Free our last 6 dolphins in Belgium.

zoo

Code animal : un autre regard sur les zoos

orang-code-animal.

L’association Code Animal vient de publier «Un autre regard sur les zoos ». Cet ouvrage, remarquablement illustré, s’adresse aux enfants de 10 ans et plus. Un outil indispensable en ces temps où les zoos sont devenues des entreprises, usant du marketing et de la complaisance des média pour bourrer le crâne de son public : les enfants.

orang-anvers

Sans les enfants, en effet, les zoos n’existeraient pas. Ce sont eux le cœur de cible. Il est bien rare de visiter un zoo entre adultes.  Les poussettes y font la loi.

Quand j’avais 7 ans, à la fin des années 50, le Zoo d’Anvers fonctionnait encore à l’ancienne.
On importait à tour de bras de nos colonies d’Afrique (Congo, Rwanda et Burundi) des quantités d’animaux sauvages qui avaient survécu aux chasseurs de trophée. Le lion se trouvait dans une cage circulaire au croisement des allées. Aucune ligne de fuite, aucun espace où se terrer. Il rugissait de peur et les gens s’extasiaient de sa «férocité».  Les éléphants vivaient sur un mouchoir de poche, une minuscule passerelle de pierre dépassant de leur enclos. Et c’était une pitié de voir le gorille solitaire frapper en hurlant la vitre de sa cage, vide et carrelée comme une salle de bain, sous les rires du public.

zoo1_1957

Tel était le jardin zoologique en ce temps là, et nul ne parlait encore de conservation ou de bien-être animal.
Les animaux venaient, vivaient, mourraient à un rythme rapide, ils étaient fous à lier, malgré les efforts des gardiens pour leur rendre la vie moins pénible.

Et puis tout bascula. Les zoos avaient trop prélevé, les colons trop tué, les humains trop proliféré : nombre d’espèces sauvages étaient désormais en grave danger d’extinction. Face à l’opposition grandissante d’associations que les premiers écrits de Peter Singer inspiraient, les zoos décidèrent de se refaire d’urgence une beauté pour survivre. Et ils y réussirent en 1987.

De simple jardins de curiosité, ils se présentent aujourd’hui comme les sauveurs de la biodiversité et les bienfaiteurs des espèces menacées. Mais surtout, ces lieux de promenades sont devenus des entreprises, pourvoyeuses d’emplois et de bénéfices, engrangeant parfois des millions. La concurrence est rude. Rien qu’en France, s’affrontent déjà le Zoo de Doué la Fontaine, le Zoo de La Barben, le Zoo de La Flèche, le Zoo de La Palmyre, le Zoo des Sables d´Olonne, le Zoo de la Palmyre, le Parc Zoologique de Mulhouse, la Ménagerie du Jardin des Plantes, le Zoo de Pont-Scorff, Planète Sauvage, le Zoo-Parc de Beauval, l’Espace Zoologique de St-Martin la plaine, la Réserve Africaine de Sigean, le Parc des Oiseaux, le Parc Zoologique de Champrépus, Océanopolis, l’Aquarium du Grand Lyon, l’Aquarium La Rochelle, l’Océanium du Croisic, le Grand Aquarium de Saint-Malo, l’Aquarium de Vannes, le Marineland d´Antibes, et d’autres encore…

zoo-de-beauval-tigre-blanc-koala-panda

Il s’agit dés lors d’aligner le plus grand nombre d’animaux exotiques possibles et les plus prestigieux, du panda au gorille en passant par la girafe. Il s’agit aussi d’affirmer que les animaux sont heureux puisqu’ils se reproduisent (à ce point même qu’il faut euthanasier les petits ou les expédier à l’autre bout du monde). On rivalise  également en enclos plus vastes et mieux aménagés, propres à satisfaire les « besoins biologiques de l’animal», mais pas de tous, car cela coûte cher.

DSCN1262

C’est ainsi que pour pallier l’irrésistible ascension de son rival wallon, le Parc Pairi Daiza, le Zoo d’Anvers a fait construire à Planckendael un enclos immense pour ses éléphants. Ceux-ci y tournent en rond, sans but et sans un regard pour les « jouets » sensés enrichir leur environnement. Quoiqu’on fasse, un zoo reste une prison, aussi dorée soit-elle.

planckendael-elephants-enclos3-juillet2012

Il s’agit enfin de se faire connaître et de surpasser les concurrents par des attractions neuves. Aujourd’hui, le Zoo d’Amnéville prépare ses spectacles de tigres blancs dressés sous chapiteau et concocte un projet de delphinarium géant.
Toujours plus nombreux, toujours plus nouveau, toujours plus excitant, tel est la devise des zoos du XXIème siècle ! Ils inondent l’espace public de leurs publicités et vide le crâne de leurs adeptes avec une efficacité terrifante. Il n’est que de lire pour le comprendre les pages Facebook consternantes du Marineland d’Antibes ou du parc Pairi Daiza, peuplées d’enfants et d’ados incultes, avides de CONSOMMER !

la-palmyre-zoo

On comprend dans ce contexte toute l’importance de l’ouvrage «Un autre regard sur les zoos ». Destiné aux enfants de dix ans et plus, ce livre se lit avec vif intérêt même lorsqu’on est adulte. Car il démonte avec émotion les grands mensonges de l’empire des zoos et convainc au fil d’anecdotes, d’informations scientifiques précises et de superbes illustrations.

