Free our last 6 dolphins in Belgium.

Harderwijk

Boudewijn Seapark in Bruges : the time of the catches

dofirado-tex-puck-linda
Puck, Tex & Linda at the Dolfirado

The Boudewijn Seapark opens in Bruges in 1972.
At the time, dolphins are considered like “the” new American attraction that can bring a lot of money quickly. Dolphinaria open all over Europe.

Harderwijk (in The Netherlands) is the first to dig ponds in 1962. While Marineland in Antibes (France) orders its orcas from SeaWorld, while England multiplies small structures filled with young and sick cetaceans and while the Duisburg Zoo starts its sinister massacre. Belgium won’t take much time to follow.

The first dolphinarium was born in 1968 in Mellen in Flanders. Maupertuus Park – that’s his name – brought 5 dolphins back from Florida. Only two of them are still alive when the plane lands, one mother and her child, which will rapidly die too.

On the 17th of December 1969, the Antwerp Zoo opens its new facility, this time for “scientific” purposes. The zoo orders its first victims in Florida. Jerry Mitchell and James Tiebor are its main suppliers for dolphins, dolphins that they capture in the Gulf of Mexico. From the beginning, it’s a massacre. At least 30 dolphins will perish.

orcellesanversBurma Irrawaddy dolphins
at the Antwerp Zoo

 A dolphinarium also opens in the “Plaine de la Sarte”, in Huy, in 1977.
Like Bruges, it is here also a sort of Walloon branch of Harderwijk. Two dolphins of the company are sent to these very small basins (10 meters long and 1,5 meter deep). But commercial success does not come. Harderwijk then takes back Jasperina, the last surviving dolphin, in its facilities in Bruges in 1978. The site is now called “Mont Mosan” and only exhibits sea lions and parrots.

 

mont-mosan-miss-otarieMont Mosan

 Between 1976 and 1984, dolphins were also exhibited in a 6 degrees water in the Walibi Park in Wavre. They were called Boy, Leo, Missy, Kiki, Niky, Nemo and Girl. Some of them had been captured in Taiwan. They all died miserably.

walibi_dolphinsWalibi

Then the folly falls down again. The fashion for dolphinaria gradually loses its appeal in the nineties, with the closure of all the English sites and of the dolphinarium of the Antwerp Zoo in 1999, under the pressure of the activists. The dolphinarium of Bruges, however, still holds and is enthusiastically supported by the local politicians. They all mention the “well-being” of its residents, but especially the economic interests of such an attraction in terms of employment.

Managers of this park (under a dome), that is one of the last dolphinaria in Europe that deprives its dolphins from light and fresh air, can therefore regularly tell lies in the columns of our main newspapers, and affirm without a laugh that their dolphins live much longer in captivity and breed pretty well. No one dares to contradict them. So it is time to tell, here, how the Boudewijn Seapark was built, on a mountain of corpses…

deadDead captives

 

From 1972 to 2009, the Boudewijn Seapark imported wild dolphins from Florida and probably the  Caribbean, through his Dutch counterpart, the Harderwijk Dolphinarium, or through the “Dolfirado” in Stein (Limburg). In only one case, as we will see below, the Boudewijn Seapark received its dolphins directly from its supplier, without them going first through Harderwijk.

In this regard, the dolphinarium of Bruges bears a heavy responsibility.

The dolphins in the Gulf of Mexico have indeed paid very expensive this “Flippermania” outbreak, that all the emerging countries are now discovering, from Asia to Africa.

Between 1960 and 1993, more than 1600 marine mammals have been taken from the U.S. waters for the local and the international market. In the early nineties, a terrible epidemic has decimated the dolphins in the Gulf, and the USA had to prohibit all the commercial catches in 1993. This was also because the catches for the dolphinaria were finishing to deplete the populations…

Since then, Western aquatic circuses are forced to stick to breeding farms. Some dolphinaria succeed (with a relative success). But the births are insufficient and the life of these dolphins is too short to ensure the viability of a genetically healthy population on the long term. This will require new captures one day.

pieter-vetoRoxanne, 3 missed births in 2 years

Unlike Antwerp Zoo, which makes no secret of its archives, Boudewijn Seapark never mentions the period between 1972 and 1988, during which the dolphinarium took part, with his Dutch accomplices, to the depopulation of the Gulf of Mexico.

The park even does everything to erase the past. For example, on the signs mentioning the six captive dolphins at the entrance of the dome, the name of Tex does not even appear. Yotta, Indy and Ocean, 3 only dolphins that were born captive and that are still alive, simply have no father.

Many researches are therefore needed to trace back the path of the cetaceans of Bruges. And this path remains incomplete, fragmentary, sometimes censored. The more we find clues on the true story of the dolphins in Bruges, the more the skein of the incessant transactions between the 6 Dutch dolphinaria and the 4 Belgian dolphinaria, under the leadership of Harderwijk, becomes difficult to unknot. The story of our 3 last dolphins founders in Bruges is very tumultuous, dramatic and confused.

 

 ___________________________

capture-dauphins2Capture with a hoop in the 60’s

 

The “Marine Mammal Inventory Report”, responsible for recording all the exports from the U.S.A., mentions that 3 big bottlenose dolphins (Tursiops truncatus) arrived in Bruges in 1974. No other animal is mentioned before that.

This is curious. Because there had to be at least ONE dolphin for the opening of the dolphinarium in 1972! Several dolphins have thus lived at the dolphinarium during these first two years (1972-1974) without anyone remembering them. Their arrival in Belgium is nowhere mentioned, nor their death, in official documents. But there are traces…

Japan dolphin in the Netherlands

Japanese dolphin in the Netherlands (70’s)


In 1972, Dr. W.H. Dudok Van Heel, sent by the company Harderwijk BV, conducted a scientific investigation about the frequent and early deaths amongts the dolphins
that his company imports, stands, keeps or distributes.

The author of this study obviously does not attribute these rapid deaths to the despair linked to containment – the dolphins arrive shortly after their capture, still shocked – but to a too high level of mercury in their blood. Van Heel mentions some of the dolphins present in Belgium.

During the winter of 1970-1971, he says, we helped build the Boudewijn Seapark. « To be able to fill the basins with dolphins “proper to educate the public”, we brought four freshly caught dolphins: Allan, a young adult male; Yogi, a juvenile male in poor health; Kiana, a young adult female; and Sherry, a juvenile female ».
A table is presented, which shows the distribution of this global purchase (22 dolphins) for four dolphinaria (Bruges, Harderwijk, Rotterdam and Zandvoort).

« All these dolphins were captured by Milton Santini in Marco Island, southwest Florida, except four of them, captured by James Tiebor. Animals delivered to Sweden (Kolmarden) were captured by Jerry Mitchell in Key Largo ». Jerry Mitchell was already providing the Antwerp Zoo. He was sentenced later for illegal catches in the Bahamas.

 

dolphin-marco-island

Marco Islands, Florida

 

The dolphins chosen for shows in Bruges are, however, not those that have just been imported (Allan, Kiana and the others). You have there Milly and Sanny, two adult females perfectly tamed and healthy.
You have George and James, two young males also pre-tamed and whose health is improving. These dolphins belong to the Harderwijk dolphinarium but they travel from one dolphinarium to the other quite frequently. They are often moved at the time. Street aquatic circuses also travel around Europe, but Van Heel opposes them. He’s in favour of a stable habitat.

 “The dolphins in Bruges didn’t cause us any problems”, he continues, “until the conclusion of this investigation in May 1972. From that moment, Georges and James started to lose their vitality. Kiana and Allan, despite of having been prepared in Harderwijk, could not stand the pressure of the training anymore, and we had to reduce it. We had to remove Allan from the shows and send him to rest in Holland. The health problems of the animals and the uncomfortable situation of the dolphinarium in Rotterdam, located in the heart of the city, led us not to renew the contract with this site. Hazel was transferred to Bruges in October 1971. In May 1972, his condition had slightly improved while Doris and Kiana’s health had deteriorated to such an extent that we had to send them again to Harderwijk in order to regain strength. Georges and James were doing well then ».

And it stops there. From Sherry, Yogi, Georges, Hazel or James, we will know nothing more. They probably all perished in Netherlands or Germany, but dolphins were dying so quickly that there was not enough time to record all the deaths…

 

dolphinarium2-hardewijk-66

Harderwijk in the sixties

 

In January 1974, the MMIR tells us that Bruges receives 3 dolphins from Harderwijk.
Allan and Kiana are leaving Holland to come back to Belgium. Jasperina joins them in 1978, after a really difficult time in Huy.

And time passes. In 1987, 3 dolphins are still held in Bruges: Allan, Kiana and Jasperina.
Jasperina dies rapidly. A study indeed confirms a case of septicemia concerning “a 13 year old female, living in the park since 7 years with 2 companions”. It’s Jasperina, who dies in September 1987, after two days of agony.

Oshin was born in January 1987, from Tex, still in Holland, and from an unknown mother (?). Is Kiana the mother ? The child settles with the couple. But not for long.

On the 11th of May 1988, a terrible fire destroys the wooden facilities of the Bruges dolphinarium. The 3 captive dolphins, 2 adults and a child, perish, suffocated, under the beams of the dolphinarium, in terror and suffering. Death by the fire is, for a dolphin, probably worse than the worst hell, an unimaginable pain. But the show must go on…

 

dolfijn-dolfirado-stein

Fire at the Dolfirado

 ___________________________

 
The ashes are still smoking when the dome is rebuilt and the basins repopulated.
  The “new” site will be officially inaugurated in 1990.

On the 24th of June 1988, the first group of dolphins arrives from the Dolfirado in Stein (Limburg), a place that has also just been ravaged by the fire. It’s Puck, Tex & Linda.

The presence of Puck is attested in a “holding pen” in 1979 (not specified), with an immediate departure towards the Dolfirodam of Rotterdam on the 26th of July 1979. A highly polluted and lethal place, where the captives are dying very fast.

She was then moved to Dolfirado Stein in 1981. She also resisted this rotten dolphinarium, haunted by insane dolphins, and that also took fire in 1987. Happily, neither Puck nor the other dolphins had to endure this suspicious accident, that was probably set up to try to cover/to hide an announced bankruptcy. They were then in the other aquatic circus of the owner, the Dolfirama of Zandvoort.

 

dolfijn-zandvoort-fresh-captured

Dolfirama of Zandvoort

The Dolfirama opened in Holland in April 1969. At the time, it is considered like the largest dolphinarium in Europe, with its pool of one million liters and its combined spectacles of dolphins and sea lions. The building still exists today, but the shows of dolphins have stopped since 1988. The living conditions were so deplorable that the law has forced the dolphinarium to close.

 

Stein

zandvoort-dolfirama

Zandvoort Dolfirama


Tex was supposedly born in 1974 and his capture took place between 1978 and 1980 in Rockport, Texas.

Linda was born in 1976. She was captured at the same time, on the southeast coast of Texas, thanks to the Permit #299, directly issued to the Dolfirado. Both of them are listed in the directory of the dolphinarium in Stein.

