Free our last 6 dolphins in Belgium.

zoo

Le Monde Sauvage d’Aywaille sous le regard du loup

aywaille-demo1
Toutes les photos de la démo sont de Nath
AnimaVeg

C’est la première fois, sans doute, qu’une manifestation se tient pour dénoncer les zoos en Belgique. Certes, nombre de démonstrations ont eu lieu contre le delphinarium d’Anvers puis contre celui de Bruges. Mais jamais, nous semble-t-il, l’existence même des zoos n’a été remise en question de façon globale comme elle le fut ce 15 mars 2014.

aywaille-jm-stasseJean-Michel Stasse

Cet évènement a été organisé par une toute petite et courageuse association, Wolf Eyes.
Jean Michel Stasse, son responsable, est un ancien dresseur de loups du Monde Sauvage d’Aywaille. Ce n’est pas par vengeance qu’il s’est élevé d’abord contre son ancien employeur. Mais bien pour rappeler à la mémoire publique l’invraisemblable drame qui s’est déroulé récemment aux abords de ce parc : l’abattage de sang froid de la petite Morgi.

Le décès tragique de cette panthère des neiges a secoué la Belgique. Ce crime mettait crûment en exergue les mensonges des zoos à propos de leur prétendue mission de conservation et la façon cavalière dont des espèces en grave danger d’extinction étaient traitées à Aywaille.

cage-brisée-panthère-aywailleEst-ce dans un kiosque vermoulu qu’on accueille une panthère ?

Jean-Michel, qui avait déjà eu maille à partir avec le Zoo à propos de certains loups blancs que l’on voulait euthanasier, est reparti au combat. Il a fait de Morgi l’étendard d’une revendication citoyenne aussi simple qu’éthique : « Il est temps  que les zoos changent et fassent leur vrai boulot ».

MarteLa martre en Wallonie 

Au lieu d’être un supermarché aux rayons débordant d’espèces exotiques épinglées dans leur enclos comme des papillons dans leur boîte, le zoo du futur devrait accueillir des espèces indigènes, loutres, chauve-souris, castors, loups, lynx, martres, belettes, oiseaux, batraciens, etc.

Il devrait les faire se reproduire à distance des humains en espace semi-naturels et les remettre en liberté pour repeupler nos champs et nos forêts. En visitant ces lieux, nos enfants apprendraient à respecter les animaux de chez eux, si petits soient-ils, tandis que les zoos soutiendraient financièrement les projets de sauvegarde des éléphants, des  grands singes….ou des panthères des neiges in situ .

panthère-des-neiges-libre

Mais voilà : trop sensibles aux seuls arguments économiques, le bourgmestre MR d’Aywaille, M. Dodrimont, n’a pas voulu entendre ce message réformateur. Il a interdit la manifestation, tandis que le Monde Sauvage traînait Wolf Eyes en justice et qu’il l’y traîne encore. La commune a voulu faire taire les amis des animaux. Et elle le payera cher en termes d’image publique.

Car toute la presse suit cette affaire depuis des semaines.
Toute la presse se montre impressionnée par la ténacité de Wolf Eyes et le fait qu’il ait passé outre l’interdiction du bourgmestre. Et toute la presse enfin n’a pas manqué de noter que les piliers de la défense animale en Belgique, Gaia, Bite Back, Animaux en Péril, Anima Veg, Animal Sans Toit, LRPO,  Végétik, Poils&Moustaches et Dauphins Libres, soutiennent d’un seul front Jean-Michel et Marjo dans leur juste combat.

aywaille-union-fait-la-forceUn mouvement qui se lève et que rien n’arrêtera

Reconnaissons que la manifestation  fut encadrée par une police efficace et courtoise. Mais elle fut aussi écourtée à 20 minutes et les manifestants ont été contraints de laisser par terre leurs panneaux. Le fait d’interdire un évènement de ce type est dangereux pour la démocratie.  Les citoyens doivent avoir le droit d’exprimer publiquement leurs opinions, dès lors que cela ne nuit pas à l’ordre public.  Or, sur les vastes chemins de cette magnifique campagne aux alentours du Monde Sauvage, il y avait bien peu de chances qu’une centaine de manifestants puissent menacer quoique ce soit.

DSCN0666

Chaque mois Bite Back organise une manifestation devant le Boudewijn Seapark et personne n’y trouve rien  redire. Chaque année, en septembre, j’organise une manifestation devant l’ambassade du Japon contre les massacres à Taiji. Cela fait 15 ans que la commune de Bruxelles m’accorde son feu vert.
En interdisant le rassemblement de ce jour – qui a tout de même eu lieu – la commune d’Aywaille lui a assuré son succès médiatique.