A cet égard, l’un des plus forts passages se trouve sans doute en page 92. Imaginez, lit-on, un peuple menacé. Les Jarawas, par exemple, une tribu au bord de l’extinction dans les Iles Andaman et menacés entre autres par les «safaris humains».

Si un zoo en prenait soin, il garderait quelques individus dans un enclos en béton agrémenté de décors peints paradisiaques, cocotiers, bord de mer. Devant l’enclos, un panneau pour le public sur lequel il serait dessiné une petite carte avec écrit en gras «Jarawa, peuple en danger».

jarawa39_600_landscape

Et puis ? Je vous laisse découvrir la suite de cette histoire savoureuse, mais qui n’est que trop vraie. Et je vous engage aussi à offrir ce livre à vos enfants à l’occasion des prochaines fêtes ! Car c’est la génération qui nous suit qui décidera si oui ou non l’humanité continuera à enfermer des innocents au seul nom du profit.

cover-un-autre-regard-sur-les-zoosUN AUTRE REGARD SUR LES ZOOS
Un livre écrit sous la direction de Franck schrafstetter, président de Code Animal

Juste un regret : On ne  parle pas ici de dauphins ni d’orques. Bien que les delphinariums soient des cirques aquatiques, la loi européenne les classe dans la catégorie « zoos » et leur impose les même contraintes : conservation, recherches, éducation, encore plus mal respectées, si c’est possible. La situation très particulière des grands mammifères marins traités comme des poissons rouges dans des piscines d’eau chlorée vaut cependant à elle seule la rédaction d’un nouvel ouvrage !

orque-marineland-antibesUn dessin de Bebb

Lire aussi :

Zoos dans un monde en crise

Code animal : dossier zoos

aywaille-ours2.interdit-nourrir-animalAywaille


« BLACKFISH » EN BELGIQUE !

blackfish-posterTous les horaires et les détails pratiques
sur la page Facebook Blackfish Belgique

BLACKFISH EN BELGIQUE !

« Un thriller psychologique intense avec une orque en vedette, qui illustre comment la nature peut se venger lorsque l’homme la pousse dans ses derniers retranchements.  Blackfish, c’est l’histoire de Tilikum, un orque condamné à devenir une bête de spectacle. Durant ses 30 années de captivité,  Tilikum a tué et blessé plusieurs personnes.
Gabriela Cowperthwaite, la réalisatrice du film, a interviewé des témoins directs. Elle dresse un portrait hallucinant de la manière dont ces animaux particulièrement intelligents sont maintenus en détention par l’industrie des parcs de loisir, avec pour seul objectif l’appât du gain.
Cette histoire interpellante pose une question cruciale : ces animaux peuvent-ils être détenus de la sorte ? »

Enfin ! Distribué par Remain in light / Filmfreak Distributie, le documentaire américain Blackfish sort en Belgique à partir du 30 octobre 2013, ainsi qu’en Allemagne, aux Pays Bas et en Espagne. La France ne s’est malheureusement pas montrée intéressée, malgré la présence de 5 misérables orques captives sur son territoire.

Entre le 26 et le 30 octobre, Samantha Berg, l’ancienne dresseuse de Tilikum sera présente à Bruxelles. Samantha lutte maintenant contre la captivité et gère un remarquable site web avec d’autres anciens dresseurs, également interviewés dans ce documentaire.

Blackfish_Dogwoof_Documentary_7_1600_900_85

Un site web a été conçu pour fournir toutes les informations utiles et même AGIR contre la captivité, puisqu’une pétition y figure.
http://be.blackfish-film.be/


Shamu Show, le cirque romain !

Voici les dates des premières projections.
Samantha Berg nous arrivera de l’Alaska où elle exerce le métier d’acupunctrice et se rendra en Italie, en Espagne (Loro Parque), en Allemagne, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Belgique.
Lire sur la page Face Book le détail des horaires et rencontres avec Samantha.

blackfish-Brussels

Cinema Zed – Louvain (à partir du 23/10/13)
CineAriston – Esch-sur-Alzette (à partir du 25/10/13)
Vendôme – Bruxelles (avant première avec S.B le 29/10 à 7h 25)

Cinema Aventure – Bruxelles (à partir du 30/10/13)
Sphinx – Gand (à partir du 13/11/13)
CineKursaal – Rumelange (à partir du 6/11/13)
CineWaasserhaus – Mondorf-les-Bains (à partir du 13/11/13)
Buda – Courtrai ( partir du 4/12/13)

tilikum-regarde-ses-dresseuses

A venir (dates non encore précisées) :
Le Parc / Churchill – Liège
Le Parc – Charleroi
Plaza – Mons


Tilikum pleure et les gens rient.

orcas-islande


TILIKUM

Tilikum est né vers 1980 à l’Est de l’Islande, dans une mer glaciale le long d’une côte creusée de fjords. Il n’y vécut que 3 ou 4 ans, collé aux flancs d’une sage matriarche et protégé par les nombreux  membres de sa communauté. Puis des hommes sont venus, ils ont dispersé sa famille et l’ont emmené pour toujours, avec deux autres enfants.
Au début, Tilly se montra coopérant avec ses ravisseurs. Mais bien vite, les bassins surpeuplés du Sealand of Pacific firent de lui un rebelle. Quelques années suffirent à en faire un tueur. Ses deux premiers meurtres furent soigneusement tus mais le dernier mena SeaWorld devant les tribunaux. En mer libre, aucune orque jamais n’a blessé un humain. Les dresseurs agressés ou tués se comptent en revanche par dizaines.

