Free our last 6 dolphins in Belgium.

Articles tagués “documentaire

« BLACKFISH » EN BELGIQUE !

blackfish-posterTous les horaires et les détails pratiques
sur la page Facebook Blackfish Belgique

BLACKFISH EN BELGIQUE !

« Un thriller psychologique intense avec une orque en vedette, qui illustre comment la nature peut se venger lorsque l’homme la pousse dans ses derniers retranchements.  Blackfish, c’est l’histoire de Tilikum, un orque condamné à devenir une bête de spectacle. Durant ses 30 années de captivité,  Tilikum a tué et blessé plusieurs personnes.
Gabriela Cowperthwaite, la réalisatrice du film, a interviewé des témoins directs. Elle dresse un portrait hallucinant de la manière dont ces animaux particulièrement intelligents sont maintenus en détention par l’industrie des parcs de loisir, avec pour seul objectif l’appât du gain.
Cette histoire interpellante pose une question cruciale : ces animaux peuvent-ils être détenus de la sorte ? »

Enfin ! Distribué par Remain in light / Filmfreak Distributie, le documentaire américain Blackfish sort en Belgique à partir du 30 octobre 2013, ainsi qu’en Allemagne, aux Pays Bas et en Espagne. La France ne s’est malheureusement pas montrée intéressée, malgré la présence de 5 misérables orques captives sur son territoire.

Entre le 26 et le 30 octobre, Samantha Berg, l’ancienne dresseuse de Tilikum sera présente à Bruxelles. Samantha lutte maintenant contre la captivité et gère un remarquable site web avec d’autres anciens dresseurs, également interviewés dans ce documentaire.

Blackfish_Dogwoof_Documentary_7_1600_900_85

Un site web a été conçu pour fournir toutes les informations utiles et même AGIR contre la captivité, puisqu’une pétition y figure.
http://be.blackfish-film.be/


Shamu Show, le cirque romain !

Voici les dates des premières projections.
Samantha Berg nous arrivera de l’Alaska où elle exerce le métier d’acupunctrice et se rendra en Italie, en Espagne (Loro Parque), en Allemagne, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Belgique.
Lire sur la page Face Book le détail des horaires et rencontres avec Samantha.

blackfish-Brussels

Cinema Zed – Louvain (à partir du 23/10/13)
CineAriston – Esch-sur-Alzette (à partir du 25/10/13)
Vendôme – Bruxelles (avant première avec S.B le 29/10 à 7h 25)

Cinema Aventure – Bruxelles (à partir du 30/10/13)
Sphinx – Gand (à partir du 13/11/13)
CineKursaal – Rumelange (à partir du 6/11/13)
CineWaasserhaus – Mondorf-les-Bains (à partir du 13/11/13)
Buda – Courtrai ( partir du 4/12/13)

tilikum-regarde-ses-dresseuses

A venir (dates non encore précisées) :
Le Parc / Churchill – Liège
Le Parc – Charleroi
Plaza – Mons


Tilikum pleure et les gens rient.

orcas-islande


TILIKUM

Tilikum est né vers 1980 à l’Est de l’Islande, dans une mer glaciale le long d’une côte creusée de fjords. Il n’y vécut que 3 ou 4 ans, collé aux flancs d’une sage matriarche et protégé par les nombreux  membres de sa communauté. Puis des hommes sont venus, ils ont dispersé sa famille et l’ont emmené pour toujours, avec deux autres enfants.
Au début, Tilly se montra coopérant avec ses ravisseurs. Mais bien vite, les bassins surpeuplés du Sealand of Pacific firent de lui un rebelle. Quelques années suffirent à en faire un tueur. Ses deux premiers meurtres furent soigneusement tus mais le dernier mena SeaWorld devant les tribunaux. En mer libre, aucune orque jamais n’a blessé un humain. Les dresseurs agressés ou tués se comptent en revanche par dizaines.