But weirdly, Puck is not mentioned. The MMIR doesn’t indicate any precise origin for her. Nobody knows what she has done between her birth in the wild and her arrival in Rotterdam in July 1979.

Just like the first dolphins of Bruges, Allan, Yogi, Kiana and Sherry, Puck has probably been captured near Grassy Keys by Milton Santini in 1966. The Boudewijn Seapark associates this date to her birth and makes her come from the Caribbean.

milton-santini

Milton Santini and his seapen in the Keyes


Milton Santini
was a mackerel fisherman.
  After shooting down a first dolphin who was rummaging in his nets and after hearing him « cry like a baby » before he died, he catches a second dolphin. This time, he keeps the animal alive. The dolphin is intelligent, we will tame him without any difficulty and M. Santini then launches his business.

He catches a lot of other dolphins, amongst which probably Puck, and teaches them tricks. Tourists enjoy, but also a film director named Ivan Tors, who decides to make a film. The series « Flipper » was born. And the affairs of Mr. Santini start to flourish, until 1993. The company converts into a “research center”, the Dolphin Research Center, well known to tourists who can swim there with captive (but supposed not captured) dolphins.

 

milton-santini2

Santini « rescuing » a Risso dolphin


___________________________

On the 11th of July 1988, Bruges receives a second group of dolphins, numbered #620, including Kim (Gulfport), Roxanne (Gulfport), Terry (Gulfport) and William (Gulfport). This order is directly addressed by the Boudewijn Seapark to Mr. Moby Solangi, Gulfport.

Kim dies the following year and Ringo disappears at an unknown date. Terry will die devoured by fungi. From this “delivery” #620, Roxanne is the only one who has survived.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Roxanne was taken away very young from her mother. She was only 3 when she was captured, on the 6th of May 1988. Less than two months later, she flies to Belgium and finds herself forever trapped under the dome of the Bruges dolphinarium (in July 1988). The interesting point is that, this time, the place where she was captured is known: Gulfport !

gulfport

Gulfport

Marine Mammal Productions was located in Gulfport. Its manager, Moby Solangi, has captured over 200 dolphins in the estuary of the Mississippi between 1956 and 1989. These animals have been sold to national and international dolphinaria, but also to the U.S. Navy.

dauphins-soldats3

US Navy is allowed to capture for its needs.


Solangi was also putting his catches to rent.
For a certain fee paid each month, the dolphinarium could receive a “package” with several tamed dolphins and sea lions, the services of a veterinarian and of a trainer, and also food for the marine mammals. If an animal was sick or died, Marine Mammal Productions, founded in 1965, pledged to replace it.

Many dolphins were dying due to stress or drowning during their capture. A former employee of Solangi has witnessed the death of 20 dolphins during a single operation. On another occasion, a mother and her child were caught in the nets. The baby sank to the bottom.

An eyewitness said: “Every diver was grabbing a dolphin, but not all of them could keep their vents above the water (…) you could tell by the floats of the nets that were sinking underwater that the dolphins were drowning. We could not help them, we could just watch until they die. It did not take long for dolphins to start drowning, probably because of their extreme efforts to resist and their panic. (…) A dolphin had a rope attached to the caudal (…) we continued to remove the net of the dolphins, and they just slowly sank to the bottom.”

 

dolphins-captured-disney

Capture in Florida, for Disney

 

This witness adds: “The permanent employees of Marine Life who captured this group were called by Moby later. He told them not to discuss the affairs of Marine Life with other employees or anyone outside the company (…) I learned later that there were good reasons for that. Marine Animal had already delivered at least 23 dolphins to the U.S. Navy in 1988. The death of more than 20 other dolphins would have made him exceed his quota of at least 18 units.”

Milton Santini, Jerry Mitchell, James Tiebor, Jay Sweeney and many others used the same methods and killed just as many dolphins. You have to imagine what Roxanne and his companions endured.

dolphins-capture-USA

Disney dolphin capture

 

Roxanne probably has seen, right next to her, her little sister sinking, or her little brother. She probably has called her mother with all her strength, like Angel did in Taiji, and she probably heard her family and friends call her by her name, beg their torturers and drown before their eyes.

angel-alone-janvier-14

Angel in Taiji

Once in Bruges, Tex & Linda have had a first baby, born on the 1st of July 1990. Skippy died in September 2000, at the same time than Terry and from the same disease : their skin and their vent were covered by fungi, and they died in an atrocious agony.

Puck also gave birth to Yotta on the 24th of August 1998, and to Indy, on the 13th of July 2003. Both are still alive today, besides here, but Tex, their father, died at age 20 at the Marineland (Antibes) in 2006, victim of a journey too much.

Roxanne is also lucky. In 2014, her son Ocean is still with her, when he should be traveling – in the wild – to form a coalition with other males of his age. However, she lost Flo, her beloved daughter, and she saw disappear forever.

Gorky, Luna, Marco  were sent abroad. Simo, Iggy, her twins in 2011 and her youngest child, dead after only four days, in 2012 are now buried somewhere. In the wild, dolphins never really lose contact. Just like chimpanzees, they form a “fission-fusion” society, in which individuals move away and get closer at will, in the same region.

 

Zoomarine_Dolphins

Luna and Marco were sent to Zoomarine facilities


Linda
, finally, the old friend of Puck and Roxanne, has been coldly deported to Italy with her son Mateo, just to make room after living 20 years all together under the dome. Nobody took into account the friendship and the bonds between her and the rest of her artificial pod. She still lives today amongst strangers in an overcrowded aquarium in Genoa. Her son has been sent to Spain as stallion.

The father of ALL these children, Tex, died in 2005 as a breeding loan at Antibes Marineland, where he probably committed suicide.

Linda-seule

Linda alone in Genoa

 

As for Beachie, the story is a little different. Beachie was rescued by SeaWorld Orlando when he stranded in Florida. He was released once and re-stranded, it is how he got his name. He was held at SeaWorld Orlando until being transferred to Harderwijk in 1997, then Bruges in 2009.

 

beachie-dolphin-scan

Beachie sick in 2013

mobi-solangi-rescue

A « deaf » dolphin rescued by Moby Solangi

 

Do Puck and Roxanne remember those horrible catches, the screaming and the crying of the mothers deprived of their children ? Do they remember all those companions who died next to them, or those babies, condemned to live a few days only in the chlorinated pool water ?

Yes. They do. A recent study showed that dolphins had a prodigious memory and could recognize the voice of old friends more than 20 years after being separated from them. In the wild, they mourn their deaths.

dolphin-mourns-baby

Why is it important to tell those old stories ? Because they are not old stories !
Massive catches are still held in Japan, in Russia, Turkey, Indonesia, in the Solomon Islands, in Cuba, worldwide. The U.S. are only waiting for a signal to recover their former hunting licenses. Meanwhile, SeaWorld has already sponsored the capture of beluga whales in Russia.

For the dolphins, the pain is still the same, in 1980 or in 2014. Emerging countries are now imposing to captives what we were imposing them in the 70s and 80s. The tragic story of the dolphins in Bruges illuminates the present times.

This will happen tomorrow, and again and again, as long as the dolphinarium in Bruges and its colleagues of the EAZA will continue to claim that their aquatic circuses serve education, research and conservation. As long as they will send that sort of message to countries like Iraq, Pakistan, China, Russia, North Korea, and as long as they will say to them “Look! We make a lot of money! Just do like us!”

 

splash-bruges

Aquatic circuses make money

  ___________________________


Note:
If there are errors in this text, we thank in advance Bruges dolphinarium to kindly correct them. A little transparency always improves the image of a company. Thanks to Ceta Base for its help. Thanks to Christelle Bornauw for her excellent and courageous translation of this long article.

 

puck-dolfirama

Puck in Dolfirado : such a long story…

 

© Boudewijn Seapark

© Boudewijn Seapark

 

Original article :

Boudewijn Seapark, le temps des captures

Read also :

Ceta-Base Bruges 2014

Process fails dolphins in Bruges

The life of Beachie

Bruges 200-2004

Free Disney dolphins

bruges-polymer

Boudewijn Seapark was built on dead corpses

References :

http://www.wspa-usa.org/wspaswork/oceans/USdolphinregs.aspx

http://www.dauphinlibre.be/linda2012.htm

http://www.dauphinlibre.be/dauphinsbruges.htm

http://www.dauphinlibre.be/raptor.htm

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/03/28/seaworld-japon-europe-petits-crimes-entre-amis/

http://fishbull.noaa.gov/904/miller.pdf

http://stand-up-today.blogspot.be/2010/12/mobashir-moby-solangi-part-l.html

https://www.facebook.com/notes/real-coastal-warriors/moby-solangi-entrusted-with-telling-us-the-truth-about-the-dying-dolphin-calves-/182023905177506

http://www.izn.org.uk/Archive/384/384Robens.html

http://www.marineanimalwelfare.com/Dolphinaria/Web%20Pages/Margate.htm

http://antwerpen-zoo.pictura-dp.nl/index.php?option=com_memorix&mrx_mod=result&Itemid=36&mrx_offset=5&PHPSESSID=296da0e2e1b0258cabff3e3b0f2ccd72&PHPSESSID=296da0e2e1b0258cabff3e3b0f2ccd72

http://en.wikipedia.org/wiki/Dolphinarium#History

http://www.naplesnews.com/news/2006/apr/20/trail_tale_bottlenose_dolphin_and_legend_emflipper/?eagle

http://aquaticmammalsjournal.org/share/AquaticMammalsIssueArchives/1972/Aquatic_Mammals_1_2/Dudok.pdf

http://www.freewebs.com/showbanded/dolfiramazandvoort.htm

http://www.ad.nl/ad/nl/1038/Rotterdam/article/detail/2093730/2008/09/06/Vis-werd-duur-betaald-in-Dolfirodam.dhtml

http://www.johndineley.com/zoo/Zandvoort/Zandvoort.html

http://cetacousin.com/captive/park/asprogroup/boudewijn/boudewijn.html

http://www.ceta-base.com/phinventory/hph/hph_bsp.html

http://www.rockisland.com/~orcasurv/releases.htm

http://www.marineanimalwelfare.com/review.htm

http://www.geheugenvannederland.nl/?/nl/items/ANP01:15387070

http://www.digibron.nl/search/detail/012ea84f84dde53c830d4136/dolfinarium-rotterdam-gaat-dicht

http://www.izn.org.uk/Archive/385/385robeyns.html

Preliminary Report on The Demographic Status of the Bottlenosed Dolphin in the E.E.EC (July 1981)
HELGA DE BOIS, PAUL VAN DEN SANDE

 

 

bruges-dolphinarium-google-earth

Boudewijn Seapark : more than 20 dolphins died there

Publicités

Boudewijn Seapark : le temps des captures

dofirado-tex-puck-lindaPuck, Tex et Linda au Dolfirado

Le Boudewijn Park est inauguré à Bruges en 1972.
A l’époque, les delphinariums sont perçus comme une nouvelle attraction américaine qui rapporte très vite beaucoup d’argent. Il s’en ouvre dans toute l’Europe.