Malgré sa taille énorme, Tilikum était pourtant le souffre-douleur du bassin, grand gosse grandi sans mère, socialement maladroit, rendu fou par l’ennui et le manque d’espace. Une bagarre avait éclaté entre orques peu avant le show fatal. Le géant s’est acharné sur le corps de Dawn Brancheau avec une rage inouïe, avant de lui manger le bras puis de reposer doucement sa tête près du cadavre immergé. Consterné par son acte.

Aujourd’hui, King Kong a retrouvé ses chaînes. Isolé plus d’un an, assommé par les drogues, il flotte. Toute la journée, il dort et quand vient l’heure du spectacle, il se contente de nager en rond, sans même avoir la force de bondir au sifflet. Tilikum est psychiquement mort. Mais son sperme congelé a déjà servi à faire naître 2/3 des bébés orques de la compagnie Sea World. Et on le masturbe encore.

En 2011, 42 orques étaient détenues en bassins dans le monde.
Elles sont 48 aujourd’hui, du fait des récentes captures russes et due « sauvetage » de Morgan en Mer de Norvège par le Dolfinarium de Harderwijk puis de sa vente à SeaWorld.
Depuis 1961, 137 orques au moins ont été capturées pour le marché de la captivité. 124 d’entre elles (soit 91% des prises) sont déjà mortes aujourd’hui.
La durée de vie moyenne des 124 individus capturés est de 4 ans, avec un maximum de 28 ans. Le temps de vie moyen des 32 orques nées en captivité est de 4 ans et demi.
En milieu naturel, les mâles vivent peuvent atteindre 60 ans et les femelles devenir centenaires.
Au total, 156 orques sont mortes en captivité. Ce chiffre comprend 28 enfants difformes malformés ou morts nés.

BLACKFISH pose clairement la question : pourquoi toute cette souffrance ? Pourquoi perpétuer ces jeux de cirques cruels, ces captures et ces inséminations artificielles ?  Dans quel but, si ce n’est le profit ?  Ne vaudrait-il pas mieux plutôt se soucier des orques libres, dont les cultures et l’intelligence sont comparables en complexité à celles des êtres humains ?

Déjà diffusé sur CNN,  BLACKFISH sera projeté en Belgique et dans toute l’Europe à partir du 30 octobre, Cet événement précède une vaste campagne orchestré par Born Free, SOS Defines et la WDC en vue de réclamer l’interdiction des delphinariums sur tout le territoire européen. Pour mémoire, la France détient encore 5 orques captives, dont 4 nées captives. Freya est la seule survivante des captures initiales. Elle vivait en Islande, comme Tilikum.


sam-berg-beluga-121012

Samantha à Sea World
http://www.flickr.com/photos/48521903@N00/sets/72157624823226253/ at SeaWorld
IMG_1405
IMG_1428

Lire aussi :
Tous les horaires et les détails pratiques sur la page Facebook Blackfish Belgique

orcas-islande

L’enfance de Tilikum (article D.Kirby traduit par YG)

Blackfish, le film

Blackfish en Europe

Samantha Berg à Bruxelles

Sea World contre Blackfish, la guerre a commencé !

Les mystérieuses cultures des orques de l’Antarctique

Orques captives : les chiffres et les faits

Orques psychotiques en captivité

Tilikum, reproducteur en chef

tilly-jail

 

samantha-berg-yvon

samantha-berg-speech-Brussels

samantha-berg-talk-to-Midori-BrusselsSamantha Berg, « Blackfish » Bruxelles 29/10/2013


Suzy et les éléphants

elecapt3

On l’a nommée Suzy. Elle portait sûrement un autre nom au sein de sa harde. Aujourd’hui, elle est enfermée dans un enclos assez vaste, en compagnie de Gitana, au parc Pari Daiza.

Quant elle était petite, on a tué sa mère. C’était au Zimbabwe en 1988.

L’ivoire, sans doute. Ou bien les zoos. Ou encore, le culling tel qu’on le pratiquait il y a peu au parc Krüger et qui consiste à massacre un nombre précis d’éléphants pour réduire leurs populations.

Ces prélèvements se mènent le plus souvent par voie des airs. Le tireur dans l’hélicoptère peut ainsi tout à loisir choisir sa cible et l’abattre à l’arme de guerre. Cela revenait chaque année. Les anciennes connaissaient les dates et elles tentaient alors d’emmener leur famille à l’abri des bosquets. En vain. Au jeu de la mort, l’homme reste le champion.

elephant-chasse-sportive

Suzy se tient sagement auprès du corps de sa maman, bien consciente que quelque chose de terrible venait d’arriver. Quand on emmena le cadavre, elle le suivit comme un petit chien Pas besoin de l’attacher. Il n’y avait plus personne. Tous partis. Tous morts. Ses tantes, ses sœurs, ses petits frères, ses grands frères toujours au loin, à se battre et à chercher des filles, mais qui revenaient au galop, toutes défenses dehors, quand un danger menaçait les leurs.
Tous partis. Tous morts ?