DSCN0664

Ne doutons pas que M. Dodrimont ait compris le message et qu’il s’y reprendra à deux fois avant d’interdire. Mais le parc Pari Daiza le comprendra-t-il, quand nous serons devant ses portes ? Et Forestia ?
Ce qui est sûr, c’est qu’un mouvement nouveau s’est levé face aux zoos que plus rien n’arrêtera.
Et il faut ici en remercier Wolf Eyes, « les yeux du loup » !

YG
Dauphins Libres
Free Dolphins Belgium
Pour une Belgique sans Delphinarium

Pour aider Wolf Eyes à payer ses frais de justice :
001-6369489-60 IBAN BE73 0016 3694 8960 BIC GEBABEBB

Lire aussi :

La Dernière Heure

Elle s’appelait Morgi, elle avait les yeux bleus

Le Monde Sauvage d’Aywaille

Born Free : rapport sur les zoos belges

chien-militantUn courageux chien militant à 3 pattes.
Photo Marjo 

aywaille-animal-sans-toit

aywaille-demo2

aywaille-union-fait-la-force2
aywaille-demo5

DSCN0639

aywaille-demo4
aywaille-demo3

aywaille-demo6

aywaille-final

aywaille-orang-deprime4

Publicités

Libérez les orques et les éléphants captifs !

DSC_1046

Spectacle d’éléphants à Pairi Daiza

Editorial du « Scientific American»

Après avoir finalement rejoint le reste des pays civilisés en limitant sévèrement les tests médicaux sur les grands singes, les États-Unis procèdent actuellement au transfert de centaines de chimpanzés de laboratoire vers des sanctuaires gérés par le gouvernement.
L’une des raisons de ce changement d’attitude est que les animaux ne sont plus aussi essentiels à la recherche biomédicale qu’ils pouvaient l’être auparavant. Les chercheurs ont appris à utiliser des souris génétiquement modifiées et de cultures cellulaires à la place. Pour beaucoup de gens, un argument encore plus convaincant est que les tests médicaux menés sur les chimpanzés sont inhumains. Comme nous, ils sont en effet très intelligents, sujets aux émotions et  conscients d’eux-mêmes. (….)

elephant-de-mer

Lire la suite sur Dauphins Libres
L’orque est un éléphant de mer


Anvers 2014 : grands singes et autres détenus

anvers-chimpanzees2-decembre-2013

Voilà bien des années que la situation des grands singes au Zoo d’Anvers nous interpelle.
Voilà bien des années aussi que des éthologues plaident pour que chimpanzés et gorilles puissent y bénéficier d’un environnement mieux adapté à leurs besoins physiques et psychiques.

Ailleurs en Europe ou aux USA, dans les zoos les mieux tenus, un espace gazonné au grand air est considéré comme un minimum vital pour nos plus proches cousins.
Un minimum, car dans les grands sanctuaires construits à leur intention aux USA ou en Afrique, il ne s’agit pas de simple gazon mais également d’une quantitié d’activités ludiques et sociales qui rendent leur vie plus proche de celle des vrais grands singes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERACenter for Great Apes Florida

Le climat n’arrange rien. En Belgique, les animaux issus de pays subtropicaux sont enfermés près de huit mois de l’année dans des locaux à l’abri du froid. On frémit à l’idée du temps que les orang-outans du Monde Sauvage d’Aywaille passent dans leur casemate minuscule en hiver, ou bien les bonobos de Planckendael dans leur salle de bains souterraine !

OLYMPUS DIGITAL CAMERABonobos à Planckendael (été)

bonobo-planckendael-hiver.Bonobos à Planckendael (automne-hiver)

Sans doute, depuis les années 50, le Zoo d’Anveres a-t-il réalisé d’indéniables progrès. Les chimpanzés ne sont plus enfermés derrière des barreaux, ils ne reçoivent plus de nourriture des visiteurs et ne meurent plus de pneumonie à la chaîne. De nombreux agrès et même quelque rares jeux d’intelligence ont été ajoutés. Des touffes de paille leur permettent désormais de faire leur nid le soir.

Mais l’espace reste insuffisant et les chimpanzés s’entassent les uns sur les autres dans ces pièces verdâtres percées de portes arrière d’où les gardiens leur jettent des pommes pour les calmer. Ils passent leur temps à se bagarrer, à hurler et à se poursuivre.