Harderwijk est le premier à creuser des bassins dès 1962. Tandis que le Marineland Antibes passe commande de ses orques à SeaWorld, que l’Angleterre multiplie les petits établissements bourrés de cétacés juvéniles et malades et que le Zoo de Duisburg entame son sinistre massacre, la Belgique ne tarde pas à suivre le mouvement.

En 1968, le premier delphinarium naît à Mellen en Flandres. Le parc Maupertuus – c’est son nom – fait venir 5 dauphins de Floride. Il n’en reste plus que 2 à la sortie de l’avion, une mère et son enfant, qui ne tardent pas à mourir.

Le 17 décembre 1969, le Zoo d’Anvers inaugure ses installations, cette fois à « titre scientifique ». Il commande ses premières victimes en Floride. Jerry Mitchell et James Tiebor sont ses « fournisseurs de dauphins » attitrés, qu’ils capturent dans le Golfe du Mexique. Dès le début, c’est une hécatombe. 30 victimes au moins y laisseront leur peau.

orcellesanversOrcelles de Birmanie au Zoo d’Anvers

On ouvre aussi un delphinarium dans la Plaine de la Sarte à Huy, en 1977. Il s’agit là, comme Bruges, d’une sorte de succursale wallonne de Harderwijk. 2 dauphins de la compagnie sont envoyés dans ces bassins sommaires, long de dix mètres et profond d’1 mètre 50. Mais le succès commercial ne suit pas. Harderwijk rapatrie donc Jaspérina, le dernier dauphin survivant, dans ses installations de Bruges en 1978. Le site s’appelle aujourd’hui le « Mont Mosan» et n’exhibe plus que des otaries et des perroquets.

mont-mosan-miss-otarie
Mont Mosan

Entre 1976 et 1984, des dauphins furent enfin exhibés dans une eau à 6° C au parc Walibi de Wavre. Il s’agissait de Boy, Léo, Missy, Kiki, Niky, Némo et Girl.  Certains d’entre eux furent capturés lors d’une pêche au rabattage à Taiwan. Ils périrent tous misérablement.

walibi_dolphins

Puis la frénésie retombe. La mode des delphinariums perd peu à peu de son attrait dans le courant des années 90, avec la fermeture de tous les établissements anglais et celle du delphinarium du Zoo d’Anvers en 1999, sous la pression des activistes.
Celui de Bruges, en revanche, tient toujours bon et se voit soutenu avec enthousiasme par les politiciens de la région. Tous vantent le bien-être de ses pensionnaires mais surtout l’intérêt économique d’une telle attraction « en termes d’emploi».

Les gestionnaires de ce parc sous dôme, l’un des derniers d’Europe à priver ses dauphins de lumière et d’air frais, peuvent donc mentir tout à loisir dans les colonnes des grands quotidiens et affirmer sans rire que leurs dauphins vivent plus longtemps en captivité et qu’ils se reproduisent bien. Nul ne les contredit. Il est donc temps de raconter ici comment le Boudewijn Seapark fut bâti sur une montagne de cadavres…

dead

De 1972 jusqu’en 2009, le Boudewijn Seapark importa des dauphins sauvages de Floride (et des Caraïbes ?) par le biais de son gérant hollandais, le Dolfinarium de Harderwijk ou par celui du Dolfirado de Stein (Limburg).
Dans un seul cas précis, nous le verrons, le Boudewijn Park a reçu directement ses dauphins de son fournisseur, sans que ceux-ci passent d’abord par la maison-mère.

A cet égard, le delphinarium de Bruges porte une lourde responsabilité.
Les dauphins du Golfe du Mexique payèrent en effet très cher cette flambée de Flippermania, que tous les pays émergents découvrent aujourd’hui, de l’Asie à l’Afrique.
Entre 1960 et 1993, plus de 1.600 mammifères marins ont été arrachés aux eaux américaines pour le marché local et international. Une terrible épidémie décima les dauphins du Golfe au début des années 90 et les USA durent alors interdire toute capture à usage commercial en 1993, tant les prises pour les delphinariums achevaient d’épuiser les populations.

Depuis lors, les cirques aquatiques occidentaux sont contraints de s’en tenir à la reproduction en batterie. Certains delphinariums y parviennent avec un relatif succès. Mais les naissances sont insuffisantes et les temps de vie trop courts que pour garantir la viabilité d’un cheptel génétiquement sain sur le long terme. Il faudra donc re-capturer un jour.

pieter-vetoRoxanne, 3 naissances ratées en 2 ans

Contrairement au zoo d’Anvers qui ne fait pas mystère de ses archives, le Boudewijn Seapark n’évoque jamais la période 1972-1988, durant laquelle il participa avec ses comparses hollandais au dépeuplement du Golfe du Mexique. Il met même tout en œuvre pour gommer son passé. Ainsi, sur les panneaux désignant les 6 dauphins captifs à l’entrée du Dôme, le nom de Tex n’apparaît pas. Les 3 seuls nés captifs encore vivants n’ont tout simplement pas de père.

De nombreuses recherches s’avèrent donc nécessaires pour retracer le parcours des cétacés de Bruges. Et encore reste-t-il incomplet, fragmentaire, censuré par endroits.  Plus on découvre d’indices sur la véritable histoire des dauphins de Bruges, plus l’écheveau des transactions incessantes entre les 6 delphinariums hollandais et les 4 delphinariums belges, sous la houlette de Hardewijk, devient difficile à dénouer. C’est une histoire très agitée, très dramatique et très confuse  que celle de nos 3 derniers dauphins fondateurs à Bruges.

capture-dauphins2Capture au cerceau 1960

Le Marine Mammal Inventory Report, chargé de répertorier toutes les exportations depuis les USA, indique ainsi que 3 grands dauphins de l’espèce Tursiops truncatus sont arrivés à Bruges en 1974.
Aucun autre animal n’est signalé auparavant.
C’est curieux. Car il en fallait tout de même au moins UN pour l’inauguration de l’établissement en 1972 ! Plusieurs dauphins ont donc vécu au delphinarium durant ces 2 premières années sans qu’on s’en souvienne. Leur arrivée en Belgique n’est attestée nulle part, pas plus que leur décès, dans les documents officiels.
Mais il existe des traces…

dolfijn-1966-hardewijkDauphin japonais à Hardewijk


En 1972, le Dr W.H.Dudok Van Heel, délégué par la société Harderwijk B.V, mène une enquête scientifique sur les décès si fréquents et précoces des dauphins que sa société importe, dresse, garde ou redistribue.

L’auteur de l’étude n’attribue évidemment pas cette mortalité galopante au désespoir du confinement – les dauphins arrivent rapidement après leur capture, encore choqués – mais à un taux de mercure trop élevé dans leur sang.
Van Heel évoque notamment certains dauphins présents en Belgique. Durant l’hiver 1970-1971, dit-il en substance, nous avons aidé à construire le Boudewijn Park. Afin de garnir les bassins « d’exemplaires propres à éduquer le public », nous avons fait venir 4 dauphins fraîchement capturés : Allan, un jeune mâle adulte, Yogi, un mâle juvénile en mauvaise santé, Kiana, une jeune femelle adulte et Sherry, une femelle juvénile.
Un tableau suit à la page suivante, qui donne la répartition de cet achat global de 22 dauphins pour 4 delphinariums (Bruges, Harderwijk, Rotterdam, Zandvoort).

Tous ces dauphins ont été capturés par M. Milton Santini à Marco Islands, au sud-ouest de la Floride, l’exception de 4 d’entre eux, capturés par James Tiebor. Les animaux livrés à la Suède (Kolmarden) ont été capturés pour leur part par Jerry Mitchell à Key Largo. Ce dernier fournissait déjà le Zoo d’Anvers. On le condamna par la suite pour captures illégales aux Bahamas.

dolphin-marco-islandMarcos Islands Floride

Les dauphins désignés pour le «show de Bruges» ne sont cependant pas ceux qu’on vient d’importer, à savoir Kiana, Allan et les autres. Il y a là Milly et Sanny, deux femelles adultes parfaitement dressées et en bonne santé. Il y a là Georges et James, deux jeunes mâles également pré-dressés et dont «la santé s’améliore». Ces dauphins appartiennent au delphinarium de Harderwijk mais circulent d’un delphinarium à l’autre à un rythme rapide. On les déplace beaucoup à cette époque. Les cirques aquatiques ambulants parcourent d’ailleurs l’Europe, mais Van Heel s’y oppose. Il plaide pour un habitat stable.

«Les dauphins de Bruges ne nous ont pas causé de problèmes », continue le docteur, « jusqu’à la conclusion de ce manuscrit en mai 1972. Désormais, Georges et James ont commencé à perdre leur vitalité.
Kiana et Allan, pourtant préparés à Harderwijk, ne supportaient plus la pression du dressage, qu’il a fallu diminuer. On a du retirer Allan des shows et l’envoyer prendre du repos en Hollande.
Les problèmes de santé des animaux et la situation inconfortable du delphinarium de Rotterdam au cœur de la cité nous amena à ne pas renouveler le contrat avec ce dernier. Hazel fut transférée à Bruges en octobre 1971. En mai 1972, son état s’était un peu amélioré tandis que celui de Doris et Kiana s’était dégradé au point qu’il fallut les réexpédier une nouvelle fois vers Harderwijk pour y reprendre des forces. Georges et James se portaient bien ».

Et l’affaire s’arrête là. De Sherry, Yogi, Georges, Hazel ou James, nous ne saurons rien de plus. Sans doute finirent-ils tous par mourir dans l’établissement hollandais qui servait d’hôpital, mais les dauphins décédaient si vite que le temps manquait pour les noter tous.

dolfijnarium-1966-hardewijkHardedwijk années 70

En janvier 1974, le MMIR nous indique enfin que le delphinarium de Bruges reçoit trois dauphins du Dolfinarium de Harderwijk.  Allan et Kiana quittent donc la Hollande pour revenir en Belgique. Jasperina les rejoint en 1978, de retour d’un éprouvant séjour à Huy.

Le temps passe. En 1987, le delphinarium n’enferme toujours que 3 dauphins, Allan, Kiana et Jaspérina. Celle-ci décède très rapidement. Une étude atteste en effet d’un cas de septicémie chez «une femelle de 13 ans, présente au parc depuis 7 ans avec 2 compagnons ». Il s’agit donc de Jasperina qui meurt en septembre 87 après 2 jours d’agonie.
Oshin naît au mois de janvier 1987, des œuvres de Tex, encore en Hollande et d’une mère… inconnue ! Est-ce Kiana ? L’enfant prend place auprès du couple.
Pas pour longtemps.