Malgré sa taille énorme, Tilikum était pourtant le souffre-douleur du bassin, grand gosse grandi sans mère, socialement maladroit, rendu fou par l’ennui et le manque d’espace. Une bagarre avait éclaté entre orques peu avant le show fatal. Le géant s’est acharné sur le corps de Dawn Brancheau avec une rage inouïe, avant de lui manger le bras puis de reposer doucement sa tête près du cadavre immergé. Consterné par son acte.

Aujourd’hui, King Kong a retrouvé ses chaînes. Isolé plus d’un an, assommé par les drogues, il flotte. Toute la journée, il dort et quand vient l’heure du spectacle, il se contente de nager en rond, sans même avoir la force de bondir au sifflet. Tilikum est psychiquement mort. Mais son sperme congelé a déjà servi à faire naître 2/3 des bébés orques de la compagnie Sea World. Et on le masturbe encore.

En 2011, 42 orques étaient détenues en bassins dans le monde.
Elles sont 48 aujourd’hui, du fait des récentes captures russes et due « sauvetage » de Morgan en Mer de Norvège par le Dolfinarium de Harderwijk puis de sa vente à SeaWorld.
Depuis 1961, 137 orques au moins ont été capturées pour le marché de la captivité. 124 d’entre elles (soit 91% des prises) sont déjà mortes aujourd’hui.
La durée de vie moyenne des 124 individus capturés est de 4 ans, avec un maximum de 28 ans. Le temps de vie moyen des 32 orques nées en captivité est de 4 ans et demi.
En milieu naturel, les mâles vivent peuvent atteindre 60 ans et les femelles devenir centenaires.
Au total, 156 orques sont mortes en captivité. Ce chiffre comprend 28 enfants difformes malformés ou morts nés.

BLACKFISH pose clairement la question : pourquoi toute cette souffrance ? Pourquoi perpétuer ces jeux de cirques cruels, ces captures et ces inséminations artificielles ?  Dans quel but, si ce n’est le profit ?  Ne vaudrait-il pas mieux plutôt se soucier des orques libres, dont les cultures et l’intelligence sont comparables en complexité à celles des êtres humains ?

Déjà diffusé sur CNN,  BLACKFISH sera projeté en Belgique et dans toute l’Europe à partir du 30 octobre, Cet événement précède une vaste campagne orchestré par Born Free, SOS Defines et la WDC en vue de réclamer l’interdiction des delphinariums sur tout le territoire européen. Pour mémoire, la France détient encore 5 orques captives, dont 4 nées captives. Freya est la seule survivante des captures initiales. Elle vivait en Islande, comme Tilikum.


sam-berg-beluga-121012

Samantha à Sea World
http://www.flickr.com/photos/48521903@N00/sets/72157624823226253/ at SeaWorld
IMG_1405
IMG_1428

Lire aussi :
Tous les horaires et les détails pratiques sur la page Facebook Blackfish Belgique

orcas-islande

L’enfance de Tilikum (article D.Kirby traduit par YG)

Blackfish, le film

Blackfish en Europe

Samantha Berg à Bruxelles

Sea World contre Blackfish, la guerre a commencé !

Les mystérieuses cultures des orques de l’Antarctique

Orques captives : les chiffres et les faits

Orques psychotiques en captivité

Tilikum, reproducteur en chef

tilly-jail

 

samantha-berg-yvon

samantha-berg-speech-Brussels

samantha-berg-talk-to-Midori-BrusselsSamantha Berg, « Blackfish » Bruxelles 29/10/2013


« Voices of the orcas » : la face obscure de SeaWorld

SeaWorld DeathTillikum seul

«Voices of the orcas » est un site émouvant.
Son équipe rédactionnelle est composée d’anciens dresseurs employés par SeaWorld dont la plupart ont travaillé avec Tilikum.
C’est à l’occasion du tournage de «Blackfish»  que leur témoignage a été sollicité. Et ce n’est la moindres des scènes frappantes  de ce film que des le voir, ensemble, naviguant dans les eaux de Puget Sound où tant d’orques furent capturés ou moururent, dont la petite Lolita solitaire au Miami Seaquarium.