DSCN1362Des conflits permanents à huis clos

A cet égard, les chimpanzés sont identiques aux Hommes : ils aiment la politique et ils aiment dominer. Mais dans cet univers de cages communiquantes, il n’y a pas de ligne de fuite, aucun arbre où grimper et se faire tout petit, aucun frère ou cousin pour former une alliance. C’est le passage à tabac permanent des faibles.
On notera par ailleurs que le zoo n’enregistre plus de naissances de chimpanzés depuis 1992. Quinta n’a fait que passer en 1990. On voit mal en effet comment une maman pourrait élever son petit dans un environnement aussi brutal et confiné.

anvers-chimpanzees-dos-griffe-smallLe dos est lacéré de griffures

anvers-chimpanze-debout-decembre-2013-dominantEt le dominant règne sans partage 

Les griffures, les poils arrachés et les morsures sanglantes dont s’ornent leur nuque attestent de la violence croissante des conflits. Le contraste est frappant d’avec 2011. En deux ans, tous les chimpanzés, à l’exception d’un seul, semblent avoir attrapé la gale. Tous ressemblent désormais à Maaike, la vieille guenon pelée qui a tant vu et tant vécu…

Maaike3Maaike l’ancienne tentant de dormir tranquille

Un déménagement de tous les chimpanzés à Planckendael dans un environnement arboré est donc indispensable, ainsi que davantage d’enrichissement environnemental (Game Boys, Ipads, DVD, revues illustrées, apprentissage de l’AMESLAN, etc.), qui irait au-delà de la recherche de nourriture dans des petits trous…

kanzi-televisionKanzi

Il en va de même pour les gorilles.
Leur habitat s’est un peu agrandi depuis le départ des orang-outans, en 2011.
Mais il s’agit toujours d’une véranda sans air frais ni gazon ni soleil sur la peau, où l’on patauge dans sa propre urine et de pièces en sous-sol. Ces bons géants sont de nature paisible, nous avons là un mâle stérile et son harem, et au moins ne se battent-ils pas ! Leur principale souffrance reste un ennui pesant, l’absence d’accès à la moindre verdure et la pauvreté ahurissante de l’enrichissement environnemental qui leur est accordé. Ici non plus, pas de télévision, pas d’apprentissage de langages signés, pas de jeux vidéos. Rien. Il s’agit que le public ne perde pas de vie qu’il s’agit « d’animaux » et non pas d’hominiens, comme nous.

OLYMPUS DIGITAL CAMERALes journées se passent à ne rien faire .

En 2012, le Zoo d’Anvers annonçait pourtant la création d’un enclos extérieur pour tous ses Grands Singes.
Promesse non tenue : nous voici en 2014 et c’est un espace pour enfants qui a été construit à la place.
Considérés sans doute comme prioritaires, la nouvelle voilière et le nouveau bassin à pingouins figurent au programme des grands travaux de l’année !

anvers-gorilles-espace-ouvert-futur
En 2012, un enclos extérieur était promis pour 2013

enclos-futur-des-grands-singes2014A cet endroit, l’espace des grands singes
est devenu une plaine de jeux pour les enfants.
N’est-ce pas pour eux que ce zoo existe ?

anvers-enclos-oiseaux-tiendront-ils-parole

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPromesses, promesses ?

Du côté des éléphants, on continue à exposer de jeunes mâles pour rien. Un zoo sans éléphant n’est pas un zoo, tout comme un cirque sans fauves n’est plus un cirque dans l’esprit du grand public.
Rappelons que Budi-Billy, l’ancien copain de Ming Jung est parti en Denver en avion. Il s’est vu remplacé par Kanvar (5 ans). Ces deux éléphanteaux arrachés à leur mère bien trop tôt ne reçoivent d’éducation qu’humaine. Ils seront bientôt séparés à nouveau pour errer de zoo en zoo répandre leur semence jusqu’à ce mort s’ensuive. Chez les éléphants, comme chez les dauphins, les orques ou les humains, les amitiés peuvent durent une vie entière.
Pour l’instant, les bagarres semblent fréquentes, mais il s’agit d’un jeu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


Enfin, les grands félins posent toujours problème.
Voilà des années que l’on nous promet de la même manière des  enclos plus vastes. Les lions en ont bénéficié – et encore ne peut-on pas parler ici d’un terrain de foot-ball ! – mais ce n’est pas le cas des tigres.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
anvers-enclos-tigre

anvers-enclos-tigres2

Quant aux panthères….


La liste est longue encore des détenus de ce zoo qui ne sont pas accueillis dans des conditions adéquates. Terminons pour cette fois avec les okapis. Dans son rapport sur les zoos belges, l’association Born Free rappelait que ces doux herbivores vivent normalement dans les taillis épais de la forêt congolaise.  Il est donc assez surprenant de les voir paître dans une prairie boueuse, exposée au froid piquant de ce dimanche de décembre…

okapi-2014

Nous demandons donc instamment au Zoo d’Anvers de prendre des mesures rapides pour assurer un cadre de vie décent aux grands singes captifs qu’il possède.
Nous lui demandons de se pencher également sur le sort de ses grands félins, dont beaucoup sont encore zoopsychotiques.
Nous demandons enfin aux autorités compétentes d’exiger du Zoo d’Anvers qu’il respecte la loi, comme devraient le faire aussi Pairi Daiza, le Monde Sauvage d’Aywaille et tous ces autres parcs d’attractions aux prétentions conservationnistes qui pullulent dans notre pays en dépit du bon sens.

anvers-girafes-froidDes girafes s’abritant du vent froid.