Le 11 mai 1988, un terrible incendie ravage les installations tout en bois du delphinarium de Bruges.
Les 3 captifs, deux adultes et une enfant, périssent suffoqués sous les poutres en flammes, dans une terreur et une souffrance indescriptible. Mourir par le feu pour un dauphin, c’est sans doute pire que le pire Enfer, une souffrance inimaginable.
Mais le spectacle doit continuer.
Les cendres fument encore qu’on procède au repeuplement d’un bassin reconstruit sous dôme, qui ne sera officiellement inauguré qu’en 1990.

dolfijn-dolfirado-steinIncendie au Dolfirado

Le 24 juin 1988, le premier lot arrive depuis le Dolfirado de Stein (Limbourg) qui vient lui aussi d’être ravagé par les flammes : il s’agit de Puck, Tex et Linda.

La présence de Puck est attestée dans un « holding pen » non précisée en 1979, avec départ immédiat vers le Dolfirodam de Rotterdam le 26 juillet 1979. Un lieu pollué et létal où les captifs crèvent comme des mouches.  On la déplace ensuite vers le Dolfirado de Stein en 1981. Elle résiste également à ce delphinarium pourri, hanté de dauphins fous, qui prend feu en 1987.
Heureusement, ni Puck ni les autres n’eurent à subir cet accident suspect, qui tentait de couvrir une banqueroute annoncée. Ils se trouvaient alors dans l’autre cirque aquatique du propriétaire, le Dolfirama de Zandvoort.

dolfijn-zandvoort-fresh-capturedDolfirama de Zandvoort

Cet établissement  ouvrit ses portes en Hollande au mois d’avril 1969. A l’époque, on le considérait comme le plus grand d’Europe, avec sa piscine d’un million de litres et ses shows combinés de dauphins et d’otaries. Le bâtiment existe encore aujourd’hui, mais les exhibitions de dauphins ont cessé 1988. Les conditions de vie y étaient si lamentables que la loi obligea le delphinarium à fermer.

zandvoort-dolphinarium

zandvoort-dolfirama Dolfirama de Zandvoort

Tex serait né en 1974 et sa capture a eu lieu entre 1978 et 1980 à Rockport, Texas.
Linda serait née en 1976. Sa capture a eu lieu au même moment, sur la côte sud-est  du Texas, sur base du Permit #299 délivré directement au Dolfirado.
Tous deux sont bien mentionnés dans le répertoire du delphinarium de Stein. Curieusement, Puck n’y est pas citée. Le MMIR ne lui attribue aucune origine. Nul ne sait ce qu’elle a pu faire entre sa naissance en liberté et son arrivée à Rotterdam en juillet 1979.

Comme les premiers dauphins de Bruges, Allan, Yogi, Kiana et Sherry, Puck aurait été capturée près de Grassy Keys par Milton Santini en 1966. Le Boudewijn Seapark associe cette date à sa naissance, tout en la faisant venir des Caraïbes.

milton-santini

Milton Santini était un pêcheur de maquereaux. Après avoir tué à coups de carabine un premier dauphin qui farfouillait dans ses filets et l’avoir entendu «pleurer comme un bébé» avant de mourir, il en attrape un second. Cette fois, il le garde vivant. L’animal est intelligent, on le dresse sans difficulté et M. Santini lance alors son commerce. Il capture un grand nombre de dauphins, dont Puck sans doute, et leur apprend des tours. Les touristes apprécient, mais aussi un réalisateur du nom de Ivan Tors, qui décide d’en faire un film. Le feuilleton Flipper vient de naître. Et les affaires de M. Santini se mettent à prospérer jusqu’en 1993. L’entreprise se reconvertit en un «centre de recherches», le Dolphin Research Center, bien connu des touristes qui peuvent y nager avec des captifs.

milton-santini2Milton Santini

Le 11 juillet 1988, le delphinarium de Bruges réceptionne un second lot, le numéro #620, comprenant Kim (Gulfport), Roxanne (Gulfport), Terry (Gulfport) et William (Gulfport).
Cette commande est directement adressée par le Boudewin Seapark à M. Mobi Solangi, Gulport.

Kim meurt dès l’année suivante et Ringo disparaît à une date inconnue. Terry décédera dévorée par les champignons.
De cette livraison #620, Roxanne est aujourd’hui la seule à avoir survécu.

Roxanne a été enlevée très jeune à sa maman. Elle n’avait que 3 ans quand on l’a capturée le 6 mai 1988. Moins de deux mois plus tard, elle prend l’avion jusqu’en Belgique et se retrouve à jamais enfermée sous la coupole du delphinarium de Bruges en juillet 1988. Le point intéressant est que cette fois, le lieu de sa capture est connu. Gulport !

gulfport Gulport

C’est le domaine de la société « Marine Marine Productions », implantée à Gulfport.
Son directeur, M. Moby Solangi, captura plus de 200 dauphins dans l’estuaire du Mississippi entre 1956 et 1989. Ces animaux ont été vendus à des delphinariums nationaux et internationaux ainsi qu’à l’USA Navy.

dauphins-soldats3L’armée peut encore capturer librement

Solangi louait également ses prises. Pour un prix forfaitaire payé chaque mois, le delphinarium recevait un «pack» comprenant plusieurs dauphins et otaries dressées, les services d’un vétérinaire et d’un dresseur ainsi que la nourriture pour les mammifères marins. Si un animal tombait malade ou décédait, Marine Mammal Productions, fondée en 1965, s’engageait à le remplacer.
De nombreux dauphins mourraient à cause du stress ou par noyade au moment de la capture. Un ancien employé de Solangi a ainsi pu assister à la mort de 20 dauphins lors d’une seule opération. A une autre occasion, une mère et son enfant furent pris dans les filets. Le bébé coula au fond.

dolphins-captured-disneyCapture en Floride

Un témoin oculaire raconte :
« Chaque plongeur se saisissait d’un dauphin, mais tous ne pouvaient pas garder leurs évents dessus de l’eau (…) On voyait aux flotteurs des filets qui s’enfonçaient sous l’eau que les dauphins se noyaient. Nous ne pouvions pas les aider, juste regarder jusqu’à ce qu’ils meurent. Il n’a pas fallu longtemps pour que les dauphins commencent à se noyer, probablement en raison de leurs efforts extrêmes et de la panique. (…) Un dauphin avait une corde attachée à la caudale (…) Nous avons continué à retirer le filet des dauphins, et ils ont juste coulé lentement vers le fond».
Ajoutant :
«Les employés permanents de Marine Life qui avaient pris cette collection furent appelés par Moby plus tard. Il leur dit de ne pas discuter des affaires de Marine Life avec d’autres employés ou quiconque en dehors de l’entreprise (…) J’ai appris par la suite qu’il y avait de bonnes raisons à cela. Marine Animal avait déjà livré au moins 23 dauphins à la US Navy en 1988. La mort de plus de 20 autres lui aurait fait dépasser son quota de capture d’au moins 18 unités ».

dolphins-capture-USATransport des dauphins de Disney. 

Milton Santini, Jerry Mitchell , James Tiebor, Jay Sweeney et tant d’autres encore se servaient des mêmes méthodes et tuaient autant de dauphins. Il faut imaginer ce qu’a subi Roxanne et ses compagnons.

Sans doute a-t-elle vu couler près d’elle sa petite sœur ou son petit frère. Sans doute a-t-elle appelée sa maman de toutes ses forces, comme la petite Angel à Taiji,  et entendu les siens l’appeler par son nom, supplier leurs tortionnaires et se noyer sous leurs yeux. Tout cela pourquoi ? Pour l’éducation des enfants, la recherche scientifique et la préservation de l’espèce en milieu naturel.

angel-alone-janvier-14Angel loin de sa maman suicidée, Taiji, 2014

Une fois à Bruges, Tex et Linda eurent un premier bébé né le 1er juillet 1990. Skippy décéda en septembre 2000 en même temps que Terry et pour la même raison : leur peau et leur évent furent envahis de champignons et ils moururent étouffés dans d’atroces souffrances. ,
Puck donna également naissance à Yotta le 24 août 1998 et à Indy, le 13 juillet 2003. Toutes deux sont encore vivantes aujourd’hui, mais Tex, leur père, mourut à 20 ans au Marineland d’Antibes en 2006, victime d’un voyage de trop.

Roxanne a perdu tous ses enfants. En avril 2014, son fils Ocean a été envoyé à Planète Sauvage,près de Nantes. Elle a perdu Flo, sa fille bien-aimée, morte d’un « mal de dents »/ Elle vu s’en aller Gorki, Simo, Iggy, ses deux jumeaux  en 2011 et son petit dernier, mort à 4 jours en 2012. Marco vit toujours en Espagne et Luna a eu deux enfants. Roxanne est aujourd’hui grand-mère et elle ne le sait pas.

En mer, les dauphins ne perdent jamais vraiment le contact. Comme les chimpanzés, c’est une société fission-fusion dont les individus s’éloignent et se rapprochent à leur gré, dans une même région. Et les filles ne quittent pas leur mère ni leur grand-mère. Elles élvèvent ensemble de joyeuses nichées de petits delphineaux.

lindagenova074
Linda seule à Gènes

Linda, la vieille copine de Puck et de Roxanne, a été froidement déportée en Italie avec son fils Mateo, juste pour faire de la place après 20 ans de vie commune sous le Dôme. On ne tint aucun compte des liens d’amitié qui la reliait au reste de son pod artificiel depuis tant de temps. Elle a vécu parmi des étrangers dans un aquarium surpeuplé à Gènes. Son fils a été envoyé en Espagne, comme étalon reproducteur.  Au printemps 2014, faute de place en Italie, Linda a été raptariée à Bruges, où elle a retrouvé ses amies et fait s’écrouler le plafond sur la tête de jeunes spectateurs d’un coup de ballon bien ajusté.

Quant à Beachie, arrivé de Harderwijk en 2009, son histoire est un peu différente. Officiellement, il ne fut pas capturé mais bien «sauvé» d’un double échouage par Sea World. Ou par M. Solangi, peut-être, toujours actif dans ce domaine ?
Allez savoir ! Au mois d’août 2014, droogué, malade, affaibli, il se retrouve en compétition avec son propre fils, le jeune Kite, né à Hardewijk, transporté à Munster puis à Planète Sauvage, avant de remplacer Océan à Bruges.

beachie-dolphin-scanBeachie malade en 2013

mobi-solangi-rescueMoby Solangi recyclé en sauveur de dauphins

Qui peut savoir ?
Puck et Roxanne se souviennent-elles de ces captures atroces, des cris, des pleurs, des supplications des mères privées de leur enfant ? Se souviennent-elles de tous ces camarades de geôle qui mourraient auprès d’elle, de ces bébés condamnés à ne vivre que quelques jours dans l’eau chloré des bassins ?

Oui. Une récente étude a prouvé que les dauphins disposaient d’une mémoire prodigieuse et pouvaient reconnaître la voix d’anciens amis plus de 20 ans après avoir été séparés d’eux.

Pucky HarderwijckPuck

Pourquoi remuer ces vieilles histoires ?
Parce que ce n’est pas de l’histoire ancienne !