Elle eut de terribles cauchemars les nuits suivantes. Elle revivait la scène sans cesse et se réveillait en barrissant. Aucun des humains présents ne se soucia de son chagrin. Personne ne la prit dans ses bras. Très vite, on la dressa, on la frappa, on l’enchaîna, on lui mordit l’oreille avec un hook crochu, et le creux de l’aine, On la réduisit en esclavage, sans qu’elle comprit jamais pourquoi.

elephant-aywaille-seulAfrica à Aywaille

Le Harry Malter Familypark de Gand la donna au parc Pairi Daïza le 28 août 2010,
Sa compagne Chamba venait de mourir. On l’amena donc dans le Hainaut. Gitana vient la rejoindre ensuite. Susy a été la vedette de la Foire de Libramont, aux côtés d’un cheval de trait. Elle vit mourir Mausi, l’éléphante de cirque torturée, qui s’effondra quelques jours après son arrivée. De tristes souvenirs ont du lui revenir.  Un éléphant a bonne mémoire.

Toute petite, elle a du en voir, des massacres, des mâles superbes abattus par des chasseurs friqués, d’autres mutilés de leur trompe et de leurs défenses.  Elle a du en fuir, des humains féroces mais c’est parmi eux quelle vit aujourd’hui. Pour sauver l’espèce, paraît-il. Elle n’a encore jamais eu d’enfants.

echo_nature_elephants_echo

Là-bas, chez elle, de nouvelles matriarches ont pris les commandes de nouvelles hardes. Elles affrontent aujourd’hui la plus grande vague de massacre de toute l’histoire des éléphants. La Chine veut l’ivoire. Al Qaeda veut l’argent. L’Afrique ramasse la donne.

Le temps est proche où les savanes d’Afrique et les forêts d’Asie seront vides de tout éléphant.
Seuls survivront des personnes comme Suzy, qu’on exhibe dans des parcs et qui, péniblement, engendreront peut-être un éléphanteau. Pas de quoi sauver l’espèce, ni assurer son renouvellement génétique. Rien non plus qui reproduise les conditions de vie réelle d’un éléphant. Plutôt que de céder à la fougue d’un mâle triomphant et superbe dont elle connaît le clan depuis des années,  on lui amènera un étalon choisi par les homme, un inconnu. Elle finira ses jours dans la somnolence et l’ennui. Dans 50 ans, il n’y aura plus d’éléphants de zoo non plus.

planckendael-elephant-une-prison-reste-une-prison2

Voilà ce que notre gouvernement protège, voilà ce que nos médias encensent.
Mais que fait-on pour les « vrais » éléphants, ceux qui vivent encore libres et dignes ? Quelle somme la Belgique investit-elle pour sécuriser les parcs nationaux congolais, pour assurer leur bonne gestion et leur promotion internationale ? Quel est le nombre de soldats dévolus à la stricte protection des Monts Virunga, ce trésor de biodiversité  ? Pourquoi autorise-t-on une compagnie pétrolière à  s’y installer ? Pourquoi la CITES se montre-telle si conciliante avec un trafic dont on connaît les auteurs et les lieux ?
Que dit l’Europe de ce génocide annoncé ? Quels moyens la communauté internationale met-elle en œuvre pour sauver ces êtres dotés de cultures et de conscience de soi, qui partageaient déjà la savane avec les premiers hominiens ?

African_Elephants_Amboseli_National_Park_Kenya

Dans quelques années, les dernières tribus d’éléphants libres auront disparus de la planète.  Sauf si nous agissons.

ACTION INTERNATIONALE 4/10/2013

Pari Daiza

Eléphants

Le Voyage du Petit Eléphant

Suzy

elephant-95Pourquoi Pari Daiza ne se joint-il pas à ce genre de campagnes ?


La Marche pour les éléphants. 4/10/2013. Bruxelles.

marche-elephant-mutilation

Nous affrontons aujourd’hui la plus grande crise de braconnage de tous les temps. Chaque année, des dizaines de milliers d’éléphants sont abattus pour leur ivoire. Les braconniers tuent les éléphants de tous âges. Nous avons pu voir que parmi les plus récentes des expéditions illicites d’ivoire, on trouvait les défenses d’éléphants très jeunes.
De même, les rhinocéros sont tués à un rythme sans précédent en Afrique et en Asie. De nombreuses espèces et sous-espèces de rhinocéros ont déjà disparu ces  dernières années.

Les tigres sont chassés pour leur fourrure peaux et leurs os. Mais au fur et à mesure que leur espèce s’éteint, les lions d’Afrique sont en train de prendre leur place dans le commerce illégal d’espèces sauvages.
Et ce sont là que des espèces bien connues du public, du fait des grandes compagnies  de protection de la nature et les médias.
Mais il y a tellement d’autres encore !

Saviez-vous que chaque année, plus de 180.000 pangolins sont tués pour leur viande et leurs écailles ?
Saviez-vous que plus d’un million de serpents et de crocodiles sont tués chaque année pour fabriquer des chaussures, des ceintures, des portefeuilles et des sacs à main ? Saviez-vous que la Namibie et le Canada vendent des centaines de milliers de peaux de phoques et d’otaries chaque année ?
Chaque année, près de 2 millions de perroquets sont vendus et la Chine consomme à elle seule 150 millions d’hippocampes.

marche-Parrot-trade-in-W-AfricaPerroquet du Sénégal, le plus vendu de tous.