 Les gorilles du Zoo d’Anvers en 2013

 Les chimpanzés du Zoo d’Anvers en 2011

Les chimpanzés du Zoo d’Anvers et autres captifs en 2012

Ming Jung, Budi, Kanvar : des bébés éléphants au Zoo d’Anvers

Le Rapport Born Free

 DSCN0606Une bonne nouvelle pour les rapaces : on a peint de jolis décors sur leur murs.
Voilà qui va changer leur vie…

Photos et vidéos : YG-Hurricane Warrior. 2014


Code animal : un autre regard sur les zoos

orang-code-animal.

L’association Code Animal vient de publier «Un autre regard sur les zoos ». Cet ouvrage, remarquablement illustré, s’adresse aux enfants de 10 ans et plus. Un outil indispensable en ces temps où les zoos sont devenues des entreprises, usant du marketing et de la complaisance des média pour bourrer le crâne de son public : les enfants.

orang-anvers

Sans les enfants, en effet, les zoos n’existeraient pas. Ce sont eux le cœur de cible. Il est bien rare de visiter un zoo entre adultes.  Les poussettes y font la loi.

Quand j’avais 7 ans, à la fin des années 50, le Zoo d’Anvers fonctionnait encore à l’ancienne.
On importait à tour de bras de nos colonies d’Afrique (Congo, Rwanda et Burundi) des quantités d’animaux sauvages qui avaient survécu aux chasseurs de trophée. Le lion se trouvait dans une cage circulaire au croisement des allées. Aucune ligne de fuite, aucun espace où se terrer. Il rugissait de peur et les gens s’extasiaient de sa «férocité».  Les éléphants vivaient sur un mouchoir de poche, une minuscule passerelle de pierre dépassant de leur enclos. Et c’était une pitié de voir le gorille solitaire frapper en hurlant la vitre de sa cage, vide et carrelée comme une salle de bain, sous les rires du public.

zoo1_1957

Tel était le jardin zoologique en ce temps là, et nul ne parlait encore de conservation ou de bien-être animal.
Les animaux venaient, vivaient, mourraient à un rythme rapide, ils étaient fous à lier, malgré les efforts des gardiens pour leur rendre la vie moins pénible.

Et puis tout bascula. Les zoos avaient trop prélevé, les colons trop tué, les humains trop proliféré : nombre d’espèces sauvages étaient désormais en grave danger d’extinction. Face à l’opposition grandissante d’associations que les premiers écrits de Peter Singer inspiraient, les zoos décidèrent de se refaire d’urgence une beauté pour survivre. Et ils y réussirent en 1987.

De simple jardins de curiosité, ils se présentent aujourd’hui comme les sauveurs de la biodiversité et les bienfaiteurs des espèces menacées. Mais surtout, ces lieux de promenades sont devenus des entreprises, pourvoyeuses d’emplois et de bénéfices, engrangeant parfois des millions. La concurrence est rude. Rien qu’en France, s’affrontent déjà le Zoo de Doué la Fontaine, le Zoo de La Barben, le Zoo de La Flèche, le Zoo de La Palmyre, le Zoo des Sables d´Olonne, le Zoo de la Palmyre, le Parc Zoologique de Mulhouse, la Ménagerie du Jardin des Plantes, le Zoo de Pont-Scorff, Planète Sauvage, le Zoo-Parc de Beauval, l’Espace Zoologique de St-Martin la plaine, la Réserve Africaine de Sigean, le Parc des Oiseaux, le Parc Zoologique de Champrépus, Océanopolis, l’Aquarium du Grand Lyon, l’Aquarium La Rochelle, l’Océanium du Croisic, le Grand Aquarium de Saint-Malo, l’Aquarium de Vannes, le Marineland d´Antibes, et d’autres encore…

zoo-de-beauval-tigre-blanc-koala-panda

Il s’agit dés lors d’aligner le plus grand nombre d’animaux exotiques possibles et les plus prestigieux, du panda au gorille en passant par la girafe. Il s’agit aussi d’affirmer que les animaux sont heureux puisqu’ils se reproduisent (à ce point même qu’il faut euthanasier les petits ou les expédier à l’autre bout du monde). On rivalise  également en enclos plus vastes et mieux aménagés, propres à satisfaire les « besoins biologiques de l’animal», mais pas de tous, car cela coûte cher.