Des captures massives ont toujours lieu au Japon, en Russie, en Turquie, en Indonésie, aux Iles Salomon, à Cuba, partout dans le monde. Les USA n’attendent d’ailleurs qu’un feu vert pour récupérer leurs anciens permis de chasse. En attendant, SeaWorld a déjà commandité la capture de bélougas en Russie.

Pour les dauphins, la souffrance est la même, en 1980 ou en 2014. Les pays émergents font subir aujourd’hui aux captifs ce que nous leur imposions dans les années 70 et 80. L’histoire tragique des dauphins de Bruges éclaire notre présent.

Et cela se passera demain et encore et encore, tant que le Delphinarium de Bruges et ses confrères de l’EAZA continueront à prétendre que leurs cirques aquatiques servent l’éducation, la recherche et la conservation. Tant qu’ils donneront l’exemple à l’Irak, au Pakistan, à la Chine, à la Russie, à la Corée du Nord et leur crieront depuis l’Europe « Regardez ! Nous faisons des chiffres d’affaires merveilleux ! Faites donc comme nous ! ».

belugas-en-attente-de-vente-russie

Bélugas capturés en Russie pour le Georgia Aquarium et SeaWorld

 

Note : Si des erreurs se sont glissées dans ce texte, nous remercions le delphinarium de Bruges de bien vouloir les corriger. Un peu de transparence améliore à coup sûr l’image de marque d’une entreprise.

____________________________________________

babydolfijn-origi-overleden-id5808856-620x400

Origi, le dernier bébé de Roxanne, est mort au bout d’une semaine.

Lire aussi :
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2014/07/27/la-delphine-roxanne-est-deux-fois-grand-mere-mais-ne-le-saura-jamais/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2014/07/04/boudewijn-seapark-de-bruges-encore-un-bebe-dauphin-mort/

Références :
http://www.wspa-usa.org/wspaswork/oceans/USdolphinregs.aspx
http://www.dauphinlibre.be/linda2012.htm
http://www.dauphinlibre.be/dauphinsbruges.htm
http://www.dauphinlibre.be/raptor.htm
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/03/28/seaworld-japon-europe-petits-crimes-entre-amis/
http://fishbull.noaa.gov/904/miller.pdf
http://stand-up-today.blogspot.be/2010/12/mobashir-moby-solangi-part-l.html
https://www.facebook.com/notes/real-coastal-warriors/moby-solangi-entrusted-with-telling-us-the-truth-about-the-dying-dolphin-calves-/182023905177506
http://www.izn.org.uk/Archive/384/384Robens.html
Preliminary Report on The Demographic Status of the Bottlenosed Dolphin in the E.E.EC (July 1981) HELGA DE BOIS, PAUL VAN DEN SANDE
http://www.marineanimalwelfare.com/Dolphinaria/Web%20Pages/Margate.htm
http://antwerpen-zoo.pictura-dp.nl/index.php?option=com_memorix&mrx_mod=result&Itemid=36&mrx_offset=5&PHPSESSID=296da0e2e1b0258cabff3e3b0f2ccd72&PHPSESSID=296da0e2e1b0258cabff3e3b0f2ccd72
http://en.wikipedia.org/wiki/Dolphinarium#History
http://www.naplesnews.com/news/2006/apr/20/trail_tale_bottlenose_dolphin_and_legend_emflipper/?eagle
http://aquaticmammalsjournal.org/share/AquaticMammalsIssueArchives/1972/Aquatic_Mammals_1_2/Dudok.pdf
http://www.freewebs.com/showbanded/dolfiramazandvoort.htm
http://www.ad.nl/ad/nl/1038/Rotterdam/article/detail/2093730/2008/09/06/Vis-werd-duur-betaald-in-Dolfirodam.dhtml
http://www.johndineley.com/zoo/Zandvoort/Zandvoort.html
http://cetacousin.com/captive/park/asprogroup/boudewijn/boudewijn.html
http://www.ceta-base.com/phinventory/hph/hph_bsp.html
http://www.rockisland.com/~orcasurv/releases.htm
http://www.marineanimalwelfare.com/review.htm
http://www.geheugenvannederland.nl/?/nl/items/ANP01:15387070
http://www.digibron.nl/search/detail/012ea84f84dde53c830d4136/dolfinarium-rotterdam-gaat-dicht
http://www.izn.org.uk/Archive/385/385robeyns.html

bruges-polymer


Orque Morgan : 3ième procès

morgan-12-05

23 avril 2014 : le verdict

Le Conseil d’Etat a déclaré dans un communiqué publié ce mercredi que le transfert de Morgan vers Loro Parque était correct car il n’y avait pas d’alternative.
«Le retour de cette orque dans l’océan, tel que proposé par les groupes de protection des animaux dans un plan de libération, n’a pas été considéré comme une « solution alternative satisfaisante », car la tribu d’origne de Morgan n’a pas été trouvée (faux) et qu’elle appartient à une population dont la structure sociale est très complexe », a estimé le tribunal néerlandais.

Les défenseurs de Morgan ont beau affirmer, preuves à l’appui, que l’orque n’est pas correctement soigné en Espagne et se voit constamment attaqué par les autres orques, le Conseil d’Etat n’en a cure. Cela ne fait pas partie de ses compétences. Le verdict délivré aujourd’hui ne portait que sur la validité de la licence d’exportation accordée par Bleeker à l’époque. « L’état de santé de Morgan à l’heure actuelle n’était pas l’objet de la procédure judiciaire » a précisé la Cour.

La vérité, cest que les Pays Bas sont à la botte des USA et que libérer Morgan, ce serait mettre SeaWorld en difficulté en ouvrant la voie à une campagne de libération massive dont les Industriels de l’esclavage cétacéen ne veulent pas.

Depuis sa fondation dans les années 60, le delphinarium de Hardewijk a toujours été le comparse privilégié de SeaWorld en Europe. Ensemble, ils ont capturé les premières orques islandaises dont certaines – comme Freya, Tanouk ou Sharkane – ont directement été livrées au Marineland d’Antibes. Ce à quoi nous assisotns ici, c’est à un déni de justice grave, obtenu sous la double pression de la diplomatie et de la recherche du profit. Le gouvernement des Pays-bas se couvre de honte, mais les amis de Morgan ne baisseront pas les bras.

Morgan sera le symbole même de notre juste combat.

http://www.dutchnews.nl/news/archives/2014/04/export_licence_for_morgan_the.php
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/11/16/orque-morgan-3ieme-proces/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/03/28/seaworld-japon-europe-petits-crimes-entre-amis/

Morgan-being-bitten-by-another-orca

Le 3 décembre 2013, le cas de l’orque Morgan fera l’objet d’une 3ième procédure judiciaire devant un tribunal à la Haye. Lors du deuxième procès, le 12 décembre  dernier,  le verdict des juges de la Cour d’Amsterdam avait jeté la consternation : «La licence d’exportation accordée pour Morgan l’a été à raison, afin de contribuer à l’éducation du public ». Le tribunal ajoutait qu’il n’y avait aucune raison de penser que la santé de la jeune orque soit en danger dans ce parc d’attractions.


morgan-dents

Les photos prises par le Dr Visser ce 17 Novembre 2013 montrent pourtant que Morgan n’a pas cessé de souffrir depuis lors, malgré les « bons soins » de Loro Parque. Ses dents de devant sont usées jusqu’à la gencive. Les autres sont réduites d’un tiers, sans parler d’un dent brisée. La photo ne montre pas une dent de ??la mâchoire droite, usée jusqu’à la pulpe et qui peut très bien avoir été percée à la vrille. Cette opération est pratiquée lorsqu’une dent s’infecte et qu’elle risque d’entraîner une septicémie puis la mort. L’image montre clairement le préjudice extrême que Morgan s’est infligée à elle-même en se heurtant sans cesse contre les parois du bassin. C’est ce qu’on appelle des «dommages de tissu hypertrophique», qui provoquent souvent des démangeaisons et de vives douleurs. En outre, Morgan s’est cogné la tête contre les murs si souvent qu’elle a ouvert la peau et exposé la chair à vif.  Pourtant, le propriétaire de Loro Parque continue à prétendre que Morgan « se porte bien et qu’elle est en parfaite santé». Il affirme également que le Dr Visser manipule les données. A vous de juger…

Morgan-being-bitten-by-another-orca

Rappel des faits :
Le 23 juin 2010, on découvrit Morgan qui errait seule le long des côtes de la mer des Wadden, au nord-ouest des Pays-Bas. Elle fi retirée de l’eau et emmenée au delphinarium de Harderwijk par l’équipe « SOS Dolfjin »  attachée au parc marin, afin d’y recevoir des soins.
« Morgan était très faible et très amaigrie. Aussi avons-nous pris la décision, en concertation avec le Ministère de l’Environnement, de la capturer puis de l’emmener au Harderwijck Dolfinarium pour lui rendre des forces», avait déclaré à l’époque M. Bert van Plateringen, porte-parole du parc marin hollandais.
Il avait été convenu– comme l’exige les lois européennes – que cette orque resterait dans un bassin du delphinarium jusqu’à ce qu’elle soit en état d’être remise en liberté et de subvenir elle-même à ses besoins.

orque-Morgan-delphinarium-HarderwijkMorgan en Hollande

Rien de plus facile que de la rendre à ses parents. On sait d’où vient Morgan : sa famille fait partie du Pod P. Un plan précis de réhabilitation a donc été proposé, parfaitement fiable et destiné à réussir.
Pourtant, le 29 novembre 2011, avec l’accord du ministre de l’environnement, M. Henk Bleker et celui de la CITES, la jeune orque a été expédiée vers le zoo de  Loro Parque à Tenerife, dans les îles Canaries.
Elle doit y partager désormais la vie confinée et violente de 5 orques à demi-folles, parmi lesquelles le mâle Keto qui tua son dresseur. Ces orques, nés captives aux USA, sont louées par SeaWorld au parc espagnol. De ce fait, si jamais Morgan tombe enceinte malgré son jeune âge – et les employés de Loro Parque s’y emploient -, ses enfants appartiendraient à Sea World et y seraient envoyés. Un tel apport de gènes frais devient une nécessité pour des parcs marins qui jonglent avec la consanguinité. 2 rédisentes de Loro Parque , Koahan a et Skina, sont nées par insémination artificielle de la semence de Tilikum.

Le Dolfinarium de Hardewijk, gravement soupçonné d’avoir conclu des accords illégaux avec SeaWorld, appartient pour sa part au groupe français « la Compagnie des Alpes ». Ce holding possède également le Parc Astérix, Planète Sauvage, Walibi et le Zoo de Bellewaerde en Belgique.

CMJN de base

Quels sont les enjeux de ce nouveau procès ?

– Morgan est arrivée au Loro Parque à la suite d’une évaluation réalisée par les responsables néerlandais de la CITES.
Avons-nous la copie officielle de cet avis ?