Le plus affligeant dans tout cela, c’est que personne n’a vraiment besoin d’ivoire, personne n’a vraiment besoin de corne de rhinocéros, d’ossements de lion, de peaux de serpents ou de peaux de phoques.  Personne n’a vraiment besoin d’un perroquet en cage.

marche-ivory-carving-car

Voiture plaquée ivoire

Notre monde devrait progresser au-delà de ce massacre de la faune, d’autant plus que nos enfants ne verront jamais ces espèces si le commerce continue. Nos organisations internationales ont échoué en matière de conservation de la faune. La CITES favorise le commerce de l’ivoire, la chasse à l’ours polaire et les trophées de chasse au lion. La CITES permet le commerce de rhinocéros vivants entre l’Afrique du Sud et la Chine.

marche-the-live-rhino-trade-from-south-africa-1

Pieter’s Blog (Lion Aid)

La CITES est une organisation régulant le commerce de la faune sauvage avec plus de 170 pays membres. La CITES est totalement inefficace pour prévenir ce trafic illicite et le promeut  au contraire en permettant ainsi à un commerce illégal de vendre et d’acheter légalement des milliers d’espèces ayant une valeur financière.

marche-wild-lionsUn être magnifique, une culture fascinante

Il faut que ce soit des gens comme nous, des citoyens, qui réclament la fin du commerce des espèces sauvages.
Les animaux ne sont pas une marchandise. Nous ne permettrons pas cela, nous n’en consommerons pas, et nous ne garderons plus le silence sur les pays qui en consomment.
Si ce que nous défendons ici n’est pas entendu de nos gouvernements, nous ne verrons plus de lion que dans un zoo, plus d’hippocampe que dans un aquarium et plus de perroquet que dans une cage.

march-elephantsincaptivity1L’éléphant survit mal au zoo et s’y reproduit peu

Si nous parvenons pas à faire entendre nos voix, nous devrons vivre avec des savanes silencieuses, des forêts silencieuses, des océans et des cieux vides.

Pieter Kat/ LionAid


marche-deforestation-report-finds-organized-crime-responsible-for-ninty-percentLa main du crime

INFOS
Marche Internationale pour les éléphants, les rhinocéros et les lions
Bruxelles, vendredi 4 octobre à 14 heures.
Place Victor Horta (Gare du Midi)

marche-octobre-4
Image Marie-France Rivière

Pétition pour réveiller la CITES

cites


Quand les zoos deviennent des cirques

« Les enclos destinés aux animaux terrestres ont subi d’énormes changements dans les zoos au cours des dernières décennies. Au Royaume-Uni, notamment, un zoo peut s’attendre à un tollé général si le moindre animal semble manquer d’espace et de stimulations. L’image que les zoo veulent offrir au public se caractérise désormais par le souci du bien-être des espèces libres ou captives : ils se présentent comme des acteurs en terme de conservation et mettent tout en œuvre pour que le public puisse voir l’animal agir de manière aussi proche que possible de son comportement naturel.

L’idée d’organiser des spectacles où les chimpanzés prennent le thé devant le public comme au 19ième siècle est devenue absurde aux yeux de l’industrie zoologique du 21e siècle.

chimps_tea_party-london_zoo

Mais pour les grands parcs d’attractions marines aux USA, au Japon et ailleurs, cette mentalité reste la norme.
Il y a 2 ans, le Georgia Aquarium – le plus grand delphinarium du monde dont l’image commerciale prétend s’appuyer sur la conservation et l’éducation – a inauguré un nouveau spectacle de dauphins.

georgia-aquarium-theater

Si cette attraction avait pour but d’éduquer les gens, alors le message a du être subliminal et se résumer à quelques panneaux expliquant que les dauphins n’étaient pas des poissons mais des mammifères.
Le but premier du delphinarium semble plutôt de vendre des billets coûteux à des centaines de personnes chaque jour, en les engageant à assister au spectacle de mammifères marins dansant sur la musique et se livrant à des cabrioles dans une salle de théâtre !

Pouvez-vous imaginer que l’enclos des gorilles, remis à neuf au Zoo de Londres en 2007, ait été inauguré avec ce genre de spectacle ? »

Extrait d’un article de FRED CRAWLEY

london_zoo_gorilla_kingdom_exhibit

Et pourtant, si !
On peut l’imaginer !
Tout récemment, le Zoo d’Amneville a annoncé par voie de presse qu’il préparait  un gigantesque spectacle de tigres.
«Tiger world» générera des recettes complémentaires pour un parc qui a déjà fait 16 M€ de chiffre d’affaires en 2012.

«On en avait mis plein la vue aux visiteurs avec les gorilles, mais là, ça va être encore plus fort », annonce Michel Louis, le directeur. « Avant de pénétrer dans la salle, les visiteurs emprunteront un couloir thématisé dans lequel ils seront sensibilisés à la protection des tigres. L’arène circulaire sera en fait totalement camouflée par un paysage de jungle avec de la végétation, des rochers, des bassins, des cascades…
À l’intérieur, le thème retenu est celui des temples khmers. La cage des tigres sera en fait suspendue au plafond et descendra sur la scène le temps du spectacle »
. Des effet spéciaux seront également prévus au programme (neige et tempête !).

tiger-world-amnevilleMaquette de Tiger World 

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?
Alors que la plupart des « vrais zoos » ont cessé d’enfermer des cétacés en Europe, M. Louis marche résolument contre le sens de l’histoire ! Lui, l’ancien dresseur, rêve en effet de ce spectacle que l’on n’approche qu’avec respect, celui qui fait vraiment courir les foules, indémodable depuis les années 50 : les shows de dauphins et plus tard, qui sait, les shows d’orques !
Descendront-ils eux aussi du plafond dans un aquarium, avec effets spéciaux à l’appui ?
Avec le zoo d’Amnéville, on peut s’attendre à tout.