DSCN1262

C’est ainsi que pour pallier l’irrésistible ascension de son rival wallon, le Parc Pairi Daiza, le Zoo d’Anvers a fait construire à Planckendael un enclos immense pour ses éléphants. Ceux-ci y tournent en rond, sans but et sans un regard pour les « jouets » sensés enrichir leur environnement. Quoiqu’on fasse, un zoo reste une prison, aussi dorée soit-elle.

planckendael-elephants-enclos3-juillet2012

Il s’agit enfin de se faire connaître et de surpasser les concurrents par des attractions neuves. Aujourd’hui, le Zoo d’Amnéville prépare ses spectacles de tigres blancs dressés sous chapiteau et concocte un projet de delphinarium géant.
Toujours plus nombreux, toujours plus nouveau, toujours plus excitant, tel est la devise des zoos du XXIème siècle ! Ils inondent l’espace public de leurs publicités et vide le crâne de leurs adeptes avec une efficacité terrifante. Il n’est que de lire pour le comprendre les pages Facebook consternantes du Marineland d’Antibes ou du parc Pairi Daiza, peuplées d’enfants et d’ados incultes, avides de CONSOMMER !

la-palmyre-zoo

On comprend dans ce contexte toute l’importance de l’ouvrage «Un autre regard sur les zoos ». Destiné aux enfants de dix ans et plus, ce livre se lit avec vif intérêt même lorsqu’on est adulte. Car il démonte avec émotion les grands mensonges de l’empire des zoos et convainc au fil d’anecdotes, d’informations scientifiques précises et de superbes illustrations.

A cet égard, l’un des plus forts passages se trouve sans doute en page 92. Imaginez, lit-on, un peuple menacé. Les Jarawas, par exemple, une tribu au bord de l’extinction dans les Iles Andaman et menacés entre autres par les «safaris humains».

Si un zoo en prenait soin, il garderait quelques individus dans un enclos en béton agrémenté de décors peints paradisiaques, cocotiers, bord de mer. Devant l’enclos, un panneau pour le public sur lequel il serait dessiné une petite carte avec écrit en gras «Jarawa, peuple en danger».

jarawa39_600_landscape

Et puis ? Je vous laisse découvrir la suite de cette histoire savoureuse, mais qui n’est que trop vraie. Et je vous engage aussi à offrir ce livre à vos enfants à l’occasion des prochaines fêtes ! Car c’est la génération qui nous suit qui décidera si oui ou non l’humanité continuera à enfermer des innocents au seul nom du profit.

cover-un-autre-regard-sur-les-zoosUN AUTRE REGARD SUR LES ZOOS
Un livre écrit sous la direction de Franck schrafstetter, président de Code Animal

Juste un regret : On ne  parle pas ici de dauphins ni d’orques. Bien que les delphinariums soient des cirques aquatiques, la loi européenne les classe dans la catégorie « zoos » et leur impose les même contraintes : conservation, recherches, éducation, encore plus mal respectées, si c’est possible. La situation très particulière des grands mammifères marins traités comme des poissons rouges dans des piscines d’eau chlorée vaut cependant à elle seule la rédaction d’un nouvel ouvrage !

orque-marineland-antibesUn dessin de Bebb

Lire aussi :

Zoos dans un monde en crise

Code animal : dossier zoos

aywaille-ours2.interdit-nourrir-animalAywaille


« BLACKFISH » EN BELGIQUE !

blackfish-posterTous les horaires et les détails pratiques
sur la page Facebook Blackfish Belgique

BLACKFISH EN BELGIQUE !

« Un thriller psychologique intense avec une orque en vedette, qui illustre comment la nature peut se venger lorsque l’homme la pousse dans ses derniers retranchements.  Blackfish, c’est l’histoire de Tilikum, un orque condamné à devenir une bête de spectacle. Durant ses 30 années de captivité,  Tilikum a tué et blessé plusieurs personnes.
Gabriela Cowperthwaite, la réalisatrice du film, a interviewé des témoins directs. Elle dresse un portrait hallucinant de la manière dont ces animaux particulièrement intelligents sont maintenus en détention par l’industrie des parcs de loisir, avec pour seul objectif l’appât du gain.
Cette histoire interpellante pose une question cruciale : ces animaux peuvent-ils être détenus de la sorte ? »

Enfin ! Distribué par Remain in light / Filmfreak Distributie, le documentaire américain Blackfish sort en Belgique à partir du 30 octobre 2013, ainsi qu’en Allemagne, aux Pays Bas et en Espagne. La France ne s’est malheureusement pas montrée intéressée, malgré la présence de 5 misérables orques captives sur son territoire.

Entre le 26 et le 30 octobre, Samantha Berg, l’ancienne dresseuse de Tilikum sera présente à Bruxelles. Samantha lutte maintenant contre la captivité et gère un remarquable site web avec d’autres anciens dresseurs, également interviewés dans ce documentaire.

Blackfish_Dogwoof_Documentary_7_1600_900_85

Un site web a été conçu pour fournir toutes les informations utiles et même AGIR contre la captivité, puisqu’une pétition y figure.
http://be.blackfish-film.be/


Shamu Show, le cirque romain !