Tous ont les larmes aux yeux quand ils regardent ces bons géants vivre en famille, chassant, plongeant, voyageant dans leur propre pays, la mer. Tous attestent que jamais à SeaWolrd , on ne leur avait parlé de cela mais qu’au contraire, on les obligeait à mentir, en déclarant par exemple que les orques vivaient plus longtemps en captivité qu’en milieu naturel.

Blackfish_former-trainers

Parmi eux, Samantha Berg.
Samantha sera à Bruxelles fin octobre. Elle nous racontera comment elle fut engagée à 22 ans sur base de tests essentiellement physiques, (endurance et sex-appeal), plutôt que sur sa connaissance des mammifères marins. Comme Ric O’Barry, elle nous décrira cette ivresse de la scène : nager avec des cétacés amène sur vous la notoriété, l’envie et même parfois un peu d’argent.
Mais aussi cet amour sincère des dauphins, souvent acquis depuis l’enfance, qui pousse à vouloir se trouver près d’eux.

Elle nous dira enfin comment, suite aux insinuations visant à mettre en cause la compétence de Dawn Brancheau, l’ultime victime de Tilly, elle découvrit qu’elle ne savait rien du passé criminel de l’orque ni des nombreux accidents survenus lorsque la captivité fait péter les plombs aux cétacés.

blackfish-samantha

Car le décor fastueux de Sea World, l’image sympathique d’une institution tout au service des loisirs, de l’éducation, de la protection et de la recherche, cache une tout autre réalité. Il ne s’agit là que d’une formidable entreprise commerciale cotée en bourse, imposant une vie réduite et déprimante aux esclaves qu’elle enferme.

tilikum-sealand-of-pacificTilly vient d’arriver d’Islande, encore couvert de la pommade
destinée à empêcher le désséchement de sa peau.

Tilikum en est l’exemple même.
Capturé à l’âge de 2 ans au large de l’Islande, son parcours fut celui d’un orphelin solitaire, humilié puis rebelle. Après avoir réduit en morceaux le corps de Dawn Brancheau, il est devenue désormais une sorte de zombie, semblable aux protagonistes du «Vol au-dessus d’un nid de coucou». Ses shows se réduisent à l’extrême et pour le reste, on le masturbe pour recueillir son sperme, revendu à prix d’or.

collecting-semen-from-a-killer-whale-at-seaworld

Le site « Voice of the Orcas » témoigne de cette cruauté.
Il fournit des textes et des vidéos inédites et réclame que l’on fournisse aux 42 orques actuellement prisonnières dans le monde, une baie fermée en eaux froides, où elle pourront finir leurs jours dans la paix et la dignité.

Samantha Berg sera à Bruxelles à partir du 26 octobre 2013 et participera aux premières de la projection du film « Blackfish » en Belgique et dans plusieurs pays d’Europe.

tilikumspartacus

http://blackfish-film.nl/ (Version française imminente)
http://blackfishmovie.com/
https://sites.google.com/site/voiceoftheorcas/home
http://voiceoftheorcas.blogspot.be/

Lire aussi en français :

Tilikum, Spartacus parmi les orques

Kasatka, dont on prit l’enfant

Blackfish en Europe


Tilikum refuse de faire le clown


SOS Delfines contre Loro Parque !

loroparque-dolphinsOu comment le delphinarium de Ténériffe tente d’étouffer toute critique
Un article de Delphine Giraud (Dolphin Connection Espagne)

LE CONTEXTE

Du 2 au 7 juillet 2013, le groupe SOS Delfines s’est rendu à Ténériffe afin d’informer habitants et touristes sur la captivité des cétacés et ses effets. L’objectif était également de recueillir des signatures pour la pétition à présenter au Ministère de l’Agriculture et de l’Environnement, en charge de zoos, afin qu’il fasse respecter son propre guide d’application de la loi relative aux zoos qui stipule que ceux-ci “ne devraient pas consentir l’utilisation de leur animaux pour la réalisation de spectacles ou autres représentations de cirques”.