Manifestation pour une Europe sans delphinarium

demo28-annelies-ric

Ric O’Barry Report
Save Japan Dolphins Report
WDC Report
La Dolphin Connection Report

L’événement est historique.
Près de 350 amis des dauphins se sont rassemblées ce vendredi 28 juin de 15 à 18 heures place Victor Horta à Bruxelles, devant la façade du SPF Santé Publique, pour réclamer l’interdiction totale des delphinariums dans l’ensemble de l’Union Européenne.

demo28-anneliesAnnelies….

demo28-ric-yvon3… Ric et Yvon, les 3 piliers de la manifestation. 

«Liberté pour les dauphins!» «La captivité, c’est l’esclavage !», « Libérez Morgan ! »
Pendant plus de 3 heures, ces manifestants venus de l’Europe entière (Grèce, Italie, Allemagne, France, Pays-Bas, Croatie, Slovénie, Suisse, etc.) ont tourné en rond sur la place, comme le font les dauphins dans leur bassin.
Menée par l’artiste sur échasses Maria Heideman, ils ont réclamé en plusieurs langues une modification radicale de la Directive 1999/22/CE du Conseil de l’Europe,  afin que celle-ci interdise définitivement toute exploitation de dauphins de cirque, à l’instar de nombreux pays comme l’Inde, le Chili, le Brésil, la Slovénie, Chypres ou la Croatie.

demo28-dolphin-connection

Pendant que les manifestants continuaient à scander des slogans devant les portes du Ministère de la Santé Publique, Ric O’Barry, ex-dresseur de Flipper et acteur principal du documentaire «The Cove», Annelise Mullens, co-organisatrice de la manifestation, accompagnée de son plus jeune fils et Yvon Godefroid, activiste responsable de l’événement, ont été reçu par le Dr Eric Dr Van Tilburgh, responsable du SPF Santé publique pour les zoos et delphinarium belges.

demo28-yvon-ric-filsDans les couloirs du Ministère (photo Annelies)
Ric fait une blague, Yvon tente de pas rire et
Willem, le fils d’Annelies est tout fier d’être là !

L’entretien fut cordial, quoique ferme et sans concessions, et dura près d’1 heure.
L’accent fut aussitôt mis sur plusieurs pratiques illégales du Boudewijn Seapark tant au regard de la loi belge que de la Directive européenne sur les zoos. Ces dernières sont citées dans 2 rapports de la plus haute rigueur scientifique, à savoir celui de Born Free sur les zoos belges et celui de la WDC sur les delphinariums. On les trouve également résumées en français sur les pages :
Delphinarium de Bruges : illégal ?
Il faut fermer le delphinarium de Bruges

demo28-greece-valia

Il fut vivement rappelé au Dr Van Tilburgh que le delphinarium de Bruges opérait aujourd’hui sans licence.
Celle-ci n’a pas été renouvelée en été. Pourquoi le gouvernement ne réagit-il pas à cette situation ? Cette autorisation sera-t-elle reconduite ? N’y a-t-il pas de risques au niveau des assurances ? De nombreux riverains proches du parc se plaignent en effet du bruit causé par les shows dominicaux. On imagine ce qu’endurent les dauphins, dont l’ouïe est extrêmement sensible.

dolphin-bay-dolphin-rideBruges

Parmi les attractions du parc qui posent problème au niveau strictement juridique, citons notamment le contact direct avec les animaux, interdit par la loi belge dans tous les zoos, à l’exception des animaux de ferme livrés aux enfants.
Or, le Boudewijn Seapark vend désormais pour des sommes conséquentes des rencontres du type : Meet our dolphins, durant lesquelles le public est autorisé à descendre dans l’eau en combinaison d’égoutier et de toucher les dauphins. Ce qui les distrait sans doute un peu, mais présente plusieurs risques : la transmission de la brucellose ou de l’herpès peut survenir dans les deux sens et les risques inopinés d’agression ne sont pas nuls. Il s’en est produit un récemment aux Etats-Unis, où une petite fille fut sauvagement mordue par un dauphin fou.

bruges-touch-dolphin
swim-with-dolphin-Bites-Girl

Plus dangereuses et illégales encore sont les séances photos (payantes) avec les otaries de Patagonie, dont la gueule énorme pourrait emporter le visage d’un enfant d’une bouchée. On parla aussi des vautours et autres oiseaux de proie se posant sur la nuque de gosses, et que l’on retrouve entravé par une laisse à la patte et soumis à des conditions de vie que les zoos du Royaume-Uni, par exemple, ne tolèrent plus depuis longtemps.

bruges-vautourBruges

Nous avons rappelé ensuite à M. Van Tilburg les différents manquements du Boudewijn Seapark quant à ses obligations européennes.
Citons notamment l’absence d’informations pertinentes sur la vie sociale des dauphins libres, le caractère anthropomorphique des shows, l’échec annoncé de la reproduction en bassin, la faible viabilité des sujets captifs, les tentatives insensées d’obtenir un cheptel de dauphins « domestiques » autosuffisant sans apport de sang frais venu de l’océan, l’impossibilité de remettre en mer les jeunes nés en bassin alors que le rôle du zoo est de repeupler les biotopes en danger, et le caractère obsolète et répétitifs des prétendues recherches scientifiques qui ne bénéficient pas à l’espèce sauvage (l’étude de la grossesse des delphines captives, notamment, ou le pouvoir curatif des dauphins), etc.