En fait, Morgan a été envoyée à Loro Parque sur recommandation du vétérinaire Niels van Elk, du Dolfinarium de Harderwijk. La CITES n’a rien à voir avec cette décision, sauf que c’est elle qui a délivré ce permis malgré de nombreuses protestations. Sur ses formulaires de plainte, la CITES a répondu qu’elle était satisfaite de l’intégrité des deux delphinariums (espagnol et néerlandais).

Loro Parque est un zoo et il existe des règles spécifiques pour les zoos, que Loro Parque doit suivre. La CITES ont apparemment déduit que Loro Parque était un bon zoo et donc un bon endroit pour Morgan. La Fondation Free Morgan essaie d’obtenir des conseils juridiques sur la façon de contester cette situation.

Niels-Van-Elcke-necropsist

Niels Van Elcke, nécropsiste

– Savons-nous à qui appartient Morgan?

Il s’agit d’un élément-clé de cette affaire. Au regard des réglementations européennes, Morgan ne peut être vendue, ni échangée ni utilisée à des fins commerciales. Pourtant, dès le 19 Juillet 2011, le journal Orlando Sentinel annonçait déjà : «SeaWorld Parks & Entertainment est tenté d’acquérir un jeune épaulard femelle secouru l’an dernier au large des Pays-Bas ».  L’article soulignait : «SeaWorld ne dit pas s’il versera une compensation – financière ou sous forme d’autres animaux – au delphinarium hollandais en échange de Morgan ». Enfin, le 29 Novembre 2011, le journal titrait carrément : « L’orque sauvée aux Pays Bas fait désormais partie de la collection de l’entreprise SeaWorld « .

En outre, les documents déposés par SeaWorld lors de la vente publique de ses actions (en particulier la correspondance du 27 Février 2013, du 25 Mars 2013, du 4 Avril 2013 et du 8 Avril 2013, en même temps que le Formulaire S-1 amendé 3 fois) établissent que SeaWorld s’estime propriétaire de Morgan.
SeaWorld «loue» donc Morgan à Loro Parque. Loro Parque paye SeaWorld pour avoir le privilège de garder Morgan dans ses bassins et d’y faire exécuter des shows.

morgan-loro-parque-12-05Morgan à Loro Parque

Avant même que la CITES accorde son permis de transfert de l’orque des Pays Bas à l’Espagne, en date du 27 Juillet 2011, le Dolfinarium de Harderwijk et SeaWorld avaient déjà entamé des discussions au sujet de la vente de Morgan. Il s’agit là d’une transaction commerciale illicite, qui remet en cause l’objectivité du delphinarium hollandais et son prétendu souci du bien-être de l’orque. Envisageait-il sérieusement de placer Morgan dans un enclos marin afin de la remettre au large ensuite et de la rendre à son pod ? On peut en douter.

Comment a-t-on pu en arriver là ? Comment SeaWorld a-t-il pu devenir ainsi le propriétaire légal de Morgan ? Comment le Dolfinarium de Hardewijk a-t-il pu demander puis  obtenir un permis CITES du gouvernement néerlandais pour le transfert de l’orque  à Loro Parque, sans révéler que SeaWorld l’avait déjà achetée ?
Ces questions seront au cœur du prochain débat judiciaire.

– Savons-nous si Morgan est vraiment sourde comme on le prétend ? Où sont les preuves de ce handicap ?

Un rapport en ce sens a en effet été établi par Loro Parque mais il n’est guère convaincant.
Selon le Dr Ingrid Visser (Orca Research Trust/Free Morgan Foudation), l’examen de Loro Parque a observé Morgan assez longtemps que pour se rendre compte qu’elle ne semble pas sourde. Des images volées nous montrent que les dresseurs  utilisent uniquement le sifflet avec elle quand il n’y a pas de public autour.  Peut-être est-elle malentendante. Il existe au moins un exemple d’un dauphin complètement sourd et muet, qui fut capturé heureux et en bonne santé.

Si Morgan est seulement malentendante, cela veut dire alors qu’elle peut parfaitement survivre en milieu naturel plutôt que de rester prisonnière de Loro Parque. En outre, il est tout à fait possible que son problème auditif soit la conséquence de médicaments qu’on lui a donné avant son transfert – à dessein ?  Les dossiers médicaux de Morgan et son bilan de santé ne sont pas accessibles. Mais si la Free Morgan Foundation obtient une inspection médicale, nous pourrons connaître la nature précise des drogues administrées.

morgan-orque-ataque-loro-parqueMorgan agressée à Loro Parque

Le Dr Naomi Rose (HSUS) a déclaré à ce propos : «La personne qui a fait le test, le Dr Dorian Houser, est un acousticien réputé. Mais il s’est appuyé uniquement sur les réactions du cerveau, sans tenir compte du comportement de l’animal.  Cela ne signifie pas que Morgan soit sourde, cela indique simplement qu’elle a perdu une partie de son audition. Cependant, je ne pense pas que cela importe. Sa vision est excellente. Si on la rendait à sa famille, elle serait prise en charge par celle-ci. C’est comme cela que cela fonctionne chez les orques. Je crois même qu’il y a bien plus de cétacés libres affectés de troubles auditifs que nous ne le pensons et qu’ils s’en sortent parfaitement.

Les gens disent souvent : « Une baleine sourde est une baleine morte » mais je ne pense pas que ce soit vrai. Tout d’abord, un déficit auditif n’est pas nécessairement profond. Deuxièmement, j’admets que dans certains cas, cela peut causer de gros problèmes (une baleine sourde est davantage exposée aux collisions avec les bateaux, par exemple), mais que dans d’autres cas, cela ne fait aucune différence, et surtout pas dans un contexte aussi social que le monde des orques ou des dauphins libres ».

orque-handicapee-prise-en-charge-par-son-podJeune orque sans aileron ni nageoire droite
prise en charge par sa famille

– Ne faudrait-il pas se soucier également des 5 autres orques de Loro Parque, dont l’état de santé paraît meilleur ?

Naomi Rose : « Les autres prisonniers ne sont pas oubliés. Mais comme ils sont nés captifs, ils ne sont pas les meilleurs candidats pour la réhabilitation.  Aujourd’hui, nous avons 8 orques capturées en Russie, qui mériteraient de bénéficier de ce type de projet.

Nous nous concentrons sur les 5 orques de Loro Parque à partir des États-Unis. Ce sont des cétacés américains et ils doivent être ramenés aux Etats-Unis. Il faut les mettre à l’abri de l’incompétence  des soigneurs de Loro Parque. Nous travaillons sur cet enjeu, sans grand succès actuellement. Mais nous sommes en contact avec les autorités américaines à ce propos.

Le cas de Morgan est différent : il s’agit là d’une orque européenne et c’est à l’Europe d’en répondre ».

Informations Daniel Turner
ENCAP/BORN FREE

Lire aussi :

Dressage inusité pour Morgan  à Loro Parque

La famille de Morgan

Orques de Norvège

Liberté pour Morgan !

SeaWorld en bourse

Petits crimes entre amis

Du sang, du sperme et des larmes

Le Dolfinarium de Hardewiik

Free Morgan Foundation

L’enfer des orques à Loro Parque

Morgane à Loro Parque

orques-libres-maman-enfant


Dauphins obèses à Hardewijk

Hardewijk-Grootste_dierenvriend_nederland_2013 160

harderwijk-Grootste_dierenvriend_nederland_2013 163

Harderwik-Grootste_dierenvriend_nederland_2013 168

Hardewijk-Grootste_dierenvriend_nederland_2013 166

Harderwijk-Grootste_dierenvriend_nederland_2013 167

Harderwik-Grootste_dierenvriend_nederland_2013 172

Harderwijk 2013
From Naomi Rose

“They don’t get enough exercise (especially in the tanks this place has, they are basically glorified swimming pools) and they are fed too much. Food is given as a reward for performing tricks correctly and with the amount of times these dolphins perform, some of them get fed a lot. This dolphin’s overall condition doesn’t look good. He is obese, has scratched the skin of the end of his beak, has marks on his body (possible rake marks from other dolphins) and his dorsal fin has a chunk missing and looks a bit ragged. This is what a life in captivity does to these animals.”
End The Captivity Of Cetaceans

dolphinaris-cancun-obse-dolphins

«Ils ne reçoivent pas assez d’exercice (en particulier dans leur bassin de la taille d’une  piscine) et on les nourrit trop. La nourriture leur est donnée comme récompense pour exécuter correctement des tours. Vu le nombre de fois qu’ils doivent répéter correctement les mêmes, les dauphins en ont marre.
L’état général de ce dauphin n’est pas bon. Il est obèse, la peau de son rostre est égratignée, il porte des cicatrices sur la peau, résultats des «coups de râteaux » récoltés dans les bagarres, un morceau de sa dorsale manque et semble déchirée. C’est cela la vie de dauphins captifs ».

Voir aussi :

L’obésite chez les dauphins captifs ; un problème grandissant

Dauphins obèses des petting pools

Dolphinarium de Harderwijk

A dolphin slave is born at Harderwijk

dolphin_obesity


The life of Beachie, Bruges’ dolphin breeder

November 2013 : Beachie’s dying ?

CENSORED


1. The life of free young males

Free_dolphins_trio_Clearwater_FloridaVIDEO

A pod of dolphins is having fun while racing with a boat in the Gulf of Florida.
These dolphins are Tursiops truncatus with large fins, or Atlantic Bottlenose, perfectly adapted to coastal life, shallow waters and warm climate. And this is also the reason why our European dolphinaria likes them so much : they are incredibly resilient and able to survive in absurdly small pools disinfected with chlorine.

Here, we see a Trio. An alliance at the first degree, a gang of 3 happy friends who are swimming kilometers and kilometers every day to seduce pretty females of the neighborood. They will stick together for a while, sometimes for their whole life.

Watch the video. First, one dolphin is taking the initiative and jumps out of the water in a very powerful and harmonious way. Quickly, his friends will join him and challenge him : « I bet we can catch up with that boat there ! ». Their jumps are full of joy, innocence, friendship and laughter.

« The relationship between these “male alliance partners” — bromances, if you will — could last decades or even a lifetime: the friends will spend almost 100 percent of their time together and will often surface side by side in synchronicity. Most of the dolphins leaping and rolling and showing off in front of the boat were playful males, about 9 to 10 years old, just about the age of sexual maturity. Their play, which sometimes includes sex with each other, helps them determine who they’ll choose to be their useful, dependable ally for the next few decades. “It’s a big decision on their part,” Gibson said. “They want to make sure they choose wisely.” UNF’s researchers have identified 14 alliances among male dolphins in the St. Johns. Twelve are pairs, one is a trio, the other is a quartet: Osceola, Choctaw, Timucuan and Geronimo, who are almost always together. A few more alliances could be forming among the youngsters who played around the UNF boat (…) .
Different types of alliances are created amongst the males as they compete to attract the females. These alliances are not confined to one given territory, as it is the case with other social mammals, but, at the contrary, they move over large areas that overlap ».
University of Florida research


dolphin-alliance


2 or 3 dolphins will form a first alliance, very strong over the long term.
These pairs or trios will in turn form a second alliance with other similar groups of 2 or 3 males within a larger group of 4 to 14 individuals, who have no family bounds between them.
This second level group will cooperate to defend its own females or to attack other groups and steal their women. Such alliances can last more than 15 years.