SOS Delfines avait bien préparé sa campagne, envoyant de nombreux communiqués de presse. Les médias des Canaries se sont donc fait écho de la campagne et de son message, comme par exemple dans « La Voix de Ténérife » :

« L’opération a été un succès selon SOS Delfines, qui a publié sur sa page de Facebook le communiqué suivant:
6 jours, 4 plages, 600 signatures contre les spectacles utilisant les dauphins et orques, plus de 2.000 personnes informées et 2 plaintes portées par le Loro Parque. La campagne de SOS Delfines a été un succès, grâce à vous !

Du 2 au 7 Juillet, SOS Delfines a installé une tente d’information sur les problèmes des cétacés captifs sur les plages du Camisón, Troya, Las Vistas et Los Cristianos au sud de Ténériffe. Ayant pour fin d’offrir à locaux et touristes de l’information sur la souffrance des dauphins et des orques en captivité, l’objectif a été plus que rempli. Plus de 2.000 personnes ont obtenu un flyer et un cadeau avec la web de SOS Delfines en 5 langues, et 600 ont signé pour demander plus de respect envers ses animaux ».

Aussitôt, 2 plaintes ont été déposées par le Loro Parque… Il semble évidemment que la campagne n’a pas plu à tout le monde…

esclavagistes-loro-parque

Le propriétaire de Loro Parque, Wolfgang Kiessling (à droite) avec
Brad Andrews, Chief Zoological Officer de SeaWorld (à gauche).

LA PRESSE EN PARLE

Article publié par AquiSurInfo, journal online local du sud de l’île de Ténériffe :
Loro Parque tente de freiner la campagne de SOS Delfines à Ténériffe Sud

* Un notaire commandité par Loro Parque s’est présenté sur le stand d’information installé sur la plage Los Cristianos pour exiger la rectification des déclarations sur la souffrance des cétacés captifs dans des parques comme le leur.

* En outre, la Police Local de Arona a informé la porte-parole de SOS Delfines que l’entreprise avait déposé une plainte.

* Les volontaires de SOS Delfines, heureuses de l’appui reçu à Ténériffe Sud, demeurent tranquilles face aux actions de Loro Parque.

Succès complet de la campagne d’information et de collecte de signatures de SOS Delfines dans le sud de Ténériffe: la population locale et touristique s’implique pour appuyer la pétition demandant que le Ministère de l’Environnement applique le guide d’application de la Loi sur les Zoos et qu’ils cessent d’utiliser les animaux captifs pour la réalisation de spectacles de cirque. L’un des trois parcs ténériffiens contre lesquels pointe cette initiative, le Loro Parque, s’est senti visé par les critiques de SOS Delfines contre la captivité des cétacés.

Pour l’instant, le parc a exigé via la voie notariale que la porte-parole de cette plateforme à l’échelle nationale et internationale, Jennifer Berengueras, se rétracte de ses déclarations faites au journal « La Voix de Ténériffe » sur la souffrance, le stress et la tristesse des cétacés en captivité et sur les réactions agressives que cela provoque, citant en exemple la mort d’un entraîneur attaqué par une orque du Loro Parque en 2009.

Loroparque-alexis-martinezAlexis Martinez fut tué par Keto

Cette sommation a été remise jeudi par un notaire. Les services juridiques de SOS Delfines, à qui Jennifer Berengueras a transmis cette mise en demeure, ont décidé de l’ignorer, nous explique-t-elle. “Tout ce que nous disons repose sur des études scientifiques et nous n’avons donc rien à rectifier”, conclut-elle.

Il semble que Loro Parque ignorait que les-dites déclarations n’avaient pas seulement été publiées seulement par le journal en question, mais aussi par AquíSur et dans un grand nombre de medias nationaux et internationaux qui ont reçu le communiqué de presse de SOS Delfines et qui ne subissent pas l’influence du parapluie publicitaire de parcs de cétacés comme le leur.