dolphinbay-windowBruges

En bref, comme le souligne le rapport 2011 de la WDC, Dolphinaria – A review of the keeping of whales and dolphins in captivity in the European Union and EC, relating to the keeping of wild animals in zoos,  le fait de détenir des dauphins en bassin viole d’ores et déjà la Directive 1999/22 et les lois nationales découlant d’elles :
* La captivité est sensée encourager la conservation des espèces menacées. Or, le taux de survie des cétacés est inférieur en captivité qu’en milieu naturel et la natalité y est faible ou difficile.
* Elle est supposée promouvoir l’éducation à propos des cétacés alors qu’une très faible quantité d’informations est fournie lors des shows concernant la vie sociale complexe des dauphins en liberté.
* Elle est supposée prévenir la cruauté envers les animaux et sensibiliser à leur bien-être, alors que le stress et les comportements anormaux sont communs chez les dauphins exposés dans l’enceinte des delphinariums de 15 états membres de l’Union européenne, qui se montrent incapables d’appliquer la législation existante en la matière.

zoo-anvers-reptileAnvers

M. Ric O’Barry a également rappelé à M. Van Tilburg que si les reptiles du zoo bénéficiaient à tout le moins d’une branche où grimper, d’un abri, de feuillage et de terreau où se lover, c’est-à-dire d’une simulation minimale de leur environnement naturel, il n’en était rien pour les dauphins. Ceux-ci sont contraints de vivre dans un bassin de béton totalement nu.
Imagine-t-on un chimpanzé ou un gorille dans une cellule vide de tout objet ?

DSCN0152Bruges

Pour conclure, nous avons demandé que le gouvernement belge prenne une décision éthiquement courageuse, en interdisant toute reproduction en bassin, toute importation de nouveaux dauphins, toute nouvelle ouverture de delphinariums et qu’elle mette progressivement fin aux activités du Boudewijn Seapark.
Plus largement, Ric O’Barry a insisté sur le fait que la Belgique, siège des institutions européennes, s’honorerait en agissant de la sorte et qu’elle donnerait ainsi le bon exemple aux 15 pays de l’Union possédant encore des cirques aquatiques.

M. Van Tilburg s’est engagé à transmettre nos revendications à sa Ministre de tutelle, Mme Onkelinx, en rappelant néanmoins qu’une Commission spéciale allait bientôt rendre ses conclusions sur les normes de bien-être au delphinarium de Bruges.

Notre réponse fut que, quelles que soient les conclusions de cette Commission, ce serait la voix de la rue et des citoyens qui prévaudrait en définitive. Et qu’aucune prison aquatique ne pourrait jamais être améliorée au point de pouvoir permettre aux cétacés captifs de s’y épanouir pleinement comme en liberté.

demo28-dauphins3
Il va de soi que dans la foulée de cette première manifestation européenne, d’autres actions seront lancées sur le territoire belge aussi bien que dans différentes villes de l’Union Européenne. Quant à la pétition réclamant la fin de tous les delphinariums en Europe, même si sa valeur n’est que symbolique (il en faut plus pour que la Commission européenne nous écoute), elle continuera à s’enrichir de signatures jusqu’à l’infini !

C’est une lutte difficile, car nous sommes face à une industrie du loisir animal qui dispose de moyens financiers inouïs, capables d’influencer n’importe quel pouvoir politique ou organe de presse. Mais c’est un combat juste que nous menons , non seulement en faveur des dauphins mais également pour le futur de nos enfants. Notre dignité d’Homme passe par ce combat-là. Et nous le gagnerons !

demo28-morgan2

Remerciements :
Impossible ici de remercier tous ceux qui nous ont aidé à mettre sur pied ce formidable rassemblement. Il y a d’abord Ric O’Barry, bien sûr, et Annelies, il y a La Dolphin Connection qui a financé le voyage de Ric (le reste des frais ayant été couvert par l’appel de fonds sur Gofundme), il y a Mylou pour ses photos de Bruges et son indéfectible soutien, il y a Denis et les autres pour le service de sécurité, mais afin de ne vexer personne, nous ne citerons donc personne d’autres, car il y aurait tant de noms à citer !
Merci donc à tous et à chacun d’entre vous !
Un petit mot tout de même pour la police de St Gilles, dont l’efficacité et la gentillesse nous ont rendu la tâche plus facile.
Et bien sûr, toute notre admiration à celles et ceux qui ont pris la peine de nous rejoindre à grands frais depuis des pays parfois fort lointains ou qui se sont déchaînés derrière leur ordinateur pour diffuser l’annonce de cette première manifestation historique dans le monde entier.
A titre personnel je ne suis pas peu fier que mon petit-fils Sacha y ait assisté avec ses deux parents. C’était à n’en pas douter le plus jeune des participants du jour  !