Finally, this « super-group » will be able to form a coalition of several groups of the same type, always to face their rivals organised like them. So we will have an alliance « A » combined with an alliance « B » to attack an alliance « C » on certain occasions, but that will be able to ally also to C to attack an alliance « D » at another moment. And then, it really becomes very complicated. (Richard Connor)


dolphinsocialnetAlliances of the third kind


 

Florida dolphins also have a « fission-fusion » social structure, characterised by temporary associations, lasting a few minutes to several hours. These models of flexible grouping, in which dolphins are constantly associating differently, imply that they must be able to find each other, when they are separated by long distances. However, these distances must be within reach of communications – they must still be able to communicate.The decision of a dolphin to join or leave a group is linked to various social considerations, such as the class of the individuals in the group (mothers with their babies, single adult females, adult males and young ones). Every dolphin evolves in different social environments.

The decision is also influenced by the ecological characteristics of their habitat. For example, mothers with children prefer to reside regularly in deep waters. They develop relationships with other females in the same situation and associate with them. The same mothers, when they come to swim in shallow waters, will meet young males with whom they will have little contact.


Bottlenose dolphin catching leaping striped mullet

2. The life of a captive young male


BSP_beachie-until-he-dies
Beachie as a merchandise at Bruges dolphinarium


In Bruges, Beachie is sleeping on the bottom of the pool. He’s not healthy. He feels alone.
Born free in 1982, « saved » from a stranding in April 1984, he was sent to SeaWorld Orlando on the 27th of April 1984. He left this place on the 8th of June 1997 to be deported to the Harderwijk Dolphinarium, in the Netherlands.
On the 18th of September 2009, he was finally sent to Bruges. Beachie had been a good stallion before the Boudewijn Seapark. In SeaWorld and Harderwijk, he gave birth to Marble (1997), Sal’ka (1998), T’lisala (2001), Amtan (2001), Palawas (2004), Spetter (2005) and Kite (2005). But once in Belgium, he only gave a stillborn child to the young Yotta in 2010, twins (also stillborn) to the older Roxanne in 2011, and another baby who died after 4 days to Roxanne again. His largely degraded life environment probably explains these events.


bruges-roxanne-enfant

Roxanne and her baby, who died after 4 days



So, in 2009, Beachie was brought to the Boudewijn Seapark in Bruges, in the context of an international breeding program (EEP – European Endangered Species Program). Please note that these programs are supposed to ensure the safeguard of an endangered species « ex situ », like for example the golden lion tamarins, the love panthers, the Sumatran elephants, or the okapis, not to mention local but less spectacular endangered species.

okapi-congo (2)

According to the IUCN, Tursiops truncatus is not a highly endangered species. Tursiops are never rehabilitated by the dolphinaria. So dolphinaria do betray the spirit of these European programs. Inadequate education and unnecessary researches couldn’t legally justify the breeding of captive dolphins, since they do not contribute at all to the conservation of the species.

Only females and young dolphins had lived in Bruges since Tex died. That made the arrival of a male necessary for this breeding program for what we can call « circus animals ». Note that neither Beachie nor the residents of the Flemish aquatic circus had chosen to meet. The group would have to, once again, be reshaped by the hand of man.


dolphinbay2-alone
Beachie



One week before Beachie arrived, expert trainers of the Boudewijn Seapark went to Harderwijk to see how Beachie was working, what tricks he could be asked and how he had been prepared to take part to the medical tests.
In the morning of the 19th of September 2009, the dolphin was moved to Bruges in the company of 5 employees of Harderwijk and his new masters. Beachie was carried in a hammock, suspended in a box. He arrived in Bruges in the afternoon, to be immediately put in a tank behind the dolphinarium. For the entire first week after his moving, a trainer from Harderwijk stayed in Bruges to help with Beachie’s integration within the group and to advise the team of Bruges.


CENSORED

The residents. Flo died in 2010, at 13 y.0
Photo Adriaan van Rijswijk


For the first 4 days, Beachie stayed in the tank at the bottom, separated from the group by a simple net. This enabled him to hear and see his new cellmates. Then the male was introduced to the 5 residents. At first, he came into contact with Roxanne, one of the three adult females, while the others stayed separated from him in the pool used for the show.


dolphinbay-food1Photo Hurricane Warrior


 

Today, Beachie is getting along with the senior females (the « high-ranking » females), Roxanne, Yotta and Puck. Young Indy and Ocean – 10 years already ! – are afraid of him. The dominance in a tank is complete, as there is no means of escape, and no possibility to create alliances.Compared to what Beachie has known in his open-air lagoon in Harderwijk, the tank in Bruges is not very big. It is 3-6 meters deep and 40 meters long. On the right and on the left of the tank, there are 2 isolation pens. And behind the scene, there is another pool, larger, but 4 meters deep. This pool was originally intended to sea lions. They go back there during the winter. During the summer, they stay at the « Sea lions Theater ».


CENSORED
Beachie isolated in the back basin.
Photo Adriaan van Rijswijk



Beachie also had to learn to obey a different way.
In Harderwijk, all the dolphins were getting the attention of the trainers at the same time. In Bruges, they must remain calm in front of the trainer until they receive, one at a time, instructions. For Beachie, at the start, it was hard to wait his turn. He was often jumping out of the water, very excited, and had trouble staying calm. He’s been tamed.
For the show, he has been asked first to show all the tricks he had learnt in Harderwijk. Then, he has learnt to throw balls at children and to do somersaults. This training had already begun in Harderwijk, but it couldn’t be completed there. One wonders what he has learnt in SeaWorld, during all that time after his « rescue »

CENSORED
Beachie’s training

Photo Adriaan van Rijswijk

For Beachie, many things have changed. He has long lived in the Dolfijndomijn, in Harderwijk, among a group of other males. They had not chosen to be together either, but at least they were all males. At the Boudewijn Seapark, our stallion is now sharing a really small space with 3 young dolphins – including a skinny male – and 2 females older than him. In addition, Beachie no longer has the possibility to go out in the open air, or to feel the sun on his skin, in a sea where fish can survive. The dolphinarium in Bruges is completely covered by a dome. Its waters are entirely artificial.

Beachie is not healthy. Like so many captive dolphins, he sleeps on the bottom of his basin during hours. He is so alone ! No alliances, no friends, no travels. Nothing to do, nowhere to go. Just shows and sleep, sleep and shows.
That’s not a male dolphin life.


dolphinbay1

Is it even necessary to conclude ? Is the simple detail of these two life styles not enough to condemn a business that should no longer exist in Europe or anywhere in the world : exhibition of captive dolphins ?

CENSORED
Beachie alone
Photo Adriaan van Rijswijk


To know more :

Thanks to Christelle Bornauw Waiengnier for the translation.
– Information about Beachie’s was taken from an interview of the chief trainer of Bruges, Sander van der Heul, published on a now securised (after my first visit !)  professional website ruled by Harderwijk Dolphinarium.

clearwater

– Please note the swimming Trio shown on the top of this page are part of the family of the 2 golden geese of the Clearwater Marine Aquarium, Winter and Hope. These new inmates are claimed to have been saved from stranding. It’s the new way to get captive dolphins in the USA. All stranded dolphins are supposed to be deaf.
Let’s remind that for more than 2 decades, Gulf of Mexico was the focus of a live-capture fishery for Bottlenose dolphins which supplied dolphins to the U.S. Navy and European dolphinaria. « During the period between 1972-89, 490 bottlenose dolphins, an average of 29 dolphins annually, were removed from a few locations in the Gulf of Mexico, including the Florida Keys. Mississippi Sound sustained the highest level of removals and 202 dolphins were removed from this stock during this period, representing 41% of the total and an annual average of 12 dolphins. It may be biologically significant that 73% of the dolphins removed during 1982-88 were females. The impact of those removals on the stocks is unknown ». (NOAA)

winter-se-cacheWinter


No more dolphinaria in Europe

Bruges : in the water with our dolphins ! (Videos)

Bruges dolfinarium must be closed

Harderwijk Dolfinarium

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Money


La vie des dauphins mâles et l’histoire de Beachie, reproducteur à Bruges

Décembre 2013 : Beachie malade

beachie-dolphin-scan1

 

1. . LA VIE EN EN LIBERTE

Une bande d’amis dauphins s’amusent à faire la course avec un bateau, dans le Golfe de Floride. Ce sont des Tursiops truncatus aux larges nageoires, parfaitement adaptés à la vie côtière, à la faible profondeur des fonds et au climat chaud. Et c’est d’ailleurs à cause de cela que nos delphinariums européens les ont tant apprécié : leur remarquable résilience et leur capacité de survie dans des bassins absurdement petits désinfectés au chlore.

Notons d’ailleurs que ces dauphins que nous voyons nager libres sont de la famille de Winter et de Hope, les 2 poules aux oeufs d’or du Cleawarter Aquarium.

C’est un trio. Une alliance de premier degré, un gang de joyeux drilles couvrant chaque jour des kilomètres pour séduire les jolies delphines des clans voisins. Ils resteront longtemps ensemble, parfois même toute leur vie.

D’abord, on en voit un qui prend l’initiative et se lance hors de l’eau par bonds puissants et harmonieux. Très vite, ses potes le rejoignent et se lancent le défi : « Chiche qu’on le rattrape, ce bateau-là ! ». Leurs bonds respirent la joie, l’innocence, l’amité et la rigolade.

wild-dolphins-florida

« Des alliances à degrés multiples s’établissent parmi les mâles lorsqu’ils s’affrontent pour s’unir aux femelles.
Celles-ci ne sont pas confinées sur un territoire donné, comme chez d’autres mammifères sociaux, mais se déplacent au contraire sur de vastes espaces qui se chevauchent.

2 ou 3 dauphins vont former une première alliance très soudée sur le long terme afin de maintenir et d’engrosser une seule femelle. Ces paires ou ces trios vont à leur tour former une seconde alliance avec d’autres groupes de 2 ou 3 mâles au sein d’un ensemble de quatre à quatorze individus qui n’ont entre eux aucun lien familial. Ce groupe de second niveau coopérera pour défendre ses propres femelles ou pour attaquer d’autres groupes et leur voler leurs femmes. De telles alliances peuvent durer plus de quinze ans.