De plus, hier, nous raconte Berengueras, la Police Locale de Arona lui a demandé de présenter toutes les autorisations d’occupation de la voie publique par le point d’information installé et, alors qu’elle vérifiait que tout était en règle, l’a informée du fait que cette installation avait fait l’objet d’une plainte. « Nous avons tous les permis et autorisations nécessaires, aussi bien ceux du Littoral que ceux de la Mairie de Arona, et ils ne vont donc pas nous faire taire non plus avec ça”.

SOS Delfines sera sur la plage de Los Cristianos jusqu’à aujourd’hui dimanche.

sos-delfines

La tente de SOS Delfines restera donc installée en bord de mer selon le calendrier prévu. La porte-parole de la campagne d’information et de collecte de signatures en défense des cétacés explique qu’ils se situeront sur le marché de Los Cristianos jusqu’à 14h aujourd’hui (dernier jour de la campagne).

En ce qui concerne la réponse de la population locale et touristique, la porte-parole de la plateforme souligne que l’appui “est impressionnant”. Elle explique qu’ “il n’est pas nécessaire d’inciter les gens à signer ni de les convaincre. Aussi bien les habitants que les touristes viennent à nous et nous offre leur appui” ce qui est, nous indique-t-elle “spécialement gratifiant, parce que cela démontre un grand degré de prise de conscience par rapport à la souffrance des cétacés en captivité”.

loro-parque-orcas-pool

ESPAGNE ET CANARIES : RECORD EN DAUPHINS CAPTIFS

Cette initiative naît de la collaboration de plusieurs organisations de protection des animaux et de la vie marine, nationales et internationales, pour informer les habitants de la zone et les touristes de la souffrance des cétacés en captivité. Elle se développe en Espagne car ce pays est le pays européen avec le plus de cétacés captifs (90 dauphins, 2 belugas et 6 orques dans 11 centres différents).

Et les Canaries sont la deuxième communauté autonome d’Espagne avec le plus grand nombre de cétacés en captivité (25 dauphins et 6 orques), derrière la région de Valence, raison pour laquelle la plateforme considère fondamental informer dans des zones comme le sud de Ténériffe.

Sur Ténériffe, ils nous ont indiqué que des 21 dauphins captifs sur l’île “9 d’entre eux – plus 3 de 7 qui sont morts ces dernières années – ont été capturés à l’état sauvage”.

“Il y a 3 semaines, l’orque Vicky de Loro Parque est morte, âgée de 10 mois à peine, mettant en évidence le manque de bien-être et les difficultés d’adaptation de ces animaux aux conditions de la captivité, même pour ceux nés dans les zoos et les delphinariums”, explique Berengueras.

orque-vivky-loro-parque-digital-journal

Elle ajoute qu’en 2009, une orque de Loro Parque a attaqué mortellement son entraîneur. Cette attaque, et de nombreuses autres qui ont fréquemment lieu dans ces parcs, poursuit la représentante de SOS Delfines, démontrent l’état de stress dont souffrent ces animaux. Et elle commente que pour réduire l’agressivité de ces animaux, l’administration de tranquillisants et d’hormones et une pratique fréquente.

L’information offerte par cette campagne comprend une récente analyse des spectacles qui se réalisent dans les delphinariums espagnols qui a démontré que Loro Parque et Aqualand Costa Adeje destinaient seulement 3.33% et 0.33% de leur temps, respectivement, à parler de la nature et de la conservation de ces animaux, et que Palmitos Park, situé à Gran Canaria, lui dédiait 6.66%.

orques-loro-parque

Lire aussi :
Les delphinariums espagnols montrés du doigt
Morgan à Loro Parque
Delphinariums en Espagne
Cuba, le pourvoyeur en dauphins frais
Le Dr Ingrid Visser poursuivie en justice par Loro Parque
Maltraitances à Valences
Les bélugas de Valences

kairo2006


Un homme et des orques en Patagonie

danza-con-orcas
VIDEO

Message de Wade Doak

« S’il vous plaît, regardez attentivement  cette vidéo Danza con Orcas qui nous montre un Ranger en Patagonie et son amitié avec les orques mangeuses d’otaries.