demo28-sacha2Sacha Godefroid et son papa

References :
http://www.wdcs.org/submissions_bin/Eu_Dolphinaria_Report.pdf
http://www.bornfree.org.uk/zooreports/Belgium-en/pages/BELGIUM_Zoo_Report_ENGLISH.pdf
http://www.dauphinlibre.be/legbelg.htm
http://www.health.belgium.be/eportal/AnimalsandPlants/keepingandbreedinganimals/zoos/index.htm?fodnlang=nl#.Uc_yEr5V3IU
http://www.health.belgium.be/filestore/823592/AR%2010-08-1998_0_823592_nl.pdf
http://reflex.raadvst-consetat.be/reflex/pdf/Mbbs/1999/08/19/63330.pdf
https://docs.google.com/document/d/1GYtIH3t_XcWDmDx5uDHxXynxQUDupzWcRDpZ1AxpsU4/edit
http://www.stadsomroep.com/Detail.asp?NUM=35937&fb_comment_id=fbc_203782826412155_486443_203849333072171#f1cbc996e6d3393

demo28-children-ric
La nouvelle génération

Images et vidéos
« June 28th Brussels : the Movie » !
http://deburgerjournalist.nl/march-against-dolphin-captivity/

http://www.dailymotion.com/video/x11efk2_closing-dolphinariums-partie-10_webcam#.UdALwsXiBag
http://touch.dailymotion.com/video/x11eezn_closing-dolphinariums-partie-9_webcam

http://www.ustream.tv/channel/freedolphinseurope

http://www.dhnet.be/actu/societe/les-delphinariums-une-pratique-barbare-51ce5844357028fef4e7f44f
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130628_00330320

demo28-ric-Y

demo28-UK
demo28-valia-1

demo28-dog
demo28-Y

demo28-japan

demo28-Maria

demo28-italy

demo28-inflatable

demo28-hesterHester bartels (Orka Coalitie)

demo28-1

Pour une europe sans delphinarium


Stop dolphin captivity in Europe ! Write to Green European Deputees

asterix-aya

Copy, paste, sign and send !

Dear European deputee,

Dolphins possess the sophisticated cognitive and emotional abilities characteristic of the type of consciousness that is the foundation of humans’ claim for moral standing. They are sef-aware persons, endowed with cultures, languages and emotions.

We don’t have the right to keep these creatures in captivity to satisfy some economic needs.
Their detention violates the Directive 1999/22/EC of the Council of Europe. http://www.wdcs.org/stop/captivity/eu_campaign/introduction.php
No chlorinated pool, no lagoon, no matter how large they are, could replace the ocean nor reproduce the complex social life of wild cetaceans. Captive cetacean don’t have freedom to express normal behaviour, a main principle for animal welfare.

We urge the European Authorities to ban any breeding program or importation of cetaceans into the EU.
We demand all existing dolphinaria to be closed down and that the cetaceans – born free or captive- join rehabilitating programs in marine sanctuaries.

Thanks to support us in Brussels on June 28Th for a Captive Dolphins Free Europe
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/04/18/for-delphinarium-free-europe/

Your signature….

beluga-valencia

Green deputees

amelia.andersdotter@europarl.europa.eu

martina.anderson@europarl.europa.eu

sandrine.belier@europarl.europa.eu

malika.benarab-attou@europarl.europa.eu

jean-paul.besset@europarl.europa.eu

jean-jacob.bicep@europarl.europa.eu

lothar.bisky@europarl.europa.eu

jose.bove@europarl.europa.eu

nikos.chrysogelos@europarl.europa.eu

yves.cochet@europarl.europa.eu

daniel.cohn-bendit@europarl.europa.eu

marije.cornelissen@europarl.europa.eu

michael.cramer@europarl.europa.eu

tarja.cronberg@europarl.europa.eu

karima.delli@europarl.europa.eu

mark.demesmaeker@europarl.europa.eu

isabelle.durant@europarl.europa.eu

cornelia.ernst@europarl.europa.eu

Jill.evans@europarl.europa.eu

helene.flautre@europarl.europa.eu

sven.giegold@europarl.europa.eu

catherine.greze@europarl.europa.eu

takis.hadjigeorgiou@europarl.europa.eu

gerald.haefner@europarl.europa.eu

thomas.haendel@europarl.europa.eu

rebecca.harms@europarl.europa.eu

satu.hassi@europarl.europa.eu

martin.haeusling@europarl.europa.eu

ian.hudghton@europarl.europa.eu

yannick.jadot@europarl.europa.eu

eva.joly@europarl.europa.eu

dennis.dejong@europarl.europa.eu

nicole.kiil-nielsen@europarl.europa.eu

juergen.klute@europarl.europa.eu

jaromir.kohlicek@europarl.europa.eu

jean.lambert@europarl.europa.eu

philippe.lamberts@europarl.europa.eu

patrick.lehyaric@europarl.europa.eu

sabine.loesing@europarl.europa.eu

isabella.loevin@europarl.europa.eu

erminia.mazzoni@europarl.europa.eu

paul.murphy@europarl.europa.eu

miloslav.ransdorf@europarl.europa.eu

michele.rivasi@europarl.europa.eu

raul.romevairueda@europarl.europa.eu

heide.ruehle@europarl.europa.eu

judith.sargentini@europarl.europa.eu

carl.schlyter@europarl.europa.eu

elisabeth.schroedter@europarl.europa.eu

werner.schulz@europarl.europa.eu

alyn.smith@europarl.europa.eu

indrek.tarand@europarl.europa.eu

rui.tavares@europarl.europa.eu

keith.taylor@europarl.europa.eu

tatjana.zdanoka@europarl.europa.eu

karim.zeribi@europarl.europa.eu

johnstuart.agnew@europarl.europa.eu

jan.albrecht@europarl.europa.eu

sonia.alfano@europarl.europa.eu

francois.alfonsi@europarl.europa.eu

magdicristiano.allam@europarl.europa.eu

alexander.alvaro@europarl.europa.eu

luispaulo.alves@europarl.europa.eu

nyar