Voici les dates des premières projections.
Samantha Berg nous arrivera de l’Alaska où elle exerce le métier d’acupunctrice et se rendra en Italie, en Espagne (Loro Parque), en Allemagne, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Belgique.
Lire sur la page Face Book le détail des horaires et rencontres avec Samantha.

blackfish-Brussels

Cinema Zed – Louvain (à partir du 23/10/13)
CineAriston – Esch-sur-Alzette (à partir du 25/10/13)
Vendôme – Bruxelles (avant première avec S.B le 29/10 à 7h 25)

Cinema Aventure – Bruxelles (à partir du 30/10/13)
Sphinx – Gand (à partir du 13/11/13)
CineKursaal – Rumelange (à partir du 6/11/13)
CineWaasserhaus – Mondorf-les-Bains (à partir du 13/11/13)
Buda – Courtrai ( partir du 4/12/13)

tilikum-regarde-ses-dresseuses

A venir (dates non encore précisées) :
Le Parc / Churchill – Liège
Le Parc – Charleroi
Plaza – Mons


Tilikum pleure et les gens rient.

orcas-islande


TILIKUM

Tilikum est né vers 1980 à l’Est de l’Islande, dans une mer glaciale le long d’une côte creusée de fjords. Il n’y vécut que 3 ou 4 ans, collé aux flancs d’une sage matriarche et protégé par les nombreux  membres de sa communauté. Puis des hommes sont venus, ils ont dispersé sa famille et l’ont emmené pour toujours, avec deux autres enfants.
Au début, Tilly se montra coopérant avec ses ravisseurs. Mais bien vite, les bassins surpeuplés du Sealand of Pacific firent de lui un rebelle. Quelques années suffirent à en faire un tueur. Ses deux premiers meurtres furent soigneusement tus mais le dernier mena SeaWorld devant les tribunaux. En mer libre, aucune orque jamais n’a blessé un humain. Les dresseurs agressés ou tués se comptent en revanche par dizaines.

Malgré sa taille énorme, Tilikum était pourtant le souffre-douleur du bassin, grand gosse grandi sans mère, socialement maladroit, rendu fou par l’ennui et le manque d’espace. Une bagarre avait éclaté entre orques peu avant le show fatal. Le géant s’est acharné sur le corps de Dawn Brancheau avec une rage inouïe, avant de lui manger le bras puis de reposer doucement sa tête près du cadavre immergé. Consterné par son acte.

Aujourd’hui, King Kong a retrouvé ses chaînes. Isolé plus d’un an, assommé par les drogues, il flotte. Toute la journée, il dort et quand vient l’heure du spectacle, il se contente de nager en rond, sans même avoir la force de bondir au sifflet. Tilikum est psychiquement mort. Mais son sperme congelé a déjà servi à faire naître 2/3 des bébés orques de la compagnie Sea World. Et on le masturbe encore.

En 2011, 42 orques étaient détenues en bassins dans le monde.
Elles sont 48 aujourd’hui, du fait des récentes captures russes et due « sauvetage » de Morgan en Mer de Norvège par le Dolfinarium de Harderwijk puis de sa vente à SeaWorld.
Depuis 1961, 137 orques au moins ont été capturées pour le marché de la captivité. 124 d’entre elles (soit 91% des prises) sont déjà mortes aujourd’hui.
La durée de vie moyenne des 124 individus capturés est de 4 ans, avec un maximum de 28 ans. Le temps de vie moyen des 32 orques nées en captivité est de 4 ans et demi.
En milieu naturel, les mâles vivent peuvent atteindre 60 ans et les femelles devenir centenaires.
Au total, 156 orques sont mortes en captivité. Ce chiffre comprend 28 enfants difformes malformés ou morts nés.

BLACKFISH pose clairement la question : pourquoi toute cette souffrance ? Pourquoi perpétuer ces jeux de cirques cruels, ces captures et ces inséminations artificielles ?  Dans quel but, si ce n’est le profit ?  Ne vaudrait-il pas mieux plutôt se soucier des orques libres, dont les cultures et l’intelligence sont comparables en complexité à celles des êtres humains ?

Déjà diffusé sur CNN,  BLACKFISH sera projeté en Belgique et dans toute l’Europe à partir du 30 octobre, Cet événement précède une vaste campagne orchestré par Born Free, SOS Defines et la WDC en vue de réclamer l’interdiction des delphinariums sur tout le territoire européen. Pour mémoire, la France détient encore 5 orques captives, dont 4 nées captives. Freya est la seule survivante des captures initiales. Elle vivait en Islande, comme Tilikum.


sam-berg-beluga-121012

Samantha à Sea World
http://www.flickr.com/photos/48521903@N00/sets/72157624823226253/ at SeaWorld
IMG_1405
IMG_1428

Lire aussi :
Tous les horaires et les détails pratiques sur la page Facebook Blackfish Belgique

orcas-islande

L’enfance de Tilikum (article D.Kirby traduit par YG)

Blackfish, le film

Blackfish en Europe

Samantha Berg à Bruxelles

Sea World contre Blackfish, la guerre a commencé !