Enfin, ce super-groupe pourra constituer une coalition de plusieurs groupes du même type, toujours afin d’affronter leurs concurrents organisés sur le même mode. Nous aurons donc une alliance A alliée avec une alliance B pour attaquer une alliance C à certaines occasions, mais qui pourra s’allier à C pour attaquer une alliance C à un autre moment. Et là, cela devient vraiment très compliqué »(Richard Connor)

intel-dolphin-societies3Alliances du 3ième type


Les dauphins de Floride présentent en outre une structure sociale « fission-fusion » caractérisée par des associations temporaires d’une durée de quelques minutes à plusieurs heures. Ces modèles de regroupement flexible dans lequel les dauphins s’associent constamment de manière différente, impliquent qu’ils doivent être en mesure de se retrouver les uns les autres, lorsqu’ils sont  séparés par de longues distances. Ces distances doivent cependant être à portée de communications.

dolphin-home-rangeTerritoire d’une tribu dauphin

La décision d’un dauphin de rejoindre ou de quitter un groupe est lié à diverses considérations sociales, telles que la classe d’individus concernés (les mères avec leurs petits, les femmes célibataires adultes, les mâles adultes et les juvéniles ). Chaque dauphin se déplace dans des environnements sociaux différents.

La décision est également influencée par les caractéristiques écologiques de l’habitat occupé. Ainsi, les mères avec enfants préfèrent résider de façon régulière dans les eaux profondes. Elles y entretiennent des relations avec d’autres femelles dans la même situation et qui leur sont associées. Ces mêmes mères, quand elles viennent à nager dans des eaux peu profondes, rencontreront des juvéniles avec lesquels elles n’auront que peu de contacts.(…)

Bottlenose dolphin catching leaping striped mullet

 

2. LA VIE EN CAPTIVITE

BSP_beachie-until-he-dies

A Bruges, Beachie dort sur le fond de la piscine, foudroyé d’ennui.
Né libre en 1982, « sauvé » d’un échouage en avril 1984, il fut envoyé au Sea World d’Orlando le 27 avril 1984. Il quitta cette entreprise le 8 juin 1997 pour être déporté au Dolfinarium de Harderwijk, aux Pays-Bas. Le 18 septembre 2009, il fut envoyé enfin dans les bassins de Bruges. Beachie avait été un bon étalon avant le Boudewijn Seapark. A SeaWorld et Harderwijk, il engendra Marble (1997 – ), Sal’ka (1998 – ), T’lisala (2001 – ), Amtan (2001 – ), Palawas (2004 – ), Spetter (2005 – ) et Kite (2005 – ). Mais une fois en Belgique, il ne  donna plus qu’un enfant mort-né à la petite Yotta en 2010, des jumeaux également morts-nés à la plus mûre Roxanne en 2011, puis encore un bébé décédé au bout de 4 jours à la même Roxanne. Son contexte de vie largement dégradé y est sans doute pour quelque chose.

bruges-roxanne-enfantRoxanne et son bébé, mort à 4 jours

En 2009, Beachie a donc été amené au Boudewijn Seapark à Bruges dans le cadre d’un programme d’élevage international (EEP).Il faut savoir que les EEP sont supposés assurer la sauvegarde d’une espèce menacée ex situ, tels que tamarins dorés, panthères de l’Amour, éléphants de Sumatra  etc.  Le Tursiops est une espèce jugée peu menacée par l’IUCN. Il n’est en outre jamais réhabilité par les delphinariums. Ceux-ci trahissent donc l’esprit même de ces programmes européens de reproduction. L’éducation déficitaire et les recherches inutiles se sauraient justifier légalement l’élévage de dauphins captifs, puisqu’elles ne contribuent en rien à la conservation de l’espèce.
Seules des femelles et des jeunes vivaient à Bruges depuis la mort de Tex, ce qui rendait, paraît-il, indispensable l’arrivée d’un mâle nécessaire à ce programme de reproduction de ce qu’il faut bien appeler des « bêtes de cirque ». Notons que ni Beachie, ni les résidentes du cirque aquatique flamand n’avaient fait le choix de se rencontrer. Le groupe allait devoir une fois encore se voir remodélé par la main de l’homme.

dolphinbay2-alone

Une semaine avant le déménagement de Beachie, des dresseurs experts du Boudewijnpark se rendirent à Harderwijk pour voir comment  travaillait Beachie, quels étaient les tours qu’on pouvait lui demander et comment il avait été dressé à participer aux examens médicaux. Dans la matinée du 19 Septembre 2009, le dauphin fut déplacé à Bruges en compagnie de 5 employés de Harderwijk et de ses nouveaux maîtres. Beachie fut transporté dans un hamac suspendu dans une caisse. Il est arrivé à Bruges dans l’après-midi pour être aussitôt dans le bassin à l’arrière du delphinarium.  Durant toute la première semaine après le déménagement, un dresseur de Harderwijk demeura à Bruges pour aider à l’intégration de Beachie au sein du groupe et conseilller l’équipe de Bruges.

Bruges-dolphins-groupPhoto Adriaan van Rijswijk

Les 4 premiers jours, Beachie est resté dans le bassin du fond, séparé du groupe par un simple filet. Cela lui permit d’entendre et de voir ses nouveaux compagnons de cellule. Ensuite, le mâle fut présenté aux 5 résidents. Dans un premier temps, il entra en contact avec Roxanne, l’une des trois femelles adultes, tandis que les autres restaient séparés de lui dans le bassin destiné au spectacle.

dolphinbay-food1Photo Hurricane Warrior

Aujourd’hui, Beachie a fini par s’entendre avec les « femelles de haut rang », Roxanne, Yotta et la vieille Puck.
Les jeunes Indy et Ocean – déjà 10 ans ! – ont peur de lui. La dominance en bassin est absolue, car il n’y a ni moyen de s’enfuir ni de créer des alliances.

Par rapport à ce que Beachie a connu dans son lagon à ciel ouvert hollandais, le bassin du delphinarium n’est pas grand. Profond de 6 mètres en un certain point, sa longueur est de 40 mètres. A droite et à gauche du bassin, se trouve 2 enclos d’isolement. Derrière le décor en carton-pâte, se trouve un autre bassin plus large profond de 4 mètres. Cet espace était destiné à l’origine aux otaries.  Elles y retournent en hiver. En été, elles sont logées au Théâtre des Otaries.

beachie-isolementPhoto Adriaan van Rijswijk

Beachie dut aussi apprendre à obéir de façon différente.
A Harderwijk, tous les dauphins à la fois reçoivent l’attention des dresseurs. A Bruges, les animaux doivent rester calmes au pied de l’entraîneur jusqu’à ce qu’ils reçoivent chacun des instructions à exécuter. Pour Beachie, au début, ce fut difficile d’attendre son tour. Il sautait souvent hors de l’eau,  très excité et avait du mal à garder son sang-froid. On l’a maté.

DSCN2400Photo Hurricane Warrior

 Pour le spectacle, on lui demanda d’abord de montrer les tours appris à Harderwijk. Ensuite, il apprit à jeter des ballons aux enfants et à faire des sauts périlleux. Cette formation avait déjà commencé à Harderwijk, mais n’avait pas encore été achevée. On se demande dès lors ce qu’il a bien pu apprendre à SeaWorld, durant tout le temps où il y a séjourné après son « sauvetage ».

beachie-trainingPhoto Adriaan van Rijswijk

Pour Beachie, pas mal de choses ont changé. Il a longtemps vécu dans le DolfijndoMijn à Harderwijk, parmi un groupe d’autres mâles.
Eux non plus ne s’étaient pas choisi, mais au moins, ils étaient entre hommes.

Au Boudewijnpark, notre étalon partage désormais l’espace exigu des bassins avec 3 jeunes, dont un mâle maigrichon, et 2 femelles plus âgées que lui. En outre Beachie n’a plus la possiblité de sortir à l’air libre, ni de ressentir le soleil sur sa peau, dans une eau de mer où peuvent survivre des poissons. Le delphinarium de Boudewijnpark est complètement recouvert par un dôme. Ses eaux sont entièrement artificielles.
(Informations extraites d’une interview du chef-dresseur de Bruges, Sander van der Heul, sur le site professionnel du Dolfinarium de Harderwijck).

beachie-bruges2Photo Adriaan van Rijswijk

Est-il seulement nécessaire de conclure ?
La simple juxtaposition de ces deux modes de vies ne suffit-elle pas à condamner une pratique commerciale qui ne devrait plus exister en Europe : l’exhibition de dauphins vivants ?  

En savoir plus :
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/28/il-faut-fermer-le-delphinarium-de-bruges/
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/07/06/rencontrez-nos-dauphins-pour-la-premiere-fois-dans-leau/

http://www.tropicaldolphin.org/ResearchHabitatUse.html
http://sarasotadolphin.org/dolphin-life/about-sarasota-dolphins/dolphin-societies/

Le show pédagogique du Dolfinarium de Harderwijck 


Un dauphin naît à Harderwijk

harderwijk-dolfijntje

6 juillet 2013 : un dauphin naît à Harderwijk.
Le nom du père n’est pas connu. La mère,  surnommée Maaike, a été « acquise » en 1985, à Gulfport, Texas.
Cela signifie donc qu’elle a été capturée par Mobi Solangi dans le Golfe du Mexique, comme la plupart des dauphins du Boudewijn Seapark de Bruges ou d’autres bassins en Europe.

mobi-solangi-rescueMobi Solangi avec un dauphin « sauvé » de l’échouage
qui terminera au cirque


Son âge estimé est de 30 ans.
Maaike est une bonne reproductrice : elle a déjà donné naissance à Yola, Nalu et Luna et elle est la grand-mère de Makai, fille de Nalu. Makai est donc un dauphin de la 3ième génération, mais dont le père est également inconnu.

Tout porte à croire que le Dolfinarium de Hardewijck pratique activement l’insémination artificielle, avec l’aide de SeaWorld.
Le transfert de semence congelé ne fait l’objet d’aucune publicité et se révèle bien plus discrète et efficace que la déportation d’individus vivants, nettement plus difficile à passer sous silence. Rappelons qu’il n’existe aucun registre européen relatif aux dauphins captifs, similaire au MMIR américain, dont l’accès soit ouvert au public. On peut donc faire n’importe quoi.


Harderwijck lagon II
Ferme à dauphins de Hardewijk (Pays bas)

Cette naissance nous prouve une fois encore que les nés captifs sont issus dans leur très grande majorité d’une mère ou d’un père « fondateur », directement issu de l’océan. Les enfants nés de 2 nés-captifs sont nettement plus rares, ou carrément inexistants, comme à Bruges.

Roxanne_OceanOcéan est né à Bruges de 2 fondateurs, Tex et Roxanne

Ceci pose le problème du renouvellement des stocks. Lorsque les individus capturés seront tous morts ou trop âgés pour se reproduire, comment fera-t-on pour alimenter l’Industrie en bêtes de cirque ?
Comme le Georgia Aquarium avec ses bélugas, en commanditant leur capture auprès des Russes ?
georgia-aquarium-beluga-russia

https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/28/harderwijk-dolfinarium-27-avril-2013/

http://www.ad.nl/ad/nl/1012/Nederland/article/detail/3471692/2013/07/06/Dolfijn-bevalt-in-Dolfinarium.dhtml

http://www.cetacousin.bplaced.net/captive/park/harderwijk/bottlenose.html