Les commentaires de Jane Goodall, qui nous explique que oui, bien sûr, les cétacés sont curieux de nous comme nous le sommes d’eux et s’étonne de ce que jamais une orque sauvage n’agresse l’homme à  la manière de Tilikum, valent également d’être entendus.
Cela ne dure que 4 minutes, merci de partager ce document !

Ce simple film devrait en toute logique nous conduire à la libération de toutes les orques, de tous les dauphins et de tous les bélugas en captivité. Et mettre fin au massacre insensé de cétacés au Japon, en Norvège, en Islande ou aux Iles Salomon. Nous assistons ici à un partage de confiance mutuelle entre l’homme et l’orque, chacun dans son monde, au bord  de l’Océan.

Comme dit le garde qui observe ces orques depuis des années, il faut du temps pour qu’une telle  relation se développe.
Ici, le contexte est parfait : calme, silence, tranquillité. Ce n’est évidemment pas possible partout. Et encore moins si nous nous précipitons dans la mer en fonçant sur des orques ou les dauphins  ! Le choix doit être le leur.

L’amitié a ses règles, telles que le respect mutuel et l’exploration de la confiance. Ce grand morceau de film devrait nous pousser à réfléchir à la manière dont nous traitons les orques et à changer notre approche. Nous ne devons pas imposer notre ego à ces êtres intelligents et nobles.

Je n’accepterai plus de les appeler « baleines tueuses » à moins que nous ne nous baptisions en retour «singes tueurs » !

Wade Doak

kshamenk-orque-argentineKshamenk

Roberto, l’homme qui parlait avec les orques, ne peut plus s’en approcher ! 
C’est illégal en Argentine ! Par contre, le fait de détenir l’orque Kshamenk dans des conditions obscènes est considéré comme tout à fait légal et fort apprécié par SeaWorld qui pompe le sperme de ce mort-vivant pour engendrer des bébés-zombies.
Nous savions que le monde était pourri, mais  à ce point-là, ça dépasse l’imagination !  Inutile de préciser que Roberto est devenu désormais un féroce activiste anti-captivité !

http://www.freedolphinsbelgium.org/


Blackfish, le film !

Blackfish_poster
Bande-annonce

Un thriller psychologique fascinant dont une orque est le héros, Blackfish nous montre comment la nature peut se venger de l’homme quand on la pousse dans ses derniers retranchements.

Blackfish, c’est en quelque sorte la version filmée de Death at Seaworld, bien que le livre et le film aient été conçus indépendamment.
Gabriela Cowperthwaite, sa réalisatrice, a commencé à enquêter sur la mort de Dawwn Brancheau, la jeune dresseuse massacrée par une orque captive lors d’un Dîner avec Shamu, l’un des attractions phares du SeaWorld d’Orlando.
Très vite, Gabriela a découvert que ce drame dissimulait une situation bien plus choquante et de plus bien plus large grande envergure, cachée par les rideaux de fumée d’une industrie qui se fait plus d’un milliard de dollars de bénéfice.

blackfish-brancheau_killed

Tilikum est au cœur de l’histoire que nous raconte Blackfish.
Depuis qu’il a été arraché à la mer et à sa famille lorsqu’il était enfant, Tilikum déteste les humains. Le 20 février 1991, une jeune apprentie dresseuse du nom de Keltie Byrne perdit l’équilibre et tomba dans le bassin du Sealand of the Pacific (fermé aujourd’hui) juste après le show. Trois orques l’attrapèrent et l’entraînèrent sous l’eau à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’elle se noie. Tilikum faisait partie du trio.

En 1999, expédié au Sea World d’Orlando, il tua un « visiteur » nocturne, ivre sans doute, qui avait cru marrant de plonger avec les orques et dont on retrouva le cadavre le lendemain matin sur le bord de son bassin.
Enfin, en 2010, il trasforma Dawn Brancheau en poupée de chiffon désarticulée, après l’avoir saisie par sa queue de cheval et joué avec elle comme un chat avec une souris.

