a des normes de bien-être minimales. Bien sûr, la cruauté gratuite est punie sur un tel objet de propriété. Mais la captivité EST cruelle par l’ennui insondable qu’elle impose.
Il faut changer la loi.  Il faut fermer les zoos. Il faut que la Belgique prenne exemple sur le Costa Rica.

Mais pour Morgi, cela n’a plus d’importance.  Son corps repose dans une chambre froide.
Alors, adieu, petite panthère aux yeux bleus. Nous espérions tellement que tu t’en sortes, même si c’était pour retourner vivre derrière des barreaux. L’annonce de ton décès nous est tombé dessus comme une masse et a soulevé notre colère.
Ta courte existence n’a servi à rien.
Puisse au moins ton décès aider ceux de ton espèce et faire comprendre au monde que les zoos, jamais, ne seront la solution.

snow-leopard-free-snow

Collectif contre les parcs animaliers

Charte contre la détention des animaux sauvages

Le léopard des neiges
http://www.natura-sciences.com/biodiversite/especes-menacees/panthere-des-neiges.html
http://www.prog-panthera.com/Expeditions-PANTHERA-Inscriptions.html
http://www.snowleopard.org/wp-content/uploads/2013/11/Global-Snow-Leopard-and-Ecosystem-Protection-Program-GSLEP-October-2013.pdf
http://www.snowleopard.org/learn/cat-facts

Les félins captifs
http://bigcatrescue.org/big-cat-attacks/
http://bigcatrescue.org/european-aza-zoos-actively-encouraged-to-kill-animals/

Le Monde sauvage d’Aywaille :
Deux options : ou bien le garde-chasse illégalement armé a voulu faire un carton. Ou alors, si ce n’est pas le cas, c’est juste une poule mouillée qui a eu peur d’un gros chat ! Il suffisait d’attendre que Morgi ait faim et qu’elle revienne manger dans son bol. Mieux même, on aurait pu l’appeler gentiment, comme on appelle un minou égaré. Passe encore que la police et la presse ignorent que cette espèce est totalement inoffensive (on a fermé les écoles ce jour-là et loué chien et hélicoptère !) mais un Directeur de Zoo ?  Enfin, tout de même ! Ne devrait-on pas avoir quelques notions de zoologie pour faire ce métier ? Ou bien ne faut-il aucun diplôme pour enfermer des espèces rares et s’enrichir en les exhibant au public ?
A en juger par les débats télévisés, la politique et le business l’emportent haut la main sur l’éthique, la science et l’empathie.  

http://www.dauphinlibre.be/le-monde-sauvage-d-aywaille.htm
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20131218_00406175
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20131218_00406198
http://www.rtl.be/videos/video/470204.aspx
https://www.facebook.com/boycottMondeSauvage

Zoos et captivité
http://www.dauphinlibre.be/zoo_solutions.htm
http://www.code-animal.com/zoo/role/role.htm
http://www.dauphinlibre.be/zoos-en-belgique.htm
http://www.lalibre.be/debats/ripostes/est-il-ethique-de-garder-des-animaux-sauvages-en-captivite-52b2784035701baedaa44293

anvers-lion-2012La savane aux lions d’Anvers (2012)

habitat