Les mystérieuses cultures des orques de l’Antarctique

Orques captives : les chiffres et les faits

Orques psychotiques en captivité

Tilikum, reproducteur en chef

tilly-jail

 

samantha-berg-yvon

samantha-berg-speech-Brussels

samantha-berg-talk-to-Midori-BrusselsSamantha Berg, « Blackfish » Bruxelles 29/10/2013


Suzy et les éléphants

elecapt3

On l’a nommée Suzy. Elle portait sûrement un autre nom au sein de sa harde. Aujourd’hui, elle est enfermée dans un enclos assez vaste, en compagnie de Gitana, au parc Pari Daiza.

Quant elle était petite, on a tué sa mère. C’était au Zimbabwe en 1988.

L’ivoire, sans doute. Ou bien les zoos. Ou encore, le culling tel qu’on le pratiquait il y a peu au parc Krüger et qui consiste à massacre un nombre précis d’éléphants pour réduire leurs populations.

Ces prélèvements se mènent le plus souvent par voie des airs. Le tireur dans l’hélicoptère peut ainsi tout à loisir choisir sa cible et l’abattre à l’arme de guerre. Cela revenait chaque année. Les anciennes connaissaient les dates et elles tentaient alors d’emmener leur famille à l’abri des bosquets. En vain. Au jeu de la mort, l’homme reste le champion.

elephant-chasse-sportive

Suzy se tient sagement auprès du corps de sa maman, bien consciente que quelque chose de terrible venait d’arriver. Quand on emmena le cadavre, elle le suivit comme un petit chien Pas besoin de l’attacher. Il n’y avait plus personne. Tous partis. Tous morts. Ses tantes, ses sœurs, ses petits frères, ses grands frères toujours au loin, à se battre et à chercher des filles, mais qui revenaient au galop, toutes défenses dehors, quand un danger menaçait les leurs.
Tous partis. Tous morts ?

Elle eut de terribles cauchemars les nuits suivantes. Elle revivait la scène sans cesse et se réveillait en barrissant. Aucun des humains présents ne se soucia de son chagrin. Personne ne la prit dans ses bras. Très vite, on la dressa, on la frappa, on l’enchaîna, on lui mordit l’oreille avec un hook crochu, et le creux de l’aine, On la réduisit en esclavage, sans qu’elle comprit jamais pourquoi.

elephant-aywaille-seulAfrica à Aywaille

Le Harry Malter Familypark de Gand la donna au parc Pairi Daïza le 28 août 2010,
Sa compagne Chamba venait de mourir. On l’amena donc dans le Hainaut. Gitana vient la rejoindre ensuite. Susy a été la vedette de la Foire de Libramont, aux côtés d’un cheval de trait. Elle vit mourir Mausi, l’éléphante de cirque torturée, qui s’effondra quelques jours après son arrivée. De tristes souvenirs ont du lui revenir.  Un éléphant a bonne mémoire.

Toute petite, elle a du en voir, des massacres, des mâles superbes abattus par des chasseurs friqués, d’autres mutilés de leur trompe et de leurs défenses.  Elle a du en fuir, des humains féroces mais c’est parmi eux quelle vit aujourd’hui. Pour sauver l’espèce, paraît-il. Elle n’a encore jamais eu d’enfants.

echo_nature_elephants_echo

Là-bas, chez elle, de nouvelles matriarches ont pris les commandes de nouvelles hardes. Elles affrontent aujourd’hui la plus grande vague de massacre de toute l’histoire des éléphants. La Chine veut l’ivoire. Al Qaeda veut l’argent. L’Afrique ramasse la donne.

Le temps est proche où les savanes d’Afrique et les forêts d’Asie seront vides de tout éléphant.
Seuls survivront des personnes comme Suzy, qu’on exhibe dans des parcs et qui, péniblement, engendreront peut-être un éléphanteau. Pas de quoi sauver l’espèce, ni assurer son renouvellement génétique. Rien non plus qui reproduise les conditions de vie réelle d’un éléphant. Plutôt que de céder à la fougue d’un mâle triomphant et superbe dont elle connaît le clan depuis des années,  on lui amènera un étalon choisi par les homme, un inconnu. Elle finira ses jours dans la somnolence et l’ennui. Dans 50 ans, il n’y aura plus d’éléphants de zoo non plus.

planckendael-elephant-une-prison-reste-une-prison2

Voilà ce que notre gouvernement protège, voilà ce que nos médias encensent.
Mais que fait-on pour les « vrais » éléphants, ceux qui vivent encore libres et dignes ? Quelle somme la Belgique investit-elle pour sécuriser les parcs nationaux congolais, pour assurer leur bonne gestion et leur promotion internationale ? Quel est le nombre de soldats dévolus à la stricte protection des Monts Virunga, ce trésor de biodiversité  ? Pourquoi autorise-t-on une compagnie pétrolière à  s’y installer ? Pourquoi la CITES se montre-telle si conciliante avec un trafic dont on connaît les auteurs et les lieux ?
Que dit l’Europe de ce génocide annoncé ? Quels moyens la communauté internationale met-elle en œuvre pour sauver ces êtres dotés de cultures et de conscience de soi, qui partageaient déjà la savane avec les premiers hominiens ?