Aujourd’hui, Tilikum n’a plus les dents à la mâchoire inférieure à force de ronger continuellement les barres d’acier qui ferment son bassin.  La monotonie absolue de son existence l’a rendu fou. Son sperme congelé a déjà servi à produire près des 2/3 de toutes les orques nées captives par insémination artificielle.

tillikum-seul
Tilikum puni après son « crime ».
Il restera confiné ainsi durant 13 mois, drogué, malade et fou d’ennui. 

Gabriela Cowperthwaite a aussi découvert qu’il n’était pas le seul à s’en être pris à ses dresseurs.
De nombreux accidents similaires avaient déjà eu lieu  dans plusieurs parcs marins à travers le monde, mais  JAMAIS en pleine mer !
Illustré par les témoignages d’experts et d’anciens dresseurs aussi bien que par des images d’une rare violence jusqu’ici jamais diffusées, Blackfish explore de manière puissante la relation complexe que nous avons avec ce genre de divertissements mettant en scène la nature encagée, ainsi que les terribles conséquences qu’entraîne l’enfermement à vie de créatures sensibles et intelligentes.

Dans la lignée de Fall from Freedom ou The Cove , Blakfish est le troisième film à dénoncer les crimes de l’Industrie de la Captivité.
Peu de chances donc de le voir jamais sur nos écrans en version française. Car des orques captives qui attaquent leur dresseur, il y en a eu au Marineland d’Antibes, il y en a eu à Loro Parque et c’est toujours SeaWorld qui tire les ficelles de cet immense marché d’esclaves, plein de souffrances et de morts. La puissance de ce consortium est tel qu’il est à même de faire taire, aujourd’hui encore, toute critique à son égard avec la complicité de ses innombrables avocats, sponsors et média affidés.
Le film a néanmoins remporté un vif succès aux USA et sera présenté à Londres du 25 au 28 avril 2013.

sea-world-ken-peters-prisonnier
KenPeeters et Kasatka en 2006

Pour en savoir plus
Blackfish movie
Interview de la réalisatrice
L’histoire de Tilikum
Dawn Brancheau vantant les mérites de SeaWorld avant sa mort
Tilikum en isolement après son « crime » 
Tilikum immobile
Aujourdhui, Tilikum est encore bon à donner son sperme comme un taureau d’élévage
Voir aussi sur la Dolphin Connection
Capture d’orque au japon : voilà le véritable crime !
Shamu se révolte !
L’affaire Kasatka et les roques du marineland d’Antibes
Vengeance à Loro parque
L’intelligence des orques et la captivité
L’esclavage a-t-il vraiment été aboli ?

Tilikum-observation-tank
Libérons Tilikum !


25 minutes contre la captivité. Les images parlent d’elles-mêmes…

25 minutes against captivity. Images speak by themselves. Stop cetacean slavery NOW. No compromise.

25 minutes contre la captivité. Les images parlent d’elles-mêmes. Il faut mettre fin à ce cirque criminel. Sans compromis, sans concessions. MAINTENANT !


Documentaire sur l’industrie des cétacés captifs

« A Fall from Freedhom, Une Perte de Liberté (ou plus joliment « Liberté Perdue »),  est un film documentaire remarquable  de 1 h 25  avec des images  aussi merveilleuses que celles, misérables, de ces dauphins et petites baleines ou orques captifs dans les delphinariums et autres bassinets privés. Comment et par qui sont capturés ces animaux sauvages nés pour être libres? Vous le saurez aussi. Ce film lève le tabou en vous livrant la vérité sur cette vaste industrie, espérant convaincre le plus grand nombre de ne pas participer à ce cruel  buiseness. Vous le saurez aussi. Sa diffusion sur internet est tout à fait légale car il n’est pas commercialisé en France. A regarder en famille. »

Screen Shot 2013-02-10 at 16.32.52

https://www.facebook.com/events/294145480662820/?ref=nf

http://www.blog-les-dauphins.com/a-fall-from-freedom-en-francais-vostfr/

A DIFFUSER!