African_Elephants_Amboseli_National_Park_Kenya

Dans quelques années, les dernières tribus d’éléphants libres auront disparus de la planète.  Sauf si nous agissons.

ACTION INTERNATIONALE 4/10/2013

Pari Daiza

Eléphants

Le Voyage du Petit Eléphant

Suzy

elephant-95Pourquoi Pari Daiza ne se joint-il pas à ce genre de campagnes ?


La Marche pour les éléphants. 4/10/2013. Bruxelles.

marche-elephant-mutilation

Nous affrontons aujourd’hui la plus grande crise de braconnage de tous les temps. Chaque année, des dizaines de milliers d’éléphants sont abattus pour leur ivoire. Les braconniers tuent les éléphants de tous âges. Nous avons pu voir que parmi les plus récentes des expéditions illicites d’ivoire, on trouvait les défenses d’éléphants très jeunes.
De même, les rhinocéros sont tués à un rythme sans précédent en Afrique et en Asie. De nombreuses espèces et sous-espèces de rhinocéros ont déjà disparu ces  dernières années.

Les tigres sont chassés pour leur fourrure peaux et leurs os. Mais au fur et à mesure que leur espèce s’éteint, les lions d’Afrique sont en train de prendre leur place dans le commerce illégal d’espèces sauvages.
Et ce sont là que des espèces bien connues du public, du fait des grandes compagnies  de protection de la nature et les médias.
Mais il y a tellement d’autres encore !

Saviez-vous que chaque année, plus de 180.000 pangolins sont tués pour leur viande et leurs écailles ?
Saviez-vous que plus d’un million de serpents et de crocodiles sont tués chaque année pour fabriquer des chaussures, des ceintures, des portefeuilles et des sacs à main ? Saviez-vous que la Namibie et le Canada vendent des centaines de milliers de peaux de phoques et d’otaries chaque année ?
Chaque année, près de 2 millions de perroquets sont vendus et la Chine consomme à elle seule 150 millions d’hippocampes.

marche-Parrot-trade-in-W-AfricaPerroquet du Sénégal, le plus vendu de tous.

Le plus affligeant dans tout cela, c’est que personne n’a vraiment besoin d’ivoire, personne n’a vraiment besoin de corne de rhinocéros, d’ossements de lion, de peaux de serpents ou de peaux de phoques.  Personne n’a vraiment besoin d’un perroquet en cage.

marche-ivory-carving-car

Voiture plaquée ivoire

Notre monde devrait progresser au-delà de ce massacre de la faune, d’autant plus que nos enfants ne verront jamais ces espèces si le commerce continue. Nos organisations internationales ont échoué en matière de conservation de la faune. La CITES favorise le commerce de l’ivoire, la chasse à l’ours polaire et les trophées de chasse au lion. La CITES permet le commerce de rhinocéros vivants entre l’Afrique du Sud et la Chine.

marche-the-live-rhino-trade-from-south-africa-1

Pieter’s Blog (Lion Aid)

La CITES est une organisation régulant le commerce de la faune sauvage avec plus de 170 pays membres. La CITES est totalement inefficace pour prévenir ce trafic illicite et le promeut  au contraire en permettant ainsi à un commerce illégal de vendre et d’acheter légalement des milliers d’espèces ayant une valeur financière.

marche-wild-lionsUn être magnifique, une culture fascinante

Il faut que ce soit des gens comme nous, des citoyens, qui réclament la fin du commerce des espèces sauvages.
Les animaux ne sont pas une marchandise. Nous ne permettrons pas cela, nous n’en consommerons pas, et nous ne garderons plus le silence sur les pays qui en consomment.
Si ce que nous défendons ici n’est pas entendu de nos gouvernements, nous ne verrons plus de lion que dans un zoo, plus d’hippocampe que dans un aquarium et plus de perroquet que dans une cage.

march-elephantsincaptivity1L’éléphant survit mal au zoo et s’y reproduit peu

Si nous parvenons pas à faire entendre nos voix, nous devrons vivre avec des savanes silencieuses, des forêts silencieuses, des océans et des cieux vides.

Pieter Kat/ LionAid


marche-deforestation-report-finds-organized-crime-responsible-for-ninty-percentLa main du crime

INFOS
Marche Internationale pour les éléphants, les rhinocéros et les lions
Bruxelles, vendredi 4 octobre à 14 heures.
Place Victor Horta (Gare du Midi)

marche-octobre-4
Image Marie-France Rivière

Pétition pour réveiller la CITES

cites